AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture du forum, en savoir plus ici.

Partagez | 
 

 phevie | Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Evie Rhodes
∞ tous les chemins mènent à tes yeux
avatar
posts : 1089
avatar : Gemma Arterton
crédits : la signature est de lion's tears, l'avatar est d'#AJL.
multinicks : rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier elise owen, l'agneau aux dents de loup.
ɷ statut : amoureusement dévouée à l'homme de sa vie : Phillip Jones. Future maman discrète sur le sujet, elle met tout en oeuvre afin de cacher son petit ventre.
✎ métier : propriétaire et gérante du Rosine's café.
✌ age : 29 années d'insouciance volontaire.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: phevie | Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver   Dim 25 Juin - 1:25


La voilà soutenue et portée par des bras forts, ceux de son homme qui vient de saisir le message. Evelyn n'est pas une femme qui sait garder les secrets, enfin, si, mais il lui est difficile de ne pas partager d'heureux secrets. Il y a de cela quelques semaines, avant que cette affreuse dispute n'éclate entre eux, elle avait fait part à Phillip qu'elle devait se rendre chez le médecin, enfin, faire un gros bilan de santé. La jeune brune s'était persuadé que si ses sens s'étaient amplifiés ce n'était qu'à cause du stress de l'organisation de son mariage à venir et étant de nature nerveuse elle ne s'était pas plus posée de questions. Il est simple d'occulter certaines évidences, croyez moi. Quoi qu'il en soit elle s'y était rendue, des mois plus tôt le gynécologue qui la suit lui avait annoncé que ses ovaires étaient paresseux. 4 centimètres de diamètres au lieu de 2,5 pour la moyenne des femmes. Oui, Evie était une femme couillue. Des ovaires donc paresseux qui seraient compliqués à régler et surtout difficiles à réveiller si concevoir était dans ses projets. Elle n'en n'avait rien dit à Lip puisque la conception telle qu'on l'entend n'était absolument pas au goût du jour. Insupportable petite demoiselle. Finalement, après des examens sanguins et un check up d’absolument tout ce que son corps pouvait être capable de contracter l'annonce fut faite. La semaine passée. Nouvelle accueillie avec surprise puisque mademoiselle Rhodes était sous contraception, micro dosée certes, mais contraception tout de même et qu'elle avait eue la charmante visite de ses copines, les anglais avaient débarqués quoi, pour peu de temps, mais tout de même. Quoi qu'il en soit, de stupeur elle gifla le médecin spécialisé avant de fondre en larmes. Phillip avait quitté la maison et se trouvait dieu sait où dans un état d'esprit qu'elle ignorait, son mariage se retrouvait même remit en question. Puis il y eut les retrouvailles, c'est sans doute égoïste de sa part, mais elle n'a même pas pensé à lui en parler. 2 semaines de grossesse, 4 semaines aménorrhées, un début et peut-être un faux départ. Eux qui apprennent encore à se découvrir... Le souffle chaud de Phillip dans son cou la fait frissonner, est-elle certaine qu'il ait saisit la nuance, après tout n'est-il pas trop tôt ? Il a 44 ans, elle en a 30, si elle avait grandit dans une famille juive sa mère lui aurait certainement demandé ce qu'ils attendaient pour concevoir, dommage pour elle, sa mère est décédée. "Mon coeur..." elle dit dans un souffle en glissant ses doigts dans les cheveux de son futur époux, elle dépose même sur son crâne un tendre baiser. "Cela ne fait que trois semaines et..." elle ignore comment les grossesses se passent chez les Jones, de son côté, on attend toujours d'être sur que le bébé va bien rester et grandir là où l se trouve avant de ne sauter de joie. Le stress l'inquiète. Puis merde, va falloir retoucher la robe une ou deux fois avant le grand jour. "Je ne t'ai rien dis parce que..." c'est une excellente question, mis à part le fait qu'ils ont été séparés puis trop occupés à se retrouver, quelle est son excuse, une bien valable, celle qui pardonne le fait qu'elle ait gardé ce secret tout ce temps. Evie déglutis silencieusement, prend le visage de son homme entre ses mains et le regarde droit dans les yeux. "On va attendre un petit peu avant de sauter de joie et crier sur les toits qu'on va avoir un bébé..." c'est une sécurité, la Evie n'est pas pessimiste, mais fragile comme elle l'est, si ce début de grossesse devait se solder par un échec cuisant, elle aurait bien du mal à regarder monsieur Jones dans les yeux. "Ne pense pas que je ne comptais pas te le dire, mais..." l'appréhension, encore et toujours cette anxiété qui lui fait voir le verre à moitié vide. "Tu es heureux !?" un constat qu'elle finit par exclamer, qu'il n'aille pas penser qu'elle cherchait à lui faire un bébé dans le dos, ha ça non, elle l'aime trop pour le trahir de cette façon. Mais en pensant à agrandir la famille, il faut également penser à une chambre de plus, au fait qu'ils ne pourront pas voyager comme ils le désiraient, qu'ils ne vivront pas comme Evelyn l'avait imaginer. On peut définitivement dire adieu à Margaret Fletcher pour ce soir.

_________________
I feel like it's my fault
we're all standing with our backs against the wall, sooner or later. Trying to swim but you're sinking like a stone. Baby it's like we're walking on a wire through the fear, take my hand and we'll get there.
sooner or later we're gonna make it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phillip Jones
Admin | I'll be forever yours.
avatar
posts : 1003
avatar : NCW
crédits : wiise (sign)
multinicks : le psy déjanté
ɷ statut : Ex-futur marié, le mariage est tombé à l'eau, merci Robert. Depuis, il s'esquive. Ils n'ont toujours pas remis le sujet sur le tapis avec Evie. Ils devraient pourtant, vu qu'elle est enceinte.
✎ métier : Prof de Self-Defense (09/2016), depuis le 12 juillet, il bosse peu; avant il était un flic dans une unité anti-terroriste (2002-2016), et encore avant adjoint du Shérif de Monterey (1995-2001)
✌ age : 44 années de presque sagesse, car oui, tout est dans le "presque"

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: RDV chez le psy à 14h, je prends mon aprèm ensuite. le diner est pour moi ce soir. vélo sorti => suze jalouse.
relationship:

MessageSujet: Re: phevie | Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver   Lun 26 Juin - 21:02

– Tenue – Il ne sait pas très bien s’il réalise vraiment ce qu’Evelyn vient de lui dire à demi-mots. Il la porte, la tenant fermement contre lui. Son nez enfoui dans son cou, il réalise très lentement. Cette vie qui est désormais la sienne… Un an en arrière, il n’y aurait pas cru. Se trouvant alors en Finlande, à traquer le terrorisme dans une unité spéciale, une diseuse de bonne aventure aurait lu dans les lignes de sa main et lui aurait annoncé qu’il allait se marier et devenir père, il lui aurait souri gentiment. Pour ne pas la vexer car il n’aurait pas prêté foi à ses mots. Une balle peut ôter une vie. Elle a également le pouvoir d’en changer une autre, en l’occurrence la sienne. Phillip bouge un peu quand Evie le sort de la douce torpeur dans lequel il s’installe. Il redresse à peine la tête, sentant ses lèvres dessus. Trois semaines. Et il ne l’apprend que maintenant ? Doit-il lui en vouloir ? Il en est bien incapable.

Sa fiancée tente d’expliquer son silence. Il plonge son regard dans le sien, lui exprimant silencieusement que ce n’est rien. Ils sont restés dix jours loin l’un de l’autre. Il ne lui en veut pas si l’annonce de sa grossesse n’a pas été sa priorité. Au contraire, une autre qu’elle, aurait pu sauter sur l’occasion pour le récupérer plus facilement. Il comprend, ou alors l’annonce de cette nouvelle lui fait perdre complètement la tête. Evie tente une nouvelle fois de se justifier sans parvenir à y arriver. Quand elle lui demande s’il est heureux, il ne répond rien, la faisant languir un peu. « A ton avis ? » Il quitte la cuisine, Evie toujours dans ses bras pour regagner le coin salon. « Je vais me marier, être père, et passer le reste de ma vie avec la femme dont je suis éperdument amoureux. Est-ce c’est assez pour me rendre heureux ? » Avec douceur, il dépose sa compagne sur le canapé, celui-là même qui a abrité le méfait de Margaret Fletcher. Il ne s’écarte pas, restant au-dessus d’elle, déposant un baiser sur ses lèvres. « Tu chamboules ma vie entière Evelyn May Rhodes, allant même jusqu’à mettre en route ce petit être plus tôt que prévu. » Est-ce un reproche ? Pas vraiment, il faut être deux, donc il est tout autant responsable qu’elle. Et peut-on parler de responsabilité alors qu’ils étaient d’accord pour fonder une famille. C’est juste que cette étape de leur vie va arriver plus tôt que prévu et ils vont devoir composer avec. Aménager une des pièces de la maison en chambre pour bébé. Tellement de choses à faire quand ils le pourront car évidemment Phillip est en accord avec les propos de sa future femme. Il est trop tôt pour sauter de joie, même si l’idée de la paternité le réjouit. Jusqu’alors, ils avaient des secrets l’un pour l’autre, voici un changement, un secret qui leur est propre et qui ne concerne pour l’heure actuelle personne d’autre. « Je t’aime. » Ces trois petits mots, il ne se lasse pas de lui dire alors qu’avant elle, il avait du mal à les sortir. Il les disait bien quelques fois pour sa famille, beaucoup plus rarement quand c’était une personne avec qui il sortait. Ses doigts suivent la ligne du visage de la jeune femme. « Et toi, es-tu heureuse ? » Si on parle jusque présent de son bonheur à lui, il se préoccupe du sien. Car même si le sujet a été évoqué, cela ne veut pas forcément dire qu’Evie se sent prête à devenir mère si tôt dans leur relation.  

_________________
what about now, what about today
« What if you're making me all that I was meant to be ? What if our love never went away ? What if it's lost behind words we could never find ? Baby, before it's too late, What about now ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evie Rhodes
∞ tous les chemins mènent à tes yeux
avatar
posts : 1089
avatar : Gemma Arterton
crédits : la signature est de lion's tears, l'avatar est d'#AJL.
multinicks : rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier elise owen, l'agneau aux dents de loup.
ɷ statut : amoureusement dévouée à l'homme de sa vie : Phillip Jones. Future maman discrète sur le sujet, elle met tout en oeuvre afin de cacher son petit ventre.
✎ métier : propriétaire et gérante du Rosine's café.
✌ age : 29 années d'insouciance volontaire.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: phevie | Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver   Sam 1 Juil - 23:38


Il semblerait que depuis leur rencontre beaucoup de choses aient changées, Evelyn était à mille lieues d'imaginer qu'elle se marierait, elle qui n'avait pas plus de chance en amour qu'un aveugle dans un jeu de fléchettes. Elle ignorait que tant de merveilleuses choses lui arriveraient quand elle a rencontré Phillip. Un homme trop bien pour elle, voilà ce qu'elle se disait. Non, jamais elle n'avait eut de chance, non pas qu'elle se soit résignée à voir le verre à moitié vide, loin de là, mais elle n'avait pas grand espoir et était loin d'imaginer qu'elle serait une femme comblée. Evie commençait à se dire qu'après Oscar elle s'offrirait quelques chats qui finiraient par la dévorer après qu'elle se soit éteinte dans sa grande maison de Peeble Beach. Puis vint le cheveux sur la soupe, l'ange tombé tout droite du ciel, l'homme idéal : Phillip. Mais dans tout ça, est-elle heureuse ? Ses yeux ne lâchent pas son aimé, ils le scrutent, le sondent, ils sont mystérieux. S'il pose la question c'est évidemment que la réaction de la jeune femme reste pour lui un mystère. Un enfant, si tôt, eux qui ne se fréquentent que depuis quelques mois et qui son sur le point de se marier. Tôt. Elle l'aime, elle n'a pas de toute sur le fait que le reste de sa vie elle souhaite le passer à ses côtés, elle s'imagine déjà à ses côtés, grisonnants tous deux, assis sous le porche de leur maison à scruter l'horizon main dans la main, surveillant leurs petits enfants et raconter les péripéties de leur histoire d'amour, leur coup de foudre. Bordel, qu'elle est heureuse. "J'ai peur." qu'elle balance alors, c'est sec, net et franc. La brune prend une profonde inspiration sans cesser de fixer son fiancé, ses lèvres s'étirent doucement dans une esquisse de sourire. Bien sur qu'elle meurt de peur, parce qu'ils cohabitaient difficilement avec Oscar, alors avec un bébé. Ils n'ont jamais parlé d'éducation, elle ignore tout de l'idée que Phillip se fait de la paternité. Ecole privée, école publique ? Et elle qui a manqué d'une mère, sera t-elle à la hauteur ? "Je me pose mille questions, tu sais..." non bien sur qu'il ne sait pas, ou peut-être qu'il s'en doutait. Il doit lui aussi se demander tout un tas de choses, mais lesquelles ? "Je ne savais pas comment tu allais prendre la nouvelle, alors je dois admettre que je stressais..." elle a ajouté dans un petit rire nerveux. Être l'enfant d'une porn star, est-ce que les enfants vont se moquer de lui, le pointer du doigt ? Tout à coup Evelyn a l'impression d'être Lindsay Lohan et craint que l'on ne s'en prenne à son enfant pour ses erreurs passées, qu'arrivera t-il si ses camarades de classe lui montrent d'affreux clichés d'elle dans de drôles de positions. "C'est assez mitigé en fait, je crois que je préfère attendre d'être certaine qu'il est bien installé et que tout se passera bien." c'est dans un franc sourire qu'elle articule ces paroles, après tout, le risque zéro n'existe pas, demandez au professeur Malcolm de Jurassic Park, il vous le dira. Il va falloir qu'Evelyn use d'ingéniosité pour que sa wedding planneuse ne se doute pas de sa grossesse, oui, parce qu'à quelques semaines du mariage, il va lui falloir retoucher sa robe. Elle tend les bras et glisse ses doigt dans la chevelure blonde de Phillip, elle l'attire vers ses lèvres et le dévore tendrement, s'autorisant même à mordiller d'envie sa lèvre inférieure. "Je suis tellement rassurée que tu le prennes comme ça, j'avais peur que tu penses que j'essaye de te garder avec un bébé." référence à leur dispute une nouvelle fois. Non elle n'avait pas eu l'envie de lui annoncé la nouvelle sur un texto, il aura fallut du temps à Phillip pour avaler cette affreuse nouvelle, alors un bébé... Ses doigts se referment sur la chevelure blonde de son homme, ses lèvres frôlent doucement les siennes. "Phillip Charles Jones, nous allons vivre heureux pour toujours avec un bébé, qui - je l'espère - tiendra de son père..." que ça soit son caractère, ses bons ou ses mauvais côtés, son intelligence ou même sa beauté. Cet enfant sera extraordinaire, elle le sent.

_________________
I feel like it's my fault
we're all standing with our backs against the wall, sooner or later. Trying to swim but you're sinking like a stone. Baby it's like we're walking on a wire through the fear, take my hand and we'll get there.
sooner or later we're gonna make it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phillip Jones
Admin | I'll be forever yours.
avatar
posts : 1003
avatar : NCW
crédits : wiise (sign)
multinicks : le psy déjanté
ɷ statut : Ex-futur marié, le mariage est tombé à l'eau, merci Robert. Depuis, il s'esquive. Ils n'ont toujours pas remis le sujet sur le tapis avec Evie. Ils devraient pourtant, vu qu'elle est enceinte.
✎ métier : Prof de Self-Defense (09/2016), depuis le 12 juillet, il bosse peu; avant il était un flic dans une unité anti-terroriste (2002-2016), et encore avant adjoint du Shérif de Monterey (1995-2001)
✌ age : 44 années de presque sagesse, car oui, tout est dans le "presque"

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: RDV chez le psy à 14h, je prends mon aprèm ensuite. le diner est pour moi ce soir. vélo sorti => suze jalouse.
relationship:

MessageSujet: Re: phevie | Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver   Lun 3 Juil - 21:12

– Tenue – Une simple question dont la réponse se révèle être un véritable mystère pour Phillip. Lui est certain de ce qu’il ressent, le doute s’installe dans son esprit quant à ce que pense sa fiancée. Il est tôt, peut-être même beaucoup trop tôt dans leur relation pour parler d’eux à trois et non plus à deux. Naturellement, à l’annonce de cette grossesse, il n’a pas douté, s’accommodant comme à chaque fois de ce que la vie et le destin lui réservent. Il espérait avoir Evelyn encore quelques mois pour lui seul, jouant en quelque sorte à l’égoïste. Le destin en décide autrement, alors qu’il en soit ainsi. Il est heureux, il n’y a pas de doute sur le sujet. Son bonheur se lit dans ses prunelles et il le doit uniquement à cette femme qu’il ne se lasse pas de regarder et qu’il ne souhaite plus quitter. C’est comme un conte de fée excepté qu’ils ne sont pas dans un rêve. Il scrute ses prunelles, cherche la réponse à sa question dans celles-ci. Elle prend son temps pour lui répondre et quand enfin elle se lance, la réponse ne le choque pas. La peur est une émotion humaine. Celle de l’inconnu, de ne pas savoir ce que la vie leur réserve. Il comprend cette peur même s’il ne la ressent pas. Pour l’instant, il ne cherche pas à aller plus loin, c’est sans doute pour cette raison qu’il ne ressent pas cette peur, ni qu’il ne se pose plein de questions. Oh, il en a bien quelques-unes qui lui trottent dans la tête, mais de là à arriver à un millier, il en est encore loin. « On trouvera une réponse pour chacune… » Ensemble car si elle s’attend à ce qu’il les fournisse de lui-même, il en sera bien incapable. Il n’est qu’un homme après tout. Il sourit. Elle stressait à cause de sa réaction. Est-il à la hauteur de ce qu’elle espérait ? Elle seule possède la réponse à cette question. « On le saura quand si c’est bon ? » Il a connaissance qu’en général on lui fait toute une batterie d’examens quand il s’agit de sa santé. Et pour celle du bébé ? Il s’interroge, se demande s’il va en être de même. Également si elle voudra bien de lui à chaque rendez-vous ou si elle préfèrera y aller seule. Il ne lui en voudra pas si tel est le cas, même si cela le contrariera d’être mis de côté. Chose qu’il ne souhaite pas, et s’il le faut, il n’hésitera pas à passer à faire pencher la balance en sa faveur pour qu’elle le laisse être présent. Même si cela veut dire employer des méthodes auxquelles elle ne peut résister comme répondre au mordillement qu’elle exerce sur sa lèvre. « Tu n’as pas besoin d’un bébé pour me garder Evie. » Leur amour lui suffit. Il effleure à peine ses lèvres. Sa main remonte le long de sa jambe, se glissant sous la jupe de son aimée. Il a des idées en tête pour fêter cette nouvelle, elles ne sont pas très avouables. Pourtant, à la dernière phrase de sa fiancée, un franc sourire nait sur les lèvres de Phillip, mettant de côté les envies qui lui trottaient dans la tête. « On est mal barré s’il me ressemble. Je n’étais pas si… calme enfant. Mes parents pourront t’en raconter des tonnes qui te feront changer d’avis. » Son côté calme, apaisant, il se l’est forgé au fil des années. Son enfance et sa jeunesse a été plus tumultueuse qu’elle ne le pense. Du moins, si c’est ce à quoi elle fait référence en désirant que leur bébé tienne de lui. « Peu importe de qui il tiendra, on s’en fiche. Il sera aimé comme un prince, ou une princesse. » Avec beaucoup trop d’amour de la part de ses parents, et c’est sans compter sur le clan Jones qui est également doué quand il s’agit de famille. « J’espère juste que ça sera une fille que je pourrai enfermée dans une tour jusqu’à sa majorité et pour qui je ferai subir un interrogatoire en règle à tous ses prétendants. » Plaisante-t-il ? A cet instant, c’est le cas. Ses yeux sont rieurs. Rien ne sera moins sûr pour le futur car il ne sait pas du tout comment il réagira, c’est trop tôt pour le dire. Se redressant légèrement, il fait glisser sa chemise, l’enlevant, avant de revenir au-dessus de sa fiancée. « Je ne peux même plus dire qu’on doit s’entraîner pour faire un bébé, c’est triste. » Ou pas. Ses lèvres s’accrochent à celles d’Evie, ils n’ont jamais eu besoin de cette excuse pour ne faire plus qu’un et ils en sont tous les deux bien conscients.

_________________
what about now, what about today
« What if you're making me all that I was meant to be ? What if our love never went away ? What if it's lost behind words we could never find ? Baby, before it's too late, What about now ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evie Rhodes
∞ tous les chemins mènent à tes yeux
avatar
posts : 1089
avatar : Gemma Arterton
crédits : la signature est de lion's tears, l'avatar est d'#AJL.
multinicks : rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier elise owen, l'agneau aux dents de loup.
ɷ statut : amoureusement dévouée à l'homme de sa vie : Phillip Jones. Future maman discrète sur le sujet, elle met tout en oeuvre afin de cacher son petit ventre.
✎ métier : propriétaire et gérante du Rosine's café.
✌ age : 29 années d'insouciance volontaire.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: phevie | Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver   Mar 4 Juil - 22:02


Quand saura t-on que le bébé est si bien accroché que ni la future maman, ni le bébé ne sont pas en danger ? D'ici 4 semaines. Ses yeux papillonnent, comme ci elle ne s'attendait pas à avoir à répondre à cette question, pourtant la surprise ne se lit pas dans son regard, c'est autre chose. Le médecin lui a annoncé sa grosses, mais étant facilement stressée et possédant deux magnifiques burnes à la place des ovaire,s la grossesse pourrait s'avérer à risques, d'autant plus qu'elle est asthmatique. L'asthme et la grossesse ne font pas bon ménage, d'autant plus si on ne le contrôle pas, une crise d'asthme trop importante pourrait priver le fœtus d'oxygène, de plus elle pourrait mettre au monde un prématuré à cause de ça. L'inquiétude est peut-être ce que l'on lit dans ses yeux. Elle entre ouvre les lèvres, mais se ravise. Elle ne veut pas l'inquiéter le futur papa, elle se trouve déjà inquiétante toute seule, il n'a pas besoin de ça. Elle se dit qu'il a choisit la mauvaise femme à épouser et à qui faire des enfants. Ce bébé n'a pas encore vu la lumière du jour et ressemble certainement à un pépin de melon à l'heure actuelle que sa vie se trouve déjà menacée. Evelyn n'a pas envie de se retrouver alitée, obligée d'attendre le retour de son homme toute la journée et être dans l'incapacité de travailler. Elle ne veut pas que Phillip la traite comme une handicapée. Elle ne répond rien, parce qu'il change de sujet, ou presque, bien sur qu'elle n'a pas besoin d'un bébé pour le garder près d'elle, mais elle se trouve rassurée de l'entendre, parce que ça fait du bien.
Elle lâche un petit rire en l'imaginant plus jeune semer le trouble et le chaos avec ses frères et sa sœur, courir partout et faire hurler maman Jones. Elle a déjà eut vent de quelques uns de ces souvenirs et d'ailleurs elle ne l'avoue pas, mais à bien du mal à croire que son Lip ait pu être une terreur, lui qui semble si calme tout le temps, toute en retenue et convenable. Evelyn devrait savoir que l'habit ne fait pas le moine, elle, la gentille gérante du Rosine's Café qui des années plus tôt tournait dans de nombreux films pour adultes avec de nombreux partenaires de jeux. Elle secoue la tête simplement de droite à gauche. à contrario, s'il avait eut l'occasion de connaître sa mère, elle lui aurait raconté à quel point Evelyn May Rhodes était une princesse adorable, toujours prête à aider ses amis, elle ne faisait pas de vague et des mères demandaient à leur fille de la prendre pour modèle. Evie c'était la parfaite petite gamine brune, toujours polie et bien habillée, l'intellectuelle de la classe qui ne se faisait pas remarqué et qui était populaire tant pour sa beauté que pour sa douceur. Le jour et la nuit, une fois encore. "Les filles enfermées dans des tours finissent actrices de films pour adultes et toi comme moi, mon poussin, nous ne voulons pas que bébé Phevie finisse comme sa vieille mère." qu'elle lui réponds du tac au tac en riant à demi, elle ne regrette pas son passé parce qu'il a fait d'elle ce qu'elle est aujourd'hui. Elle désire simplement que son bébé choisisse une voix différente de la sienne et par la même occasion, épouse une carrière brillante dans un domaine qui lui plaira.
Elle l'observe alors en se mordant les lèvres, habillé ou dévêtu cet homme semble être parfait, toujours. Qu'il est beau. Ses yeux se posent sur sa cicatrice, cette plaie en forme de pleine lune qui l'a marqué avant qu'ils ne se rencontrent. Par balle, ses sourcils se froncent légèrement alors que du bout des doigt elle la caresse quand ses lèvres se font capturer par celles de Phillip, c'est avec envie qu'elle y répond, faisant glisser ses mains sur les omoplates de son amants. Non, ils n'auront plus à essayer, la graine a déjà été plantée. Il semblerait qu'il y ait eut du lag - latence - parce qu'elle se décide à lui répondre au sujet du bébé, quand tout ça sera bon. "Amour..." qu'elle murmure entre deux baiser, ramenant ses mains sur les joues de son homme, épousant l'ovale de son visage avec ces dernières. "Phillip..." qu'elle essaye de placer de nouveau, le repoussant doucement. "D'ici 4 semaines on devrait savoir s'il est bien accroché, mais également si lui comme moi ne risquons rien." trop dit et pas assez à la fois, elle se redresse quelque peu, sans effacer un petit sourire qu'elle veut rassurant sur ses lèvres charnues. Comment formuler ça de manière à ne pas l'effrayer ? "L'asthme et le stress ne sont pas de bonnes choses pour lui comme pour moi, et le médecin à dit que si je ne contrôlais pas mon asthme une crise pourrait provoquer d'horribles choses." funestes événements ? c'est peut-être trop fort comme mots, voilà pourquoi ce ne sont pas ceux-là qu'elle a choisit d'employer. Un quadra et une vieille pute presque stérile ça donne une grossesse compliquée. "Je te le dis parce qu'on se dit tout, mais je refuse que tu me traites comme un bébé." c'est une mise en garde effectivement, elle aurait aimé le dire dans une autre langue, mais elle ne s'en sentait pas le cœur. Elle voit déjà le visage de son amant se décomposer, elle lui fait peur avec ses mots effrayants. "Je ne suis pas en sucre, d'accord ?" elle à levé l'index dans sa direction, les yeux grands ouverts. Non elle n'a rien contre le fait qu'il prenne soin et s'occupe d'elle, mais elle refuse de se faire traiter comme une vieille dame en passe d'y laisser sa vie.

_________________
I feel like it's my fault
we're all standing with our backs against the wall, sooner or later. Trying to swim but you're sinking like a stone. Baby it's like we're walking on a wire through the fear, take my hand and we'll get there.
sooner or later we're gonna make it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phillip Jones
Admin | I'll be forever yours.
avatar
posts : 1003
avatar : NCW
crédits : wiise (sign)
multinicks : le psy déjanté
ɷ statut : Ex-futur marié, le mariage est tombé à l'eau, merci Robert. Depuis, il s'esquive. Ils n'ont toujours pas remis le sujet sur le tapis avec Evie. Ils devraient pourtant, vu qu'elle est enceinte.
✎ métier : Prof de Self-Defense (09/2016), depuis le 12 juillet, il bosse peu; avant il était un flic dans une unité anti-terroriste (2002-2016), et encore avant adjoint du Shérif de Monterey (1995-2001)
✌ age : 44 années de presque sagesse, car oui, tout est dans le "presque"

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: RDV chez le psy à 14h, je prends mon aprèm ensuite. le diner est pour moi ce soir. vélo sorti => suze jalouse.
relationship:

MessageSujet: Re: phevie | Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver   Jeu 13 Juil - 11:39

– Tenue – Evelyn ne répond pas à sa question. Si cela a pour but de ne pas l’inquiéter, c’est à moitié peine perdue. Il ne peut que se sentir concerné par cette grossesse, c’est son enfant, également la femme qu’il aime. Cette dernière ne semble pas prête à aller plus loin dans la discussion. Ce n’est pas vital, ils pourront la reprendre plus tard. Rien ne presse, ils ont quelques mois devant eux, et un mariage qui va prendre tout leur temps plus les jours vont avancer. Pourtant, Phillip ne peut s’empêcher d’imaginer qu’ils aient une petite fille, pour agir comme la majorité des pères déclarent vouloir le faire avec leur progéniture. Son amusement gagne sa fiancée, seulement cette dernière le fait grimacer. Hors de question que sa peut-être future fille tourne dans des films pornographiques. Elle mérite beaucoup mieux. Comme d’un meilleur surnom. « Phevie ? Tu as une de ces imaginations mon ange. » Il sourit. L’idée de contracteur leur prénom pour nommer ainsi leur bébé ne lui serait jamais venu à l’esprit. Alors, elle est venue à celui d’Evelyn. Phevie… Cela sonne bizarre, autant que lorsqu’elle le nomme Poussin et qu’il s’insurge de ce sobriquet. Enfin bon, il ne la changera pas. Il ne souhaite pas la changer. Il l’aime pour ses qualités, ses défauts et également sa bizarrerie.
Il ne se lasse pas de cette femme, de ses mains qui se posent sur son corps, effleurant sa cicatrice, instigatrice de son retour à Monterey et de leur rencontre. Ses lèvres se déposent sur celles de sa future femme. Phillip oublie le bébé pour ne penser qu’à eux. La voix de son aimée résonne dans son oreille. Un mot d’amour, dont il ne tient pas compte, ne percutant pas que c’est le début d’un appel pour reprendre une discussion qu’il a clos. Evie le replonge dans la réalité et dans l’instant présent, en prononçant son prénom, le repoussant. Il s’écarte pour l’observer, cherchant dans son regard des réponses sur le fait qu’elle l’interrompt. Quand elle reprend la parole, il pousse un léger soupir, cachant son visage un court instant contre l’épaule de la jeune femme. Le retour est brutal, il hésite un instant à la remercier pour cette douche froide ou à la fustiger. Un mois, c’est à la fois très court et une éternité quand on espère quelque chose. « Ok, c’est noté. » Il enregistre le délai dans sa tête. Ils vont pouvoir reprendre là où ils viennent de s’interrompre sauf qu’Evelyn enchaine. Un froncement de sourcils apparait sur le visage de Phillip. Puis, celui-ci laisse la place à une légère inquiétude quand il comprend le combo stress-asthme. « Qu’est-ce que tu entends par d’horribles choses ? » articule-t-il d’une voix qu’il espère neutre. Il s’interdit de laisser courir son imagination pour mettre en scène dans sa tête des scenarii possibles et difficiles à vivre. Il veut une réponse concrète sur les risques plutôt que de l’imaginaire qui parasiterait son contrôle. Cela ne l’empêche pas d’être déjà inquiet et sa fiancée le remarque. Phillip se dérobe alors à son regard, il se recule, s’extrayant de ses mains sur son visage. Sans le vouloir, il s’écarte, en dressant comme une barrière alors que c’est bien une des dernières choses qu’il aimerait mettre entre eux. « Ok ok, tu n’es pas en sucre. Mais tu n’espérais tout de même pas que je ne m’inquiète pas après ce que tu viens de me dire. » Ceci aurait été déstabilisant pour leur relation car on pourrait croire qu’il s’en fout, qu’il ne tient pas à elle, alors que c’est tout le contraire. « Je ne te traiterai pas comme un bébé, c’est promis. » Ce que femme veut, elle l’obtient en général. Si besoin, il ira trainer plus souvent avec ses frangins. Evelyn ne verra pas ainsi son inquiétude si elle est présente. Il la laissera sur le seuil de leur maison et franchira la porte sans, du moins il tentera. « Et je tiens mes promesses contrairement à une certaine personne qui casse toujours celle qu’elle me fait pour un certain mot. » Elle ne voit pas de quoi il parle ? Impossible ! C’est un sujet récurrent entre eux. Ce terme qu’elle a promis de ne plus utiliser et pour lequel elle ne tient pas.

_________________
what about now, what about today
« What if you're making me all that I was meant to be ? What if our love never went away ? What if it's lost behind words we could never find ? Baby, before it's too late, What about now ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evie Rhodes
∞ tous les chemins mènent à tes yeux
avatar
posts : 1089
avatar : Gemma Arterton
crédits : la signature est de lion's tears, l'avatar est d'#AJL.
multinicks : rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier elise owen, l'agneau aux dents de loup.
ɷ statut : amoureusement dévouée à l'homme de sa vie : Phillip Jones. Future maman discrète sur le sujet, elle met tout en oeuvre afin de cacher son petit ventre.
✎ métier : propriétaire et gérante du Rosine's café.
✌ age : 29 années d'insouciance volontaire.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: phevie | Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver   Dim 16 Juil - 4:26


Ses sourcils se froncent quand elle réalise qu'il s'éloigne, il prend du recul au sens littéral du terme. Il a raison, qui l'en blâmerait. Annoncer à son homme que l'aventure dans laquelle elle s'embarque est risquée, cela ne pouvait être accueillit avec du champagne et une roulade arrière. Ce qui déplaît à la jolie brune c'est qu'il se braque et elle le sent immédiatement, naturellement elle ne peut lui en vouloir, mais elle se sent blessée qu'il la repousse, d'une certaine façon. Fini le moment tendresse et galipettes, elle doit retrouver son sérieux, alors elle se redresse lentement. "Ce n'est pas ce que j'ai dit Phillip." bien sur qu'elle savait qu'il allait s'inquiéter, voilà pourquoi elle hésitait à aborder le sujet, surtout ce soir, mais elle se refusait de garder pour elle des détails qui le concernait lui aussi. Plus de secrets. Elle s'en mordrait presque les doigts de ne pas avoir attendu le mois suivant et les résultats d'analyses fait par le spécialiste. "Je commence à te connaître et je savais..." mais elle n'a pas le temps de terminer sa phrase qu'il se montre compréhensif, non il ne la surprotégerait pas, s'il tient parole et là encore, elle ne pourrait pas lui en vouloir de s'inquiéter de sa santé et celle de sa progéniture. Les mots de Phillip raisonnent dans sa tête, c'est comme ça qu'il est, s'il a longtemps été dans les forces anti-terroristes c'est aussi parce qu'il a ce besoin d'aider les gens, de les protéger alors ceux qui comptent, ceux qu'il aime... Elle esquisse un léger sourire, parce qu'elle sait qu'il lui sera certainement difficile de ne pas la materner, qu'il va devoir se faire violence, mais elle apprécie qu'il fasse au moins l'effort de formuler ces mots. Elle se trouve d'ailleurs rassurée qu'il fasse de l'humour.
"Je suis désolée." qu'elle articule en se penchant sur lui en arborant un léger sourire tendre, son regard se balade de ses lèvres à ses yeux. "Je m'en voudrais de trop t'en demander, tu le sais ?" s'il le sait, bien évidemment, si elle en demande trop ? C'est une possibilité envisageable, effectivement. Evelyn se penche d'avantage sur son futur époux en déposant doucement ses mains sur ses épaules. Ses lèvres disparaissent sous une jolie rangée de dents blanches alors qu'elle le fait basculer de l'autre côté du canapé afin de prendre le dessus. "Tu es le roque de cette maison, de te savoir anxieux ça va me rendre anxieuse, est-ce que tu comprends ?" oui, pour les mois à venir, elle va lui en demander beaucoup, parce qu'elle va avoir besoin de s'appuyer sur lui. Elle sait qu'il en est capable, mais elle sait également que la tâche ne sera pas facile. Elle s'installe confortablement et prends la liberté de s'asseoir sur le bassin de son aimé, ses doigts sen vont capturer ceux du beau blond et elle dépose ses mains sur ses hanches tout en se dressant face à lui. "Je me devais de t'en parler, je te promets de me ménager..." autant essayer de craquer une allumette dans l'eau. Evelyn aime son métier, aime son rade et ses habitués, l'empêcher d'exercer serait comme la séparer d'un de ses pieds. Les risques sont grands pourtant et il est possible qu'on lui demande de cesser de travailler, elle devrait donc quitter le Rosine's et demander à une personne de confiance de s'en charger pour elle. "Tu le ferais toi ?" qu'elle demande comme-ci elle avait pensé à haute voix. "Tu reprendrais le Rosine's si on m'obligeait à ne plus travailler ?" elle a reprit, pour clarifier sa requête, la rendre intelligible. Quand elle y réfléchit, elle pourrait continuer de cuisiner depuis la maison, il ne suffirait à Lip que de s'occuper de servir des cafés et vendre des pâtisseries, le cuisinier s'en sortira pour le reste et la gestion pourrait s'effectuer depuis leur maison. La voilà songeuse, ses mains se détachent de celle de son amant pour glisser doucement le long du torse de ce dernier, ses longs ongles frôlent même sa peau. Evie se penche en avant, elle dépose un léger baiser contre les lèvres d'un Phillip pensif et qui semble contrarié. Elle s'en veut d'avoir parlé et d'avoir jeté ce froid entre eux, parce que c'est ainsi qu'elle le ressent. Un léger froid.

_________________
I feel like it's my fault
we're all standing with our backs against the wall, sooner or later. Trying to swim but you're sinking like a stone. Baby it's like we're walking on a wire through the fear, take my hand and we'll get there.
sooner or later we're gonna make it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phillip Jones
Admin | I'll be forever yours.
avatar
posts : 1003
avatar : NCW
crédits : wiise (sign)
multinicks : le psy déjanté
ɷ statut : Ex-futur marié, le mariage est tombé à l'eau, merci Robert. Depuis, il s'esquive. Ils n'ont toujours pas remis le sujet sur le tapis avec Evie. Ils devraient pourtant, vu qu'elle est enceinte.
✎ métier : Prof de Self-Defense (09/2016), depuis le 12 juillet, il bosse peu; avant il était un flic dans une unité anti-terroriste (2002-2016), et encore avant adjoint du Shérif de Monterey (1995-2001)
✌ age : 44 années de presque sagesse, car oui, tout est dans le "presque"

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: RDV chez le psy à 14h, je prends mon aprèm ensuite. le diner est pour moi ce soir. vélo sorti => suze jalouse.
relationship:

MessageSujet: Re: phevie | Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver   Lun 17 Juil - 20:32

– Tenue – Elle se dit désolée. Si elle fait allusion au mot poussin, ils savent l’un comme l’autre qu’elle ne l’est pas. Menteuse. Et ce n’est pas beau de mentir à son futur mari même si cela l’amuse dans la situation présente. « Oui, je le sais. » Est-ce qu’elle lui en demande de trop ? Disons qu’elle en demande mais de là à dire que c’est de trop. Il ne croit pas qu’elle s’en rende compte. C’est dans son caractère et puis, elle agit si naturellement, emportée par son enthousiasme, ou ses craintes. Et lui, bien il prend le mouvement en marche. Il se laisse porter par les flots qui le poussent sur le canapé. Il n’est pas maitre de la situation d’un point de vue extérieur. Une fois qu’on est à l’intérieur, c’est une toute autre histoire. Être en accord, ou ne rien dire sur plein de choses, ce n’est pas être faible, ni ne pas avoir d’opinion. Encore moins ne pas être le dominant. C’est seulement savoir s’accommoder de ce qui lui tombe dessus, en tirant toujours du positif à partir de rien. Sûrement qu’Evelyn s’en rend compte puisqu’elle le considère comme le roc de leur foyer. Cela ne l’empêche tout de même pas de le virer régulièrement pour passer du temps avec ses amies. Et quand il est en minorité face à des femmes, Phillip préfère rendre visite à sa famille, à des amis, ou tout simplement aller faire un tour en moto, longeant les bords de mer, et s’arrêtant pour admirer la vue. « C’est compris chef, interdiction d’être anxieux pour les prochains mois. Si je parviens à m’y tenir, la récompense a intérêt à être à la hauteur. » Il est tout à la fois sérieux et taquin.

Elle prend ses aises, s’installe sur lui. Elle promet également de se ménager. Il la croit et ne dira rien tant qu’elle le fera. Le jour où elle transgressera sa promesse, il la lui rappellera gentiment. Pour le moment, il se redresse rapidement pour lui voler un baiser. D’ici quelques mois, cela deviendra plus compliqué de le faire, un ventre arrondi les séparera. Ils n’y sont pas encore à cet instant, ce soir ils ont beaucoup à digérer. Phillip est pensif. Il souhaite se tenir à ce qu’elle attend de lui, mais ses pensées ne peuvent s’arrêter. Il décroche un bref instant de la discussion. « Hum ? » Que ferait-il ? L’amour, bien évidemment, la question ne se pose pas. Sauf que ce n’est pas ceci dont elle parle et il le sait. Elle reformule sa question en y apportant un peu plus de détails. Cette fois, il n’y a que le silence en guise de réponse car il faut un léger temps de réflexion à l’ancien flic. Lui tenir un café. Il ne sait pas s’il en sera capable. Encore moins si cela lui plaira. Il n’a jamais songé à embrasser une carrière dans le commerce, encore moins dans ce genre de service aux clients. Surtout qu’il se pose des questions ces derniers temps sur son avenir professionnel et sur la voie qu’il a choisi récemment. C’est toujours aussi pensif qu’il répond à peine au baiser qu’elle dépose sur ses lèvres. Il ne sait pas. Son regard cherche celui de sa fiancée. « Tu voudrais que je le fasse ? » Ses mains se posent sur ses avant-bras et les caressent. « Si tu me le demandes car tu n’as pas confiance en quelqu’un d’autre, je le ferai. Pour toi, et jusqu’à l’accouchement. » Tant que cela reste un temps déterminé. Il ne se voit pas travailler avec elle non qu’elle soit insupportable avec son côté psychorigide maniaque du contrôle – ok elle sera insupportable sur ce point – mais parce qu’il pense que pour le bien d’un couple, il ne faut pas que les deux personnes soient tout le temps ensemble. « Ça pourrait me faire une parenthèse qui me laisserait du temps pour réfléchir. » Rester ou ne pas rester professeur de self-défense. La question a germé une fois dans son esprit. Elle revient par moment. Et pour qu’elle ne soit pas chassée immédiatement, cela veut dire qu’il n’est pas pleinement satisfait de son travail actuel. « Pour le moment, il n’est pas question que tu ne travailles plus, donc on ne devrait pas se faire un nœud au cerveau. » Ils en ont eu déjà bien assez avec Margaret précédemment, puis à cause des risques liés à cette grossesse.

_________________
what about now, what about today
« What if you're making me all that I was meant to be ? What if our love never went away ? What if it's lost behind words we could never find ? Baby, before it's too late, What about now ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evie Rhodes
∞ tous les chemins mènent à tes yeux
avatar
posts : 1089
avatar : Gemma Arterton
crédits : la signature est de lion's tears, l'avatar est d'#AJL.
multinicks : rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier elise owen, l'agneau aux dents de loup.
ɷ statut : amoureusement dévouée à l'homme de sa vie : Phillip Jones. Future maman discrète sur le sujet, elle met tout en oeuvre afin de cacher son petit ventre.
✎ métier : propriétaire et gérante du Rosine's café.
✌ age : 29 années d'insouciance volontaire.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: phevie | Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver   Mar 18 Juil - 1:01


Evie sens bien que l'idée qu'elle a eut de lui faire tenir le Rosine's s'il lui arrivait de devoir rester alitée n'emballe pas Phillip, ce qui lui vaut un joli froncement de sourcils, mais pas seulement. C'est une grande responsabilité après tout et elle ne peut lui en vouloir de prendre le temps de réfléchir à sa proposition, après tout, elle n'est pas encore arrêtée et à peine enceinte, seulement elle trouve important d'y songer et le plus tôt sera le mieux. L'idée d'aller lui rendre visite quand il se trouvera derrière le comptoir avec autour de la taille un tablier de serveur ne lui déplaît pas le moins du monde, rien qu'à l'imaginer elle en saliverait presque. C'est qu'il est appétissant son futur époux, sous n'importe quelle couture et dans n'importe quelle situation. Elle le sent contraint, enfin, il le formule lui-même finalement. "Oui enfin, je ne compte pas retourner travailler directement après l'accouchement..." qu'elle dit, les yeux plissés, un léger sourire sur les lèvres. Elle ne compte pas cesser toute activité professionnelle loin de là, elle aime son travail et ce qu'elle fait, elle aime ne dépendre financièrement de personne alors il est hors de question qu'elle arrête de travailler, mais prendre quelques mois afin de s'occuper du bébé c'est une chose qu'elle fera. La main de la jeune femme tapote le sternum de Lip alors qu'elle secoue la tête. "Si tu n'en n'as pas envie Phillip, dis-le simplement, je n'ai pas envie de te forcer la main, je chercherais quelqu'un pour me remplacer et après tout, il est possible que je tienne bon jusqu'au jour J." réfléchir, elle se recule légèrement, ne quittant pas le bassin du quadragénaire, les deux mains plaquées contre son torse elle le toise sévèrement. Elle tâche de déchiffrer les mots qui lui sortent de la bouche. Non, il n'est pas utile de se retourner le crâne afin de trouver une solution dont il n'auront certainement pas besoin avant quelques mois, elle est d'accord avec ça. Mais réfléchir à une parenthèse ?
"Une parenthèse ?" qu'elle répète à mi-voix, peut être est-ce pour que l'information se grave bien dans sa tête, peut-être est-ce pour qu'il l'aide à clarifier les choses. "Je ne comprends pas, tu veux arrêter de travailler ?" se faire entretenir voilà quelque chose qui ne lui ressemble pas, l'annonce du bébé l'aurait chamboulé au point qu'il songe à devenir père au foyer ? L'idée est séduisante, mais là encore, Evelyn a bien du mal à imaginer Lip tout abandonner afin d'élever leur futur enfant. "Tu penses à te reconvertir et tu ne m'en parles pas ?" elle est surprise, presque vexée qu'il n'ai pas partagé cette germe d'idée avec elle, mais peut-être est-ce dû au fait qu'Evie dit absolument tout ce qui lui passe par la tête sans vraiment trop réfléchir. Pas le temps de faire germer une idée qu'elle se trouve déjà être exposée au grand jour. Plutôt que de ramener tout à elle, la jeune femme s'allonge sur lui cette fois, adoptant une position semblable à celle d'une grosse grenouille, elle dépose sa tempe contre le torse chaud de Phillip. "Je pensais qu'enseigner te plaisait, surtout les cours de self défense..." elle ferme alors les yeux quand elle pense à voix haute : "Ne me dit pas que tu vas te relancer dans les forces de l'ordre." l'angoisse ultime, qu'il se mette à courir le risque de se reprendre une balle ou pire, qu'on lui ôte la vie. Pourtant c'est ce qu'il aime, c'est ce pour quoi il est fait, elle ne l'empêcherait pas de reprendre l'uniforme, parce qu'elle se refuse de lui interdire quoi que ce soit. L'idée n'en reste pas moins angoissante.

_________________
I feel like it's my fault
we're all standing with our backs against the wall, sooner or later. Trying to swim but you're sinking like a stone. Baby it's like we're walking on a wire through the fear, take my hand and we'll get there.
sooner or later we're gonna make it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phillip Jones
Admin | I'll be forever yours.
avatar
posts : 1003
avatar : NCW
crédits : wiise (sign)
multinicks : le psy déjanté
ɷ statut : Ex-futur marié, le mariage est tombé à l'eau, merci Robert. Depuis, il s'esquive. Ils n'ont toujours pas remis le sujet sur le tapis avec Evie. Ils devraient pourtant, vu qu'elle est enceinte.
✎ métier : Prof de Self-Defense (09/2016), depuis le 12 juillet, il bosse peu; avant il était un flic dans une unité anti-terroriste (2002-2016), et encore avant adjoint du Shérif de Monterey (1995-2001)
✌ age : 44 années de presque sagesse, car oui, tout est dans le "presque"

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: RDV chez le psy à 14h, je prends mon aprèm ensuite. le diner est pour moi ce soir. vélo sorti => suze jalouse.
relationship:

MessageSujet: Re: phevie | Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver   Mer 19 Juil - 0:31

– Tenue – Par amour, on est prêt à tout. C’est ce qu’on dit généralement. A se dépasser pour faire des choses que l’on n’imaginerait pas faire en temps habituel. A faire des concessions car on ne peut plus avoir les mêmes habitudes quand on vit à deux que celles que l’on avait quand on vit seul. A s’effacer pour l’autre. Cette fois, rien n’est moins sûr pour Phillip. Il émet quelques réticences à s’occuper du Rosine’s. S’il doit le faire, cela sera uniquement pour sa fiancée, car l’idée ne l’emballe pas. Il ne le cache pas d’ailleurs, non désireux de jouer au faux cul. Il est transparent dans son comportement. « Ce n’est pas ma passion donc en effet, ça ne me bottera pas de le faire. » Il se montre honnête, comme toujours. Mais ils ont encore le temps pour discuter de tout cela, alors il enchaîne et tente de couper court à la discussion. Ce n’est pas le lendemain qu’elle va accoucher, encore moins qu’elle va devoir arrêter de travailler. Ils ne sont pas à quelques jours prêts pour prendre une décision. Ils doivent déjà attendre d’être certains que cette grossesse ne comporte pas de risque. C’est le point le plus important.

Seulement Evelyn a tiqué sur certains des mots qu’il a prononcés. Une parenthèse. C’est bien ce qu’il a dit. La suite par contre, ce n’est pas du tout ce qu’il pensait. « Arrêter de travailler ? Non, je n’ai pas dit ça. » L’idée peut s’avérer séduisante pour quelques-uns. Ce n’est pas son cas. Il ne souhaite pas se transformer en mari au foyer. Encore moins en père au foyer. Ce n’est pas une question d’égo, il respecte les hommes qui prennent la décision de suspendre leur activité pour s’occuper de leurs enfants. Lui ne s’en sent pas capable. Il a besoin de bouger, d’être actif sans que son monde ne reste centré sur sa vie privée. Il n’est pas difficile de le comprendre. Actuellement, il a juste besoin de temps pour réfléchir à ce qu’il souhaite faire par la suite. Du temps que sa fiancée ne lui accorde pas. Sa question résonne comme un reproche. « Qu’est-ce qu’on est en train de faire là ? » Ne sont-ils pas en train de discuter de ses idées de reconversion. Certes, le sujet n’a pas été abordé quand il l’a voulu, mais en général, des discussions sont mises sur le tapis sans crier gare. C’est ainsi que ça se passe quand on partage la vie de mademoiselle Rhodes. Il faut apprendre à passer du coq à l’âne. Cette mini tornade choisit pourtant de rester calme. Elle s’allonge sur son torse. La main de Phillip se pose sur sa tête. Avec douceur, il caresse ses cheveux.

« Je l’ai cru également mais je m’ennuie. » Il ne dit pas que ce n’est pas la même chose que son ancien métier. Il est pédagogue. Il est capable d’exercer son métier actuel. Mais l’enseignement n’est pas ce qu’il préfère. Il s’en est rendu compte depuis septembre qu’il s’est reconverti. Il n’y a pas de montée d’adrénaline. Il aide des gens en leur inculquant des notions de défense mais ce sont seulement des volontaires. Ceux qui peuvent et qui veulent se donner les moyens de pouvoir se défendre. Quant aux autres ? Il n’a jamais pu le faire que lorsqu’il exerçait un certain métier. Sa main s’interrompt quand Evie appuie directement sur le sujet auquel il pense. Elle ne semble pas d’accord avec cette idée. « J’y songe Evie. » Sa main se remet en mouvement alors qu’il reprend. « Pas à repartir dans l’anti-terrorisme, ni à l’autre bout du monde. Mais il n’y a que dans les forces de l’ordre que j’ai l’impression d’être épanoui professionnellement parlant. Je ne sais pas… Alors oui je réfléchis à cette option. » Une parmi tant d’autres, seulement c’est toujours vers celle-ci que ses pensées reviennent quand il se met à dériver. « Tu n’aimes pas cette idée, n’est-ce pas ? »  

_________________
what about now, what about today
« What if you're making me all that I was meant to be ? What if our love never went away ? What if it's lost behind words we could never find ? Baby, before it's too late, What about now ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evie Rhodes
∞ tous les chemins mènent à tes yeux
avatar
posts : 1089
avatar : Gemma Arterton
crédits : la signature est de lion's tears, l'avatar est d'#AJL.
multinicks : rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier elise owen, l'agneau aux dents de loup.
ɷ statut : amoureusement dévouée à l'homme de sa vie : Phillip Jones. Future maman discrète sur le sujet, elle met tout en oeuvre afin de cacher son petit ventre.
✎ métier : propriétaire et gérante du Rosine's café.
✌ age : 29 années d'insouciance volontaire.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: phevie | Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver   Mer 19 Juil - 17:30


Il lui est agréable de sentir la main de Phillip se mêler à son épaisse crinière, elle ne peut s'empêcher de remarquer qu'un court instant il cesse son geste. Ils se comprennent, parfois si bien que s'en est troublant. Elle commence à le connaître, quand à lui, il lit en elle comme dans un livre ouvert. Qu'est-ce que ce serait ? Elle se le demande. Il ne compte pas repartir vivre à l'autre bout du monde, si tel avait été le cas elle l'aurait suivi. Désormais incapable de s'imaginer vivre trop longtemps loin de son aimé, sa réponse la soulage un petit peu. Pas d'antiterrorisme, une bonne chose. La cicatrice que cette balle lui a laissé est suffisante aux yeux d'Evie. C'est un héros Phillip et protéger les gens c'est dans ses gènes, elle en vient à se demander si dans son ventre pousse une petite graine de sauveur, un futur pompier ou alors un futur militaire. Comment Madame Jones a t-elle réussit à laisser partir son fils si loin d'elle tout ce temps, elle n'est pas encore mère qu'elle se sait incapable de laisser son enfant s'en aller risquer sa vie afin de rendre la nation fière. Elle est patriote, mais reste raisonnable. Elle a elle aussi rendu service à la patrie en s'exhibant toutes ses années, Evelyn réalise qu'elle aurait peut être même droit à une médaille elle aussi un jour, en plus des nombreuses récompenses obtenues lors de sa carrière. "Je suis autant emballée à l'idée que tu reprennes ta carrière dans les forces de l'ordre, que tu pourrais l'être si je t'annonçais que je voulais me remettre au porno." l'idée de reprendre sa carrière de mannequin lui a pourtant, à de multiples reprises, traversé l'esprit. Mais ce qu'elle aime, ce sont les photos de charme et elle s'interdit de faire subir ça à son fiancé. Après tout elle aime être au contact de ses clients et cuisiner pour eux, leur servir des cafés et papoter des heures durant avec eux. Ses longs ongles se baladent sur le flanc gauche du grand blond, elle ne se rend pas vraiment compte de ce qu'elle vient de dire, la comparaison lui a semblé juste alors elle a laissé échappé l'information. Non, pour être honnête l'idée lui déplaît au plus haut point puisque les risques encourus n'en valent pas la peine selon elle. Prenant une profonde inspiration elle réfléchit, parce qu'elle s'en veut d'avoir parlé si vite et d'avoir usé de comparaison malheureuse pour lui faire part de ses réticences. "Tu sais que je te soutiens, quoi que tu aies envie de faire..." l'épanouissement au travail est très important pour n'importe quel être humain, Evelyn le sait bien. Le priver de ce qu'il aime serait inhumain et égoïste de sa part, elle a pourtant peur qu'il lui arrive quelque chose à chaque fois qu'il prend sa suze et jamais elle ne l'a empêché de le faire parce que : il l'aurait certainement envoyée jouer aux billes sur l'autoroute, dans un premier temps, mais aussi parce qu'elle sait qu'il l'aime sa bécane. "Je veux que tu sois heureux." telle est sa conclusion, elle préfère laisser ses angoisses de côté et s'asseoir dessus plutôt que de voir son Phillip malheureux et forcé d'exercer quelque chose qui ne lui plaît pas. Après tout, Monterey est une petite ville tranquille et il ne doit rien risquer de spécial à exercer ici. Des adolescents rebelles qui brûlent quelques branches, des chamailleries entres voisins et quelques ivrognes, voilà sur quoi il risque de tomber. Elle tourne la tête, déposant son menton contre son torse. Un sourire se dessine sur ses lèvres, il est fin et très discret, pourtant sincère. "J'aime les hommes en uniforme, je sens que quand tu enfilera ta tenue j'aurais du mal à me tenir." un léger rire s'échappe d'entre ses lèvres, il la fait trembler toute entière. Elle a souvenir de cette magnifique photo encadrée chez ses parents, une des première que sa belle-mère lui ait montré de Phillip. Lui, bien droit, presque strict, dans son uniforme d'adjoint. Elle réalise également qu'elle aura bien du mal à le laisser sortir, par crainte qu'une foule de ménagères en furie lui saute dessus, sur ce bel homme qu'il est. "Les mois à venir promettent d'être mouvementés, l'angoisse du bébé, d'être une mauvaise mère, de ta reprise de service et de ton côté la panique d'avoir à te retrouver à gérer le Rosine's, trouver ta voie, qui est pourtant déjà toute tracée et faire semblant de ne pas me traiter comme un gros bébé..." la jeune femme dans un petit gémissement d'effort se redresse et vient déposer un tendre baiser sur les lèvres de son quadragénaire de compagnon. Elle lui adresse de nouveau un sourire. Que d'aventures à vivre pour seulement ces quelques mois. Cela promet. "Tu ferais un excellent shérif mon amour." qu'elle finit par lâcher après avoir observé son compagnon quelques secondes à réfléchir.

_________________
I feel like it's my fault
we're all standing with our backs against the wall, sooner or later. Trying to swim but you're sinking like a stone. Baby it's like we're walking on a wire through the fear, take my hand and we'll get there.
sooner or later we're gonna make it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phillip Jones
Admin | I'll be forever yours.
avatar
posts : 1003
avatar : NCW
crédits : wiise (sign)
multinicks : le psy déjanté
ɷ statut : Ex-futur marié, le mariage est tombé à l'eau, merci Robert. Depuis, il s'esquive. Ils n'ont toujours pas remis le sujet sur le tapis avec Evie. Ils devraient pourtant, vu qu'elle est enceinte.
✎ métier : Prof de Self-Defense (09/2016), depuis le 12 juillet, il bosse peu; avant il était un flic dans une unité anti-terroriste (2002-2016), et encore avant adjoint du Shérif de Monterey (1995-2001)
✌ age : 44 années de presque sagesse, car oui, tout est dans le "presque"

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: RDV chez le psy à 14h, je prends mon aprèm ensuite. le diner est pour moi ce soir. vélo sorti => suze jalouse.
relationship:

MessageSujet: Re: phevie | Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver   Dim 6 Aoû - 12:21

– Tenue – Ils discutent calmement. Ils sont pourtant dans un sujet qui amène une certaine tension entre eux. Ce n’est pas agréable d’aimer une personne qui risque sa vie tous les jours. Il y a toujours cette angoisse qui perdure. On tente de la freiner, elle reste présente. Ce ne sont que des petits détails qui font qu’on l’oublie l’espace d’un instant. Quand les détails ne sont plus en nombre suffisant pour prendre le dessus, l’angoisse revient, elle englobe tout. Phillip ne la vit pas puisqu’il a toujours été à l’origine de cette angoisse. Il a décelé à différentes reprises de l’inquiétude dans le regard de sa mère quand il repartait après un court séjour dans le passé. Elle ne disait rien, les mots n’ont pas lieu d’être pour exprimer certaines choses. Il ne vit pas cette angoisse mais la comprend. Il s’attend à ce que sa fiancée ne saute pas de joie, qu’elle n’aime pas l’idée qui trotte dans sa tête. Il espère qu’elle l’acceptera s’il décide de prendre une nouvelle fois cette voie. Il n’a par contre pas envisagé qu’elle tape aussi bas, en faisant allusion à son ancien métier. Le corps du quadragénaire se crispe légèrement. Est-ce une phrase balancée sans but précis ou Evelyn ressent-elle le besoin de retourner dans le monde de la pornographie ?

Cette idée ne l’enchante guère, l’inquiète même. Il l’aime mais ce choix de carrière… Il ne se sent pas capable de l’accepter. Pourtant il est ouvert d’esprit, accepte de nombreuses choses. Mais partager celle qu’il aime avec d’autres corps… Cette pensée lui donne envie de vomir. Il la chasse, ne dit mot. Orienter la discussion vers ce sujet n’est pas une bonne idée. Il le fera peut-être pour en avoir le cœur net, mais pas ce soir. C’est sans doute égoïste, mais ils se sont trop chamaillés depuis plusieurs minutes pour en rajouter une couche supplémentaire. Puis sa fiancée semble aller dans sa direction. Si elle n’accepte pas qu’il retourne dans les forces de l’ordre, elle ne fait pas opposition et n’ira pas contre sa décision. Il veut être heureux, mais il souhaite également l’être avec elle. Alors quand Evelyn tourne sa tête pour poser son menton sur son torse et que leurs regards se croisent, celui du professeur de sel défense lui envoie un merci silencieux. Ce regard est suivi d’un sourire. « Je prends note. Je me trouverai une tenue de soubrette, voir si ceci aussi te donne des envies. » Il la taquine. Autant qu’ils prennent la voie de la dérision, pour détendre l’atmosphère. L’idée est saugrenue, pourtant le connaissant, il est tout à fait capable de la mettre à exécution. Un jour qu’elle n’y pensera plus, alors que ses mots auront été relégués dans le lointain, tel un mirage. Cela ne sera peut-être pas le lendemain, ni dans la semaine, ni même dans le mois à venir, mais qui sait. Seulement lui.

L’avenir, nul ne peut le prédire. Ils ne savent pas comment ils vont gérer les prochains mois. Phillip est seulement conscient qu’il est hors de question de se détacher de sa légèreté, celle qu’il utilise dans leur couple. Un bébé ce n’est pas rien. Un possible changement de carrière non plus. « Tu ne seras pas une mauvaise mère Evie. » Il n’y croit pas une seule seconde. Il est impossible qu’elle soit catastrophique dans ce rôle. Il y a davantage de chances que lui soit un piètre gestionnaire si jamais il doit prendre en main le Rosine’s le temps de sa grossesse. L’idée ne l’emballe pas, elle est même capable de lui provoquer des sueurs froides si elle vient à se réaliser. Ce qui serait le comble vu qu’à côté, une mission dangereuse ne l’a jamais dérangé, et qu’il ne craignait pas d’échouer. Pour le reste, il répond au baiser de sa fiancée tout en protestant à moitié contre ses lèvres. « J’ai promis… N’oublie pas. » Il a promis de ne pas la traiter comme un bébé, de ne pas s’inquiéter. Alors non, il ne rompra pas cette promesse. On peut veiller sur une personne sans tomber dans l’excès. Ce n’est pas son genre, enfin il ne croit pas. Il ne sait pas en fait, l’amour rend stupide et fait faire des choses qu’on ne ferait pas en temps habituel. C’est compliqué, cela demande réflexion. Les pensées s’enchevêtrent dans son cerveau et il n’est sorti de celles-ci que par la voix d’Evie. « Je le sais, juste pour l’uniforme, c’est ça ? » Il sourit même si cette phrase le touche. Il le cache. Il se redresse et attire Evie vers lui pour l’embrasser. « Tu seras une mère merveilleuse mademoiselle Rhodes. » Si elle en doute, ce n’est pas son cas. Les soupçons ne trottent pas dans sa tête et il faut qu’elle arrête de le penser. Il s’y emploie pour l’aider. Sa bouche se dépose dans son cou. Ils ont beaucoup parlé, déviant de ce qu’ils avaient commencé un peu plus tôt. Il est peut-être temps de s’y employer de nouveau, en oubliant leurs inquiétudes, au moins pour le restant de cette journée.

_________________
what about now, what about today
« What if you're making me all that I was meant to be ? What if our love never went away ? What if it's lost behind words we could never find ? Baby, before it's too late, What about now ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: phevie | Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver   

Revenir en haut Aller en bas
 
phevie | Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» "Entre nous et vous, c'est la haine et l'inimitié à jamais !" (coran - 60. 4)
» Quand Océane se met à nous préparer un petit repas...
» Nous ne serons jamais des héros de Jouvray et F/G Salsedo
» Nous n'irons plus jamais
» Ils sont parmi nous - Jeu Vieilles Charrues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: bury the evidence. :: archives rp-
Sauter vers: