AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture du forum, en savoir plus ici.

Partagez | 
 

 It's not right, but it's okay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Phillip Jones
Admin | I'll be forever yours.
avatar
posts : 1003
avatar : NCW
crédits : wiise (sign)
multinicks : le psy déjanté
ɷ statut : Ex-futur marié, le mariage est tombé à l'eau, merci Robert. Depuis, il s'esquive. Ils n'ont toujours pas remis le sujet sur le tapis avec Evie. Ils devraient pourtant, vu qu'elle est enceinte.
✎ métier : Prof de Self-Defense (09/2016), depuis le 12 juillet, il bosse peu; avant il était un flic dans une unité anti-terroriste (2002-2016), et encore avant adjoint du Shérif de Monterey (1995-2001)
✌ age : 44 années de presque sagesse, car oui, tout est dans le "presque"

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: RDV chez le psy à 14h, je prends mon aprèm ensuite. le diner est pour moi ce soir. vélo sorti => suze jalouse.
relationship:

MessageSujet: It's not right, but it's okay   Mar 16 Mai - 0:32

Lundi. Premier jour de la semaine. Nouvelle croix sur le calendrier cochée en faveur de l’être à quatre pattes. Je ne souhaite pas le nommer. Il sera celui dont je ne prononcerai plus le nom. Au moins jusqu’à minuit, ce qui ne me reste plus guère que quelques heures. Quand les aiguilles seront sur le douze, rien ne changera pourtant. Ce n’est pas comme dans Cendrillon, dans la vraie vie les souris ont l’apparence d’un canidé qui prend un malin plaisir à me narguer. Comme ce matin quand je me suis levé pour constater son méfait de la nuit. Bien évidemment, face à mon air interloqué, le sujet dont il est question a feint l’innocence, abhorrant un air plus qu’angélique. Il n’y a que moi qui vois le démon qu’il cache aux yeux de sa maitresse. J’ai d’ailleurs failli la réveiller, le choc passé pour lui faire constater l’étendue des dégâts. Ma bonté me perdra un jour. Non seulement, je ne l’ai pas sortie des bras de Morphée, mais qui plus est, je me suis contenté de mettre ma veste de moto en évidence sur la table de la cuisine. Puis, j’ai pris un post-it, écrivant quelques mots dessus avant de l’accrocher en évidence sur la porte du réfrigérateur. Et je suis parti, marmonnant intérieurement.

Le reste de la journée, j’ai pris sur moi. Une colère froide qui a eu pour effet un désintérêt total vis-à-vis de mon téléphone. Rectification, je me suis contenté d’ignorer un seul numéro parmi tous mes contacts. Le plus important qui plus est. Si mon comportement ne sert pas de leçon à la boule de poils, peut-être qu’il aura des répercussions sur sa propriétaire. Cette dernière se décidera enfin à agir, ou du moins tenter quelque chose même si je n’y crois guère. Des leçons de dressage ne lui ferait pas de mal. Non, je ne parle pas de ma fiancée en évoquant cette idée mais bien de son animal de compagnie. Il existe également tout un tas d’autres solutions pour résoudre mon problème temporaire. L’une me vient en rentrant chez nous en ce début de soirée. Un radeau avec une niche, retenu tout de même avec une corde. L’idée de le faire dériver est tentante, je ne veux cependant pas rendre malheureuse Evie, donc il faudra garder un lien pour le ramener un jour où l’autre à bon port.

Quand j’ouvre la porte de la maison, aussitôt je tombe sur ces grands yeux. Ignore le Phillip. Je peux le faire. Just do it. Pourquoi je ne suis pas le slogan de cette célèbre marque et en bon samaritain que je suis, j’attrape sa laisse pour le sortir. N’étant pas d’humeur à ce qu’il me tienne compagnie, la ballade ne dure guère longtemps, le minimum même. Quand nous rentrons, Evie n’est toujours pas de retour. Ne souhaitant pas rester enfermé, je décide de profiter de l’air doux de ce début de soirée. La porte-fenêtre reste entrouverte alors que je sors du côté de l’eau. Cette dernière est calme, comme je semble l’être enfin. Ma colère serait-elle enfin retombée après une journée à ignorer Evie pour m’éviter de prononcer des mots que je regretterais et qui seraient en somme futiles parmi tout le reste ?

_________________
what about now, what about today
« What if you're making me all that I was meant to be ? What if our love never went away ? What if it's lost behind words we could never find ? Baby, before it's too late, What about now ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evie Rhodes
∞ tous les chemins mènent à tes yeux
avatar
posts : 1089
avatar : Gemma Arterton
crédits : la signature est de lion's tears, l'avatar est d'#AJL.
multinicks : rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier elise owen, l'agneau aux dents de loup.
ɷ statut : amoureusement dévouée à l'homme de sa vie : Phillip Jones. Future maman discrète sur le sujet, elle met tout en oeuvre afin de cacher son petit ventre.
✎ métier : propriétaire et gérante du Rosine's café.
✌ age : 29 années d'insouciance volontaire.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: It's not right, but it's okay   Mar 16 Mai - 1:18

C'est étrange, mais ce matin la maison est silencieuse trop silencieuse en fait, j'ai l vague souvenir d'avoir tenté de retenir Phil quand son réveil à sonné et me suis rendormie comme une masse. C'est le souffle chaud et nauséabond d'une petite boule de poil qui m'a tirée de mon sommeil avant que sonne l'alarme de mon téléphone, j'ignore combien de temps il est resté là à m'observer, mais quand je me suis réveillée, la place près de moi était froide. Il commence toujours si tôt. Lundi. j'ai la chance de pouvoir compter sur ma petite équipe pour ouvrir le café et donc je me permets de dormir un petit peu plus. Quand je décide de sortir du lit Oscar me file comme mon ombre et je me vois le repousser avec mon pied deux ou trois fois tant il me colle. Quand j'arrive dans la cuisine afin de me préparer une tasse de café et boire un jus d'orange je constate que Phillip a lassé traîner son blouson de moto sur la table et ce n'est que quand mes yeux se posent sur le joli post-it jaune qu'il a collé au réfrigérateur que je fais un possible lien. "Qu'est-ce que tu as fabriqué encore ?" je ne comprends pas pourquoi les deux mâles de ma vie passent leur temps à se faire la guerre, c'est à se demander lequel des deux a commencé, premièrement, et dans quel but ? J'inspire en me disant que Lip a trouvé ses chaussures mâchouillées par la bête la veille, je n'ai pas dû si bien les cacher que ça et je me dis qu'il pourrait quand même ranger ses affaires. Je prends sont blouson et m'en vais le raccrocher, il a dû l'oublier. Tele une femme digne de ce nom je finis par ingurgiter mon café et m'en aller me préparer avant d'attaquer ma journée de labeur. Ce soir on ne ferme pas nos portes trop tard, je pourrais donc préparer le dîner si le courage me prend.
Quelque chose me chiffonne tout au long du jour, je tente en vain d'avoir mon aimé au téléphone, mais il semble trop occupé pour daigner me répondre ce qui me rend nerveuse et accessoirement de mauvaise humeur. un appel, puis un second, j'ai tenté en tout et pour tout de le joindre 5 fois et son absence de réponse m'a rendue mauvaise si bien que mes clients habituels qui aiment me raconter leurs petits soucis se sont abstenus devant ma mine renfrognée. Il travaille lui aussi, certes, mais il pourrait tout de même, ne serait-ce que m'envoyer un petit message amoureux pour s'excuser de son indisponibilité, mais il n'en fait rien.
Le panneau accroché à la porte d'entrée retourné j'ôte mon petit tablier que je plie et dépose sur le comptoir pour me mettre en route pour la maison. L'avantage c'est qu'elle se trouve dans le quartier, mais je ne sais pas nager, n'ai jamais appris et ai toujours été angoissée à l'idée de me noyer et nous vivons au bord de l'eau. Le point positif reste la vue, notre maison sur pilotis offre un paysage sans pareil et c'est ce qui nous a fait y emménager. La gamine des beaux quartiers s'est finalement installée dans une jolie maison de pêcheur. Enfin, passons. Quand je passe la porte d'entrée je suis surprise par l'absence de mon petit compagnon a poils longs qui aime d'habitude venir me faire la fête, je note aussi l'absence de mon Poussin. Dans un soupir je lance "Je suis rentrée mes amours !" mais pas de réponse, vexée et déjà bien remontée par la journée que j'ai passé, je lâche mon sac sur le sol et parcours la maison, balayant le salon et la cuisine du regard pour m’apercevoir que la porte fenêtre est entre ouverte. "Phillip ?" je demande en franchissant le seuil pour le rejoindre, et il se tient là, dos à moi. "Tu te souviens ce qu'on avait dit à propos de la baie vitrée, de l'eau et du chien ?" il risque de sauter et de se noyer si on n'y fait pas plus attention. L'agacement dans ma voix est palpable ce qui ne m'empêche pas d'aller le rejoindre, les bras croisés contre ma poitrine. Puis je reste là à observer l'horizon un instant avant de déposer un baiser au coin de ses lèvres. "Tu as laissé traîner ton blouson ce matin, si tu laissais moins traîner tes affaires, Oscar n'en ferait pas de la charpie."  je lance alors dans un soupir avant d'ajouter : "J'ai essayé de te joindre toute la journée, pourquoi ne m'as-tu pas répondu ?"

_________________
I feel like it's my fault
we're all standing with our backs against the wall, sooner or later. Trying to swim but you're sinking like a stone. Baby it's like we're walking on a wire through the fear, take my hand and we'll get there.
sooner or later we're gonna make it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phillip Jones
Admin | I'll be forever yours.
avatar
posts : 1003
avatar : NCW
crédits : wiise (sign)
multinicks : le psy déjanté
ɷ statut : Ex-futur marié, le mariage est tombé à l'eau, merci Robert. Depuis, il s'esquive. Ils n'ont toujours pas remis le sujet sur le tapis avec Evie. Ils devraient pourtant, vu qu'elle est enceinte.
✎ métier : Prof de Self-Defense (09/2016), depuis le 12 juillet, il bosse peu; avant il était un flic dans une unité anti-terroriste (2002-2016), et encore avant adjoint du Shérif de Monterey (1995-2001)
✌ age : 44 années de presque sagesse, car oui, tout est dans le "presque"

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: RDV chez le psy à 14h, je prends mon aprèm ensuite. le diner est pour moi ce soir. vélo sorti => suze jalouse.
relationship:

MessageSujet: Re: It's not right, but it's okay   Mar 16 Mai - 15:08

L’eau est calme, apaisante. J’aime beaucoup cette étendue depuis ma plus tendre enfance. Il y a même une période durant laquelle j’ai rêvé d’être plongeur. Sauf que je suis incapable de respirer sous l’eau comme le roi Triton et face à cette déception, j’ai oublié ce rêve pour me rabattre sur quelque chose de plus terre à terre, mais amenant sa dose d’adrénaline. Un souffle le long de ma cheville me fait quitter l’eau du regard. La chose sans nom me renifle, puis repart vaquer à ses occupations le long de cette terrasse à ras de l’eau. Et dire qu’à cause de cette boule de poils, je suis condamné à prendre des cachets régulièrement. Parfois, je regrette qu’ils ne me fassent pas planer mais je suis bien trop carré sur le sujet pour me laisser aller à prendre ce genre de substances.

Plusieurs minutes s’écoulent. Il me semble entendre un bruit en provenance de la maison mais je me dis avoir rêvé. " Phillip ? " Ce n’est pas un rêve. Sa voix s’élève dans mon dos, seulement je ne prends pas la peine de me retourner pour l’accueillir d’un beau sourire colgate. On a tous le droit à nos humeurs, la mienne se calme au gré des petites vagues qui viennent s’échouer contre les poteaux. " Tu te souviens ce qu'on avait dit à propos de la baie vitrée, de l'eau et du chien ? " L’agacement est perceptible dans l’intonation de la voix d’Evie. Un reproche de profiter de la vue. Le chien n’est tout de même pas assez stupide pour se glisser entre les planches de la rambarde et se mettre à l’eau. Quoique… En y réfléchissant, il en est tout à fait capable. « Il sait naturellement nager, il ne risque rien. » glissé-je simplement. Cette conversation semble familière à mes oreilles. Les craintes d’Evelyn pour celui dont je refuse de prononcer le nom. Mon argumentation sur le fait que tous les canidés savent nager. Qui connait un chien qui n’arrive pas à se maintenir la tête hors de l’eau ? Même certains êtres humains usent de la nage du petit chien pour ne pas couler.

Appuyé contre la rambarde, je garde mon bras gauche dessus alors que je me retourne en direction de ma fiancée. Bras croisés, regard perdu sur l’horizon. Neuf mois ensemble et nous voilà déjà dans l’âge glaciaire de notre couple ? Un baiser au coin des lèvres pour faire la paix, mais quand a démarré cette guerre très exactement. Le matin même. Elle ne l’a pas commencée, mais je suis celui qui l’a poursuivie. " Tu as laissé traîner ton blouson ce matin, si tu laissais moins traîner tes affaires, Oscar n'en ferait pas de la charpie. " L’air blasé doit me sied à ravir. J’ai laissé trainer mon blouson. Donc logique s’il me l’a ruiné. Et pourquoi c’est de ma faute ? « Je l’avais laissé sur le dossier du canapé… » Oubliant de le mettre dans la penderie. Est-ce une excuse valable pour autoriser son chien à le massacrer ? Car oui, c’est ce qu’il a fait. « Tu n’as rien remarqué en le rangeant ? » Comme une manche sauvagement mâchouillée, ornée désormais de petits trous ici et là, et légèrement difforme. Une veste de moto, à plus de deux cent dollars. Et s’il s’était cassé une canine, il nous aurait coûté presque aussi cher en vétérinaire. " J'ai essayé de te joindre toute la journée, pourquoi ne m'as-tu pas répondu ? " Cinq appels ignorés, répartis sur la journée. Erreur stratégique de ma part car s’il y avait une urgence dans le lot… Non, Evelyn ne serait pas simplement agacée en cas d’urgence. Je commence à bien la connaître. Donc ce n’était rien de grave, ou cela concernait uniquement notre futur mariage. Bien ce à quoi je songe, rien de grave en soi. « Je ne voulais pas te faire payer ses méfaits sans m’être calmé dans mon coin. » Je hausse légèrement les épaules, décidant d’être honnête, comme j’ai l’habitude de le faire. Et même si je ne me suis pas énervé contre elle à cause de son chien, elle a tout de même subi en quelque sorte ma vengeance par mon silence. Quelle méthode est la meilleure, l’explosion ou la colère froide, je n’en ai vraiment aucune idée. « Ça a été ta journée ? » En dehors de mon silence bien évidemment.

_________________
what about now, what about today
« What if you're making me all that I was meant to be ? What if our love never went away ? What if it's lost behind words we could never find ? Baby, before it's too late, What about now ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evie Rhodes
∞ tous les chemins mènent à tes yeux
avatar
posts : 1089
avatar : Gemma Arterton
crédits : la signature est de lion's tears, l'avatar est d'#AJL.
multinicks : rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier elise owen, l'agneau aux dents de loup.
ɷ statut : amoureusement dévouée à l'homme de sa vie : Phillip Jones. Future maman discrète sur le sujet, elle met tout en oeuvre afin de cacher son petit ventre.
✎ métier : propriétaire et gérante du Rosine's café.
✌ age : 29 années d'insouciance volontaire.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: It's not right, but it's okay   Mar 16 Mai - 22:33

Oscar ne mesure pas plus de 30 centimètres dressé sur ses pattes arrières, il me semble compliqué qu'il ait pu s'en aller mâchouiller le blouson de cuir de Lip, surtout s'il était sur le canapé. Sa question me fait m'interroger alors, mon geste était plus machinal qu'autre chose et je dois admettre que je n'ai pas pris le temps de l'observer attentivement, les bras toujours croisés contre ma poitrine je jette un regard en direction de la maison en me questionnant. Je pris pour que ce petit monstre à poils longs n'ait pas fait ce que Phillip est en train d'insinuer. Puis il prononce des mots qui font monter en moi une colère sans nom, contre qui est-elle dirigée au juste, je n'en sais rien, c'est assez mitigé mais qu'il ait osé me punir pour quelque chose dont je ne suis pas la coupable me fait voir flou. Je bloque ma respiration afin de réprimer un juron alors que mes yeux noircissent de colère. Ma journée ?! MA JOUR-NÉE ?! Je n'en reviens pas, et si j'avais eu un véritable problème qui aurai été la cause de mes nombreux appels, par colère envers un a n i m a l il n'aurait tout de même pas décroché. Je me saisis de son bras et lui adresse un regard assassin, je ne pense pas avoir besoin d'ouvrir la bouche pour me faire comprendre mais j'en ressens le besoin. Le récit palpitant de ma journée de travail peut bien attendre. "Attends es-tu en train de me dire que tu as filtré mes appels toute la journée, à cause de mon chien ?" c'est une question rhétorique en fin de compte, puisqu'il m'a déjà donné la réponse et que je n'en n'attends pas plus, ou peut-être que si. J'ai conscience d'être plus que fatigante avec lui ces derniers temps parce que notre mariage approche et que le stress me rend folle, mais je ne m'attendais pas à une telle réaction de sa part, c'est stupide ! "Tu plaisantes j'espère ?!" Je passe mes mains dans mes cheveux en reculant de quelques pas, les lèvres pincé, les sourcils froncés et le nez plissé. La moutarde m'est montée, ça y est. "Donc tu as décidé de ME punir pour quelque chose que je n'avais pas fait, non, mais ça va pas ?!" j'inspire un grand coup, je prend une longue bouffée d'oxygène afin de me ressaisir un petit peu, j'essaye également de contrôler le volume de ma voix et le ton que j'emploi. Je me suis inquiétée pour lui, mais jamais il ne me serait venu à l'esprit qu'il était fâché pour quoi que ce soit. "C'est en rapport avec ton vieux blouson je suppose." Je m'éloigne un petit peu plus, jusqu'à l'autre extrémité de notre terrasse flottante, je prends appuie sur la barrière et m'en écarte assez rapidement, je ne sais pas nager, je ne veux pas jouer avec le feu. Peu importe. "Tu pouvais pas simplement, je ne sais pas, venir me réveiller ? Donner une tape sur le cul du chien... RANGER TES AFFAIRES." je n'en reviens pas, je perds de nouveau le contrôle et ma voix est presque effrayante et grave. C'est dégueulasse de me faire payer pour quelque chose que je n'ai pas fait. C'est tout. Je veux simplement qu'il le comprenne, qu'il m'en veuille c'est une chose, mais qu'il me le dise alors. J'ai agité mes bras dans tous les sens pour imager mes propos,
c'est vraiment n'importe quoi.

_________________
I feel like it's my fault
we're all standing with our backs against the wall, sooner or later. Trying to swim but you're sinking like a stone. Baby it's like we're walking on a wire through the fear, take my hand and we'll get there.
sooner or later we're gonna make it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phillip Jones
Admin | I'll be forever yours.
avatar
posts : 1003
avatar : NCW
crédits : wiise (sign)
multinicks : le psy déjanté
ɷ statut : Ex-futur marié, le mariage est tombé à l'eau, merci Robert. Depuis, il s'esquive. Ils n'ont toujours pas remis le sujet sur le tapis avec Evie. Ils devraient pourtant, vu qu'elle est enceinte.
✎ métier : Prof de Self-Defense (09/2016), depuis le 12 juillet, il bosse peu; avant il était un flic dans une unité anti-terroriste (2002-2016), et encore avant adjoint du Shérif de Monterey (1995-2001)
✌ age : 44 années de presque sagesse, car oui, tout est dans le "presque"

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: RDV chez le psy à 14h, je prends mon aprèm ensuite. le diner est pour moi ce soir. vélo sorti => suze jalouse.
relationship:

MessageSujet: Re: It's not right, but it's okay   Mar 16 Mai - 23:34

Mode de fonctionnement masculin : ne rien dire, râler dans son coin, revenir une fois que la tempête est terminée. Mode de fonctionnement féminin : explosion incontrôlée. Evelyn a déjà la réponse à sa question, mais si elle le désire réellement, je peux inventer une autre explication. Je te présente mes excuses ma chérie, j’ai été fort occupé toute la journée, tu sais le travail. Mais non, plutôt que d’agir comme la quasi-totalité de la population masculine le ferait pour avoir la paix, j’ai le malheur – et quel malheur – d’être honnête. Je n’use même pas de mauvaise foi sinon je lui aurais balancé en pleine figure qu’il n’y avait pas d’urgence dans ses appels puisqu’elle n’a laissé aucun message sur mon répondeur. Ceci est évidemment logique pour moi, cela doit l’être un peu moins pour elle. Plutôt que d’enfoncer le clou, ou plutôt d’alimenter le feu en rajoutant du combustible qui serait des mots, je fais le choix de couper le comburant en me plongeant dans le silence. Evie a donc tout le loisir pour s’exciter sur ma personne.

Ce qu’elle fait, portant un coup bas. Mon vieux blouson ? Le temps s’écoule différemment pour nos deux cerveaux. Ce blouson a eu un temps de vie de plus ou moins six mois. Si la moitié d’une année lui donne l’impression qu’il s’est déjà écoulé une éternité, je ne donne pas cher de nos six mois de mariage. A supposer que l’on arrive jusqu’au jour fatidique qui scellera nos vies à jamais, nos disputes devenant bien trop régulières à mon goût. Et nous sommes à quelques jours de franchir le cap des six mois depuis ma demande. Instant critique à venir. Bref… « Ce blouson n’avait pas un an Evie. » Je tiens tout de même à ce qu’elle en ait conscience. Fin du chapitre en ce qui me concerne. Qu’elle ne songe pas à me hurler dessus qu’elle m’en rachètera un, qu’il n’y a pas à en faire tout un fromage, ou que sais-je encore, sinon je vais ouvrir mon esprit à la possibilité de la jeter par-dessus la rambarde. D’ailleurs, elle s’éloigne de moi mais demeure tout de même proche de celle-ci. Agir de la sorte calmerait nos esprits – en tout cas le sien – sauf que, ça ne serait pas marrant s’il n’y avait pas un « mais » ou un truc du genre. Sauf qu’elle ne sait pas nager et qu’il faudrait que j’aille la chercher. L’eau doit être fraîche à cette heure, ça serait bête d’attraper un rhume, donc je renonce à cette idée.

Je renonce mais non Evie. Nous sommes partis pour une heure… Les femmes… Elle me fait penser un peu à ma sœur quand elle nous explique durant je ne sais combien de temps que nous – mon frère ainé et moi – ne sommes que des gamins qui passons notre temps à nous chamailler. Elle n’a toujours pas compris que cela ne servait à rien de s’étendre sur le sujet après plus de trente ans à tenter de nous raisonner. Alors vas-y Evelyn Rhodes, continue t’exprimer, attire l’attention des voisins et prononce des mots auxquels je peux être en mesure de répondre sans me faire lyncher en retour. Elle hurle presque. Rectification, elle hurle. Avoir oublié de ranger son blouson, ce n’est tout de même pas un crime comme celui de laisser trainer ses chaussettes ou son caleçon ! « Ok. » Ces deux lettres contrastent avec sa colère. Alors qu’elle s’agite, c’est à peine si je cille. Le feu et la glace, sauf qu’il y en a toujours un qui perd à ce petit jeu. « Je te réveillerai sans scrupule la prochaine fois. » Je m’avance d’un pas dans sa direction. « Hors de question que je tape ton chien, au pire je le ferai scalper par un toiletteur. » Faire de lui un iroquois, voilà une idée qui pourrait être amusante. Je continue à me rapprocher. « Et je rangerai mieux mes affaires à l’avenir. » C’est ce que toute femme rêve d’entendre, non ? Pas que je sois du genre bordélique, mais je n’ai pas non plus la science infuse de ce côté-là. « Tu me dois quand même un blouson future madame Jones. » Voilà ce qu’elle attendait de moi, que je m’exprime plutôt que je choisisse l’option de la vengeance silencieuse. Je ne suis plus qu’à un mètre d’elle. « On enterre la hache de guerre ou tu continues jusqu’à ce que tous les voisins t’aient entendue ? » Même les poissons sont perturbés dans leur sommeil, ce qui serait une explication au fait qu’ils ne ferment pas les yeux pour dormir. Evie les empêche de le faire.

_________________
what about now, what about today
« What if you're making me all that I was meant to be ? What if our love never went away ? What if it's lost behind words we could never find ? Baby, before it's too late, What about now ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evie Rhodes
∞ tous les chemins mènent à tes yeux
avatar
posts : 1089
avatar : Gemma Arterton
crédits : la signature est de lion's tears, l'avatar est d'#AJL.
multinicks : rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier elise owen, l'agneau aux dents de loup.
ɷ statut : amoureusement dévouée à l'homme de sa vie : Phillip Jones. Future maman discrète sur le sujet, elle met tout en oeuvre afin de cacher son petit ventre.
✎ métier : propriétaire et gérante du Rosine's café.
✌ age : 29 années d'insouciance volontaire.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: It's not right, but it's okay   Mer 17 Mai - 23:52

Peut-être aurais-je dû être plus attentive, je regrette d'avoir laissé à Oscar tant de libertés si bien que depuis que Phillip est entré dans ma vie, il lui fait la guerre. Les animaux ne sont-ils pas sensé avoir un sixième sens, par là j'entends qu'Oscar devrait savoir ce que j'éprouve pour l'homme merveilleux que je m'apprête à épouser et par conséquent, il ne devrait pas flinguer tout ce qui appartient à mon homme. Je me suis emportée, c'est vrai et il a ce don de réussir à m'apaiser, tout en me faisant culpabiliser. Je sais qu'il ne le fait pas exprès, mais c'est l'effet que ça a sur moi, bien que filtrer mes appels ne soit pas l'idée la plus intelligente qu'il ait eue. Je l'observe s'avancer vers moi, à petits pas et j'essaye tant bien que mal de réprimer un sourire, je l'esquisse et mes lèvres redeviennent droites, ma moue disparaît, mais il continue. L'image d'un Oscar tondu à blanc me fait froid dans le dos, il ne pèse même pas une livre et semblerait tout chétif et ridicule, ça m'échappe et je ris doucement avant de passer mes doigts contre mes lèvres pour retrouver mon sérieux colérique. Il continue d'approcher et au rythme de ses pas mon sourire s'élargit faiblement. Il rangera ses affaires qu'il dit, je souris bêtement maintenant, j'ai un compagnon parfait, de quoi je me plains ? Il ne m'est pas infidèle, il m'a demandé ma main de la plus belle des façon qui puisse être. Le seul point négatif est sa mésentente pas si cordiale avec mon ami canidé. Je ris plus fort cette fois en hochant la tête de haut en bas, il doit me croire folle, si ce n'est pas le cas... Hé bien c'est que j'ai vraiment de la chance et que l'amour rend non seulement aveugle, mais également sourd et d'une certaine manière autiste. Mais l'entendre me dire que je serai bientôt sa femme, que je porterais son nom à lui sous peu m'apaise réellement. Ma langue vient humidifier mes lèvres timidement et je soupire sans lâcher ce sourire idiot. "J'irais te prendre un nouveau blouson..." je dis d'une petite voix coupable en avançant à mon tour, je réalise qu'il est possible qu'il ait trouvé préférable de garder une distance de sécurité au cas où je me remettrais à hurler, après m'être frotté les mains je les déposais sur ses hanches et les faisait lentement descendre jusque ses reins. Le nez levé vers son visage je dis :"Je n'ai pas parlé très fort, je suis certaine que les voisins n'ont même pas remarqué que criais." j'ai collé ma joue contre son torse et ai pris une profonde inspiration, savourant discrètement son odeur, les yeux fermés, le cœur battant. J'ai souvenir de notre premier baiser, quand j'y pense, parce qu'il m'arrive d'y penser, je ressens encore ces petits papillons dans mon ventre et cette chaleur agréable parcours encore tout mon être. J'ai l'impression de l'avoir rencontré hier. "Vous devez vous faire pardonner Monsieur Jones si vous voulez que votre future épouse ne se transforme pas de nouveau en dragon." je dis d'une voix étouffée sans décoller ma joue de son tee-shirt imprégné non pas seulement du parfum qu'il porte, mais aussi de son odeur à lui. Je reste ainsi quelques secondes avant de me dresser sur la pointe des pieds pour venir déposer un doux baiser contre ses lèvres. "J'espère que tu n'es pas fatigué, parce qu'une longue nuit t'attends..." je lance malicieusement avant de reprendre mon baiser et de m'éloigner de lui et j'ignore pourquoi ma la musique du film "saw" se lance dans ma tête et j'entends la voix de Jigsaw dire :" toute la journé tu as ignoré l'existence même de ta femme..." je secoue alors la tête de droite à gauche pour chasser cette voix hors de mes pensées. "J'ai ma petite idée sur la façon dont on pourrait enterrer la hache de guerre." d'une façon que j'aimerais sensuelle je fais glisser la fine bretelle de ma robe sur mon épaule et lui tourne le dos en lui lançant un regard provoquant avant de rire et de retourner à l'intérieur. Avant de commencer quoi que ce soit, je dois me nourrir, parce que j'adore çcela et je suis déçue de constater que rien n'a été préparé ni même sorti. Je me retrouve plantée là, devant la table de la cuisine alors qu'Oscar qui vient de s'apercevoir de ma présence décide enfin de venir me faire la fête. "Poussin, qu'est-ce que tu veux manger ce soir ?" je demande d'une voix forte en lorgnant le post-it jaune que Phillip m'a laissé ce matin même.  

_________________
I feel like it's my fault
we're all standing with our backs against the wall, sooner or later. Trying to swim but you're sinking like a stone. Baby it's like we're walking on a wire through the fear, take my hand and we'll get there.
sooner or later we're gonna make it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phillip Jones
Admin | I'll be forever yours.
avatar
posts : 1003
avatar : NCW
crédits : wiise (sign)
multinicks : le psy déjanté
ɷ statut : Ex-futur marié, le mariage est tombé à l'eau, merci Robert. Depuis, il s'esquive. Ils n'ont toujours pas remis le sujet sur le tapis avec Evie. Ils devraient pourtant, vu qu'elle est enceinte.
✎ métier : Prof de Self-Defense (09/2016), depuis le 12 juillet, il bosse peu; avant il était un flic dans une unité anti-terroriste (2002-2016), et encore avant adjoint du Shérif de Monterey (1995-2001)
✌ age : 44 années de presque sagesse, car oui, tout est dans le "presque"

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: RDV chez le psy à 14h, je prends mon aprèm ensuite. le diner est pour moi ce soir. vélo sorti => suze jalouse.
relationship:

MessageSujet: Re: It's not right, but it's okay   Jeu 18 Mai - 23:40

C’est une victoire, non ? Evie se rallie à ma requête de nouveau blouson, déclarant qu’elle ira m’en chercher un. Elle va le faire bien évidemment. Sauf si je la devance et en ramène un dès le lendemain. Peu m’importe. Le problème ce n’est pas l’argent, ni le prix du vêtement qui dépasse les deux cent dollars. Le réel souci, c’est le comportement de son chien. Pire qu’un gosse qui en fait voir de toutes les couleurs à sa maman si cette dernière vit seule avec lui et a le grand malheur de rencontrer quelqu’un pour qui elle pourrait éventuellement avoir des sentiments. Oscar me déteste. Ce n’est pas réciproque mais il doit sentir qu’il m’agace avec ses bêtises. C’est même pire quand il brave l’interdit de la chambre. Les chiens et les gosses mènent le même combat pour la suppression de l’intimité des adultes. C’est inscrit dans leurs gênes.

Je souris alors que mes bras se referment sur elle. « La prochaine fois que tu parleras un peu fort, je ferai un questionnaire que je déposerai dans les boites aux lettres des voisins. Les retours risqueront d’être surprenants. » Entre ceux qui sont coincés et ne donneront jamais suite pour me rendre le questionnaire. Ceux qui râleront car effectivement la voix d’Evie était trop forte. Et ceux qui s’amuseront à mettre une pointe d’humour. On me ferait le coup, automatiquement je serais dans la dernière catégorie. Mes doigts glissent sur l’épaule d’Evie. Me faire pardonner ? Rien que cela. « J’aime bien les dragons. Ils sont sexy dans Game of Thrones, non ? Beaucoup mieux qu’à l’époque de Peter et Elliott. C’est peut-être Daenerys qui les rend si attirants en fait… » Je m’expose à une réprimande, ou un coup. Je plaisante. J’aime taquiner Evelyn, c’est plus fort que moi. Même si je fais une référence à une demoiselle plutôt bien faite de sa personne, je n’ai d’yeux que pour ma fiancée, et j’espère qu’elle le sait.

Nos lèvres se trouvent, balayant les dernières traces de la chamaillerie du jour. C’est toujours ainsi entre nous. On monte en pression rapidement mais cela ne dure guère. Des disputes, il y en a comme dans tous les couples. Elles ne laissent pas la place au ruminement. Quand chacun s’est exprimé, disant ce qu’il pensait, la page est tournée. Les moments de tendresse sont tellement mieux à vivre et à partager que les montées en tension. « Une nuit de chamaillerie, disputes et réconciliation ? » demandé-je innocemment entre deux baisers. Je sais qu’elle fait allusion à autre chose. Mon esprit ne se trompe guère alors qu’elle s’éloigne en faisant glisser la bretelle de sa robe. Cette femme est… juste exceptionnelle. Capable de passer du rire aux larmes en un rien de temps. Tout comme des cris au charme également. Je reste encore un peu sur la terrasse flottante, quelques secondes, l’observant de loin alors qu’elle gagne la cuisine.

Quand je me décide aussi à rentrer, mon sourire disparait pour laisser la place à une grimace. Non à cause de la voix forte qu’elle vient d’user, mais d’un mot dans sa question. « On a tous les deux des axes de travail mon ange. » lancé-je alors que je la rejoins. Mes mains glissent sur ses hanches, je me rapproche, mon torse effleurant son dos. « Mon problème, c’est le rangement de mes affaires. Le tien, c’est d’oublier le mot poussin. » Je me penche pour déposer un baiser sur son épaule dénudée. « Combien de fois t’ai-je demandé de ne plus m’appeler ainsi ? » Environ un millier si on ajoute les fois où je l’ai réclamé avec le nombre de fois où je l’ai pensé. Pourquoi poussin ? Est-ce que j’ai l’air d’un pauvre être sans défense se promenant dans une basse-cour en émettant des cuicuis à peine audible et courant dans tous les sens, effrayé quand une main humaine viendra choper une poule pour en faire son repas du soir ? Ce qui me ramène au nôtre. Mes prunelles se posent un instant sur Oscar. « Quelque chose de rapide. Une salade ? Une omelette ? » Damne. Me voici reparti du côté des œufs, et donc du poussin à bannir.

_________________
what about now, what about today
« What if you're making me all that I was meant to be ? What if our love never went away ? What if it's lost behind words we could never find ? Baby, before it's too late, What about now ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evie Rhodes
∞ tous les chemins mènent à tes yeux
avatar
posts : 1089
avatar : Gemma Arterton
crédits : la signature est de lion's tears, l'avatar est d'#AJL.
multinicks : rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier elise owen, l'agneau aux dents de loup.
ɷ statut : amoureusement dévouée à l'homme de sa vie : Phillip Jones. Future maman discrète sur le sujet, elle met tout en oeuvre afin de cacher son petit ventre.
✎ métier : propriétaire et gérante du Rosine's café.
✌ age : 29 années d'insouciance volontaire.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: It's not right, but it's okay   Ven 19 Mai - 0:52

Je tressaille à son contact qui m'arrache à mes pensées, le post-it jaune m'a faite voyager dans un pays obscur et inconnu que je ne saurais nommer. Je ne m'attendais pas à ce qu'il vienne m'enlacer, je ne m'attendais à rien à vrai dire, à cet instant "T" j'étais un caillou, l'esprit ailleurs et la tête vide. Soulagée sans doute d'avoir relâché la pression, je suis lasse d'être une cocote minute en ce moment, je n'ai de cesse d'encaisser et j'accumule une pression qui m'est totalement étrangère. Jamais je n'aurais cru que l'organisation de mon mariage me rendrait folle à ce point, je crois qu'avant de rencontrer Phillip je n'y pensais pas, pour la simple et bonne raison que je n'ai jamais eu de chance en amour et ai collectionné les relations kleenex, j'ai presque réussit à me convaincre que cela me convenait. Je souris à ses mots et me mords les lèvres quand je sens ses mains sur mes hanches, j'ai faim de lui, il ne m'en faut pas plus et c'est dans ces moments-là que je sais que je veux passer ma vie à ses côtés. Alors, je ris doucement "C'est parce qu'à chaque fois que tu me réprimandes pour cet oubli, tu fais ce genre de choses..." ma main glisse tendrement contre sa joue alors que je tâche de rester concentrée, mais sur quoi ? J'ai déjà oublié ce à quoi je pensais tantôt. Je ne dit pas que j'ai une petite tête, mais j'admets parfois avoir des troubles de la mémoire sélective et puis après tout, poussin, c'est mignon non ? Je soupire d'aise et ajoute : "Je tâcherais de m'en souvenir, c'est promit !" j'ai hoché la tête de haut en bas en disant ça, comme une enfant studieuse qui apprend ses leçons, pourtant celle-ci je m'amuse à ne pas la retenir. J'ai compris qu'il n'aimait pas que je le surnomme ainsi quand, un dimanche, nous sommes allé manger avec sa famille et au beau milieu du repas je l'ai appelé par ce sobriquet, son aîné n'a eu de cesse de le chambrer avec ça tout le reste de l'après-midi. Je crois que l'on appelle ce genre de choses "la thérapie par la honte", ceux qui ont des aînés comprendront. Je m'explique, afin que vous ne fassiez plus quelque chose qui déplaît à vos aînés, ils se foutent de votre gueule afin que cela vous serve de leçon. Phil semble aussi perdu que moi au niveau de la préparation du repas, je dois dire que même si j'aime ça, avoir passé ma journée à faire cuire des donuts et des tartes ne me donne guerre envie de préparer quoi que ce soit et ce n'est pas de ça dont j'ai envie présentement. Je fais volte face, en prenant soin de ne pas chambouler Oscar au passage, canidé qui se trouve à nos pieds, assis et nous regarde avec la plus grande attention. Je pose mes mains sur ses épaules et le force à reculer lentement, j'ai l'air ridicule quand il se retrouve plaqué contre le mur alors que je dépose mes mains à plat près de son visage, comme-ci je pouvais l'empêcher de bouger. Il fait une tête et demi de plus que moi. "Je propose de passer immédiatement au dessert." je lance d'une voix douce en approchant mes lèvres de son cou pour y déposer une pluie de baisers entrecoupés de petites morsures alors que mes mains sont occupées à descendre le long de son torse. L'une se glisse sous son tee-shirt et mes ongles se plantent dans sa chair, l'autre elle s'occupe de la boucle de sa ceinture avec difficulté.

_________________
I feel like it's my fault
we're all standing with our backs against the wall, sooner or later. Trying to swim but you're sinking like a stone. Baby it's like we're walking on a wire through the fear, take my hand and we'll get there.
sooner or later we're gonna make it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phillip Jones
Admin | I'll be forever yours.
avatar
posts : 1003
avatar : NCW
crédits : wiise (sign)
multinicks : le psy déjanté
ɷ statut : Ex-futur marié, le mariage est tombé à l'eau, merci Robert. Depuis, il s'esquive. Ils n'ont toujours pas remis le sujet sur le tapis avec Evie. Ils devraient pourtant, vu qu'elle est enceinte.
✎ métier : Prof de Self-Defense (09/2016), depuis le 12 juillet, il bosse peu; avant il était un flic dans une unité anti-terroriste (2002-2016), et encore avant adjoint du Shérif de Monterey (1995-2001)
✌ age : 44 années de presque sagesse, car oui, tout est dans le "presque"

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: RDV chez le psy à 14h, je prends mon aprèm ensuite. le diner est pour moi ce soir. vélo sorti => suze jalouse.
relationship:

MessageSujet: Re: It's not right, but it's okay   Ven 19 Mai - 21:58

Une caresse sur ma joue, mademoiselle touche mon monde du bout des doigts. Un simple contact qui n’est pas loin de me faire chavirer. Nous ne sommes pas d’un grand secours l’un pour l’autre. Un effleurement évince une remarque. Cette dernière suit le bout des doigts qui effleure une peau. Quand le contact est rompu, c’est à cet instant que la remarque s’évapore dans les airs, semblant ne jamais avoir existé. La promesse d’Evelyn n’est pas une parole en l’air, je ne doute pas une seconde de sa sincérité. Cependant, je crois davantage à son étourderie, à l’omission de cette promesse quand le sobriquet franchira ses lèvres une nouvelle fois, sans qu’elle ne le remarque. Ou alors, il sera déjà trop tard. Entre nous, cela ne me pose pas de problème mais cela se révèle un peu plus compliqué à gérer quand un membre de ma famille se trouve à proximité. J’ai eu cette mauvaise expérience lors d’une journée que nous étions dans le clan Jones. Lorsque le soleil s’est couché ce jour-là, j’ai presque regretté de ne pas avoir tranché une tête, suivant la voie des McLeod. Il ne peut en rester qu’un, et jusqu’à présent, mon frère ainé est celui qui l’emporte régulièrement, même si je commence à retrouver certaines habitudes, laissées en sommeil durant mes années à l’étranger.

Ce ne sont pas celles-ci qui se réveillent en ce début de soirée. Le choix du dîner se révèle être un casse-tête. Je ne suis pas certain d’avoir faim, mon ventre n’émettant aucun gargouillis intempestif. Je donne des suggestions de repas rapides, non désireux d’accaparer Evelyn en cuisine. Elle aime se mettre derrière les fourneaux, je m’y colle également quand je rentre avant elle. Je ne suis pas du genre compliqué à nourrir, du moment qu’on ne me propose pas de viande. Ce qui va être également un sujet de discussion pour le mariage. La nourriture, et rien que l’idée de devoir choisir un menu, voilà qui me donne presque mal à la tête à l’avance. Du poisson et des frites, tout le monde sera content, non ? Surtout les enfants.

La pression de mes mains sur les hanches de ma fiancée se relâche quand je la sens bouger. Elle ne se dérobe pas à mon étreinte, bien au contraire, se retournant pour me faire face. Nos regards s’accrochent et à voir ce que je lis dans le sien, le dîner se composera d’un grignotage un peu plus tard dans la soirée. Cette façon qu’elle a de me regarder, et ses mains qui se posent sur mes épaules, ce n’est définitivement pas mes vieilles habitudes qu’elle réveille. Ses doigts exercent une pression sur mes épaules, je recule d’un pas, puis d’un autre. Ma marche à reculons se termine quand mon dos rencontre un mur. Mes doigts resserrent leur emprise sur sa taille, la rapprochant de moi. Un sourire naît sur mes lèvres. « J’aime ta manière de griller les étapes du diner. » Je murmure alors que ses lèvres se déposent sur mon cou, m’arrachant un léger frisson.

Ma main droite remonte jusqu’à son cou. Notre relation est une succession d’étapes grillées, ou plutôt franchies assez vite. Son emménagement avec moi dans cette maison après seulement quatre mois. Ma demande en mariage avant que le cinquième mois ne s’écoule. Au final, la seule chose qui a pris du temps, ce furent nos débuts, hésitants. On ne savait pas trop comment se comportement l’un avec l’autre, jusqu’à ce que le premier pas soit franchi, lors d’un diner au restaurant. L’être humain est basique, il ramène tout à la nourriture. Nous n’échappons guère à cette règle. J’ai faim d’elle, autant qu’elle l’a de moi. Ma main libre vient aider la sienne sur la bouche de ma ceinture. Mes prunelles glissent sur le côté. J’ai presque oublié l’endroit où nous sommes. D’un mouvement, je pivote, l’entraînant dans mon sillage pour inverser nos positions. « Fais comme si tout va bien, mais je crois que nous avons un stalker. » Je balance cette phrase d’un ton léger. Oscar, l’espace d’un instant, je l’avais oublié. Mais il est toujours là, à nous observer de ses grands yeux. Et même s’il n’est guère intimidant, je me méfie de ses réactions s’il trouve quelque chose susceptible d’être son nouveau jouet. Mes lèvres s’emparent de celles d’Evie, refoulant un fou rire sur le point d’éclater suite au cours de mes pensées. J’aime ma vie, j’aime encore plus cette femme qui portera bientôt mon nom. Et il semble bien que j’apprécie quand même un peu cet être à quatre pattes. « La chambre ? » demande-je alors entre deux baisers, une main se faufilant sous la robe pour se poser sur sa cuisse.  

_________________
what about now, what about today
« What if you're making me all that I was meant to be ? What if our love never went away ? What if it's lost behind words we could never find ? Baby, before it's too late, What about now ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evie Rhodes
∞ tous les chemins mènent à tes yeux
avatar
posts : 1089
avatar : Gemma Arterton
crédits : la signature est de lion's tears, l'avatar est d'#AJL.
multinicks : rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier elise owen, l'agneau aux dents de loup.
ɷ statut : amoureusement dévouée à l'homme de sa vie : Phillip Jones. Future maman discrète sur le sujet, elle met tout en oeuvre afin de cacher son petit ventre.
✎ métier : propriétaire et gérante du Rosine's café.
✌ age : 29 années d'insouciance volontaire.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: It's not right, but it's okay   Ven 19 Mai - 23:36

Un stalker, pitié non, j'ai eu mon compte l'été passé, mais en changeant de position j'oublie très vite ce qui m'a permise de faire sa connaissance. J'avais pourtant l'habitude de faire "ça" devant des gens, toute une équipe à vrai dire, mais qu'Oscar assiste à nos câlins ça m'a toujours posé problème. C'est dérangeant de se sentir observer par ses petits yeux innocents de micro-chien. Je ne peux m'empêcher de dissimuler mon visage dans mes mains un court instant pour rire, après lui avoir jeté un coup d'œil et il reprend mes lèvres tendrement et avec envie. J'ai rapidement fait glisser mes mains sur le bas de ses reins dans le but de coller son bassin contre le mien. Je me mords les lèvres avant de faire remonter ma main droite sur sa joue et j'acquiesce en réponse à sa question. Rester dans le salon n'est peut-être pas la meilleure idée que nous puissions avoir pour la simple et bonne raison que des gens, dont les voisins, pourraient nous voir et même nous entendre, ajoutez à ça notre ami à poils longs qui nous observe curieusement. Je me trémousse un court instant, je reprends mon souffle également parce que j'ai l'impression que mon cœur est sur le point d'exploser, j'en ai même les jambes qui tremblent.

Mon cerveau ne devrait pas autant tourner après que nous ayons fait l'amour et pourtant certaines réflexions sont récurrentes. Allongée lascivement près de lui, le corps moite et luisant, les draps retournés et en travers du lit, le silence dans lequel la maison est désormais plongée me donne à réfléchir. J'ai tant changé en quelques années, mais davantage quand il est entré dans ma vie et finalement, il ne sait pas grand chose de mon passé. Je me suis vue faire l'ombre sur ma carrière d'actrice par peur de sa réaction, ce que je prenait pour une libération semble devenir un fardeau qui me pèse un petit peu plus chaque jour. Il n'a jamais insisté pour savoir, et je pense que j'en ai profité. Mais le temps passe et je me dis que je lui dois l'entière vérité, parce que je l'aime, d'un autre côté je me dis que ce n'est pas important, ce n'est qu'une période de ma vie durant laquelle j'étais jeune et perdue. "Tu me feras un bébé ?" je finis par demander en roulant dans les draps afin de me retrouver sur le ventre et je l'observe longuement, le visage bien sérieux. Nous n'en n'avons jamais discuté, je sais qu'il n'a pas d'enfant et moi, avant lui, je n'y avais jamais vraiment songé. Je dépose un baiser sur son torse et prends une profonde inspiration. "Je ne t'ai jamais posé la question, je viens de le réaliser." je dis d'une voix monocorde, toujours un petit peu songeuse. Je me demande alors ce que mon père penserait de nous, serait-il heureux de savoir sa fille sur le point de se marier et qui, bientôt peut-être, en plus de porter un nouveau nom, portera une descendance. On peut entendre Oscar pleurer derrière la porte de notre chambre, il gratte même cette dernière ce qui me fait grimacer pour la simple et bonne raison que si la peinture se retrouve écaillée Phillip ira lui acheter un petit parc pour canin et l'y enfermera pour qu'il cesse une bonne fois pour toutes d'abîmer ses affaires. "Je t'aime, tu sais ?" je dis d'une voix douce alors que je me redresse pour déposer un baiser sur ses lèvres, j'ai dû, cette dernière heure, le lui dire peut-être cent fois. Je finis par me lever et j'ouvre la porte à Oscar pour le laisser passer le seuil de la porte, quand Lip est dans le lit il reste assis un mètre plus loin sur le sol et ne monte nous rejoindre que si je le lui autorise ou l'y dépose directement. J'attrape mon peignoir en satin bleue nuit, l'enfile et le noue, puis je prend ma boule de poils dans mes bras et l'embrasse entre les oreilles. "Je crois que maintenant on peut manger quelque chose, Monsieur Jones, vous êtes pardonné, comme toujours !" je m'éloigne en laissant la porte grand ouverte derrière moi et dépose Oscar sur la table où il s'assoit bien sagement en m'observant, très intéressé. "Tu vois..." je crie "Je suis devant le frigidaire ouvert et je ne sais pas quoi préparer, quand je fais face à des classeurs de traiteurs remplit de potentiels petits plats pour le mariage c'est la même chose..." je soupire en baissant le ton d'une voix boudeuse "Parce que monsieur ne mange pas de viande."

_________________
I feel like it's my fault
we're all standing with our backs against the wall, sooner or later. Trying to swim but you're sinking like a stone. Baby it's like we're walking on a wire through the fear, take my hand and we'll get there.
sooner or later we're gonna make it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phillip Jones
Admin | I'll be forever yours.
avatar
posts : 1003
avatar : NCW
crédits : wiise (sign)
multinicks : le psy déjanté
ɷ statut : Ex-futur marié, le mariage est tombé à l'eau, merci Robert. Depuis, il s'esquive. Ils n'ont toujours pas remis le sujet sur le tapis avec Evie. Ils devraient pourtant, vu qu'elle est enceinte.
✎ métier : Prof de Self-Defense (09/2016), depuis le 12 juillet, il bosse peu; avant il était un flic dans une unité anti-terroriste (2002-2016), et encore avant adjoint du Shérif de Monterey (1995-2001)
✌ age : 44 années de presque sagesse, car oui, tout est dans le "presque"

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: RDV chez le psy à 14h, je prends mon aprèm ensuite. le diner est pour moi ce soir. vélo sorti => suze jalouse.
relationship:

MessageSujet: Re: It's not right, but it's okay   Dim 21 Mai - 11:49

La chambre est plongée dans la pénombre. Le silence a succédé aux gémissements et aux cris de plaisir, et il n’est plus qu’entrecoupé par des respirations ralentissant, et reprenant un rythme normal. Mes prunelles glissent sur la silhouette de ma compagne, sur ce corps que je trouve parfait et dont je ne me lasse pas depuis plusieurs mois. Mes paupières se ferment. Ce n’est pas le sommeil qui s’en vient. D’ici quelques minutes, il faudra se lever. Nos ventres finiront par nous rappeler à l’ordre, criant famine, au point que l’on sourira des grognements qu’ils émettront. En attendant qu’ils se réveillent, je savoure cet instant, attentif aux battements de mon cœur qui ralentissent. Mon attention sur ma propre personne dérape. Une question vient d’être formulée, à laquelle je ne m’attendais pas. Mes yeux se rouvrent pour croiser le regard d’Evie. Un bébé. Elle veut savoir si je compte lui en faire un. Je ne sais pas. C’est la première réponse qui me traverse l’esprit. Non que je sois contre l’idée d’être père, mais comme elle le fait remarque, elle ne m’a jamais posé la question. Il faut dire que je ne me la suis jamais posé non plus jusqu’à ce soir. « Tu en veux un ? » Félicitations Phillip. Ma fiancée me pose une question, et pour toute réponse, je lui en pose une en retour.

Je bascule sur le flanc, pour mieux lui faire face. « Je ne me suis jamais posé la question avant. Je me l’interdisais. » La première raison, c’est que je n’ai jamais rencontré de femme me donnant l’envie de fonder une famille. La seconde, et non la moindre, je ne me voyais pas devenir père en étant dans l’anti-terrorisme, en déménageant tous les quatre ans environ, et en risquant ma vie au quotidien. Ce fut suffisant pour écarter le mot bébé de mon vocabulaire, mais également de ma vie. Et maintenant ? J’observe Evelyn. Je désire être honnête avec elle, tout en craignant qu’elle interprète mal mes propos. « Laisse-nous jusqu’à la fin de l’année. Nous le mettrons en route ensuite, c’est promis. » Mais qu’elle patiente quelques mois encore. C’est peut-être égoïste de ma part, je ne sais pas. Est-ce que je pense mal à vouloir profiter de ma future femme un peu, refusant de la partager si tôt avec un petit être qui grandira dans son ventre ? Je n’ai pas de doute sur le sujet, j’aimerai notre enfant. Seulement avant qu’il ne vienne bouleverser nos vies, je désire profiter un peu de sa mère. Être encore un peu un couple avant d’être parents.

Mes doigts se referment avec douceur sur son poignet. Je l’attire vers moi pour l’embrasser avant de la relâcher. Et je souris. Bien sûr que je sais qu’elle m’aime. C’est réciproque, il n’y a pas à en douter. Même si elle m’abandonne pour se lever et aller ouvrir la porte à sa terreur courte sur pattes. Il ne se précipite pas dans la chambre, s’arrêtant en m’apercevant. Bon chien qui a tout de même un instinct de survie. Maintenant, s’il peut faire demi-tour de lui-même et retourner vaquer à ses occupations, je commencerai à penser que c’est un excellent chien. Mais Evie l’attrape, comme si ce n’est qu’une peluche. Je laisse échapper un soupir en me laissant retomber sur le dos contre le matelas alors qu’elle s’éloigne, Oscar dans les bras.

Il ne me faut guère que quelques secondes pour décider à me lever. J’attrape un caleçon au vol, et fais un détour par la salle de bain. Au loin, j’entends Evie qui se plaint de ne pas savoir quoi faire à manger. Elle rajoute une couche en parlant des classeurs des traiteurs. Ce n’est tout de même pas si compliqué que cela de choisir de la nourriture. Je me décide à la rejoindre, simplement vêtu d'un caleçon, alors qu’elle se tient toujours devant le réfrigérateur. Quelque chose de suspect entre dans mon champ de vision. Le chien sur la table. Logique. Hygiénique. Exemple parfait d’éducation. J’attrape l’animal pour le déposer sur le sol. Ce comédien laisse échapper un couinement alors que je ne l’ai lâché qu’à dix centimètres de hauteur. « Pourquoi on ne ferait pas deux menus pour le mariage ? L’un pour les carnivores qui n’ont pas été dégoûtés par la scène du T-Rex mangeant Gennaro sur les chiottes, et un autre pour les difficiles comme moi ? » Ce n’est écrit nulle part que nous devons avoir un menu unique non ? Il y a également l’option avec que des fruits, histoire de se la jouer à la Mowgli et Baloo. Il en faut peu pour être heureux…

_________________
what about now, what about today
« What if you're making me all that I was meant to be ? What if our love never went away ? What if it's lost behind words we could never find ? Baby, before it's too late, What about now ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evie Rhodes
∞ tous les chemins mènent à tes yeux
avatar
posts : 1089
avatar : Gemma Arterton
crédits : la signature est de lion's tears, l'avatar est d'#AJL.
multinicks : rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier elise owen, l'agneau aux dents de loup.
ɷ statut : amoureusement dévouée à l'homme de sa vie : Phillip Jones. Future maman discrète sur le sujet, elle met tout en oeuvre afin de cacher son petit ventre.
✎ métier : propriétaire et gérante du Rosine's café.
✌ age : 29 années d'insouciance volontaire.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: It's not right, but it's okay   Dim 21 Mai - 16:26

"Arrête, le pauvre homme - lâche - me fais toujours autant de peine, quand je vois cette scène." personnellement je n'aimerais pas mourir sur le trône, la dernière chose que j'aurais faite se trouverait être un petit pipi. Non, décidément je suis ravie qu'ils se soient éteints ces dinosaures, ce qui me dérange le plus c'est que je sais que si j'avais eu moi aussi la chance de visiter le Jurassic Park, j'y serais restée, comme l'autre avocat minable sur sa cuvette de toilettes. Je détourne mon attention de l'intérieur du frigidaire pourtant plein et la reporte sur Oscar qui a disparu de la table, mon regard croise alors celui de Phillip alors je baisse les yeux sur ma peluche d'animal de compagnie. "Il était bien sûr la table Lip, il ne bougeait pas !" je m'indigne, d'autant plus qu'il aime à se faufiler entre mes jambes afin d'attraper tout ce qui se trouve à sa hauteur dans le frigidaire, cette bestiole mange décidément n'importe quoi. En réalité je n'ai pas envie de dire à mon compagnon que plus d'une fois j'ai bien faillit enfermer le pauvre animal au frais, je sais que ça peut sembler dingue, mais c'est la triste vérité, il n'a qu'une maîtresse, mais n'en fait qu'à sa tête. Je retourne à mon activité et sors quelques restes que je dépose sur la table en tendant simplement le bras, de là je sors du blanc de poulet et quelques pommes de terre. "Tu sais, je me dis que pour le repas tu devrais voir avec Deb, tu as toujours de bonnes idées." j'ai l'impression que ce repas de mariage me donne beaucoup trop de fil a retordre, et j'ai horreur que les choses échappent à mon contrôle, j'ai tendance à évincer Phillip des préparatifs sous prétexte que nous avons embauché quelqu'un qui doit s'occuper de petits détails dans ce genre, mais c'est plus fort que moi, je veux que tout soit parfait, donc proposer à mon futur époux de "s'investir" me semble une bonne idée. Est-ce que cela fait de moi une femme castratrice qui interdit déjà trop de choses à l'homme qu'elle aime ? Jamais je n'avait réalisé qu'en moi sommeillait une maniaque du contrôle. "Tu vois, je n'ai pas envie que l'on fasse de buffet, j'aimerais un service à table, avec quelques entrées, un plat et une belle pièce montée." en saisissant une carafe d'eau je referme la porte du frigidaire et vient la déposer sur la table, me retourne afin de sortir deux verres et les place près du broc et nous sert de quoi nous rafraîchir. Je lève le nez vers mon amant en esquissant un sourire, je prends le temps de savourer ce que j'ai sous les yeux, vêtu de n'importe quoi mon homme, à mes yeux, est le plus beau de tous en ce bas monde. Il est parfait. Tout en le fixant du regard j'enroule une tranche de blanc de poulet que je donne à Oscar en me penchant sur le petit animal, de ma main libre j'ébouriffe ses longs poils. "Je suis tentée de prendre à Oscar un petit nœud papillon noir, j'ai vu de jolis colliers en ville, ça pourrait être sympa, non ?" je sais que la perspective d'accessoiriser un chien et surtout Oscar, ne va pas plaire à Phillip, mais je ressens le besoin de lui faire part de mon idée et quel que soit son avis sur la question, je crois que ma décision est prise sur le sujet, cela doit pouvoir se lire sur les traits de mon visage. D'une démarche féline je m'approche de lui, en me mordant les lèvres je fais glisser sur la table son verre qui arrête sa course juste avant le rebord de cette dernière. "Il nous faut aussi choisir nos alliances et dans la semaine j'ai un bilan de santé à aller faire." outre un rendez-vous avez le docteur foufoune, je dois faire quelques contrôles à cause de mon asthme, tous les ans c'est la même histoire. Je ne parle pas de mes crises d'angoisse, j'ai bien trop peur que l'on me donne des médicaments abrutissants. Je ne plais pas à l'appeler mon "gynécologue", parce que je trouve ce mot affreux, premièrement et dans un second temps, j'aime m'entendre dire des termes décalés quand il s'agit de quelque chose de sérieux, même si ce n'est que dans ma tête. "J'ai en tête de l'or blanc entremêlé d'or jaune, quelque chose de simple en fait." la main tendue sous notre nez à tous les deux, j'agite mon annulaire gauche en souriant puis saisis sa main et dépose un long baiser sur le dos de celle-ci. "La Nouvelle-Zélande ou les Caraïbes me semblent être de merveilleuses destinations pour un voyage de noces, ou bien le Brésil, Dubaï, peut-être la Thaïlande ou alors le Portugal, l'Algarve semble une destination géniale." tout en hochant ma tête de haut en bas, je prends une pomme de terre cuite et froide, puis je mords dedans.

_________________
I feel like it's my fault
we're all standing with our backs against the wall, sooner or later. Trying to swim but you're sinking like a stone. Baby it's like we're walking on a wire through the fear, take my hand and we'll get there.
sooner or later we're gonna make it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: It's not right, but it's okay   

Revenir en haut Aller en bas
 
It's not right, but it's okay
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: bury the evidence. :: archives rp-
Sauter vers: