AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture du forum, en savoir plus ici.

Partagez | 
 

 we clawed, we chained, our hearts in vain w/ruth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Diego Vescovi

avatar
posts : 85
avatar : Chris Evans
crédits : hershelves. (avatar)
multinicks : Reva, Bane et Meredith
ɷ statut : Célibataire
✎ métier : Agent sportif
✌ age : Trente-cinq

MessageSujet: we clawed, we chained, our hearts in vain w/ruth   Lun 21 Aoû - 22:09


≈ ≈ ≈
{ Don’t you ever say I just walked away I will always want you
I can’t live a lie, running for my life I will always want you. }
crédit/ tumbltglee.

Depuis sa dernière discussion avec Ruth, Diego ne se sentait pas dans son assiette. Il savait qu’il avait manqué l’occasion de lui dire la vérité, mais il n’avait pas pu la retenir plus longtemps. Elle avait eu tellement envie de partir qu’il aurait presque cru à son histoire de rendez-vous, peut-être que c’était réel il n’en saurait jamais rien. Néanmoins, il allait devoir la revoir rapidement s’il voulait lui annoncer qu’il était père avant que la presse ne s’empare de l’histoire et qu’elle soit humiliée à nouveau si on apprend qu’elle n’était pas au courant. Diego savait que Ruth ne le rappellerait pas, qu’elle lui accorderait cinq minutes tout au plus au téléphone. Il avait besoin de plus, de beaucoup plus pour pouvoir lui expliquer comment il va encore bouleverser sa vie à nouveau. Il avait pensé à la rejoindre à l’hôpital afin d’être sûre de la voir, mais il n’avait pas envie de la perturber dans son travail. C’était sûrement la seule chose à laquelle elle pouvait se raccrocher. Il était certes étonné, qu’elle puisse continuer à s’occuper des enfants, mais c’est ce qu’elle faisait. Il n’avait pas envie de la dégoûter à vie. Diego avait repoussé encore et encore le moment d’aller la voir chez elle. Il allait devoir affronter son passé. Diego n’avait pas dit à Elena qu’il avait croisé Ruth parce qu’il n’avait pas envie de croire qu’il s’était défilé. Il n’avait pas non plus envie de répondre à ses questions. Elena est curieuse et elle essayerait sûrement de savoir ce que ça lui faisait de l’avoir revu. Il ne se sentait pas prêt à en parler, à y faire face et surtout devant la mère de sa fille. Tout ceci serait gênant même si aujourd’hui, il ne se passe rien entre eux. Ils sont des parents pour leur fille, rien de plus, rien de moins. Dans tous les cas, Diego devait prendre son courage à deux mains à aller voir Ruth pour arracher le pansement comme on dit. Il était donc désormais, devant sa porte en essayant de frapper à la porte. Il devait le faire parce qu’il n’y aurait jamais de bon moment. Diego frappa à plusieurs reprises sans succès. Il n’y avait pas le moindre bruit à l’intérieur, la preuve étant qu’il n’y avait réellement personne à l’intérieur. Diego devait se rendre compte que la jeune femme n’était pas présente. Elle était encore au travail. C’était bien sa chance. Cette fois-ci, il ne pouvait pas revenir les mains vides. Il devait le faire sinon demain il n’aurait plus le courage. Diego s’installa alors sur les marchés de l’escalier en l’attendant. Le temps passa et il commençait sérieusement à somnoler. A tel point que lorsqu’il ouvrit à nouveau les yeux Ruth était devant lui en train d’essayer de rentrer chez elle. Elle le fixait et la surprise semblait grande. « Tu n’as pas retourné mes appels alors j’ai pensé venir te voir en personne, mais tu n’étais pas là. » Lui expliqua Diego. Il n’avait pas envie qu’elle pense qu’il était un stalker, obsédé par elle. Il avait simplement perdu la notion du temps. Entre son travail et le reste il était aussi épuisé. « On doit parler Ruth, c’est très important. » Rajouta-t-il. A son air grave elle devait comprendre qu’elle n’avait pas vraiment le choix. Il n’allait pas partir. Il devait aller jusqu’au bout qu’elle ait envie ou non de lui parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: we clawed, we chained, our hearts in vain w/ruth   Lun 21 Aoû - 23:07


- - - - - - - ❖ - - - - - - -
“Pretty hurts, shine the light on whatever's worse perfection is a disease of a nation, pretty hurts, pretty hurts trying to fix something but you can't fix what you can't see it's the soul that needs the surgery put your make-up on get your nails done curl your hair run the extra mile keep it slim so they like you, do they like you?”

Depuis qu'elle est revenue en ville, c'est comme si les souvenirs qu'elle avait fuis lui revenait en plein visage. Des endroits précis, lui rappelaient des souvenirs qui malgré tout ce temps, lui sont toujours aussi douloureux. Elle pensait vraiment avoir tourné la page de cette relation qu'elle partageait avec Diego. Vraiment. Il lui arrivait, parfois de passer une journée, ou deux, sans y penser. Mais depuis qu'elle est revenue, c'est tous les jours qu'elle y pense. Car c'est comme si chaque lieu avait une empreinte de leur histoire. Et c'est difficile. Très difficile. Comme le fait de le recroiser, enfin, après tout ce temps. C'est comme retomber sur une ancienne photographie. On reconnaît la personne, mais cela nous paraît si ancien, que l'on se demande si l'on ne confond pas. Mais si notre tête voudrait nous tromper, le coeur, lui ne peut pas. Car aussitôt il se met à battre, un petit peu plus rapidement. À tambouriner contre la poitrine comme pour signifier qu'il se passe quelque chose. Et c'est tout à fait ce qui s'est passé pour Ruth, quand ses yeux clairs ont recroisé ceux de Diego. Si un poids s'est enlevé de sa poitrine à ce moment-là, cette sensation a bien vite été oublié par cette intense douleur, qu'elle n'avait plus ressentie depuis un certain temps. Alors, elle a agi comme n'importe quelle personne aurait fait dans sa situation... elle a fui. Vite et loin. Sans se retourner. Car elle n'était pas prête à lui faire face. Car elle ne s'attendait pas à le revoir, si vite. Elle pensait être prête à revenir en ville, à rentrer à la maison. Mais si elle s'était trompée? Donc pour oublier, elle occupe ses journées comme elle peut. Elle travaille, beaucoup, n'hésite pas à faire des heures supplémentaires, pour être sûre de ne pas penser à elle durant un certain temps. Elle va courir, beaucoup, longtemps, écouteurs dans les oreilles justes pour être sure de se concentrer sur les paroles des chansons qui défilent plutôt que sur les pans malheureux de son existence. Elle tente de nouvelle chose, en cuisine, en sport, en musique... et même en décoration. Elle se tient occupée, elle en a besoin. Et quand elle voit son numéro s'afficher sur son téléphone, elle ignore l'appareil, la retourne, l'envoie valser sur le canapé. Et recommence à s'agiter. Car elle ne veut pas lui faire face. Elle n'est pas prête. Alors, comme là, elle va courir. Elle laisse l'air infiltrer son être, elle laisse sa respiration prendre le rythme de sa course. Elle écoute les paroles de la chanson qui passe et son regard se perd dans la contemplation du paysage. Et bien trop vite à son goût, elle remarque que ses enjambées la ramènent chez elle, à la maison. Et quand elle arrive à la hauteur de son habitation, elle n'a qu'une envie, faire demi-tour. Car il est là. En cher et en os sur ses marches, à l'attendre, les yeux fermer. Alors, elle prend le temps de le dévisager. Elle prend le temps de remarquer les différences entre le Diego qu'elle a laissé et celui qui se trouve devant elle. Mais si elle cherchait les différences, ce sont les similitudes qui lui sautent aux yeux. Elle reconnaît cette moue qu'il a tendance à faire quand il est fatigué et qu'il est sur le point de s'endormir. Grâce au vent, elle reconnaît l'odeur de son parfum, qu'elle a toujours tant aimé. Elle aurait tellement aimé ne pas se souvenir de tout ça. Ne pas le voir, là. Et durant un court instant elle est tentée de le contourner ou de passer par la porte de derrière. Après tout, à ce moment-là, il ne se rendrait compte de rien et il finirait par partir de lui-même, lassé. C'est une solution tentante et avant qu'elle n'ait le temps de la mettre en pratique, il rouvre ses paupières et leurs regards se rencontrent. Durant un instant, c'est comme si l'air s'échappait des poumons de la jeune femme. Elle s'oblige à s'adosser à la rampe, croisant les bras et s'efforçant, tant bien que mal, à ne pas détourner le regard. « Qu'est-ce que tu fais ici? » Elle n'y va pas par quatre chemins et n'essaie pas d'être agréable. On aurait pu croire que de l'eau aurait couler sous les ponts depuis tout ce temps et pourtant, elle éprouve toujours de la rancœur vis-à-vis de sa tromperie. « Tu n’as pas retourné mes appels alors j’ai pensé venir te voir en personne, mais tu n’étais pas là. » Elle hausse les épaules. « Tu aurais dû prendre ça comme un signe. Un signe qui te dirait que je n'ai aucune envie de te parler peut-être ? » Qu'elle dit sans réfléchir, sarcastique. Elle finit, enfin, par se redresser et passe devant lui, tentant de rester digne. Et avant qu'elle n'ait pu ouvrir la porte, il reprend la parole. « On doit parler Ruth, c’est très important. » Elle se retourne, vivement et le fixe du regard, un regard rempli d'incompréhension. Ce qu'elle exprime en secouant légèrement la tête. « Tu ne crois pas que tout a été dit.. il y a deux ans? » qu'elle commence, en insistant sur le "deux ans". Mais voyant qu'il est décidé à rester, elle pousse un soupir. « Qu'est-ce qu'il y a? Qu'est-ce qui est si important pour que tu viennes ici ? »
Revenir en haut Aller en bas
Diego Vescovi

avatar
posts : 85
avatar : Chris Evans
crédits : hershelves. (avatar)
multinicks : Reva, Bane et Meredith
ɷ statut : Célibataire
✎ métier : Agent sportif
✌ age : Trente-cinq

MessageSujet: Re: we clawed, we chained, our hearts in vain w/ruth   Mar 22 Aoû - 21:08

Diego ne s’attendait pas à ce qu’elle l’accueille à bras ouvert, mais la façon dont la jeune femme se comportait ne l’aidait pas à se donner du courage. Elle ne pensait pas qu’ils avaient encore quelque chose à se dire, mais pourtant si. Il n’avait pas envie de bouleverser sa vie et pourtant c’est ce qu’il allait faire. Diego aurait préféré faire ça l’intérieur cependant, Ruth n’était pas en train de l’inviter. Il n’avait pas vraiment le choix. C’était plus difficile qu’il ne le pensait. Il était passé à autre chose, il avait fait le deuil de leur relation, et pourtant, il avait l’impression de revenir en arrière. Il resta quelques instants silencieux. Il y a quelques secondes il insistait pour parler et maintenant il gardait le silence. Il avait devant ses yeux ses regrets, ce que sa vie aurait pu être s’il avait agi différemment. Bien qu’il ne se considère pas entièrement responsable de leur rupture, il avait quelques regrets, mais il savait qu’on ne change pas le passé. Il devait d’ailleurs affronter le présent et discuter avec Ruth. Il n’y avait pas de bonne façon de l’annoncer, de le dire pour atténuer le choc qu’elle aura. Il ne savait cependant, pas à quel point Ruth avait eu de la peine en apprenant qu’elle était stérile puisqu’elle avait gardé ce secret pour elle sans montrer ses sentiments, mais il se doutait que ça serait difficile. « Il y a quelque chose que j’ai appris il y a quelques mois seulement et je crains que ça ne s’ébruite rapidement. Je voulais te prévenir avant que tu ne l’apprennes dans la presse ou autre. » Commença par lui dire Diego. Il tournait autour du pot comme pour se donner le courage d’affronter la réalité. Une réalité assez soudaine et heureuse pour lui, mais qui ne le serait pas pour la jeune femme. Il lui confia alors : « J’ai découvert par hasard que j’avais une fille dont j’ignorais l’existence, je suis papa .. » Pour le moment il ne rentrait pas dans les détails. Il voulait déjà qu’elle puisse assimilée la nouvelle sans pour autant la submergée. Elle méritait d’avoir quelques secondes pour se faire à cette idée. Il savait que les détails ne lui donneraient qu’une raison de plus de le détester même si dans ce cas précis, il n’avait pas prémédité tout ça. Il avait seulement voulu être honnête avec elle et la protéger à sa façon. Il aurait préféré évité de devoir lui dire que la petite fille a dix-huit mois, qu’elle est née de sa liaison avec Elena. Malheureusement, il savait qu’il ne faisait que remettre ça à plus tard. Il allait lui donner les clés pour qu’elle se dise qu’elle avait raison depuis le début et qu’il était le seul fautif dans leur rupture même si ce n’est pas tout à fait vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: we clawed, we chained, our hearts in vain w/ruth   Jeu 24 Aoû - 16:08

Il lui fait face, mais il reste silencieux. Et plus le temps passe, plus cela devient lourd, voire gênant. Et encore, rien ne vient. Ils sont là, sur le porche de la demoiselle, à se regarder, sans qu'aucun mot n'arrive à s'échapper de l'un d'eux. Elle finit par pousser un soupir, en arquant un sourcil. Se montrer blaser lui semble être la solution adéquate pour qu'il ne se rende pas compte à quel point sa présence ici la fait encore souffrir. Elle se demande pourquoi? Oui pourquoi après tout ce temps il est là? Mais plus important encore, pourquoi est-ce que cela la blesse toujours ? Elle a tourné la page, depuis longtemps. Partir de la ville lui a été bénéfique, cela lui a permis de faire le point sur elle-même, de faire le deuil de cette relation qui lui était si importante, mais aussi, de dire au revoir à ce rêve qu'elle avait d'avoir un jour un enfant. Bien sûr, elle pourra en avoir, l'adoption restant la solution la plus envisagée par la jeune femme. Mais jamais elle ne pourra sentir un petit être grandi à l'intérieur d'elle, jamais elle ne pourra sentir ses petits coups... Il lui a fallu dire au revoir à tout ça. Et elle était persuadée d'avoir réussi. Pourtant la présence de Diego ici-même et les sentiments que cela provoque en son for intérieur, lui montrent bien qu'elle n'était peut-être pas passé à autre chose finalement. Peut-être qu'une partie d'elle est encore attaché à cet homme qu'elle pensait aimer jusqu'à la fin de sa vie. Oui, peut-être. Alors qu'elle s'apprête, enfin à dire quelque chose, n'importe quoi certainement, il lui coupe l'herbe sous le pied et enfin, elle entend sa voix, de nouveau. « Il y a quelque chose que j’ai appris il y a quelques mois seulement et je crains que ça ne s’ébruite rapidement. Je voulais te prévenir avant que tu ne l’apprennes dans la presse ou autre. » Une nouvelle fois, elle hausse un sourcil, mais cette fois, c'est pour exprimer son incompréhension et non son impatience. Elle a peur des prochains mots qui vont sortir de la bouche de son ancien compagnon. A-t-il une nouvelle petite amie? Est-il fiancé? Vient-il de se marier ? Plusieurs hypothèses se forment dans sa tête et pourtant, elle est loin de la vérité. « Je t'écoute.. » Qu'elle laisse échapper, se retournant complètement pour lui faire face, s'efforçant même d'avancer de quelques pas, sans pour autant se rapprocher de trop près. Au cas où. « J’ai découvert par hasard que j’avais une fille dont j’ignorais l’existence, je suis papa .. » Le choc de l'annonce la force à faire quelques pas en arrière, comme s'il venait de la gifler. Elle ouvre la bouche, mais aucun son n'en sort. Elle se contente de rester là, pantelante, entendant son coeur à peine réparé se briser de nouveau. Elle ne doit pas s'effondrer, elle doit rester forte, qu'elle ne cesse de se répéter. Mais elle ne peut pas s'empêcher de se retourner, pour ne pas lui faire face, pour qu'il ne voit pas l'effet de ces paroles. En lui tournant le dos, elle a l'impression de se protéger, en quelque sorte, mais cette position ne peut certainement pas duper Diego. Une main sur la bouche, elle inspire et expire profondément, tentant de reprendre le contrôle sur les battements de son coeur qui se sont accélérés. Et puis cette même main, fini par venir essuyer une larme solitaire s'étant enfuie de ses yeux. Elle prend encore quelques secondes, pour se remettre de ses émotions puis en serrant la mâchoire, elle se retourne pour lui faire face, de nouveau. « Je suis sensée faire quoi.. te féliciter ? » Qu'elle commence par lui dire, d'une voix tremblante. « Et qui est l'heureuse élue? » Qu'elle demande, alors qu'elle peut sentir son coeur se serrer, de peur d'entendre cette réponse redoutée.
Revenir en haut Aller en bas
Diego Vescovi

avatar
posts : 85
avatar : Chris Evans
crédits : hershelves. (avatar)
multinicks : Reva, Bane et Meredith
ɷ statut : Célibataire
✎ métier : Agent sportif
✌ age : Trente-cinq

MessageSujet: Re: we clawed, we chained, our hearts in vain w/ruth   Sam 26 Aoû - 14:47

Diego l’a trouvait assez digne. Elle était dévastée, il le savait, mais elle contrôlait ses émotions comme elle savait si bien le faire. Elle ne voulait sûrement pas s’humilier devant sa personne. Mais il l’a connaissait assez pour lire dans ses yeux la peine. Il se détestait de lui infliger cela. Etre stérile avait été terrible pour la jeune femme à tel point qu’elle avait préféré détruire son couple plutôt que de l’assumer. Aujourd’hui, elle devait regarder l’homme qu’elle avait aimé avoir un enfant avec une autre. Il n’y avait rien de pire à cela et il en était conscient. Il aurait pouvoir aimé dire quelque chose qui la soulagerait, mais il savait que rien ne pourrait le faire. « Bien sûr que non.. » Lui répondit Diego avant de baisser les yeux. Il savait qu’elle était en colère contre lui et qu’elle ne savait pas forcément comment réagir face à tout cela.  « Je voulais juste te prévenir avant que ça ne s’ébruite. » Rajouta le beau brun. Il essayait de lui faire comprendre qu’il essayait d’une façon maladroite de la protéger d’un scandale. Il préférait qu’elle y soit préparée afin de pouvoir gérer la suite comme elle le souhaiterait. Lorsqu’elle lui demanda qui est l’heureuse élue Diego se fige. Il ne sait pas quoi répondre à cette question, il se retrouve pris au piège. Elle lui posait la question qu’il redoutait tant. Il n’était pas préparé à achever la femme qu’il avait tant aimé. Comment lui avouer que c’est son ancienne maitresse, la femme qu’elle considère responsable de la fin de leur relation qui est la mère de sa fille ? Diego regrette soudain d’être présent. Il a envie de prendre ses jambes à son cou. Il pourrait essayer de noyer le poisson en lui disant que l’identité de la personne ne change pas les faits, mais Ruth a le droit de savoir. Il sait qu’elle le déteste déjà et qu’elle va encore plus le détester. Il n’en a pas envie parce qu’elle reste son grand amour. Après tout il avait prévu de l’épouser, de fonder une famille avec elle. Même si elle lui avait fait énormément de mal il ne retirait aucune joie de lui faire du mal à nouveau. « C’est Elena.. » Lâcha-t-il. Il n’osait pas croiser son regard. Il ne blâmerait pas la jeune femme si elle décidait de le gifler. A sa place, il en aurait aussi très envie. « Elle me l’avait caché jusqu’à ce que je la recroise et que je ne découvre la vérité. » Lui expliqua Diego. Il savait que cela ne changerait rien pour Ruth, mais il ne voulait pas qu’elle pense qu’il avait sauté dans une autre relation avec elle à peine leur rupture consommé. Il se doutait que la jeune femme devait croire qu’il était heureux avec la mère de sa fille, son ancienne maitresse qui avait désormais le premier rôle dans sa vie, mais ce n’était pas le cas. « Contrairement aux apparences, nous ne sommes pas ensemble. » Rajouta le beau brun. Elle s’en fichait sûrement, mais il avait besoin de se justifier en quelque sorte. Il avait besoin de lui dire qu’il n’avait pas fait exprès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: we clawed, we chained, our hearts in vain w/ruth   Sam 9 Sep - 19:03

Inspirer, expirer. Garder la tête haute, peu importe la douleur. Peu importe la peine. C'est difficile, et pourtant, elle tient bon bien qu'elle pourrait jurer entendre son coeur se briser une nouvelle fois. Elle aimerait être plus forte, vraiment et d'une certaine façon elle pensait l'être, elle pensait être passée au-dessus de tout ça. De l'échec de leurs relations, de sa traîtrise, de son incapacité d'avoir un jour un enfant naturel. Et pourtant, les mots de Diego raisonnent en elle, comme la voix d'un mauvais rêve. Il a une fille. Il est père. Et ce n'est pas avec elle qu'il a pu fonder une famille. Parce qu'elle n'a pas pu lui offrir ce dont ils avaient envie tous les deux. Et l'imaginer avec cette petite fille est un coup en plein coeur. Sa première réaction est la tristesse, bien sûr. Mais celle-ci est bien vite remplacé par un sentiment plus sombre, plus dur: la rancoeur. Et elle aimerait l'empêcher de dépasser la frontière de ses lèvres et pourtant, à peine a-t-elle prononcé une phrase qu'elle l'entend. Oui elle l'entend se manifester dans sa voix, cette amertume qui a si vite grandi en elle. « Bien sûr que non.. » Qu'il lui répond, avant de finir par baisser les yeux, comme si c'était impossible pour lui de regarder son ex-fiancée plus longtemps. Elle fronce les sourcils, avant de s'adoucir, légèrement, comme si elle s'en voulait d'être peut-être trop dur envers lui. Bien sûr, il a fauté, qu'il l'a trahi et a piétiné son coeur au passage. Mais elle doit malgré tout admettre qu'elle n'est pas toute blanche dans cette histoire. Elle lui a également menti, elle s'est montré dur, froide, parfois méchante envers lui. D'une certaine manière, c'est presque comme si elle l'avait poussé à commettre l'irréparable. Il est donc peut-être temps pour elle de lui pardonner son écart. Peut-être. « Je voulais juste te prévenir avant que ça ne s’ébruite. » Même s'il ne la regarde pas, de son côté à elle, elle est incapable de détourner le regard de sa silhouette. Elle inspire profondément, une fois encore, avant de pousser un profond soupir. Pour calmer sa rancoeur ou tout simplement pour éviter à tous ses autres sentiments qu'elle ressent d'avoir une incidence dans sa voix. « Bien.. Je te remercie de ton honnêteté et.. » elle s'arrête un instant, peu sûr de ce qu'elle souhaite dire de plus. Que doit-elle dire après tout? Elle doit le remercier également de vouloir la protéger, dans une certaine mesure d'être encore plus blessée ? Ou doit-elle lui dire qu'elle est heureuse qu'il puisse avoir la chance d'avoir un enfant, même si ce n'est pas avec elle ? Elle n'est pas sûre. Alors, elle s'arrête là, laissant la fin de sa phrase mourir entre ses lèvres. Et puis enfin, la question qui lui brûle les lèvres s'échappent de ses lèvres. Qui est la mère de la fillette? D'une certaine façon, cela a peu d'importance et ça ne fait qu'augmenter sa peine. Et pourtant, elle a ce besoin de le savoir. « C’est Elena.. » Elena. Elena? Ce prénom, elle ne le connaît que trop bien. Il appartient à cette femme inconnue, qu'elle a décidé de haïr de tout son être. Et cette révélation lui fait l'effet d'une gifle, violente et douloureuse. Si elle n'était pas si surprise par cette annonce, pas si choquée, peut-être qu'elle aurait réagi. Mais rien. Elle reste de marbre, immobile, les yeux qui se perdent dans le vide. Il a une fille. Avec Elena. Avec cette femme avec qui il l'a trompé? Avec la femme qui a signé la fin définitive de leurs relations? C'est avec elle, qu'il a une fille. Si elle pensait pouvoir lui pardonner son écart il y a encore quelques secondes, cette annonce remet tout en cause. Et cette fois, ce n'est pas seulement de la rancoeur qu'elle ressent, mais une colère immense. Dirigée vers lui, vers Elena... vers tout. « Elle me l’avait caché jusqu’à ce que je la recroise et que je ne découvre la vérité. » Qu'il lui dit comme pour se rattraper, comme pour minimiser la chose. Elle l'entend, vaguement. Mais une fois encore, elle ne bouge pas d'un centimètre. Elle ne relève même pas le regard. Elle voudrait juste quitter ce porche pour aller se cacher à l'intérieur sécurisant de sa maison. « Contrairement aux apparences, nous ne sommes pas ensemble. » À ce moment-là, elle relève le regard et toute la fureur qu'elle a contenue jusque-là s'exprime. De son regard froid, à ses lèvres qui se pincent, à sa main, qui s'écrase avec force sur la joue de son ex-amant. Ce geste est dur, violent. Non prémédité. Et pourtant, sous l'effet, elle ne bouge même pas. Elle ne peut pas le quitter des yeux, même après avoir osez-le gifler. « Tu dis ça pour quoi? Pour que je me sente mieux peut-être? Ou pour te donner bonne conscience ? » Qu'elle commence par dire, d'une voix aussi froide que la glace. « Tu viens chez moi, dans cet endroit où je me reconstruis pour m'annoncer que tu as un enfant avec la femme avec qui tu m'as trompé? Que tu as une fille et qu'en plus, c'est avec elle? » Elle ne pensait pas pouvoir mettre autant de dédain et de haine dans un simple pronom et pourtant. Pourtant à cet instant, elle y a réussi. « J'espère que tu es content de toi.. » qu'elle fini simplement par dire, épuisée de ressentir autant. Elle aimerait lui dire tellement plus, et pourtant, elle n'est pas sûre d'en avoir le courage.
Revenir en haut Aller en bas
Diego Vescovi

avatar
posts : 85
avatar : Chris Evans
crédits : hershelves. (avatar)
multinicks : Reva, Bane et Meredith
ɷ statut : Célibataire
✎ métier : Agent sportif
✌ age : Trente-cinq

MessageSujet: Re: we clawed, we chained, our hearts in vain w/ruth   Sam 9 Sep - 22:34

Diego était venu ici pour la prévenir, pour la protéger face au scandale qui risquait d’arriver. Finalement, il allait lui faire plus de mal que de bien encore une fois. Si la jeune femme essayait de garder la tête haute jusqu’ici et avec une grande élégance elle allait rapidement déchanté. Il avait tout fait pour éviter de révéler le nom de la mère de sa fille, mais malheureusement Ruth devait sentir le vent tourner et elle exigeait de savoir. Qui était-il pour lui refuser la vérité ? Il fallait qu’elle l’apprenne de sa bouche de toute façon. A la seconde où il prononça le prénom d’Elena il eut l’impression que la vie de Ruth s’arrêta un moment. Ce fut comme s’il l’a frappait alors qu’elle était déjà à terre. Il détestait cette sensation et pourtant, il n’avait rien pu faire pour l’arrêter. Il savait qu’il venait de lui briser le cœur une seconde fois et il se détestait pour cela. Diego savait très bien qu’en lui confiant que la mère de sa fille était Elena elle allait le détester de façon définitive. Tout ceci était bien trop cruel pour être réalité. Il essayait d’amoindrir la chose en lui expliquant qu’il ne le savait pas avant quelque temps, qu’il n’était pas avec Elena, mais elle s’en fichait bien tout ce qu’elle retenait c’est qu’il avait fait un enfant à sa maitresse et pour cela elle le gifla. Il savait qu’il le méritait, il n’était même pas surpris par son action. « Je suppose que je le mérite. » Lui répondit tout simplement Diego. Il pensait qu’il le méritait alors il ne voyait pas l’intérêt de se mettre en colère ou quoi que ce soit. A sa place, il aurait sûrement eu envie de se gifler aussi. Il restait bouche bé par la situation parce qu’il ne savait pas quoi dire, pas quoi faire. Il savait que rien de ce qu’il dirait ou ferait ne changerait la donne pourtant, cela changeait des choses pour lui. Ce n’était pas comme s’il avait fait exprès de la mettre enceinte, comme s’il était en couple avec elle et qu’ils filaient le parfait amour. Certes, ils s’entendaient bien, mais ce n’était pas ce qu’elle imaginait. « Je voulais te prévenir, te donner de l’avance alors que cela ne s’ébruite. Je ne suis pas fier de moi, fier de ce que j’ai fais.. » Commença par lui dire Diego. Il n’était pas content de lui, satisfait ou quoi que ce soit. Au contraire, il en avait honte, mais il ne pouvait plus se cacher. « Cette vie, cet enfant je l’imaginais avec toi, personne d’autre, mais la vie en a décidé autrement. Nous avons tous fait des choix qui nous amènent ici aujourd’hui. » Continua le beau brun. Cela lui faisait mal de se rappeler de tous les projets qu’ils avaient ensemble, mais c’était la réalité. Ils avaient tous les deux fait des erreurs, mais ce soir il acceptait l’entière responsabilité comme pour épargner à Ruth une dispute de plus. « Je ne m’excuserais jamais assez pour cette humiliation dont tu n’avais pas besoin. Mais cela ne changera pas ce que tu ressens, ta haine à mon égard et je l’a comprends, je l’accepte. J’aurais aimé que les choses se passent autrement parce que .. Peu importe. Je vais te laisser et je ne t’importunerais plus ne t’en fais pas. C’est la dernière fois que tu me vois. » Fini par lui dire Diego avant de baisser les yeux pour s’en aller. Il pensait qu’il en avait assez fait. Même si cela lui faisait un gros pincement au cœur à l’idée de ne plus la revoir il savait qu’il n’avait pas le droit de s’imposer davantage ici et dans sa vie. Il préférait s’en aller et la laisser panser ses blessures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: we clawed, we chained, our hearts in vain w/ruth   Dim 10 Sep - 22:17

« Je suppose que je le mérite. » Qu'il commence par dire, en réaction à la gifle de la jeune femme. Elle aimerait dire quelque chose, n'importe quoi, pour tenter de faire en sorte qu'il se sente aussi mal, qu'elle. Mais rien ne sort. Sa mâchoire se sert tandis que ses yeux glaciales ne quittent pas Diego un instant. A le regarder ainsi, elle hésite un instant à le gifler de nouveau. Mais quelque chose l'en empêche. Peut-être la culpabilité qu'elle lit dans le regard de son ex-fiancé ? Elle ne saurait le dire. Et à cet instant, elle est bien trop hors d'elle pour se rendre réellement compte de ce que peut ressentir Diego. Non, à ce moment précis, elle ne pense qu'à ce qu'elle ressent elle, et c'est un cauchemar. Elle a l'impression que jamais, elle n'a autant souffert. Ce qu'elle peut ressentir dépasse ce qu'elle a pu ressentir lors de leur séparation... Ou bien cela ne vient qu'accentuer la douleur qu'elle a ressentie... et ressent peut-être toujours aujourd'hui. « Je voulais te prévenir, te donner de l’avance alors que cela ne s’ébruite. Je ne suis pas fier de moi, fier de ce que j’ai fais.. » Elle aimerait qu'il se taise, qu'il ne dise plus un mot. Parce que peu à peu, sa fureur laisse place à sa tristesse et elle ignore combien de temps elle tiendra avant de s'effondrer. Mais elle sait qu'elle ne veut pas le faire devant lui. Elle ne peut pas se permettre d'être aussi faible, elle ne veut pas qu'il la voit ainsi. Sa fierté ne le supporterait pas.« Cette vie, cet enfant je l’imaginais avec toi, personne d’autre, mais la vie en a décidé autrement. Nous avons tous fait des choix qui nous amènent ici aujourd’hui. » Elle secoue la tête face à ces paroles. Bien sûr, ils sont tous deux responsables de l'échec de leur couple, mais elle ne le lui dira pas, même si elle en a conscience. « Et tu as fait le choix de me tromper.. Et de ne pas te protéger avec cette autre femme.. c'est ce qui a amené cette situation » Qu'elle lui lance, toujours plus glaciale. Finalement, peut-être est elle encore capable de contenir sa tristesse. Elle le blâme clairement, sans le cacher, sans tourner autour du pot. À cet instant, elle est incapable de lui dire qu'elle s'est remise en question, qu'elle a accepté sa part de responsabilité. Non, il est impossible pour elle de dire ces mots. Elle ne peut pas. Le blâmer lui, lui semble être la meilleure des solutions, la plus simple probablement. Mais elle sait qu'une fois qu'il ne sera plus devant elle, elle se détestera tout autant du rôle qu'elle a joué dans tout ça. Et comme si ces deux dernières années n'avaient pas eu lieu, elle revivra ces moments difficiles qui se sont déjà produit, au moment de leur séparation. « Je ne m’excuserais jamais assez pour cette humiliation dont tu n’avais pas besoin. Mais cela ne changera pas ce que tu ressens, ta haine à mon égard et je l’a comprends, je l’accepte. J’aurais aimé que les choses se passent autrement parce que .. Peu importe. Je vais te laisser et je ne t’importunerais plus ne t’en fais pas. C’est la dernière fois que tu me vois. » « Tant mieux.. je ne veux plus te revoir.. » Qu'elle lui dit, alors qu'il a déjà le dos tourné, prêt à s'en aller. Ce n'est qu'au moment où elle ne le voit plus qu'elle se permet de respirer, laissant libre cours à ses sentiments de s'exprimer. Des larmes, par dizaines s'écoulent le long de ses joues sans qu'elle n'ait aucun moyen de les calmer. Elle tente de les essuyer de sa main, mais rien à faire, elles reviennent toujours plus nombreuses. Et c'est détruite, qu'elle se retourne, pour rentrer chez elle, pour pouvoir une nouvelle fois, faire le deuil de tout ce qu'elle aurait pu avoir, mais n'aura jamais. Où elle pourra laisser sa tristesse s'exprimer, sans qu'une personne ne la voit.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: we clawed, we chained, our hearts in vain w/ruth   

Revenir en haut Aller en bas
 
we clawed, we chained, our hearts in vain w/ruth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Jeux Vidéos] La Saga "Kingdom Hearts"
» Noblesse oblige (Kind hearts and coronets)
» Pandora Hearts
» Kingdom hearts
» Toraware no minoue / Captive hearts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: bury the evidence. :: archives rp-
Sauter vers: