AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture du forum, en savoir plus ici.

Partagez | 
 

 [Alma] Home sweet home. Well, fuck.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: [Alma] Home sweet home. Well, fuck.   Mar 27 Juin - 18:10



- - - ✯ - - -
But don't look back in anger
I heard you say

Rien n’a changé. A moins que le détail intact de ses souvenirs n’altère sa vision de la réalité et donne à Monterey, un quelque chose d’immuable. Certains ont l’air de croire que c’est en revenant à l’essence même de son être, de sa création, qu’on apprend à aimer ce qu’on a toujours détesté, mais force est de constater, pour Dan, que c’est toujours là, ancré dans sa chair, dans sa moelle. Il a quitté la ville en fronçant les sourcils, il y remet les pieds en plissant le nez, bien qu’à cet instant il n’arrive toujours pas à savoir si c’était l’odeur de gazole dans l’habitacle du taxi ou le décor inaltéré de la ville qui l’a dérangé le plus. Plusieurs jours qu’il est là et la réponse ne semble pas vouloir lui apparaître. A défaut, il a le droit à un charmant tour de propriétaire dans ses souvenirs les plus enfouis, les plus charmants comme les plus immondes, surtout ceux-ci. C’est quand même bien foutu la mémoire, à vous marteler le crâne de tous les aspects négatifs qui ont constitué votre passé, au lieu de se focaliser sur le positif. Quelle arnaque. Talons qui tapent le bitume, poumons qui se froissent, ses lèvres kidnappent le filtre de sa clope, qu’il allume après une hasardeuse réflexion, dont il n’a ni les tenants ni les aboutissants. Faut dire que si d’ordinaire Dan est du genre instinctif, plus qu’autre chose, depuis qu’il est revenu il a l’impression que ses neurones ont lâché l’affaire avant sa propre volonté; il arrive pas à penser avec logique, il arrive même pas à aligner deux mots sans bafouiller lamentablement. En somme il est dans un état plus lamentable que celui qu’on lui a toujours connu, plus jeune. Tiens.. Dans ce coin de rue, il a fumé son premier pétard après avoir volé les réserves de gros bras, avec les copains. S’il ferme les yeux, Dan peut encore se souvenir de la premier latte, comme de la douleur au réveil, le lendemain, après s’être pris la raclée de sa vie par la bande de gorilles en question. Un sourire s’inscrit sur ses lèvres et s’efface aussi vite qu’il l’a dessiné en réalisant qu’il est déjà devant les portes de l’enfer de la débauche et de l’ivresse, sans avoir eu le temps de finir d’empoisonner encore un peu ses organes. Prendra le temps que ça prendra. Le regard rivé sur le bout de cancérette, il tire dessus pour l’user jusqu’au filtre, un peu comme il use les gens jusqu’à la moelle. Cadavre vidé, jaunit, il écrase ce qu’il reste de sa clope d’un talon rageur, avant de pousser les portes pour retrouver une ambiance qui lui réussit, qui l’enchante presque. L’odeur de tabac froid, humide, de bières et de rhume, de vodka aussi, avec un peu de cacahuètes et de chips. Le mélange qui fait rêver. Dan s’arrête pas pour observer les visages, pour essayer de voir s’il reconnaît des êtres d’un passé qu’il aurait bien voulu enterrer vivant, pour l’étouffer et il s’arrête au comptoir, poussant, d’un bras bandé, le coude du type qui s’étale sur le siège à côté. Grognement à son attention, qu’il ignore pour tapoter sur le bar dans un rythme un peu plus entrainant que le morceau qui flotte dans l’air. Y a quelques années, il s’éclatait à jouer avec les musiciens du bar. D’une main levée, il essaie de capter l’attention de la nana qui joue les barmaids, plutôt que de jouer les marchandes.. Chacun son rêve d’enfant. « Hep.. tu peux m’mettre un shot de ce que t’as de mieux et une pinte ? » Le shot c’est pour se mettre en appétit, la pinte fera office de plat principal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: [Alma] Home sweet home. Well, fuck.   Dim 16 Juil - 13:35



- - - ✯ - - -
But don't look back in anger
I heard you say

Elle avait tout, Alma. Le mari parfait, la maison parfaite, le travail parfait. Le compte en banque bien rempli, des amis par dizaines. Des mensonges partis en fumée en une fraction de seconde. Sa vie n’avait rien de parfait, loin de là. Seul son sourire en guise de masque l’était. Un peu trop pour être réel, d’ailleurs. Et Alma, elle s’est toujours convaincu qu’elle était heureuse, qu’elle n’avait pas le droit de se plaindre avec une vie pareille, jusqu’au jour où elle a dansé avec la mort au point d’en aimer la vie – de vraiment l’aimer. Pas simplement de la subir par manque de choix. Non, quand Alma s’est réveillée à l’hôpital, il y avait quelque chose qui avait changé en elle, comme si toutes ses certitudes les plus ancrées avaient été déracinées pour laisser la place à de nouveaux bourgeons. Et pour leur permettre d’éclore, elle a pris les choses en mains. Renonçant au confort de l’argent et de la facilité pour vivre de nouvelles aventures, loin des faux-semblants de son ancienne vie, loin de son époux qui préfère la compagnie des hommes. Elle le sait. Depuis toujours ou d’aussi loin qu’elle s’en souvienne, mais c’était plus facile de fermer les yeux et de se voiler la face. Plus facile d’ignorer l’adversité. Mais aujourd’hui, elle est loin de tout ça Alma, à servir des cocktails derrière un bar, à être devenue la risée de son ancien country club. Mais le venin des vipères n’a plus d’effet sur elle, trop obnubilée par les nouvelles rencontres qu’elle fait, par les nouvelles choses auxquelles elle s’essaye, par son amant beaucoup plus jeune qu’elle. Et Alma, elle a trop vécu dans le regard des autres par le passé pour commettre les mêmes erreurs. Et peu à peu, les voix se fondent dans le décor comme un lointain écho qui n’a plus d’importance. Pour la première fois depuis sa naissance, Alma fait les choses parce qu’elle en a envie. Et non parce que cela semble être la suite logique ou parce qu’on le lui impose. Et si nettoyer des verres ou en servir n’est pas reconnu comme étant assez respectable, alors elle préfère ne plus être respectée par ses anciennes « amies ». - Hep.. tu peux m’mettre un shot de ce que t’as de mieux et une pinte ? Une voix étrangère qui la tire de sa rêverie. Elle relève la tête, Alma, et pose son regard sur l’inconnu à l’autre bout du bar. Elle lui adresse un franc sourire avant de lui servir un shot de son meilleur whisky ainsi qu’une pinte. – Tiens cowboy ! Qu’elle dit en faisant glisser les verres jusqu’à lui, sans en renverser une seule goutte. Une victoire pour cette nouvelle barmaid qui apprend encore et toujours les rudiments du métier. Elle regarde autour d’elle, l’endroit semble désert. Pas beaucoup de clients à cette heure de la journée. Et Alma, elle a envie de discuter, d’en savoir plus sur cet homme dont elle ne connait rien. La force du métier qui reste. – T’es nouveau dans le coin ? Elle dépose une petite assiette de cacahuètes à côté de ses verres, puis en pique une, accoudée sur le bar, prête à entendre toute son histoire.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Alma] Home sweet home. Well, fuck.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Home Sweet Home de Miss Vivi
» Home sweet home
» Chi's Sweet Home
» Chi's sweet home
» Cinq mille kilomètres par seconde de Manuele Fior

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: bury the evidence. :: archives rp-
Sauter vers: