AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture du forum, en savoir plus ici.

Partagez | 
 

 the past can hurt - Khai&Maxim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: the past can hurt - Khai&Maxim   Jeu 15 Juin - 2:10

Il y avait déjà un peu plus d'une semaine qu'il était arrivé à Monterey, au plein de milieu de la nuit, comme un fugitif. Et c'était d'ailleurs approximativement le cas. Il avait fuit la presse, ses fans, sa musique, sa tournée et pour être honnête, ça lui convenait très bien. Peut-être même la meilleure décision qu'il avait prit depuis longtemps, pour ne pas dire la seule décision, puisqu'on choisissait d'à peu près presque tout pour lui depuis les dernières années. Ses parents lui avaient, tant bien que mal et en vitesse, installé une chambre dans la petite pièce qui faisait office de bureau, car visiblement, son retour n'était pas attendu. Il n'allait pas sans plaindre ceci dit, ç'aurait été difficile de le faire de toute façon puisqu'il n'avait pratiquement pas quitté la pièce depuis son arrivée, se cloîtrant avec la résolution d'éviter tout ce qui ressemble, de près ou de loin, à de la civilisation. Faut dire qu'il avait eu plus que sa dose de sociabilisation et que l'idée de se retrouver seul et dans le silence lui semblait particulièrement alléchante. Au détail près qu'il n'avait jamais apprécié le silence. Fatalement. Khai avait donc réussit à mettre la main sur quelques disques de musique appartenant à ses parents, loin d'être fameux, mais il s'en contenterait. Il n'osait pas aller en demander à son petit frère, ce dernier n'ayant pas donné le moindre signe d’enthousiasme face à son retour, il voulait à tout prix éviter d'aller lui casser les pieds en plus. La musique de ses parents allaient donc faire l'affaire. Ou du moins durant la première moitié de la semaine, car rendu à la deuxième moitié, c'était devenu franchement pénible. Et rendu à la semaine suivante, c'était carrément invivable. Il allait devoir y remédier, et ce même si ça signifiait mettre le pied hors de la maison et faire face à cette dite civilisation. Rien de bien difficile à priori, il lui suffisait de mettre un pied devant l'autre, éviter de croiser le regard des gens. Soit il parviendrait ainsi à ne pas se faire reconnaître, soit il allait encore plus attirer l'attention sur lui parce qu'il aurait l'air bien louche. Dans les deux cas, il allait tenter sa chance. Il ne pouvait pas non plus resté enfermé dans la maison pour l'éternité, surtout s'il projetait profiter de sa toute nouvelle liberté, ce qu'il n'avait pas vraiment fait jusqu'à maintenant. Ou presque. Il avait quand même eu le temps de faire du rattrapage dans ses jeux-vidéos.

Khai flanqua donc une casquette sur sa tête, question de cacher ses cheveux qui, disons-le, le trahiraient beaucoup trop facilement. C'était une malédiction d'être roux, tout le monde le savait. Et juste pour être certain que le camouflage allait faire son effet, il cacha ses yeux derrière des lunettes de soleil, finalisant la démarche en remontant le capuchon de son hoodie sur sa tête. Il allait crever de chaud oui, mais c'était toujours mieux que de griller son anonymat. Déjà qu'il y avait très peu de chance que sa présence reste secrète bien longtemps, il n'allait pas faire exprès pour être reconnu dès sa première sortie dans la ville. Khai prit donc la direction du quartier de Fisherman's Wharf, après avoir rapidement demandé à sa mère où il était possible de trouver un disquaire dans le coin. Ce n'était pas bien difficile de s'orienter et il trouva donc assez rapidement ce qu'il cherchait. Et tout ça sans même avoir attiré l'attention d'un curieux sur sa personne. Un miracle. Il en avait presque oublié ce que c'était de pouvoir circuler en paix dans une rue. Machinalement, il poussa la porte du petit magasin, balayant l'espace du regard pour s'assurer qu'il n'y avait pas foule. Un ou deux autres clients, en train de fouiller dans les disque, c'était parfait. Il s'avança à son tour dans les rayons, se dirigeant du côté des vinyles -parce que c'est franchement mieux que les CDs, oui-. Sans porter la moindre attention à ce qui se passait autour, il commença à analyser les possibilités, ou du moins jusqu'à ce qu'une voix l'interpelle pour lui demander s'il cherchait quelque chose en particulier. Khai releva aussitôt le nez pour poser son regard sur la brunette qui se tenait de l'autre côté du rayon, lui faisant face par-dessus la table. Normalement, il lui aurait simplement répondu que non, il faisait que regarder, juste question de s'en débarrasser pour replonger dans sa bulle, mais il n'en fit rien, restant figé sur son visage pendant quelques 'un peu trop longues' secondes. Il devait certainement être en train d'halluciner. « Euh...ouais...» Non. Il ne cherchait aucun titre en particulier, c'était faux, mais c'était tout ce qu'il avait réussit à bêtement articuler. Et c'était toujours mieux que de rester planté là comme une truite hors de l'eau, sans rien dire. « Je cherche...qu'est-ce que tu crois que je devrais prendre? » Beau rattrapage, ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: the past can hurt - Khai&Maxim   Jeu 15 Juin - 14:54


Lorsqu'elle quitta pour le boulot, Maxim ne manqua pas de saluer sa grand-mère d'un geste de la main. Celle-ci se balançait tranquillement sur sa chaise extérieure, un thé vert à la main. Elle lui répondit du même signe, avant de l'observer prendre la voiture. N'ayant pas tellement de l'argent à mettre sur ce genre de chose, la brunette utilisait celle de grammy Lin vue qu'elle était rendu trop vieille pour véritablement s'en servir. Elle payerait l'entretiens de base et les réparations si nécessaire. Une fois installée, elle démarra en s'empressant d'allumer le lecteur CD. Rien de mieux que de conduire avec de la bonne musique. Dans ses bons jours, elle se laissait aller à chanter pour elle-même, sachant qu'elle n'avait pas trop de talent en la matière. Disons qu'elle se débrouillait pour ne pas fausser et puis voilà. Ce matin, elle était plutôt plongée dans ses réflexions. Roulant à basse vitesse dans le centre de la ville, elle s'arrêta pour récupérer un café au service à l'auto, avant de finalement arriver à destination. L'unique disquaire du coin. Lentement, elle agrippa son café, ses clés de boutique et son sac. Aujourd'hui elle s'occupait de l'ouverture, mais de temps en temps, c'était aussi elle qui fermait le soir. Passant par l'arrière boutique, elle désactiva le système d'alarme, tout en déposant ses choses sur le comptoir de caisse. Bizarrement, après huit mois à vivre ici, elle pouvait enfin dire qu'elle vivait une sorte de routine. Du genre faire toujours les mêmes choses, aux mêmes heures et mener une sorte de vie tranquille où elle n'avait pas besoin de se questionner sur rien. Répéter les mêmes gestes, machinalement et attendre que la journée passe. Pas tout à faire le genre de vie qu'elle avait espéré au départ, mais elle s'en contenterait. Cette stabilité lui avait au moins apporté du bon. Max avait arrêté de déprimer et de errer dans LA sans but. Elle s'était repris en main. Ça n'avait pas été facile au début, mais au moins elle allait mieux et ce job lui permettait aussi d'être payée et d'amasser de l'argent.

Normalement, elle n'avait jamais été portée sur le service à la clientèle, mais quand il s'agissait de parler de musique, ça ne l'embêtait pas autant. Elle était capable de conseiller à peu près n'importe qui, peu importe le style choisi. Voyant que c'était calme pour l'instant, Max fit un tour des rayons pour déposer quelques albums par ordre alphabétique et ranger un peu ce qui traînait. Un type attira tout à coup son attention, alors qu'il venait tout juste de franchir la porte du magasin. Dans le genre bizarre, on ne pouvait pas faire mieux. Casquette et capuchon de hoodie sur la tête, en plus de ses lunettes de soleil, à l'intérieur. Oh elle avait déjà vue ce look des centaines de fois à LA. Mais ici? Pratiquement jamais quoi. Personne ne se baladait vêtu ainsi. Et question d'attirer encore plus son attention, c'est les vinyles que monsieur regardait. Surprise, elle arqua un sourcil, avant de s'approcher. Quel drôle d'oiseau n'empêche. Doucement, elle l'aborda une fois face à lui. « Tu cherches quelque chose en particulier? » Il releva tout à coup le nez dans sa direction, l'observant quelques instants. Hum? Quoi? Est-ce qu'il parlait une autre langue? Ou alors, il n'était clairement pas réveillé celui-là. Un fêtard? Difficile de dire, elle ne pensait pas l'avoir déjà vue dans le coin avant aujourd'hui. « Euh...ouais...» Ah ça y est, il savait parler oui. Bonne nouvelle. « Je cherche...qu'est-ce que tu crois que je devrais prendre? » Hésitante, elle eut une bulle au cerveau pendant un moment. Tiens, cette voix. Comme une voix connue de ses oreilles. Vraiment trop bizarre ça. Est-ce que c'était ce type qui faisait en sorte de rendre cette conversation aussi étrange? Va savoir. Max haussa les épaules face à sa question. « Ça dépend de ce que tu aimes écouter ou non, mais je peux bien te faire quelques suggestions oui... » Elle glissa sa main en direction des vinyles, déplaçant les couvertures cartonnés de ses doigts. Lorsqu'elle tomba sur un bon titre, elle le retira habillement pour le lui tendre. « Oasis, groupe rock britannique très populaire entre 1994 et 1998, mais toujours aussi bon aujourd'hui... » Elle poursuivit, agrippant une autre couverture. « J'ai aussi Pink Floyd, The Wall parce que c'est un classique quoi... » Max lui pointa ensuite d'autres possibilités. « ...Metallica, Kiss ou encore les Beatles... » Oui bon, tout le monde connaissait tout ça. Elle ne savait juste pas si c'était bien dans sa branche ou non. Parfois, pour des raisons qu'elle ignorait, les gens détestaient vivre dans le passé. Ce qui n'était pas son cas. Le passé, c'était l'histoire après tout. Et si on aimait la musique, on savait déjà tout ça. Impossible de cracher sur les grands maîtres. La brunette le laissa donc réfléchir, récupérant pour elle-même la pochette du vinyle des Rolling Stones, love you live. L'image en question avait été peinte à la main, comme un tableau. Il s'agissait d'une toile peinte à l'aquarelle et au fusin. Ça l'avait toujours intrigué. Pourquoi choisir ce dessin? La musique et l'art avait toujours fait bon ménage après tout. L'explication était sûrement aussi simple que cela. Voyant que son étranger se tenait toujours là, elle tourna la tête vers lui, incertaine s'il avait oui ou non trouvé ce qu'il voulait.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: the past can hurt - Khai&Maxim   Dim 18 Juin - 20:03

Suivre son évolution était une chose assez facile. Nous n'aurons pas la prétention de dire que Khai était partout, mais disons que sa vie était à portée de clique. Il suffisait d'une petite recherche et on pouvait trouver pratiquement tous ses aléas des dernières années. Des informations plus ou moins fiables dans certains cas, mais les grandes lignes ne mentaient pas. Ce n'était pas ainsi pour tout le monde. Il était plutôt difficile de surveiller la vie de quelqu'un avec qui l'on avait perdu contact depuis longtemps, quand cette personne n'était pas ce qu'on pouvait appeler une célébrité. Et pourtant, quand Khai releva les yeux sur la vendeuse qui lui faisait face, il était presque absolument convaincu qu'il s'agissait de Maxim. Ça faisait un bail qu'il ne l'avait pas vu, dans ses souvenirs, elle était beaucoup plus jeune, mais ça ne changeait rien. C'était elle, il en était certain. Il n'aurait jamais oublié le visage de celle qui, à une certaine époque, représentait pratiquement son monde tout entier. Sa meilleure amie. Pendant une fraction de seconde, il faillit même en oublier sa couverture pour se dévoiler, s'assurer qu'il ne se trompait pas et qu'elle le reconnaîtrait aussi. Le problème c'est qu'elle n'était pas la seule qui était susceptible de le reconnaître. Il devait donc jouer le jeu, du moins tant qu'il y aurait des témoins. Khai resta donc camouflé derrière ses lunettes et sous casquette et capuchon, ne trouvant rien de plus intelligent à dire que de lui demander conseil sur ce qu'il devrait prendre en matière de musique. Le rouquin récoltait les vinyles qu'elle lui tendait, n'y portant pratiquement aucune attention. Il l'écoutait, même s'il n'était pas certain de seulement comprendre ce qu'elle lui disait, son attention étant surtout sur elle, alors qu'il la détaillait, curieux de voir à quel point elle pouvait avoir changé. Et tant pis si ça jetait un malaise sur la situation, il ne s'en préoccupait même pas. Il finit d'ailleurs par étirer un sourire, qu'il s'empressa tout de même de faire disparaître, parce qu'un sourire est parfois suffisant à trahir une personne.

Il s'empressa plutôt à hocher la tête, baissant les yeux sur les pochettes qu'elle lui avait donné. Il était ici pour acheter de la musique après tout. « Parfait...je vais tous les prendre. » Ce n'était pas la meilleure technique pour étirer le temps ça, non. Il devait trouver autre chose. Une question peut-être, histoire de faire la conversation. Une question sur la musique, ce serait moins creep que de commencer à l'interroger sur elle alors qu'elle n'avait pas la moindre idée de qui il était. « Tu prendrais Led Zeppelin ou...Aerosmith? » Bon ce n'était pas fameux non plus. Depuis quand il était si nul pour faire la conversation? Parler aux gens, c'était une grosse partie de son métier pourtant. Il devait trouver autre chose. « Je viens juste d'arriver...je suis venu voir ma famille et j'ai rien du tout à écouter...je vais me faire quelques réserves. » Il marqua un temps d'hésitation avant de poursuivre. « T'as l'air de bien t'y connaitre, tu...travailles ici depuis longtemps? » Voilà, pour étirer le temps, c'était déjà plutôt bien, mais il allait avoir besoin d'une meilleure idée s'il voulait pouvoir lui parler en dehors du magasin. Une idée allait bien lui venir oui, il lui suffisait juste de gagner assez de temps pour la trouver. Il n'allait quand même pas lui proposer une date comme un sale dragueur louche qui harcèle les vendeuses. C'est un jetant un bref regard à la ronde que l'idée lui vint. Khai reporta son regard sur la brunette alors qu'elle revenait vers son comptoir. « En fait...j'aurais vraiment besoin d'aller...au toilette...vous en avez pas une...derrière, que je pourrais emprunter? » Carrément louche, mais c'était sa meilleure option pour le moment. Si elle pouvait lui montrer le chemin et qu'il avait l’occasion de disparaître de la vue des autres clients...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: the past can hurt - Khai&Maxim   Mer 21 Juin - 0:00


Son petit doigt continuait de lui souffler intérieurement qu'il y avait vraiment un truc de pas normal avec son client. Ce n'était pas juste à cause de son apparence non. Elle n'était pas du tout le genre à juger en fonction du choix vestimentaire. C'était autre chose, en dehors de ça. Un peu comme un déjà-vue qu'il est impossible d'expliquer rationnellement. Malgré tout, elle respecta sa demande et elle le conseilla donc du mieux qu'elle le pouvait en ne sachant absolument rien sur lui ou sur ses goûts en la matière. Valait mieux y aller avec des classiques dans ce cas là. Il pourrait bien choisir un titre ensuite et puis voilà.  « Parfait...je vais tous les prendre. » Max arqua un sourcil sur le coup, tout de même étonnée qu'il puisse se permettre ce genre de cadeau. Après tout, ça coûtait tout de même cher un vinyle. Sauf qu'elle n'était pas là pour juger son porte feuille non plus. « Super... » Oui bon, ça lui ferait surtout une très belle vente, pas de quoi se plaindre. C'est le patron qui serait content. « Tu prendrais Led Zeppelin ou...Aerosmith? » Quoi? Encore un de plus? L'observant quelques secondes, elle récupéra une autre pochette avant de la lui donner. « Aerosmith, Dream On est un chef d’œuvre... » Led Zeppelin ce n'était pas mauvais pour autant, mais elle avait tout de même ses préférences, comme n'importe qui dans la vie. Apparemment, il tenait vraiment à ce qu'elle le guide, donc elle pouvait bien se permettre de l'influencer un peu. Et maintenant que c'était fait, elle pouvait désormais effectuer ses autres tâches de la journée, question d'avancer un peu.  « Je viens juste d'arriver...je suis venu voir ma famille et j'ai rien du tout à écouter...je vais me faire quelques réserves. » Ou pas. Levant les yeux vers lui, elle étira un subtile sourire en coin. Il venait d'arriver hum? Pas que c'était évident, mais vue le look, disons juste que ce n'était absolument pas typique des gens d'ici. Elle aurait donc pu parier qu'il était nouveau. « T'as l'air de bien t'y connaitre, tu...travailles ici depuis longtemps? »  Okay, voilà qui commençait à faire beaucoup de questions en peu de temps. Est-ce qu'il s'agissait de sa technique de drague? Du genre, tu viens souvent ici? Incertaine, elle fit tout de même l'effort de lui répondre gentiment et honnêtement. On envois pas bouler un client qui va se payer autant de vinyles. « J'aime la musique depuis que je suis petite et je travaille ici depuis quelques mois à peine. Je vivais à LA avant de déménager dans le coin... » Elle haussa les épaules, pas certaine de ce qu'il pouvait bien faire de cette information là. Mis à part que non, elle n'avait pas des années d’expériences dans cette boutique. Et il était hors de question de lui expliquer pourquoi. Ça n'était pas de ses affaires. Bien que sympathique avec les gens, elle n'était pas la fille qui racontait sa vie au premier venue. Elle préférait encore s'en tenir aux conversations de base et ne pas détailler plus qu'il ne le faut. Parfois, elle savait qu'elle était un véritable mystère pour les autres. Tant mieux.

Et maintenant, c'était l'heure de payer la facture oui. Maxim se dirigea donc vers son comptoir pour terminer tout ça. Sauf qu'une fois de plus, son client l'arrêta. « En fait...j'aurais vraiment besoin d'aller...au toilette...vous en avez pas une...derrière, que je pourrais emprunter? » Elle soupira. Cette fois-ci, il devenait vraiment lourd. Comme s'il ne lui en avait pas assez demandé, maintenant il voulait aller aux toilettes. Jetant un coup d'oeil à la pile de vinyle qui attendait sagement sur le comptoir, elle roula les yeux rapidement avant de répondre. « Ouais okay, je dois juste récupérer la clé... » Max fouilla dans son sac, poussant son cahier à dessin dans un coin et attrapant plutôt le petit trousseau de clés. Elle lui fit ensuite signe de la suivre, parce que cette dite toilette se trouvait carrément dans le back store et était normalement utilisé par les employés seulement. Quoi qu'il en soit, elle espérait surtout qu'il se dépêche et ne traîne pas trop. Une fois à l'arrière, elle lui déverrouilla la porte. « Autre chose? » Quelque chose lui disait qu'il était justement sur le point de lui demander encore un truc. Même avec son accoutrement, elle le sentait venir. Et si c'était pour avoir son numéro, il pouvait toujours courir, car elle ne se gênerait pas de lui faire savoir qu'il existait des moyens plus subtile et moins freak pour faire ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: the past can hurt - Khai&Maxim   Dim 25 Juin - 1:22

Dans les faits, le plan était d'une réelle simplicité. Disparaître des regards, et la saluer en se dévoilant officiellement. En pratique cependant, c'était un peu moins simple, parce que Khai n'avait pas la moindre idée de ce qu'il était censé lui dire. Il ne pouvait pas simplement lui balancer un bonjour et lui demander comment elle se portait, comme deux personnes se voyant tous les jours le feraient. Alors qu'était-il censé faire? La saluer, s'excuser? S'excuser d'être disparu de sa vie, et de ne pas avoir eu le courage de la recontacter ensuite? Lui dire qu'il était conscient d'avoir été le pire et le plus terrible des meilleurs amis. C'était à condition qu'elle accepte seulement de l'écouter, ou encore qu'elle le reconnaisse. Bon...sans doute...sa tête était tellement publique, impossible qu'elle ne sache pas qui il était. Sauf si elle avait vécu les dernières années sur une île déserte, ce qu'il ne savait pas à vrai dire, car rappelons-le, il n'avait pas eu de ses nouvelles depuis trop longtemps. À vrai dire, peut-être que la meilleure idée restait celle de passer son chemin sans se dévoiler, après tout c'est comme on dit, ce qu'on ne sait pas, ne fait pas de mal. Sauf que voilà, égoïstement ou pas, il n'avait pas envie de repartir, pas sans avoir eu l'occasion de lui parler. Khai ne pouvait pas simplement ignorer tout ses souvenirs et faire comme s'ils n'avaient jamais existé. Surtout pas à ce moment de sa vie, où il avait désespérément besoin de normalité, d'avoir l'impression de n'être qu'un gars comme les autres, à nouveau. Et un gars comme les autres, saluerait probablement sa meilleure -ou ex meilleure- amie s'il la croisait par hasard. Il ne devait pas se défiler, pas une autre fois, pas maintenant que la vie lui offrait un semblant de deuxième chance en remettant Maxim sur son chemin. Et tant pis s'il passait pour un emmerdant ou un bizarre au passage. Il sourit donc quand elle répondit à sa question pour lui expliquer très vaguement sa présence à Monterey et dans ce magasin. Puis, il tenta sa chance en prétextant un besoin d'aller au toilette, se doutant que cette dernière devait se trouver en arrière boutique et qu'elle n'allait pas le laisser y aller sans surveillance.

Et il avait vu juste. Bien qu'elle ne semblait pas du tout enchantée par l'idée, elle finit par accepter en rétorquant qu'elle devait juste récupérer la clé. Parfais, ça voulait dire qu'il lui restait 2 minutes tout au plus pour trouver ce qu'il allait bien pouvoir lui dire,  sauf qu'à la seconde, rien ne semblait approprié à la situation. Peut-être qu'il pouvait aussi simplement la laisser parler. Ou peut-être qu'il allait se défiler et aller faussement au toilette pour sauver les apparences. Khai la suivit donc quand elle lui montra le chemin, un peu plus nerveux à chaque pas qu'il faisait, se rapprochant du moment où elle allait s'arrêter. Ce qu'elle finit évidemment par faire, juste après lui avoir déverrouillé la porte de la toilette. Impossible de s'en sauver cette fois. Dans un moment d'hésitation, il resta planté sur place, avant de jeter un bref coup d’œil à la ronde, pour s'assurer qu'il n'y avait personne d'autre. Pourquoi c'était si difficile? Probablement parce qu'il appréhendait sa réaction, mais qu'importe ce qu'elle pensait, ça allait être justifié. Il s'était comporté comme un vrai connard et il devait en assumer les conséquences. Et surtout il devait réagir avant qu'elle finisse par vraiment s'inquiéter de son comportement étrange. D'un geste rapide, Khai tira donc sur ses lunettes de soleil d'une main, tout en retirant sa capuche et sa casquette de l'autre. Après quoi, il ramena son regard dans le sien. « C'est moi, Max. » Il marqua un nouveau temps de silence et devant celui de Max, il finit par conclure rapidement qu'il valait peut-être mieux qu'il élabore un peu plus. « Je pouvais pas te le dire en avant, parce que je veux pas qu'on me reconnaisse. » Bien, nul? Il ne savait pas trop. Probablement nul. Tout devait être nul venant de lui, à ce stade. « Je savais pas que t'étais à Monterey...» Non évidemment, il ne savait pas, comme tout le reste. Peut-être qu'il valait mieux qu'il n'ajoute rien d'autre pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: the past can hurt - Khai&Maxim   Lun 26 Juin - 14:14


Visiblement, un truc clochait avec l'attitude de son client. Peut-être était-il claustrophobe et l'idée d'aller s'enfermer dans une toute petite toilette le rendait nerveux. Elle n'était sur de rien désormais. Entre le type totalement freak ou le mec juste stressé, c'était difficile à dire. Malgré tout, elle se savait capable de gérer la situation. Que pouvait-il vraiment se passer en fait, hum? Une révélation du genre, Max, je suis ton père? C'était que dans les films ses choses là. Et pourtant, son inconnu retira tout à coup ses lunettes de soleil, sa casquette et sa capuche, révélant ainsi son visage. Stupéfaite, elle le fixa sans aucune réaction. « C'est moi, Max. » Mais heu. Quoi? Comment? Bien sûr que c'était lui. Elle ne connaissait pas une dizaine de gars roux! Juste un seul. Juste lui. Son meilleur ami. Khai... pas possible. Non, non. Elle rêvait. Pourquoi est-ce que Khai serait ici même, dans sa boutique, avec elle? « Je pouvais pas te le dire en avant, parce que je veux pas qu'on me reconnaisse. » Effectivement! C'était quoi cette idée stupide de se cacher comme un putain de voleur? Bordel, il aurait pu le dire avant! Plusieurs émotions contradictoires la traversa soudainement. Il avait l'air bien, plus grand et plus...vieux. Puis vint ensuite la colère de la rancune. C'était lui qui avait brisé les ponts, c'était lui qui était parti vivre sa vie de rêve, sa vie de star. « Je savais pas que t'étais à Monterey...» Okay juste stop. La brunette leva une main pour le faire taire. Son crâne allait exploser. C'était trop. Elle inspira profondément, encore troublée. Khai était devant elle. De retour, après tout ce temps et voilà qu'elle ne trouvait même pas les mots pour exprimer quelque chose, n'importe quoi. Secoue toi un peu merde! Parle, dit quelque chose, fait quelque chose. Mais quoi!? Salut, contente de te revoir? « Qu'est-ce que tu veux Khai... » Un peu froid, mais au moins elle avait eu une réaction. Soutenant son regard, elle poursuivit. « Me saluer avant de repartir à nouveau? Renouer avec le passé? » Elle soupira avant de sentir un élan de rancœur remonter en elle. « Tu crois pas qu'il est un peu trop tard pour ça? » Il avait eu absolument tout ce qu'il désirait et maintenant quoi? Il voulait son pardon? Fuck off oui. Ce n'était pas un truc qu'il pouvait lui acheter anyway.

Elle recula d'un pas avant de s’appuyer contre le mur et de croiser les bras d'un air plutôt mécontente. Bien sûr qu'il était désolé. Quoi d'autre? C'était facile de s'excuser après tout. Sauf qu'il ne comprenait pas du tout la situation. Il ne s'agissait plus du tout d'excuses désormais. « Tu sais, t'as changé et moi aussi, c'était peut-être une bonne chose que nos chemins se sépare. » L'hypothèse du tout est bien ainsi. Qui sait. C'était sans doute pour le mieux, non? Ou alors, elle était juste bêtement fâché qu'il revienne vers elle de cette façon là. Pourquoi ici et maintenant? Tellement de foutu question dont elle n'avait pas les réponses. « Quoi? Être super riche et célèbre ce n'est pas suffisant? Réaliser tes rêves et mener la vie parfaite... » Elle planta son regard dans le sien, sérieuse. « On a pas tous cette chance là » Se cacher pour passer incognito dans ce petit village et puis quoi encore? Quel était le problème? Il avait voulu tout ça, il l'avait souhaité et espéré. Max se souvenait très bien que dans le temps, ils parlaient tous les deux du jour où ils seraient super célèbre, de vrais artistes oui. Lui il pourrait chanter et jouer de la musique. De son côté elle pourrait ouvrir une grande galerie d'art et vivre à travers la liberté d'expression. Sauf que son rêve à elle, il ne s'était pas réalisé. Et que ça faisait mal. L’échec. La déception. Le sentiment d'être la seule qui ne pourrait jamais avoir ce qu'elle voulait. C'était tout ça qui faisait en sorte qu'elle était ici aujourd'hui, dans cette ville et chez ce disquaire. Elle n'avait pas réussi non et elle devait l'oublier. Khai représentait justement ce qu'elle n'avait pas pu avoir et... et bien ça faisait chier qu'il le lui remettre en face. Bon sens, elle voulait oublier et non pas se souvenir. Se souvenir de lui, du bon temps, de son enfance et de son monde avec lui. De comment elle était bien et heureuse dans sa bulle d'innocence. Désormais, ils n'étaient plus que deux jeunes adultes encrés dans la réalité de la vie. « Je croyais juste ne plus jamais te revoir.... » Est-ce qu'il comprenait maintenant? Le coup qu'elle encaissait sans même s'y être préparée un jour?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: the past can hurt - Khai&Maxim   Dim 2 Juil - 15:38

Bon peut-être que dans un espoir inavoué à lui-même, Khai aurait espéré une réaction heureuse de la part de Max. Vous savez, le genre de retrouvaille comme on voit dans les films, les deux amis perdus se jetant dans les bras l'un de l'autre. Trop beau et trop cliché pour être vrai visiblement. De toute façon, il n'aurait pas osé y croire, non. S'il avait espéré revoir Maxim un jour, il s'était toujours attendu à une réaction plus ou moins hostile de cette dernière, ça cadrait mieux avec son caractère après tout. Alors bon, quand elle finit par lui demander sèchement ce qu'il voulait, il n'était pas trop surprit. Puis, ce n'était pas une mauvaise question non plus. Qu'est-ce qu'il voulait au juste? Quel était le but de tout ça? Ce n'était pas non plus comme s'il était venu à Monterey pour ne plus en repartir. Tôt ou tard, il allait devoir reconnecter avec sa vie de célébrité et retourner faire ce qu'on attendait de lui - faire de l'argent. « Me saluer avant de repartir à nouveau? Renouer avec le passé? » Toutes ces réponses? Ou aucune de ces réponses en fait. Il ne savait pas. Il voulait juste lui parler, voilà. « Tu crois pas qu'il est un peu trop tard pour ça? »   Ça non, il ne le croyait pas. Il n'est jamais trop tard pour bien faire non? Ou plutôt, pour mieux faire. Il ne pouvait pas croire qu'il était impossible d'obtenir son pardon, même si elle lui disait, il n'y croirait pas. Est-ce qu'il devait répondre maintenant, ajouter quelques chose? Peut-être essayer de contourner sa colère, qui était tout de même légitime cependant. Non, il valait mieux qu'il la laisse finir, qu'elle dise bien tout ce qu'elle souhaitait dire, il pouvait l'encaisser, il le méritait. Il la laissa donc prendre un pas en arrière, alors qu'elle alla s'appuyer contre le mur, comptant presque les secondes qui passaient avant qu'elle ne parle à nouveau.

« Tu sais, t'as changé et moi aussi, c'était peut-être une bonne chose que nos chemins se sépare. »   Encore une fois, il allait fermement refuser d'être d'accord avec ça, mais Khai se contenta à nouveau de conserver le silence, sentant bien que Maxim n'avait probablement pas finit de vider son sac. « Quoi? Être super riche et célèbre ce n'est pas suffisant? Réaliser tes rêves et mener la vie parfaite... » La bonne blague, si seulement elle savait ce qu'était vraiment cette soit disant vie de rêve. Bon d'accord, ce n'était pas que du mal, ce n'était pas l'enfer non plus. Il était et vivait probablement mieux qu'une grande majorité de gens, peut-être même que de s'en plaindre était un véritable crime, mais ce n'était pas tout rose non plus, c'était loin d'être la vie parfaite dont il avait lui-même rêvé avant de s'y retrouver. Sauf que ça, les magazines ne le racontent pas, il faut le vivre pour le comprendre. Et il crevait bien d'envie de lui dire, que pour tenter de freiner son hostilité, mais à quoi bon? Ça n'allait peut-être qu'empirer la situation. Qu'est-ce qu'elle dirait, si là maintenant, il commençait à se plaindre d'avoir ce que tous les jeunes de leur âge, ou presque, rêvent d'avoir? Il aurait l'air de ces riches qui passent leur temps à se plaindre, pendant qu'ils mangent avec leur cuillère en or. En somme il aurait l'air d'une petite vedette pourrie gâtée qui n'est jamais satisfaite de rien et qui trouve tout les prétextes imaginables pour faire un caprice. C'était ce que les gens pensaient systématiquement. C'était probablement l'un des préjugés les plus difficiles à défaire. Les gens célèbres n'avaient pas le droit de se plaindre, ils n'avaient pas le droit d'avoir des problèmes, leur vie parfaite ne les autorisait pas à le faire. Et visiblement, c'était ce que Maxim pensait aussi. Ceci dit, il n'allait pas lui en tenir rigueur. Il ne pouvait qu'espérer la faire changer d'avis, ou au minimum, lui faire comprendre qu'il n'était pas entièrement responsable de tout. « Je croyais juste ne plus jamais te revoir.... » Cette fois, elle avait finit, il le savait. C'était à son tour de parler. Khai hocha la tête. « Oui, je sais...je sais que...j'ai disparu, j'ai coupé les ponts avec toi, avec tout le monde. Je savais pas comment faire Max, je comprenais pas ce qui se passait, j'ai juste suivit le mouvement...» Il soupira. Ce n'était pas génial comme excuse, ce n'était même pas des excuses. Peut-être qu'il valait mieux qu'il commence par ça. « Je suis désolé. J'aurais pas du te mettre de côté et je l'ai comprit crois-moi...mais je savais plus comment revenir en arrière. J'ai changé oui, ma vie a changé et...» Ce n'était pas comme il le pensait? Ce n'était pas si simple? Ce n'était pas lui qui contrôlait? Non. Il avait décidé qu'il ne devait pas se plaindre. « Je te demande pas de me pardonner, je le mérite pas. Je veux juste...laisse-moi une chance de te parler, peut-être que je peux t'expliquer...ou au moins...ça me manque tu sais...nous. » Khai étira un léger sourire, avant de reprendre son air embêté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: the past can hurt - Khai&Maxim   Mer 5 Juil - 22:11

Elle savait très bien qu'elle était présentement en train de réagir plus fort que nécessaire. Sauf que ses émotions la poussait à se montrer dur et à le repousser avec ses questions et ses commentaires au goût épicé. Elle n'avait jamais voué de haine envers son ex-meilleur ami, loin de là. Peut-être était-elle simplement sous le choc. Quoi qu'il en soit, un flot de souvenir remontait à son esprit comme une vague qui déferle contre le sable. Elle revoyait tout dans sa tête. Son enfance, lorsqu'elle était gamine et qu'elle allait jouer chez lui. Ils faisaient des dessins avec de la craie ou encore ils courraient dans le jardin avec des petits pistolets à l'eau. Elle se revoyait supplier ses parents pour avoir la permission de dormir chez lui et de passer la nuit à rigoler pour un rien. Max lui fabriquait une tonne de bracelet d'amitié, qu'il ne se lassait pas de porter. Elle jouait aussi avec ses copains à lui, au ballon ou encore dans le parc pour enfants. Sans parler des séances de dessins un jour de pluie ou encore de faire des casses têtes et du bricolage en tout genre. Et puis ils avaient vieillis aussi, il y avait eu les promesses d'une amitié éternelle que personne ne pourrait briser. Les rêves qu'ils partageaient tous les deux et leur projet lorsqu'ils seraient grands et adultes. Toutes ses belles choses qui s'étaient envolées aussi vite qu'il était parti. En un coup de vent. Elle s'était ennuyée au début, elle avait tenté d'avoir de ses nouvelles. Son grand frère avait commencé à lui faire comprendre qu'il serait probablement difficile de rester amie avec une célébrité et qu'elle ferait mieux de tourner la page pour ne pas l'attendre encore des années. Après tout, elle pouvait se faire de nouveaux amis. Sauf que ce n'était pas si simple et que tous ses projets à elle n'arrêtaient pas de tomber à l'eau et d'échouer constamment. Elle n'arrivait pas à rien et ça la faisait chier de voir que lui, continuait de grandir et d'évoluer dans un tout autre monde qui paraissait tellement simple et merveilleux. Avoir tout ce que l'on voulait. Voyager. Faire des rencontres intéressantes. Passer à la télé. Avoir des fans et des gens qui s'intéressaient à sa vie. Oui, ça semblait être parfait.

Lorsqu'elle cessa finalement de parler, la brunette leva les yeux vers lui, incapable de prendre une décision. Que faire? Le repousser encore plus? Lui laisser une chance? Pour l'instant, elle était prête à le laisser parler un peu et à écouter. Peut-être serait-elle ensuite en mesure de faire un choix. « Oui, je sais...je sais que...j'ai disparu, j'ai coupé les ponts avec toi, avec tout le monde. Je savais pas comment faire Max, je comprenais pas ce qui se passait, j'ai juste suivit le mouvement...» Au moins il savait ça oui. Qu'il était le responsable et qu'il avait disparu de sa vie. Elle conserva le silence, parfaitement au courant de la situation. « Je suis désolé. J'aurais pas du te mettre de côté et je l'ai comprit crois-moi...mais je savais plus comment revenir en arrière. J'ai changé oui, ma vie a changé et...» Oh, maintenant il s’excusait réellement? Il était désolé, il reconnaissait ses erreurs. Et puis quoi? Et il attendait qu'elle lui pardonne, qu'elle le rassure et qu'elle lui dise que ce n'était pas grave? Toujours indécise, elle soupira, tout comme lui d'ailleurs. Ça devenait drôlement inconfortable tout ça. « Je te demande pas de me pardonner, je le mérite pas. Je veux juste...laisse-moi une chance de te parler, peut-être que je peux t'expliquer...ou au moins...ça me manque tu sais...nous. » Alors là, il faisait vraiment exprès oui! Boudeuse, elle glissa les mains dans ses poches avant de fixer le sol à ses pieds. Il voulait une chance, un opportunité de parler et d'obtenir très certainement son pardon. Ses derniers mots continuaient de peser sur ses épaules. Oh ça lui manquait à elle aussi, même si elle ne se l'avouait pas. Rien que sa présence la rendait tellement nostalgique. Une partie d'elle voulait l'agripper et ne plus jamais le laisser partir. « Tu peux me parler oui, cette porte là n'est pas fermée complètement » Max redressa la tête pour lui jeter un regard sérieux. Ça va, elle savait encore discuter avec lui. C'était ce qu'ils faisaient en ce moment même. « Je ne sais juste pas si...je peux te laisser revenir dans ma vie, comme avant... » Et cette fois-ci, elle parlait de leur amitié. De leur complicité et de leur confiance. C'était la partie qui semblait risqué. Elle ne souhaitait juste pas en souffrir. « Tu es désolé et je le suis moi aussi...quand je repense à avant, ça me manque également... » La nostalgie du passé et d'une vie sans aucun problème, sans aucun soucis. Lentement, elle glissa une main dans ses cheveux. Quel bordel tout ça. C'était dur de tout démêler. « Peut-être que j'ai aussi des choses à te dire ou à expliquer, alors je suppose qu'il faudra le faire éventuellement pour...voir ensuite ce que ça donnera » Très subtilement, la brunette étira un sourire aux coins de ses lèvres. Non, elle n'était pas totalement hostile vis à vis de lui. Pas au point de le repousser immédiatement. « Comprend juste tout n'a pas été si facile pour moi et que te voir de loin réaliser tes rêves, c'était... » Quel gentil mot pouvait-elle employer? « chiant » On ne change pas le caractère d'une Maxim aussi aisément. Chiant, oui.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: the past can hurt - Khai&Maxim   

Revenir en haut Aller en bas
 
the past can hurt - Khai&Maxim
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Confiture de pastèque (ou melon d'hiver)
» Denier de Tibère (PONTIF MAXIM) [WM n° 1743]
» Tales of the Past
» L'Ombre du passé / The shadow of the past
» [3DS] THE LEGEND OF ZELDA : A Link to The Past...le remake

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: bury the evidence. :: archives rp-
Sauter vers: