AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture du forum, en savoir plus ici.

Partagez | 
 

 josiah, cut my life into pieces

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Josiah Bauer

avatar
posts : 23
avatar : david thewlis
crédits : andahar. (ava), ceriztoxic (sign)
ɷ statut : séparé
✎ métier : artiste, sculpteur et peintre
✌ age : 51 ans

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: josiah, cut my life into pieces   Ven 11 Aoû - 0:33


josiah bauer
- this is my last resort -


 
NOM, PRÉNOM josiah bauer âGE 51 ans, et il les fait, parfois, souvent ORIGINES l'allemagne coule dans ses veines, même si sa mère préférait dire enfant du monde. sans doute le traumatisme, encore STATUT séparé, elle est partie avec son fils il y a vingt ans, il ne sait même pas où ils sont en ce moment. loin, très certainement MÉTIER artiste, ça a jamais payé un loyer. heureusement, il a hérité de sa maison avec jardin. un tout qui s'entretient avec quelques cultures illégales, quelques œuvres vendues malgré tout. un succès éphémère, mais il est persuadé qu'à sa mort tout prendra de la valeur, alors il continue  TRAITS DE CARACTÈRE pervers - créatif - narcissique - talentueux - jaloux - subtil - charmeur - hypocrite - délicat - orgueilleux - cultivé - hautain AVATAR david thewlis GROUPE 35%/65% SCENARIO OU INVENTE ? inventé


  - First kisses didn’t necessarily require darkness and alcohol
(un) On dit qu'il n'y a rien de plus beau qu'un enfant. On dit, que dans leurs yeux on  voit le monde. On dit qu'il sont purs, qu'il faut les protéger, d'eux-même. Du monde. Qu'il faut éviter que la réalité brute ne les détruise à petit feu. Pourtant on oublie qu'ils grandissent, on oublie qu'ils deviennent un jour des adultes. On oublie de les prévenir que dans dix ans, dans vingt ans, ils seront vraiment grands. Qu'ils auront des responsabilités, qu'ils devront s'intégrer. On l'a pas dit à Josiah, qu'il fallait grandir. On lui a pas dit ce qu'on attendait de lui, quelle place il devait avoir dans le monde. Alors il a choisi tout seul Josiah, il serait un artiste, Josiah. Pour vivre toujours de rêves et d'aventures. (deux) La réalité, elle rattrape. Elle est là, en toile de fond, oppressante. Que c'est pas toujours la joie qu'on raconte dans les livres pour enfant. Josiah, il a quitté l'Allemagne, il avait trois ans. Il s'en souvient pas, s'en souviendra jamais, et n'y retournera sans doute jamais. Sa mère n'aurait pas supporté le voyage retour, les restrictions et le malheur qui régnait encore dans son quartier malgré qu'elle n'était qu'un bambin pendant la guerre. Ses souvenirs étaient trop durs. De toute façon, elle lui a dit, elle en mourait s'il voulait y aller. (trois) Ne cesse jamais de rêver, c'est ce qu'on lui a dit, au bambin qu'il était. La vie est belle, il suffit de regarder les fleurs éclore malgré la morosité, qu'on essayait de poétiser. La fibre artistique, elle vient du père, qui s'est barré sitôt l'enfant prononçant ses premiers mots. La concurrence lui faisait peur, sans aucun doute. La mère, elle a essayé, elle a fait de son mieux pour élever l'enfant nuage. Lui a offert une belle vie, en Amérique, une culture à s'approprier, pour oublier les racines douloureuses. (quatre) Il a toujours été l'étranger Josiah, même s'il n'avait pas d'accent. Il était l'étrange, plutôt, celui qu'on osait pas se mettre à dos, qui intriguait, mais pas assez pour briser la glace. Il a jamais compris, peut-être était-il né avec sur le front un avertissement écrit à l'encre invisible ? Il sait pas, il préfère oublier. Oublier qu'il faisait semblant d'avoir des amis, pour faire plaisir à sa mère. Laisser croire qu'il était censé les rejoindre au cinéma alors qu'il trainait dans les rues à passer le temps. A l'école, les crayons étaient ses alliés, passant du brouillon au croquis élaboré, confisqués régulièrement et brûlés devant lui par le professeur. Il arrêtait pas pourtant, même s'il se taisait, restait dans son coin. Il avait du mal parfois Josiah, n'ayant jamais parlé l'anglais avant d'entrer à l'école. Il comprenait pas tout, alors il lisait. Beaucoup, souvent, pour pas avoir cette étiquette en plus sur le dos, celle de l'illétré et de l'imbécile. Il l'aurait jamais supporté Josiah, trop fier déjà. (cinq) C'est quand il a grandit Josiah que les gens se sont intéressés à lui. Que les gens se sont dit que, peut-être, Josiah n'était pas si ridicule, avec sa palette de couleur et son pinceau. Que ce qu'il peignait, c'était beau. Que ce qu'il sculptait, c'était sublime. Par contre sa poésie, personne n'en voulait vraiment, même pas lui. Il a toujours préféré les pièces de théâtre à la poésie, de toute façon. Les médisants disaient qu'il ferait une très bonne carrière de potier, à l'usine, comme les autres. Mais Josiah, il s'est battu, il était hors de question qu'il le fasse, qu'il rentre dans le moule, qu'il soit comme tous les autres. Josiah il se disait unique, et il le clamait haut et fort. (six) L'usine pourtant, son cauchemar, son anti-muse, ce monstre immense qui avale chaque jour les ouvriers, il l'a vu de près. Parce qu'il y avait cet enfant, à venir. Pas le sien, pourtant. Le ventre gonflé et les joues bouffies de larmes, elle était venue à lui pour de l'aide. Son amie, une des seules, qu'il aimait depuis toujours. Le salaud qui l'avait mise en cloque, évanoui dans la nature, elle s'est tournée vers le seul qui pouvait, peut-être, encore faire quelque chose pour elle. Fou d'elle, il a laissé tomber son chevalet pour l'enfer, gaspillant cinq ans là-bas. Cinq ans, avant de tout envoyer bouler à nouveau, la muse envahissante, impérieuse, qui a toujours été plus forte que l'amour qu'il portait à sa demoiselle en détresse. (sept) Elle en a eu assez la belle, d'être partagée si peu équitablement. Il passait tout son temps dans l'atelier, alors qu'elle s'occupait de l'enfant, qu'il aimait pourtant. Mais c'était pas son fils. Ça l'a jamais été, et il a même raté l’anniversaire de ses sept ans. Elle lui en a toujours voulu, parce qu'il n'avait pas d'excuse, selon elle. Lui pourtant, avait passé la semaine nuit et jour à peindre comme si sa vie en dépendait. (huit) Elle a pris sur elle pendant trois ans, alors qu'il cherchait de nouvelles sensations. De nouvelles muses, dans des soirées où régnait l'alcool la drogue et d'autres femmes. Il a eu beau lui jurer n'avoir partagé la couche de quelqu'un d'autre, elle ne le croyait plus. Alors, elle est partie. Du jour au lendemain, plus une trace d'elle et son fils. Josiah, il en a eu le cœur brisé, et il s'est réfugié, plus fort, dans les sensations et la débauche. Échappatoire, alors qu'il est obligé de retourner vivre chez sa mère, l'appartement coutant trop cher pour lui seul. (neuf) On a toujours dis que les artistes, c'étaient des torturés. On a toujours dis qu'il fallait du désespoir, des frasques et des fantasmes, pour faire un bon artiste. Que sans ça, ils n'étaient que des bohémiens, des bons à rien. Sans doute que Josiah est un cliché, parce que c'est après qu'elle l'ait quitté qu'il a produit les plus belles œuvres. Les plus poignantes, les mieux vendues. Il a fait le tour de l'Amérique, avec son agent, et même plus que ça, quatre ans durant. Relation secrète, cachée, Josiah, il sait garder un secret, surtout les siens. Il en a vendu, des peintures et des sculptures, ses deux matières de prédilection depuis l'adolescence déjà. Mais pourtant il s'éloigne, la passion s'amenuise. Ni disputes ni effusions, comme d'un commun accord. L'artiste, il rentre chez lui, de l'argent plein les poches, alors que son ancien amant fait face à des tourments. Comme s'il avait senti le vent tourner, et était parti à temps. (dix) Une lettre oubliée sur un coin de la table, quelques lignes mortuaires, mais surtout l'héritage. Ce père inconnu, mort en laissant derrière lui multiples écrits, multiples prestations dans les théâtres allemands. Un patrimoine conséquent, mais pas de valeur sentimentale. Le père, qui n'a jamais voulu voir son fils, a raconté à tous qu'il était sans enfants, pour éviter de partager. On emporte rien dans l'au-delà pourtant, il a du l'oublier au passage des quarante années à apprendre ses rôles par cœur. L'avare lui allait si bien. (onze) Personne ne reste, pas avec lui. A croire qu'il est dur à vivre, qu'il est impossible à supporter. Que ses muses sont plus importantes que le reste, qu'il préfère rester dans le vague plutôt que dans le concret. D'autres appelleraient ses muses des démons, ce qu'elles sont au regard de certaines mythologies, comme lui a dit un jour cette femme qu'il aimait tant. La veille de son départ, d'ailleurs. Josiah, il a plus jamais revu son fils adoptif par la suite. Sans doute qu'il ressemble plus à son père qu'il a jamais voulu se l'avouer. Il a pourtant besoin de croire qu'il est meilleur que lui, dans tous les domaines. Qu'il sera meilleur que ce fantôme égoïste, niant la réalité, la vérité qu'il masque.  (douze) Il est de ces hommes qui vivent de sensations, de nouveautés, qui se lassent des matins mornes. De ces hommes, qui prennent des décisions radicales, qui déchirent pour reconstruire par dessus. De ces hommes qui ont besoin d'aventure, de fraicheur. Malgré l'âge qui transparait, l'homme refuse la vieillesse. Refuse de continuer à accumuler les années, se considère comme jeune à jamais. L'herbe au bord des lèvres, il participe à ces soirées d'artistes, à ces rassemblements, souvent. Amusé, de voir ces gens parfois si peu talentueux, à chercher reconnaissance alors qu'ils passeront leur vie à compter les grains de riz dans leurs assiettes. (treize) Il y a ces gamins, que Josiah voit presque tous les matins. Ces même gamins qui jettent des cailloux dans les fenêtres, braillent fort pour s'entendre vivre. Ces gamins, qui s'acharnent sur les maisons voisines, mais pas la sienne. Il paie en herbe, en pseudo poèmes pour leurs élues du jour. Il s'amuse, de les voir souriant, et pour les plus grands, bien souvent défoncés. Parfois il les invite à diner, commande des pizza et ils matent netflix toute la soirée. C'est sa façon d'avoir du monde chez lui, puisque les parents, les voisins, le considèrent juste comme la bizarrerie du coin. Celui qui est là depuis toujours et qui bougera sans doute jamais. Y'a déjà eu des rumeurs pas très nettes à son sujet, lancées par des jaloux, mais il a jamais rien eu à cacher Josiah, il préfère les adultes de toute façon, ça a toujours été clair. (quatorze) Il a des fans, l'artiste. Des gens, qui sont parfois venus frapper à sa porte de bon matin pour discuter, essayer d'avoir son influence, juste le voir, parfois. Il a jamais compris pourquoi, sans doute la faute du paternel, connu visiblement jusqu'en Amérique. Probablement qu'il est venu quelques fois, sans jamais passer chez Josiah, pourtant. Un trouillard, dont la mort a fait parler, divulguant ainsi son mensonge. Josiah, il aurait préféré rester inconnu, si ce n'est que pour être fils de. Parce qu'ils se demandent tous si le fils aurait le talent du père pour la scène, ce qu'il refuse de faire. Il serait meilleur, c'est sûr, et c'est cette conviction qui le fait rabrouer les curieux, lui donnant une réputation de râleur désagréable qu'il n'est pas réellement. Essayez seulement de vivre avec l'idée que même mort, un père qui n'a jamais voulu de vous, viens vous faire chier par l’intermédiaire de fans encombrants alors que vous mangez vos œufs brouillés un dimanche matin. Au moins, il parvient à leur vendre des portraits de ce père raté. (quinze) Josiah, il lui arrive de se réfugier des semaines dans son atelier, presque sans manger ou boire, tant il est dans un moment d'inspiration. Il a déjà écrit un livre, une fois, un roman expérimental, où tout n'est que métaphore, à tel point que parfois il ne sait même plus ce qu'il a écrit. Il a été publié pourtant, et continue d'être vendu, sous un autre nom que le sien. Il ne l'aime pas, ce bouquin, comme la plupart de ses œuvres une fois terminées. Il a pourtant déjà bien rit avec cet écrit, proposé dans les programmes scolaires. Souvent, il s'amuse à donner des avis différents dessus quand on lui demande, donnant des interprétations parfois complètement fausses à ces jeunes qui lui demandent conseil, sans savoir qu'il en est l'auteur.

 
PSEUDO/PRÉNOM    AGE 21 ans OU AS-TU CONNU LE FORUM on me l'a montré y'a quelques temps déjà CRÉDITS PHOTO ET CITATION ddlovatosrps, papa roach (last resort) AUTRE j'me pose là, j'ai vu de la lumière  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaël Cohle

avatar
posts : 104
avatar : gaspard ulliel.
crédits : ΛLDEBΛRΛN
multinicks : donovan, le dindon de la farce.
ɷ statut : retombé brutalement sur terre, plus triste que jamais.
✎ métier : artiste connu et reconnu qui commence doucement à se lasser des pinceaux.
✌ age : trente-deux ans, ange déchu.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: rajouter un kinder dans le sac à goûter d'Améthyste.
relationship:

MessageSujet: Re: josiah, cut my life into pieces   Ven 11 Aoû - 0:42

bienvenue dans la secte des perchés, tu verras ma branche est très confortable. (on pourra crotter en amoureux sur les gens normaux)
bon vivement que tu avances cette fiche que je puisse la dévorer et que les hostilités commencent.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: josiah, cut my life into pieces   Ven 11 Aoû - 1:02

C'EST MOONY
bienvenue sur le forum et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: josiah, cut my life into pieces   Ven 11 Aoû - 4:11

Ce choix d'avatar.
Revenir en haut Aller en bas
Freddie Jones

avatar
posts : 958
avatar : jamie dornan
crédits : av; vinyles idylles. sign; anaëlle
ɷ statut : célibataire depuis le départ de son âme-soeur, Lauren. Suivant les conseils de son entourage, il essaye de tourner la page.
✎ métier : pharmacien propriétaire, tout commence à se placer.
✌ age : mi-trentaine, les délicats traits de l'expérience.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: réparer la porte de derrière, tondre le gazon chez la grand-mère de maxim, terminer le bilan financier du premier semestre de la pharmacie
relationship:

MessageSujet: Re: josiah, cut my life into pieces   Ven 11 Aoû - 4:58

soit le bienvenue hâte d'en apprendre plus.

_________________

    you're so special to me, don't forget it ▲ i meant it when i said i didn’t believe in love at first sight it takes time to really truly fall for someone yet i believe in a moment a moment when you glimpse the truth within someone and they glimpse the truth within you in that moment you don’t belong to yourself any longer not completely part of you belongs to him part of him belongs to you after that you can’t take it back no matter how much you want to no matter how hard you try.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elena Marshall

avatar
posts : 328
avatar : Rachel Bilson
crédits : Shakalla
ɷ statut : Maman
✎ métier : Traductrice en free lance, styliste amateur
✌ age : 30 ans

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: josiah, cut my life into pieces   Ven 11 Aoû - 8:25

Bienvenue par ici I love you

_________________
Come and find me
Even if the sun will rise again after the night is over I already long for this moment that I can’t hold onto ▬ In the end, it’s all momentary, love is momentary. It’s just a passing dream, I don’t want to wake up yet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Josiah Bauer

avatar
posts : 23
avatar : david thewlis
crédits : andahar. (ava), ceriztoxic (sign)
ɷ statut : séparé
✎ métier : artiste, sculpteur et peintre
✌ age : 51 ans

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: josiah, cut my life into pieces   Ven 11 Aoû - 9:33

Merci à tous pour l'accueil

Amaël, je crains pour notre santé mentale, mais ce n'est pas bien grave

_________________

suffocation, don't breathing don't give a fuck if i cut my arm, bleeding. do you even care if i die bleeding? would it be wrong? would it be right? if i took my life tonight, chances are that i might, mutilation outta sight and I'm contemplating suicide. 'cause i'm losing my sight, losing my mind, wish somebody would tell me i'm fine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: josiah, cut my life into pieces   Ven 11 Aoû - 12:56

Bienvenue par ici !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: josiah, cut my life into pieces   Ven 11 Aoû - 13:57

Bienvenue avec ce merveilleux choix What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Josiah Bauer

avatar
posts : 23
avatar : david thewlis
crédits : andahar. (ava), ceriztoxic (sign)
ɷ statut : séparé
✎ métier : artiste, sculpteur et peintre
✌ age : 51 ans

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: josiah, cut my life into pieces   Ven 11 Aoû - 14:18

Mercii  

_________________

suffocation, don't breathing don't give a fuck if i cut my arm, bleeding. do you even care if i die bleeding? would it be wrong? would it be right? if i took my life tonight, chances are that i might, mutilation outta sight and I'm contemplating suicide. 'cause i'm losing my sight, losing my mind, wish somebody would tell me i'm fine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harvey Skeyne
Broken Glass
avatar
posts : 183
avatar : Tom Hiddleston
crédits : wiise (ava & sign)
multinicks : Indiana, le procureur sexy.
ɷ statut : Le rêve de sentiments trop forts, la solitude qui colle au corps. Divorcé, le coeur piétiné et la mine dégoutée.
✎ métier : Quelques traits millimétrés sur le papier immaculé. Architecte.
✌ age : Quarante années éprouvées.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: josiah, cut my life into pieces   Sam 12 Aoû - 9:50

BIENVENUE DARLING ! Contente de te voir par ici !

_________________
Only for your smile
« Today, we're just two friend, pretty fucked up, trying to do their best. We understand each other from a very long time, and I need to say, I'm just sad when you're not around. » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Josiah Bauer

avatar
posts : 23
avatar : david thewlis
crédits : andahar. (ava), ceriztoxic (sign)
ɷ statut : séparé
✎ métier : artiste, sculpteur et peintre
✌ age : 51 ans

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: josiah, cut my life into pieces   Sam 12 Aoû - 10:12

Merci ma belle  
(comme quoi, faut juste laisser mijoter l'idée, je finis toujours par craquer )

_________________

suffocation, don't breathing don't give a fuck if i cut my arm, bleeding. do you even care if i die bleeding? would it be wrong? would it be right? if i took my life tonight, chances are that i might, mutilation outta sight and I'm contemplating suicide. 'cause i'm losing my sight, losing my mind, wish somebody would tell me i'm fine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: josiah, cut my life into pieces   

Revenir en haut Aller en bas
 
josiah, cut my life into pieces
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quelques mag de pieces speciale revo
» traduction allemande en cas de commande de pieces de site ALL
» pieces d'Algerie recherchées
» Unordinary Life
» Life

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: introduce a new suspect. :: Fun and Merriment :: The Badass Seed-
Sauter vers: