AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture du forum, en savoir plus ici.

Partagez | 
 

 She loves her indenpendence, and yet sometimes she likes to be told what to do - Elise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jack Beauregard

avatar
posts : 54
avatar : B. Cooper
crédits : ΛLDEBΛRΛN ; tumblr
ɷ statut : En couple avec Elise Owen et leur canapé
✎ métier : Officiellement autoentrepreneur, officieusement agent fédéral oeuvrant pour le service de protection des témoins
✌ age : 37 yo

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Bye-bye 'Elise' !
relationship:

MessageSujet: She loves her indenpendence, and yet sometimes she likes to be told what to do - Elise   Sam 21 Oct - 20:02


She loves her indenpendence, and yet sometimes she likes to be told what to do
Jack Beauregard & Elise Owen


A peine deux jours s'étaient passés depuis que l'agent fédéral et sa protégée avaient consommé leur passion. Depuis, les deux feignaient l'indifférence. Jack n'avait pas vu Elise depuis 48 heures, qui s'était éclipsée les deux matins pour se rendre probablement à son travail. Le soir ? Elle passait en coup de vent avant de s'enfermer dans sa chambre, ne laissant aucune chance au vétéran d'avoir un petit instant avec elle pour s'expliquer sur ce qu'il s'était passé et comment ils pouvaient affronter la chose ensemble. Le silence le rongeait, et voir Elise se renfermer sur elle en guise de seule protection l'énervait encore plus. Ce matin-là, Beauregard s'était encore levé seul sur son canapé dans une maison on ne peut plus silencieuse. Un coup d'oeil à l'entrée pour s'apercevoir que les affaires de la jeune femme n'étaient plus là. Encore un petit déjeuner en solitaire.  Non pas qu'il pensait qu'ils étaient un couple, bien qu'ils devaient en former aux yeux du monde, mais leur petit écart de comportement ne devait pas les empêcher de vivre, ni même de cohabiter. Le smartphone de Jack vibra doucement.
MASON a écrit:
Dans mon bureau à 14h.
Beauregard leva les yeux au ciel en soupirant. Mason n'était autre que son supérieur hiérarchique direct, le chef du département de protection des témoins de Californie. Et comme pour chaque profession, il n'était jamais bon signe de se faire convoquer directement dans le bureau de son chef. Jack allait probablement passer une journée de merde.

L'agent fédéral profita de la matinée de répit pour faire quelques rangements dans la maison,
faisant même le ménage. En tant qu'autoentrepreneur autodéclaré, il passait le plus clair de ses journées à la maison à tourner en rond. Autant le faire sur un parquet propre. Revêtant son costume mais délaissant la cravate -il détestait ça- Jack prit la voiture pour se rendre à San Fransisco, s'arrêtant faire un détour chez Starbucks faire le plein de caféine. Il en profita pour envoyer un court texto prévenant de son absence à Elise et qu'il risquait de rentrer tard, d'une part pour la rassurer, d'autre part pour éviter un autre coup de crosse. L'espace d'un instant,
le vétéran se surpris à penser que vu la manière dont les choses s'étaient terminées la dernière fois, il en reprendrait bien un autre avant de chasser cette pensée horrible pour se concentrer sur le remontage de bretelles en bonne et due forme qui l'attendait. Arrivant en avance au siège régional du bureau, Beauregard en profita pour saluer les gens qu'il connaissait avant de se pointer penaud un quart d'heure en avance devant le bureau de son chef, tel l'agneau que le menait à l'abattoir.

Ce furent au final trente longues et douloureuses minutes que vécurent Jack. Il avait l'habitude des remontrances mais cette dernière restait salée. Le bureau avait eu vent de l'altercation qui avait eu lieu entre Bass' et l'agent fédéral lors de la soirée du renouveau. Ses supérieurs lui firent un sermon sur l'allégeance supposé du mafieux, et lui reprochaient surtout qu'ils craignaient que Jack ne soit trop sentimentalement impliqué dans l'affaire. Ils lui reprochaient son attitude désinvolte et visiblement trop peu professionnelle, malgré le peu d'éléments qu'ils possédaient. Se défendant de partager quoi que ce soit avec sa protégée, Beau' tâcha de se défendre sans succès. L'agent fédéral écopa d'une ultime mise en garde, sous peine de se voir retiré de l'affaire au prochain écart de comportement venant de sa part, ou de celui de la jeune femme. Ce qui était plus facile à dire qu'à faire, lorsqu'on connaissait la manière de faire d'Elise.
A l'idée de se voir séparer de la blonde, un sentiment de tristesse s'empara de Jack malgré lui,
remplacé petit à petit par une colère sournoise qui s'installait, se persuadant que ce qui arrivait était de la faute de la fugitive et non de la sienne, ne se remettant pas le moins du monde en question.C'est la mort dans l'âme que Jack fit la route inverse vers Monterey, ruminant derrière son volant avant de retrouver la maison aussi vide qu'il ne l'avait quitté. La soirée était déjà bien entamée,et il se demandait ou la blonde pouvait être passée à une heure pareille. Beauregard était bien décidé à ne pas la rater ce soir, ils devaient crever l'abcès.

Son téléphone d'ordinaire si calme sonna pour la deuxième fois de la journée, laissant s'afficher un numéro inconnu à l'écran. "Monsieur Beauregard ? Jack Beauregard ?"
"Lui-même. Qui est à l'appareil ?" "Bonsoir Monsieur, Officier Caldwell à l'appareil, département du shériff de Monterey. Je vous appelais pour vous prévenir que nous avons arrêté une personne ici qui prétend être votre conjointe, Mademoiselle ... Elise Owen. Vous connaissez ?" "Oui ..." soupira-t-il longuement.
"Qu'est ce qu'elle a fait ?" "Vous verrez tout ça au poste, Monsieur Beauregard, je n'ai pas tous les éléments sous les yeux. Quoi qu'il en est vous pouvez passer dès maintenant." "J'arrive tout de suite."

Jack resta un instant interdit, levant les yeux au ciel avant de laisser son regard vagabonder à travers le salon en pensant au déménagement qu'il aurait à préparer d'ici quelques jours lorsqu'il serait relevé officiellement de l'affaire Owen. Il fuma clopes sur clopes sur la route du commissariat pour passer ses nerfs, avant de s'acquitter de toute la paperasse nécessaire pour la libération sous caution de la jeune femme; y  laissant au passage une petite partie de ses économies. Il ne pipa mot jusqu'à leur retour à la maison, ne daignant même pas la regarder, comme un père honteux du comportement de son enfant. Beauregard ôta enfin sa veste de costume qu'il jeta à travers le salon, ouvrit un bouton de sa chemise, emporta une bière du frigo avant de s'installer dans le confortable fauteuil en cuir de leur pièce à vivre. Fait rare pour qu'il soit souligné, Jack s'alluma une clope à l'intérieur, lui qui d'ordinaire prenait toujours soin de fumer sous le perron de l'entrée, marquant ainsi son mécontentement. Après de longues minutes d'un silence insoutenable et voulu par l'agent, qui lui permis de ressasser ses idées, Jack lança enfin à travers la pièce : "Je suppose que tu es fière de toi."



_________________
I will Go down with this ship

I won't put my hands up and surrender
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Owen
≠ L'AGNEAU AUX DENTS DE LOUP
avatar
posts : 85
avatar : Jlaw, la bimbo ♥
crédits : avengedinchains.
multinicks : evie rhodes, la future maman et mariée avortée. rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier
ɷ statut : un cœur à la dérive, en couple avec le charmant Jack Beauregard.
✎ métier : fleuriste, c'est que c'est joli et que ça sent bon ces conneries.
✌ age : vingt sept ans, c'est pas si vieux que ça

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Il faudra acheter des céréales.
relationship:

MessageSujet: Re: She loves her indenpendence, and yet sometimes she likes to be told what to do - Elise   Jeu 26 Oct - 1:33


She loves her indenpendence, and yet sometimes she likes to be told what to do
Jack Beauregard & Elise Owen


Une chose était certaine, depuis qu'ils avaient couchés ensemble Elise cherchait à tout prix à éviter l'homme avec qui elle vivait. Elle s'était refermée tout comme elle s'était ouverte, sans qu'ils ne s'y attendent et avait préféré feindre l'indifférence à un point tel que Jack aurait parfaitement pu se mettre à se demander s'ils avaient vraiment craqués ou pire, se mettre à douter de sa propre existence. C'était un moyen d'auto défense stupide dans lequel elle s'enfermait sans vraiment s'en rendre compte, enfin... C'est à peine si ces deux derniers jours elle n'avait pas verrouillé la porte de sa chambre par peur de faire une descente nocturne dans ce foutu salon, alors elle s'était levée tôt, avait traîné au travail et ne dînait plus avec l'agent, le temps que les choses se tassent, se disait-elle. C'était tellement bizarre et elle s'interdisait même d'essayer de savoir si elle avait apprécié le moment ou non, elle voulait que cela lui soit égal, cela ne devait pas avoir la moindre importance. Rien de comptait, rien d'autre qu'elle. De ce fait, elle éprouvait une colère immense et se montrait affreuse avec les pauvres clients qui venaient lui demander ses services, si bien qu'elle avait finit par envoyer paître une vieille dame un petit peu trop insistante au sujet de bégonias rose ou bleus.

La réception d'un message texte de Jack dans la journée eut pour effet de mettre Elise dans tous ses états, elle était officiellement hors d'elle. Quelque part dans son crâne une voix sensée lui répétait sans cesse d'agir en adulte et de continuer de vivre comme elle l'avait fait jusque là en feignant que rien ne se soit passé, ailleurs dans sa tête une voix quelque peu agressive n'avait de cesse de râler, reprochant à Jack son comportement immature. Il n'avait même pas cherché à en parler avec Elise et dieu sait qu'il avait bien fait, la jolie jeune femme n'était pas prête et n'avait pas envie de reparler de ça estimant que ce qui c'était passé, appartenait au passé. Une femme torturée et compliquée. Ses idées ne semblaient pas trouver de place juste ou de sens dans son esprit et c'est ce qui la mettait le plus en colère, le fait d'avoir l'esprit embrumé de la sorte. Salaud. Ses yeux se baladaient rapidement sur les quelques mots inscrits sur son écran qui l'informaient que Jack ne serait pas en ville aujourd'hui. Un soupire s'échappait alors d'entre ses dents quand elle rangea son téléphone portable dans la poche arrière de son jean avant de reprendre son activité et de composer quelques bouquets sans saveurs, elle refusait d'y mettre du sien, son esprit était bien trop occupé à pensé à d'autres choses, choses auxquelles elle s'interdisait de pensé puisque cela concernait un certain agent. La colère s'emparait alors d'elle toute entière.

L'erreur "fatale" eut lieue peu de temps après que la jolie petite blonde ait décidé de quitter sa boutique, elle verrouilla la porte et se dirigea vers sa voiture. Alors qu'elle s'apprêtait à monter à bord elle entendit un sifflement juste derrière elle ce qui eut pour effet de la faire se dresser immédiatement, elle fit volte-face et derrière elle se trouvaient deux jeunes hommes. L'un d'eux se permit quelques commentaires misogynes et désobligeants à l'adresse de la jeune femme qui, alors qu'elle avait à peine entre ouvert la portière du véhicule, la claqua avec force immédiatement et dans un juron qu'elle prononça dans sa langue maternelle, s'élança vers le duo d'abrutis alcoolisés qui souhaitait la chahuter. Elle ne leur donna pas le temps de réfléchir et saisit la tête du premier pour la cogner contre celle du second. Sonnés, ils ne ripostèrent pas immédiatement, ma le second, plus grand et brun réussit à renverser Elise avec dextérité. Un combat sans nom et sans allure débuta alors dans la rue. Un policier en patrouille arrêta son véhicule à côté des trois brutes et se mit en tête de les séparer, mais Elise semblait avoir disparu et seule la rage la contrôlait, si bien qu'elle ne le vit pas et lui assena un violent crochet du droit en plein dans la mâchoire.


"Non, non, l'appelez pas..." Jack figurait sur la liste des personnes à contacter en cas d'urgence, elle ne se souvenait plus de l'avoir inscrit sur cette foutue liste, mais après tout, il était la seule personne proche qu'elle possédait. A vrai dire, elle s'était mise en tête que passer la nuit au poste valait mieux que de se faire récupérer par l'agent de protection qu'elle s'est tapée et qui est sensé veiller sur elle... Enfin, elle préférait rester là plutôt que d'avoir à faire à lui. La pommette droite, juste sous son œil avait doublé de volume et était teinté de violet. Quelques uns de ses ongles s'étaient cassés dans la bataille et la petite blonde s'était mis en tête de les limer afin de l'aider à patienter, de l'aider à se concentrer sur autre chose que l'idée de Jack et son regard d'acier, froid, prêt à la manger et la réprimander. "C'est bon Caldwell, j'ai pas tapé fort !" souffla t-elle comme une adolescente en tort, les mains coincées entre ses cuisses, le regard fuyant.

Son parfum était mélangé à l'odeur de la sueur, mais aussi au tabac, le tabac froid et frais, étrange non ? Ce regard, elle ne l'a pas loupé, ou plutôt ; lui ne l'a pas loupée. Fautive, la fugitive ne dit rien et fit en sorte d'éviter son regard tout le temps où ils étaient au commissariat. Il avait remplis une tonne de papiers, avait même donné l'argent pour sa caution, les menottes ôtées et une fois montée en voiture, Elise se sentie aussi mal qu'on peut l'être, mais n'en montrait rien par orgueil. Qu'il était sexy quand les rôles se trouvaient inversés, lui de marbre et elle idiote et démunie. En secouant la tête elle chassa cette pensée de son esprit et lui emboîta le pas pour entrer dans la maison, prenant le soin de fermer à clefs derrière eux. Elise eut l'envie de monter s'enfermer dans sa chambre, comme une adolescente fautive et honteuse, mais se dit qu'il serait bien capable de défoncer la porte pour se défouler, puis, la fuite n'était pas la meilleure chose à faire. Non. La fierté lui dictait de rester, de se taire, d'assumer. Il s'était finalement installé, une bière à la main, une clope coincée entre son index et son majeur dans l'autre. Elle était allée chercher quelques glaçons qu'elle mit dans une poche de plastique et qu'elle appliqua sur sa pommette. Puis, se mit en quête de tequila, elle en avait bien besoin. A peine avait-elle mit la main sur la bouteille qu'il brisa le silence pesant qui s'était installé dans la maison. "Pardon ?" articula t-elle avec difficulté en se raclant la gorge. Elle lâcha un rire nerveux, bouteille en main, poche de glace dans l'autre elle pénétrait dans le salon. "Est-ce que tu plaisantes, dis-moi que tu plaisantes !" siffla t-elle, menaçante, en battant des cils rapidement, prenant cet air outré qui donne envie à n'importe qui de lui coller une bonne gifle en pleine tête. "Mis à part la version de l'autre trou d'cul de Caldwell, qu'est-ce que tu sais de ce qui s'est passé ce soir, t'était où déjà ?" elle enchaîna aussi sec, sur un ton condescendant qui la rendait odieuse, l'amertume lui allait si mal. "T'étais où ? Ha, mais, t'étais pas là !" lui cracha t-elle en s'approchant dangereusement de lui, agitant sa bouteille sous le nez de Jack. Elle finit même par lâcher sa poche de glace pour venir déposer le bout de son doigt sur le torse de ce dernier. "J't'interdis, t'entends, je t'interdis de jouer le moralisateur sachant qu't'as même pas essayé de connaître MA version des faits." elle avait à de nombreuses reprises, comme pour rythmer ses mots, enfoncé son doigt contre son thorax, le regard noir de colère. Elle prit un pas de recul, portant le goulot de la bouteille à ses lèvres et avant de prendre une gorgée elle dit : "Agent fédéral de merde." ses prunelles azures plongées dans l'acier des siennes. Pourtant elle était persuadée que la colère qu'elle avait ressentie ce soir avait été évacuée, elle se trompait.

_________________
Listen, I would take a whisper if that's all you had to give but it isn't, is it ? You could come and save me and try to chase the crazy right out of my head.
I don't let people in

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Beauregard

avatar
posts : 54
avatar : B. Cooper
crédits : ΛLDEBΛRΛN ; tumblr
ɷ statut : En couple avec Elise Owen et leur canapé
✎ métier : Officiellement autoentrepreneur, officieusement agent fédéral oeuvrant pour le service de protection des témoins
✌ age : 37 yo

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Bye-bye 'Elise' !
relationship:

MessageSujet: Re: She loves her indenpendence, and yet sometimes she likes to be told what to do - Elise   Jeu 26 Oct - 11:40


She loves her indenpendence, and yet sometimes she likes to be told what to do
Jack Beauregard & Elise Owen


Et c'était reparti pour un tour. Fidèles à eux-mêmes, Elise et Jack semblaient repartis pour une énième dispute. Beauregard était las. Las de cette situation, las du comportement de sa protégée qui n'en faisait qu'à sa tête et qui se comportait comme une adolescente pourrie et gâtée. L'agent fédéral n'écoutait qu'à moitié les remontrances à son égard. De toute manière, la rengaine d'Elise se répétait inlassablement : ce n'était probablement pas de sa faute si elle s'était retrouvée dans cette situation, Jack n'avait pas été là pour la soutenir et refusait de comprendre, etc, etc.... L'espace d'un instant, il se mit même à attendre les jours qui viendraient, et plus particulièrement celui ou il serait officiellement relevé de la protection de la jeune femme, afin de vivre des journées moins pénibles et d'arrêter de se faire des cheveux blancs. Le regard évasif, Beau' préférait se concentrer sur le mélange d'alcool et de nicotine qui l'envahissait. Il aurait besoin de quelque chose de plus fort. Toutefois, il ne put s'empêcher de reporter son attention sur la jolie blonde à la fin de sa tirade. Ses dernières paroles étaient de trop. Jack resta quelques instants interdit, pensant au comportement d'Elise. Il savait pertinemment que ses mots étaient choisis, et n'avaient d'autre but que de faire réagir l'agent fédéral pour reporter sur lui toutes les tensions qu'elle accumulait en elle. Sauf qu'aujourd'hui, c'était elle la fautive et Jack était fatigué de ces petits jeux et de faire le dos rond.

Posant sa bière presque vide sur le parquet, Beauregard se leva doucement pour lui faire face et saisit presqu'avec douceur la bouteille de tequila des mains de la jeune femme. Ses gestes étaient doux et mesurés, comme si toute la rancoeur de la jeune femme coulait sur le corps et l'esprit de l'agent fédéral. C'était mal le connaître. Inhalant une dernière longue bouffée de cigarette, Jack finit par laisser tomber son mégot encore vif dans le goulot de la bouteille de tequila. "L'agent fédéral de merde en a ras le bol de ton comportement de gamine attardée." dit-il calmement avant de balancer la bouteille à travers le salon, cette dernière terminant sa course dans le jardin après avoir brisé l'une des fenêtres. "J'en ai rien à foutre de ta version. Tu l'as dit toi-même, je suis agent fédéral et je vais certainement pas remettre en cause un rapport de police circonstancié." Surtout qu'à cette minute, Jack avait juste envie de baisser les bras, après des semaines d'efforts sans réponse "C'est quoi, c'est le seul moyen que tu as trouvé pour attirer mon attention ? C'est pour te venger qu'on ait couché ensemble ? Tu préfères pas aller bouder dans ta chambre, t'es sûre ?" L'espace d'un instant  fugace, Jack se rappela avec sensation du moment qu'ils avaient partagé quelques jours plus tôt. Il préféra chasser cette pensée qui lui paraissait trop agréable. Vu qu'il allait devoir bientôt partir, ils devaient jouer carte sur table. Et cette fois-ci, il n'y aura probablement pas de séance de sexe sauvage sur le canapé.

Beau tourna les talons pour planter la jeune femme dans le salon, se dirigeant vers le bar du meuble télé en marmonnant entre ses lèvres. "Putain, après c'est moi l'handicapé sentimental ..." Jack avait besoin d'un bon remontant. Il se saisit d'une de ses bouteilles de whiskey avant de se servir une grande rasade, qu'il descendit d'une traite. Le liquide ambré lui réchauffa la gorge amèrement, lui donnant assez de courage pour faire face à l'esprit borné de la jeune femme. "Tu veux savoir c'est quoi ton problème ?" lui-demanda-t-il de manière rhétorique en se resservant un verre, lui faisant face. "Ton putain de problème, c'est de croire que t'es toujours toute seule. De faire croire que t'es une battante alors que tu fuis. C'est toujours de la faute des autres avec toi. Assume, pour une fois. Grandis." dit-il en ressortant une cigarette de son paquet. "Alors, c'est quoi cette fois ? T'as tapé deux mecs et un agent de police parce que t'as passé une mauvaise journée ou t'as probablement ruminé sur la connerie qu'on a fait y a deux jours, c'est ça ? C'est sûr que ça doit plus compliqué de venir m'en parler au lieu de me fuir." Ca faisait des semaines maintenant que Jack s'occupait de la protection d'Elise, et même si cette dernière semblait persuadée du contraire, et voulait le lui rappeler à chaque instant, il commençait doucement à la connaître. Il ne lui demandait pas des remerciements pour son service, mais peut-être un peu plus de sympathie à son égard, et un minimum de reconnaissance, même silencieuse. Au lieu de ça, Elise et Beauregard se disputaient constamment, et l'agent fédéral avait l'impression d'être le coeur des problèmes de la jeune femme, qui le lui faisait sentir. Il fallait que ça sorte. "Laisse tomber."

Jack soupira en allumant sa deuxième cigarette. Bizarrement, il semblait plus calme, et déchargé d'un poids sur ses épaules. Mais au plus profond de lui-même, il était triste. Avec Elise, Jack avait un sentiment d'échec permanent. Il aurait tellement voulu que les choses se passent autrement, qu'il arrive à lui faire oublier les terribles choses qu'elle a vécu dans sa vie antérieure, qu'il arrive à lui faire saisir la chance qu'elle avait de pouvoir recommencer. C'est que malgré-lui, il y tenait à sa petite fugitive. Evitant délibérément le regard d'Owen, l'agent fédéral vint se rasseoir dans le confortable fauteuil club qu'il avait quitté quelques minutes auparavant. "Tu sais quoi ? T'as gagné, Elise." Sa voix s'était radoucie et paraissait extrêmement calme mais fatiguée. "C'est fini." conclut-il simplement en faisant tourner l'alcool dans le fond de son verre avant d'en boire une gorgée. Il avait dit ça de la manière la plus naturelle qu'il soit, comme si au final, leur séparation à venir était la conclusion logique et rationnelle de leur aventure, et de ces quelques semaines partagées. Le regard de l'agent ne s'était même pas posé sur la jeune femme pour observer sa réaction, il s'en moquait éperdument. Perdu dans le vague, il attendait plus que le temps passe, attendant de voir la réaction de la jeune femme.


_________________
I will Go down with this ship

I won't put my hands up and surrender
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Owen
≠ L'AGNEAU AUX DENTS DE LOUP
avatar
posts : 85
avatar : Jlaw, la bimbo ♥
crédits : avengedinchains.
multinicks : evie rhodes, la future maman et mariée avortée. rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier
ɷ statut : un cœur à la dérive, en couple avec le charmant Jack Beauregard.
✎ métier : fleuriste, c'est que c'est joli et que ça sent bon ces conneries.
✌ age : vingt sept ans, c'est pas si vieux que ça

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Il faudra acheter des céréales.
relationship:

MessageSujet: Re: She loves her indenpendence, and yet sometimes she likes to be told what to do - Elise   Jeu 26 Oct - 23:25


She loves her indenpendence, and yet sometimes she likes to be told what to do
Jack Beauregard & Elise Owen


Il marquait beaucoup trop de points, il tapait juste à chaque mot qu'il décochait et Elise s'en retrouvait presque décontenancée. Eux qui ne s'étaient pas adressé la parole pendant près de 48 longues heures rattrapaient leur retard en un temps record au goût de la petite blonde. Le plus dur dans tout cela était qu'il n'avait pas à hausser le ton pour se faire comprendre et Elise aurait adoré qu'il lui hurle dessus, rien n'est plus douloureux que d'entendre des réprimandes prononcées calmement. Elle déglutis en l'observant noyer son mégot dans sa bouteille de téquila et bien que ses sourcils se soient froncés, bien que son nez ait plissé, elle n'a rien dit. La petite brune sursauta après qu'il ait saisit le flacon et l'ait balancé à travers une fenêtre. Les lèvres pincées, elle comprit qu'elle était, une fois encore allée trop loin. Elle refusait de se laisser marcher sur les pieds, mais dès qu'il ouvrait la bouche presque tout ce qu'il prononçait était plus que sensé et indéniable. Son visage se déforma légèrement quand il dit qu'il n'en n'avait que faire de sa version, parce que là était la preuve qu'elle n'avait pas d'importance à ses yeux, pas de valeurs. Pas de confiance. Blessée d'entendre une vérité qu'elle préférait ignorer jusque là, elle n'ajouta néanmoins rien du tout, se contentant de fixer Beauregard droit dans les yeux pour le défier.

Qu'elle était ridicule avec sa fierté mal placée et la force qu'elle se fatiguait à déployer afin de ne pas plier face à lui, afin de renvoyer l'image de quelqu'un de fort. Foutaises. Puis elle détourna le regard à l'écoute de ces mots, quand il évoqua leur folie passagère, l'erreur qui n'en n'était peut-être pas une et elle se dit qu'elle l'avait sans doute blessé en agissant comme elle l'avait fait, pourtant ce n'était pas dans son intention de lui faire du mal. Puis cette pensée fut balayer par ce qu'il ajouta. Alors voilà comment il la voyait, une gamine capricieuse qui s'enferme dans sa chambre. Une débile, une lâche. Sa mâchoire se serra presque par automatisme alors que son regard azur se redressa vers l'acier de ses prunelles. L'image qu'il se faisait d'elle était biaisée, mais elle, s'en moquait complètement de ce qui pouvait avoir altéré son jugement. Elle entre ouvrit les lèvres, mais se ravisa immédiatement détournant une nouvelle fois le regard. Touchée en plein cœur par des mots qui dépassaient certainement la pensée de l'agent. Ce dernier fit volte face, la laissant plantée au milieu du salon et pendant une fraction de seconde elle eut envie de pleurer, pour se ressaisir elle passa rageusement ses mains sur son visage, pour effacer la moue qu'il affichait afin que Jack n'en voit rien. Elle prit alors une profonde inspiration, le bout de ses doigts contre ses lèvres pulpeuses.

Pas certaine d'avoir envie de connaître quel était son problème selon lui, elle ne répondit pas et se contentait de pencher son visage au dessus de son épaule afin de tendre l'oreille. Tout se mélangeait dans sa tête, jamais elle n'aurait cru avoir ce genre de conversation avec lui, pas ce soir, jamais en fait. Son visage se trouvait déformé par la peine alors qu'il était en pleine tirade, oui elle était seule, du moins avec les années elle s'en était persuadé, parce que la vie lui avait fait comprendre qu'il  valait mieux compter sur sois-même plutôt que sur les autres au risque de souffrir. Son corps se trouvait agité de faibles tremblements que la colère et la peine avaient provoqués et il lui était de plus en plus compliqué de ne pas craquer à mesure qu'il enchainait les paroles. Dieu que c'était douloureux d'intérioriser. Puis il s'installa de nouveau dans son fauteuil confortable, un verre à la main.

"Je ne comprends pas." articula t-elle en fronçant légèrement les sourcil, la voix tremblante. Elise tentait de capter le regard de ce dernier qui semblait être bien plus intéressé par le fond de son verre que par ce qu'il venait de lâcher. Dans un élan de colère elle se précipitait vers lui et le lui arrachait des mains. Une fois certaine d'avoir obtenu l'attention qu'elle réclamait elle resta planté là, comme une idiote, le verre à la main. "Qu'est-ce qui est fini ?" la jolie blonde prit une profonde inspiration avant de boire le contenu du verre d'une traite et de le poser sur la table basse. "Je ne suis pas faible." dit-elle d'une voix calme en fixant le regard froid de son interlocuteur, convaincue de ce qu'elle avançait. Non, pas après tout ce qu'elle avait vécu, son parcours parlait de lui-même, Natalie Phelan n'était pas une faible. "Je dois admettre  qu'il y a une part de vérité dans ce que tu as raconté..." commença t-elle en se pinçant les lèvres, hochant lentement sa tête de haut en bas, toujours le regard fixé sur Beau. "Je voulait pas parler de..." elle marqua une pause, levant les yeux au ciel comme pour se donner en quelques sorte le courage de terminer sa phrase sans flancher. "Fuir c'était plus simple que d'affronter l'éventualité que..." les mots semblaient tous rester bloquer dans sa gorge qui se serrait un peu plus à chaque fois qu'elle ouvrait la bouche. Elle lâcha un juron alors que ses yeux s'embuaient de larmes, détournant alors le regard. "Putain, t'as été monstrueux dans c'que t'as dis." rageusement, du dos de la main elle essuyait ses larmes. "T'es la seule personne en qui je dois avoir confiance, t'entends, je dois avoir confiance en toi alors que toi, Jack, tu me remets en question et j'en ai eu la preuve ce soir !" comment accorder sa confiance à quelqu'un qui semble mettre en doute votre parole après tout ? Son passif l'empêchait d'agir normalement et l'handicapait, l'aveuglait au point de ne pas voir l'évidence. Les sanglots déformaient sa voix et des spasmes agitaient sa cage thoracique, qu'elle était remontée contre lui de l'avoir mise dans un état pareil. Pendant un temps, elle avait dissimulé son visage entre ses mains, se laissant noyer par ses larmes. Elise relevait son visage rosit par la tristesse vers l'agent de marbre. "Alors vas-y Jack, dis-le encore une fois que j'suis qu'une gamine pleurnicharde, gâtée et lâche, allez, et j'te jure que je t'explose ce putain de verre sur la tête."  La vérité était qu'elle le craignait parce qu'il l'attirait et la gamine qu'elle était était tétanisée à l'idée de s'attacher à Jack, bien qu'en réalité il était déjà trop tard.

_________________
Listen, I would take a whisper if that's all you had to give but it isn't, is it ? You could come and save me and try to chase the crazy right out of my head.
I don't let people in

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Beauregard

avatar
posts : 54
avatar : B. Cooper
crédits : ΛLDEBΛRΛN ; tumblr
ɷ statut : En couple avec Elise Owen et leur canapé
✎ métier : Officiellement autoentrepreneur, officieusement agent fédéral oeuvrant pour le service de protection des témoins
✌ age : 37 yo

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Bye-bye 'Elise' !
relationship:

MessageSujet: Re: She loves her indenpendence, and yet sometimes she likes to be told what to do - Elise   Ven 27 Oct - 0:11


She loves her indenpendence, and yet sometimes she likes to be told what to do
Jack Beauregard & Elise Owen


Ce salon n'avait jamais connu une atmosphère aussi sereine et calme depuis leur emménagement, si on n'omettait la bouteille à travers la fenêtre. La petite l'avait presque sidéré par sa tempérance et Jack s'efforçait de ne pas se laisser troubler par le comportement inattendu d'Elise, feignant l'indifférence. Il n'eut même pas le temps de lui répondre au sujet de leur relation que la jeune femme poursuivait. Beau' l'écouta avancer ce qu'elle avait à dire dans un silence monacal, ses yeux ne quittant pas les siens. Assis confortablement dans son fauteuil club, il s'évertuait à ne laisser transpirer aucune émotion face au discours de la fugitive. Il ne la connut jamais aussi sincère qu'à cette heure-ci et Jack avait presque l'impression de rencontrer enfin la vraie Elise, Natalie. Il eut envie de la tirer par la manche lorsqu'elle expliqua à demi-mots son absence des deux derniers jours, et son refus de s'expliquer. Les mots de la jeune femme moururent entre ses lèvres, laissant un Jack désemparé et avide d'en savoir plus. Mais il restait de marbre malgré tout. Son visage était inexpressif, et ses yeux semblaient vides. Vides de toute attention, vides de tout sentiment. La voir pleurer lui brisa littéralement le coeur. Beauregard esquissa un mouvement, prêt à se lever pour la réconforter, la prendre dans ses bras et lui dire qu'il était désolé, et que tout irait bien. Mais il se ravisa, par lâcheté. Plus il approchait de l'échéance fatidique, de se faire à l'idée qu'il quitterait dans quelques jours cette maison et qu'il n'entendrait plus jamais parler d'elle, plus ses sentiments se troublaient et le rendaient triste. Il ne se comprenait même plus et se maudissait de se comporter ainsi : faiblement. Il refusait de se rendre à l'évidence. L'agent fédéral au coeur d'acier avait le béguin pour sa protégée.

Lorsqu'elle eut enfin fini, il laissa planer un silence quelques instants, repensant à ce qu'elle venait de dire et essayant de remettre de l'ordre dans ses idées. Jack se leva silencieusement et s'approcha doucement d'elle, trop même. Dans un élan d'affection, ses mains vinrent sécher ses joues rosies et s'inquiéta de l'hématome sous l'oeil de la jeune femme, avant de se raviser, remettant une distance convenable entre eux. "Tout ça." dit-il doucement. "Tu me demandais ce qui est fini. Tout ça. J'ai été convoqué cet après-midi au bureau. Ils m'ont reproché l'altercation que j'ai eu avec ton ex à la soirée du renouveau et m'ont bien fait comprendre qu'au prochain écart, je serais relevé de l'affaire. Alors suite à ce que tu viens faire, je crois bien que je vais tirer ma révérence dans les prochains jours. C'est ce que tu voulais, non ?" Beau' laissa planer ces derniers mots, remuant le couteau dans la plaie pourtant fragile. Jack lui en voulait. C'était trop facile de sa part de se comporter ainsi après tout ce qu'elle lui avait fait subir. Même si les choses pouvaient être difficiles, et qu'il n'était pas l'homme le plus facile à vivre, elle n'avait pas le droit de disposer de lui aussi facilement. "T'es drôle toi." poursuit-il en lui tournant le dos, observant distraitement ce qu'il se passait dans leur rue. "Ma confiance, je te l'ai donné dès le début. Dès la première minute. Toutes ces semaines, j'ai été là pour toi, bravant tes sautes d'humeur et me chiant dans les bottes à la moindre occasion." Il avait besoin d'un autre verre pour crever l'abcès. "Tu sais quoi ? J'me disais que tout ça était normal. Ton comportement, tes réactions, tout. J'me persuadais que je pouvais faire quelque chose. T'aider. J'ai été con."

Sans le vouloir, il s'était mis à faire les cent pas dans le salon, et à parler avec des gestes, comme si cela l'aidait à lui mettre de l'ordre dans ses idées. "Sauf que t'en as jamais voulu de mon aide. Tu m'as toujours fait comprendre que tu te débrouillerais mieux seule. Tu t'es toujours enfermée dans ta carapace en me laissant toujours en dehors. C'est dommage. J'étais là, moi. Mais t'as préféré me tourner le dos et faire les choses à ta manière. Regarde ou nous en sommes." Beauregard avait fini par s'arrêter, lui tournant toujours le dos, par peur d'affronter son regard. Il était vache, le Jack, et lui mettait tout sur le dos alors qu'il avait également sa part de responsabilité. Ce n'était pas le plus fin et il lui arrivait souvent, si ce n'est toujours, de mettre les deux pieds dans le même plat. Il la brusquait, quand il devait être plus patient, et s'efforçait de vouloir faire les choses à sa manière, persuadé que c'était la bonne. Jack était un fonceur, un homme de terrain. Il ne comprenait rien aux rouages de la psychologie et se contentait de marcher à l'instinct. Balayant de son esprit tout sentiment de culpabilité, Beauregard finit par hausser nonchalamment les épaules avant de se retourner vers la jolie blonde, affichant un regard impassible et dénué de toute compassion. "M'enfin, c'est comme ça." soupira-t-il. "J'espère que ça ira mieux avec le prochain agent chargé de ta protection." Son regard jaugea le sien, et préféra continuer à déblatérer des inutilités pour chasser l'amertume qui l'envahissait. "Je ne manquerais pas de te tenir informée des éléments que je recevrais. Je ne sais pas s'ils vont te laisser ici. Dans le toute, prépare toi à la pire des éventualités et à oublier complètement Elise Owen. Et moi aussi." Gros con. Il n'était pas obligé de rajouter ce dernier morceau. Mais lui faire du mal, ou paraître le plus détaché possible semblait le soulager, ou du moins aider à arracher le sparadrap le plus rapidement possible. Il n'était pas improbable que le bureau propose une nouvelle identité à la jeune fugitive. Une autre chance, peut-être dans une autre ville. Le plus loin possible de l'autre mafieux, de préférence. Jack semblait perdu dans ses pensées, les lèvres fermées et la mâchoire crispée, serrant les dents. Le sort en était jeté.


_________________
I will Go down with this ship

I won't put my hands up and surrender
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Owen
≠ L'AGNEAU AUX DENTS DE LOUP
avatar
posts : 85
avatar : Jlaw, la bimbo ♥
crédits : avengedinchains.
multinicks : evie rhodes, la future maman et mariée avortée. rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier
ɷ statut : un cœur à la dérive, en couple avec le charmant Jack Beauregard.
✎ métier : fleuriste, c'est que c'est joli et que ça sent bon ces conneries.
✌ age : vingt sept ans, c'est pas si vieux que ça

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Il faudra acheter des céréales.
relationship:

MessageSujet: Re: She loves her indenpendence, and yet sometimes she likes to be told what to do - Elise   Ven 27 Oct - 0:54


She loves her indenpendence, and yet sometimes she likes to be told what to do
Jack Beauregard & Elise Owen


Elise était restée interdite et n'avait pas bougé quand bien même il avait eut un geste envers elle, geste qu'elle prit tout de même le temps de savourer, chose qu'elle s'interdisait pourtant. Mais 48 heures, c'est long. Puis le monde commença à céder sous ses pieds, tout se dérobait et s'écroulait. Il semblait à mille lieues de se soucier de tout ça, ce qu'ils avaient pu vivre. D'un ton détaché il déblatérait des choses inqualifiables, innommables et douloureuses à entendre pour la pauvre petite fugitive. "Non." avait-elle soufflé indigné. Jamais elle n'avait voulu que l'on renvoi Jack d'où il venait, bien qu'elle eut été consciente que la situation n'était que temporaire, elle ne s'imaginait pas se séparer de lui, pas de cette façon, pas si rapidement. Elle était écœurée de constater que lui ne semblait pas atteint par ce qui risquait de se produire, leur séparation. Non, ils n'étaient ensemble que fictivement, à la base, mais elle se refusait d'imaginer mener une vie ailleurs, loin de Monterey aux côtés d'un tout autre agent. "Est-ce que tu t'entends parler ?" s'indigna t-elle de nouveau, mais le beau brun, prit par ses paroles n'y prêta aucune espèce d'importance. Alors tout était de sa faute, finalement tout l'était toujours. Elle avait causé bien des torts à ses proches et une fois encore, elle faisait capoter une mission fédérale et renvoyait un agent dans ses bureaux confortables loin du terrain à cause de ses conneries.

Elise observait Jack qui déambulait de long en large dans leur salon en gesticulant, comme un professeur de théâtre. Voilà. Elle ignorait quelle mouche avait bien pu le piquer, mais Beauregard semblait avoir envie de vider son sac, sans ménagement au grand dam de cette pauvre gamine, qui, en plus d'être incapable de gérer ses sentiments se retrouvait à devoir écouter sagement son protecteur déblatérer des horreurs sans sentiments particuliers. "Tu te fous de moi là, hein ?" souffla t-elle en glissant une main dans sa chevelure blonde pour écarter de son visage quelques mèches qui lui obstruaient la vue. Elle l'arrêta dans sa course et agrippait avec force le bras du fédéral, les sourcils froncés, cherchant à trouver dans son regard quelques chose, à capter une lueur ou peu importait quoi, quelque chose qui le trahirait. Mais rien. "J'en reviens pas..." souffla t-elle alors, effarée. Elle recula d'un pas, afin de réfléchir plus efficacement, mais cela fut inutile, elle se saisit de son bras de nouveau, mais cette fois avec plus de force. "Tu t'es foutu de moi, depuis le début !" voilà la conclusion à laquelle elle parvenait après avoir analysé la situation, l'avoir observé gerber ces horreurs sans émotion particulière. Il s'était joué d'elle. "Cette affaire t'en voulais pas vraiment, et tu t'es dis que joindre l'utile à l'agréable pourrait être sympa..." elle n'avait pas haussé le ton pourtant son agressivité était bel et bien audible. "Tu t'es foutu de ma gueule, tu... Tu m'as baisée !" lui cracha t-elle rageuse, la voix de nouveau tremblante alors que le poussait de toutes ses forces contre le mur qui se trouvait derrière lui. En s'y heurtant, la bâtisse toute entière fut secouée.  

Elle assena un magnifique coup de poing en plein visage à Jack en hurlant de rage, de nouvelles larmes se dessinaient et coulaient le long de ses joues alors qu'elle fut prise d'une frénésie sans nom, c'est lui qui finit par l'arrêter en maintenant son poignet. "Je t'ai fais confiance et toi tu t'en es servi contre moi !" couina t-elle en se débattant avec force, mais sans grands résultats. Elle était sincère, bien à sa manière elle avait accordé sa confiance à ce grand cornichon, jamais il n'aurait partagé sa couche sans ça. Comment pouvait-il s'étonner du comportement craintif d'Elise alors qu'il venait de lui donner la preuve qu'elle avait raison de l'être. "Lui aussi, Bass... Il..." de nouveaux sanglots l'empêchèrent de terminer sa phrase. Cela avait pour elle un goût de déjà vu et s'en était amer et beaucoup trop douloureux. Elise était un drôle d'animal, compliqué à cerné. Dans un grognement elle dissimula son visage entre ses mains, prenant place contre le torse de Jack. "Tu ne peux pas partir..." se lamenta t-elle alors à mi voix, étouffée par ses sanglots et ses mains qui recouvraient son visage tout entier.

_________________
Listen, I would take a whisper if that's all you had to give but it isn't, is it ? You could come and save me and try to chase the crazy right out of my head.
I don't let people in

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Beauregard

avatar
posts : 54
avatar : B. Cooper
crédits : ΛLDEBΛRΛN ; tumblr
ɷ statut : En couple avec Elise Owen et leur canapé
✎ métier : Officiellement autoentrepreneur, officieusement agent fédéral oeuvrant pour le service de protection des témoins
✌ age : 37 yo

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Bye-bye 'Elise' !
relationship:

MessageSujet: Re: She loves her indenpendence, and yet sometimes she likes to be told what to do - Elise   Ven 27 Oct - 1:53


She loves her indenpendence, and yet sometimes she likes to be told what to do
Jack Beauregard & Elise Owen


Jack ne se reconnaissait pas. Dans ses gestes, dans ses paroles. Dans son inactivité et sa méchanceté gratuite avec la jeune femme. Ses mots sortaient de ses lèvres sans qu'il ne réfléchisse à la portée de ces derniers. Plus le temps passait et plus il se rendait compte de son erreur. Que c'était dans ces moments difficiles qu'il se devait d'être là pour elle, et non la trahir par facilité. A la voir ainsi, il avait juste envie de revenir en arrière dans le temps, effacer ce qu'il venait de se passer et se réveiller deux jours auparavant avec Elise dans le creux de ses bras. Il avait envie de se mettre devant le fait accompli et de l'entraîner avec lui. C'était au moment ou elle avait le plus besoin de lui qu'il lui tournait le dos et l'abandonnait. Jack se comportait par mimétisme, adoptant à son insu le même comportement qu'Elise, se renfermant sur lui-même et se persuadant qu'après tout, elle était au coeur de tous ses soucis. Dans sa carapace émotionnelle, il se refusait d'affronter la vérité et de se rendre compte qu'il était faillible en éprouvant des sentiments vis-à-vis de la jeune femme. Beauregard était complètement dépassé par la situation, et une partie de lui était-même terrorisée. C'était un mécanisme d'auto-défense de sa part, qu'il appliquait généralement dans le cadre de ruptures "amoureuses". Bien qu'il n'en ait jamais connu de vraiment sérieuses, il mettait toujours un point d'honneur à passer pour un sombre connard, persuadé que cela permettait à la gente féminine de l'oublier plus rapidement et de passer à autre chose.

On aurait dit une marionnette, une poupée de chiffons qui était complètement à la merci des gestes d'Elise. Il se laissa pousser lourdement contre le mur en ne montrant aucune douleur ni grimace de surprise. Jack semblait complètement amorphe, spectateur de la tragédie qui se déroulait sous ses yeux impuissants. Jack, l'inapte sentimental qui se refusait de croire qu'il pouvait éprouver quelque chose pour la fugitive. Jack, le robot qui ne trahissait aucune émotion sous les mots justes de la jolie blonde. Il n'essaya même pas d'esquiver le coup de poing amplement mérité qui envoya sa tête cogner contre le mur derrière lui. Il se contenta de passer une main sur son visage en fronçant les sourcils, reprenant ses esprits. L'agent crut avoir le nez cassé lorsqu'il sentit le sang affluer et couler sur son visage. Elise finit de l'achever lorsqu'elle le compara à Bass. Il se sentait plus bas que terre à être comparé à un personnage qu'il exécrait particulièrement. Lorsqu'elle vint enfin se caler contre son torse, Jack resta quelques instants interdits. Ses bras restèrent ballants le long de son corps, ne sachant trop comment réagir face à la spontanéité de la réaction d'Elise.

Beau' finit par abdiquer, venant l'enserrer au creux de ses bras. Jack la serrait fortement contre lui, comme s'il s'efforçait à savourer le moment. Comme si au fond de lui, il se doutait que c'était probablement la dernière fois qu'il ferait ce geste, et qu'il essayait d'imprimer la forme de la jeune femme sur son torse. "Je ... je n'ai pas le choix." trouva-t-il la force de dire dans le creux de son oreille d'une voix chaleureuse et rassurante. "Je le dois." Jack déglutit difficilement avant de poursuivre. "Regarde-nous. On ne peut pas continuer comme ça... on ... on s'fait du mal." Il n'eut jamais l'impression de se sentir aussi inutile et stupide, persuadé de se mentir à lui-même. Beau' cherchait ses mots qui ne venaient pas. Il essayait de trouver une explication logique et rationnelle à ce qu'ils vivaient. Avec Elise au creux de ses bras,
il essayait de trouver la tournure de phrase qui la blesserait le moins malgré ce qu'il avait pu dire avant, comme s'il cherchait une ultime chance de se rattraper. Il avait toujours été mauvais pour parler aux femmes. "J'ai cru en nous. Je .." Un immense sentiment de faiblesse l'envahit alors qu'il avouait à mots feutrés ce qu'il ressentait. "..dois y aller." dit-il lâchement alors qu'il se défaisait délicatement de l'emprise de la blonde, la faisant pivoter sur le côté pour la laisser reposer contre le mur qu'il avait tapé précédemment. Jack laissa échapper un long soupir avant de tourner les talons et de commencer à traverser le salon. Il s'arrêta en chemin, tiraillé par une envie folle de se retourner foncer vers la fugitive pour l'embrasser et la prendre à nouveau dans ses bras. Mais il se ressaisit
et partit chercher un de ses sacs de transport dans un des coins de la pièce, entreprenant de rassembler ses affaires en silence, ne se souciant plus le moins du monde de la présence d'Elise.
La coquille s'était refermée...


_________________
I will Go down with this ship

I won't put my hands up and surrender
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Owen
≠ L'AGNEAU AUX DENTS DE LOUP
avatar
posts : 85
avatar : Jlaw, la bimbo ♥
crédits : avengedinchains.
multinicks : evie rhodes, la future maman et mariée avortée. rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier
ɷ statut : un cœur à la dérive, en couple avec le charmant Jack Beauregard.
✎ métier : fleuriste, c'est que c'est joli et que ça sent bon ces conneries.
✌ age : vingt sept ans, c'est pas si vieux que ça

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Il faudra acheter des céréales.
relationship:

MessageSujet: Re: She loves her indenpendence, and yet sometimes she likes to be told what to do - Elise   Ven 27 Oct - 23:56


She loves her indenpendence, and yet sometimes she likes to be told what to do
Jack Beauregard & Elise Owen


L'abandon fut le premier sentiment qui se saisit d'Elise, une nouvelle fois, une être à qui elle attachait de l'importance allait sortir de sa vie. Elle eut en mémoire le soir du drame, celui où l'on ôta la vie de ses parents, dont sa mère juste sous ses yeux. Les gens finissent toujours pas s'en aller un jour, se dit-elle. Oui, people always leave. Jamais elle n'y aurait cru si on lui avait raconté qu'elle supplierait l'agent de ne pas quitter la maison, si elle avait su elle se serait contenue ce soir. Subitement elle eut l'impression d'être le fauteur de troubles de toute cette histoire, la leur. Elle finit par lever des yeux humides vers lui, le visage dénué d'expression parce qu'en elle la jolie blonde sentait le néant s'installer de nouveau, voilà ce qui l'avait poussé à agir de cette manière avec lui, afin de ne pas souffrir lorsqu'il aurait à aller de l'avant afin de reprendre sa vie quand elle devrait mener la sienne, seule une fois encore. Qu'elle avait été stupide de s'attacher à cette énergumène, à la seule figure masculine qui prenait soin d'elle. Finalement elle était là l'évidence, elle ne pouvait que s'attacher à lui, non pas parce qu'il fut le premier homme à prendre soin d'elle, mais parce que malgré ses maladresse et sa bêtise, cet idiot avait quelque chose de spécial dont Elise manquait cruellement et qu'il parvenait à lui apporter. L'équilibre, peut-être.

Les larmes avaient cesser de noyer les joues de la belle quand il s'écarta, le visage fermé elle fixait un point imaginaire juste au dessus de sa tête. Contrainte et forcée d'accepter ce qui allait se passer. Elle croisait les bras contre sa poitrine en se mordant les lèvres en se promettant de ne jamais plus faire confiance à qui que ce soit, de se tenir à ce qu'elle s'était dit après le procès : ne compter que sur sois-même, ne rien attendre des autres. Mener une vie solitaire en souffrant en silence, comme une adolescente dans un mauvais roman vampirique à l'eau de rose. "Alors vas." lâcha t-elle d'une voix étouffée dénuée d'émotions, elle se sentait vide, ou du moins vidée. Elise faisait au mieux afin de contrôler la colère qui s'emparait d'elle toute entière, colère qu'elle éprouvait envers elle-même de s'être mise à nue ce soir, de lui avoir offert ses larmes, d'avoir été si faible. Jamais, jamais plus on ne l'y reprendra.

Qui allait veiller sur elle le temps que l'on assigne Beauregard ailleurs, partait-il réellement ce soir, directement ? Son directeur était, aux yeux de la jeune femme, un véritable trou du cul, tout comme les autres fédéraux finalement. Qu'allait-elle faire, jamais elle ne s'était imaginé "l'aprés". Elle se laissa glisser le long du mur pour finir par fixer le vague, la tête remplie d'innombrables choses, elle en venait presque à se dire qu'entrer dans ce programme de protection des témoins n'était pas la meilleure chose à faire, jamais elle n'aurait dû laisser tomber Nathalie, ce soir plus que jamais elle lui manquait. Beauregard s'agitait dans son coin alors qu'elle restait de marbre, s'enfermant dans le silence, en tâchant de faire le vide dans sa tête. Elise eut l'impression alors de devenir sourde puisque les bruits environnants ne lui parvenaient plus tant elle était concentrée. Elle détourna furtivement le regard sur un Jack en pleine activité et cette vision lui vrilla le cœur si bien qu'elle referma rapidement ses paupières en glissant ses mains dans ses cheveux. Elle se refusait à le regarder s'en aller, passer cette porte et ne plus jamais revenir, pourtant elle resta planté là, le cul sur le parquet, adossée à ce stupide mur.

_________________
Listen, I would take a whisper if that's all you had to give but it isn't, is it ? You could come and save me and try to chase the crazy right out of my head.
I don't let people in

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: She loves her indenpendence, and yet sometimes she likes to be told what to do - Elise   

Revenir en haut Aller en bas
 
She loves her indenpendence, and yet sometimes she likes to be told what to do - Elise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [INFO] Etat des serveurs Sense HTC-Likes HTC-Hub [Etat actuel OK]
» Episode 2x02 Everybody Loves A Clown
» [Collection] Desigual loves Disney
» When A Man Loves [K-Drama 2013]
» [INFO] mail2web devient payant !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: bury the evidence. :: archives rp-
Sauter vers: