AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture du forum, en savoir plus ici.

Partagez | 
 

 The way we used to be {Rhett}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Harvey Skeyne
Broken Glass
avatar
posts : 183
avatar : Tom Hiddleston
crédits : wiise (ava & sign)
multinicks : Indiana, le procureur sexy.
ɷ statut : Le rêve de sentiments trop forts, la solitude qui colle au corps. Divorcé, le coeur piétiné et la mine dégoutée.
✎ métier : Quelques traits millimétrés sur le papier immaculé. Architecte.
✌ age : Quarante années éprouvées.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: The way we used to be {Rhett}   Lun 25 Sep - 13:35

La soirée s’achève, alors que tous les invités repartent à droite, à gauche, plus largement chez eux. La foule se dissipe. Harvey lui est toujours en compagnie de Rhett, de qui il a accepté l’invitation à cette petite soirée commémorative, histoire de se changer les idées et de remettre en place leurs légendaires sorties à deux. Le voilà qui sourit, parfois un peu bêtement, enivré par les quelques verres qu’ils ont pu s’enfiler au cours de la soirée. Les deux ont été raisonnables, pour une fois. Alors l’alcool les rend simplement joyeux, un peu plus insouciants, sans en faire des êtres ivres prêts à vomir leurs tripes sur la plage. La soirée a été rythmée par quelques rencontres, par quelques surprises, aussi. Bonnes, souvent, parfois mauvaises, ou disons déroutantes. Mais l’architecte ne se laisse pas miner. Il ne veut pas songer à la solitude de sa vie. Il veut simplement profiter d’une bonne soirée. Parce qu’il essaye toujours de voir le meilleur, pour se ragaillardir. Alors déjà, après un énième rire à une connerie de Rhett, le voilà qui repose son verre vide sur le bar, avant de regarder un instant la mer, la plage et sa maison qui se dessine à quelques dizaines de minutes de marche. « Bon on va pas coucher là » Dit-il en tournant de nouveau le visage vers Rhett. « Par contre tu viens dormir chez moi, je ne te laisse pas reprendre le volant dans cet état, je pense qu’on a assez bu tous les deux » Il a un sourire en coin, parce qu’ils sont habitués à ce genre d’excès, les deux amis de longue date. Si bien que cette soirée n’est en rien une exception dans leurs vies parfois bien trop alcoolisées. « En plus on peut rentrer à pied en marchant le long de la plage. Avoue de suite avec tout ce romantisme tu vas me tomber dans les bras » Il rit de sa bêtise, de sa légèreté aussi. Il a toujours été plus libéré avec Rhett. Pas de tabous, pas de non dits, peu de secrets. Lui, il cultive la vérité. Il cultive les confidences et depuis qu’il a croisé le blond dans un bar, de façon totalement fortuite, il veut à tout prix retrouvé ce qu’ils ont lâchés pendant quelques mois. Une complicité inégalable.

Les voilà donc qui déjà, se mettent en route, marchant dans la nuit, seulement éclairés par la lueur d’une pleine lune brillante. Leurs yeux s’habituent rapidement à l’obscurité alors qu’ils peuvent aisément se voir, deviner les expressions du visage de l’autre. Il cale de nouveau ses mains dans ses poches, Harvey, alors qu’il fixe un instant le sol, avant de relever le regard, bercé par le bruit des vagues. « Dit… Je ne voudrais pas être indiscret mais… Cette nana, Scarlett, tu ne m’en as jamais parlé… » Ose t-il entamé. Pas seulement pour faire un brin de conversation, parce qu’il pourrait choisir tout autre chose, mais bel et bien parce qu’il est un peu étonné. Un peu surpris, d’avoir appris sur le tas l’existence d’une femme qui a semble t-il bouleversé Rhett à un moment ou à un autre de sa vie. Il tourne alors légèrement la tête et le regard vers le blond, en continuant de marcher. « Enfin après si tu préfères éviter le sujet je comprendrais, j’ai juste été un peu surpris » Avoue t-il enfin. Parce qu’il est honnête, Harvey. Qu’il tient particulièrement à Rhett et qu’il ne veut pas laisser quelques secrets barrer la route à leur amitié. Non, certainement pas. Alors oui, il est prêt lui même à admettre ses faiblesses, ses conneries, ses stupidités, être pleinement franc, même à son penchant pour la gente masculine, qu’il sera bien obligé d’avouer à un moment ou à un autre. Plus de secrets, même concernant le passé. Oui, il est même prêt à avouer qu’il a été amoureux de Lowell, de son ami d’enfance. Qu’il a été idiot aussi, à gâcher sa propre vie. Il a besoin de tout balancer, Harvey. Il a besoin de retrouver Rhett sans une once de tabou. Comme avant.

_________________
Only for your smile
« Today, we're just two friend, pretty fucked up, trying to do their best. We understand each other from a very long time, and I need to say, I'm just sad when you're not around. » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhett Brown
L'HOMME LOUP AU CŒUR D'ACIER
avatar
posts : 286
avatar : alexander skarsgård
crédits : la signature est de xynpapple quand à mon avatar il est signé ultraviolences.
multinicks : evie rhodes, la future maman et mariée avortée. elise owen, l'agneau aux dents de loup.

ɷ statut : se sentir vaciller en un étrange vertige, ressentir le désir et le vide et savoir... C'est cela, le manque de toi.
✎ métier : entrepreneur nomade.
✌ age : 40 ans. Plus j'avance en âge, plus je me connais. Plus je me connais, moins je m'apprécie. Moins je m'apprécie, plus je me méfie de moi. Plus je me méfie de moi, moins je me méfie des autres. Cherchez l'imprudence.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: The way we used to be {Rhett}   Mer 11 Oct - 2:04

Il a bien cru à un moment que cette soirée du "souvenir" ne se déroulerait pas aussi bien qu'il l'avait imaginée, cela est sans doute dû à sa rencontre avec Scarlett. Mais rapidement, Harvey avait usé de bien des efforts pour passer à autre chose. C'est qu'il était fort le gaillard, à vrai dire ça avait manqué à Rhett tout ça, ces crises de rires pour des sous entendus, les moqueries et surtout cette compréhension qu'ils avaient développé tous les deux, si bien qu'en un regard ils arrivaient à saisir les nuances de l'autre. Où avaient-ils apprit à faire ça ? C'est qu'ils avaient passé pas mal de temps accoudés au bar comme des baroudeurs à observer les gens jeter leurs lanternes alors qu'on leur présentait je ne sais quel habitant candidat au poste de maire. Pour dire vrai, Rhett avait un père politicien mais ne s'y intéressait que trop peu, il sait que son géniteur aurait aimé que son fils marche dans ses pas, mais le quadragénaire lui avait fait comprendre très tôt qu'il n'en n'avait que faire de ces idioties qui ne permettait qu'a quelques hommes riches de déclarer la guerre à d'autres hommes fortunés.

Mais bref, le naturel de Harvey fascinait presque Rhett, il était captivé, mais tâchait de ne pas le laisser paraître, force est d'admettre qu'après quelques cocktails quelques regards devaient sans doute trahir le beau blond. C'était son visage qui lui était venu quand tout à eut lieu, c'est lui, la première personne à qui il a pensé quand ce taré et cette pauvre mariée son arrivés dans l'assemblée. Son fils, mais surtout Harvey. Il lui avait manqué depuis leur dernière rencontre, c'était vrai, d'ailleurs il n'en n'avait rien dit à Harvey, préférant se réfugier entre les cuisses et les bras de sa petite rouquine de meilleure amie. la simplicité me direz-vous. Ils quittent le bar et apprend qu'il passera la nuit chez Harvey. Il eut envie de lui répondre qu'il était habilité à prendre le volant bien qu'éméché, mais il n'en fit rien pour la simple et bonne raison qu'il n'avait rien contre l'idée de passer la nuit complète en sa compagnie. Ce qui l'emmerdait, peut-être, était le fait de devoir venir récupérer sa voiture coûteuse ici le lendemain alors qu'il ignorait même s'il allait être en état de marcher, mais bref.

"Y'a rien d'indiscret." qu'il répond du tac au tac le grand blond, peut-être même trop sèchement pour que cela soit vrai. Scar et Rhett c'est et ça a toujours été une histoire compliqué, des rendez-vous manqués, des wagons de retard. Peut-on qualifier cette relation ? Si oui, alors cette foutue histoire est "romantique", mais pas dans le sens dont les gens de nos jours peuvent l'entendre, au sens propre. Le romantisme a quelque chose de tragique, bah voilà, c'est ça. Il se racle la gorge en fixant ses pieds, parce que depuis qu'ils ont quittés le comptoir le géant craint de mettre le pied sur un crabe et de glisser. Il est ivre, ne lui en voulez pas. Alors qu'il va pour répondre il se ravise, parce qu'Harvey n'est pas quelqu'un de contrariant et qu'il le lui fait savoir, mais Rhett n'a rien à lui cacher, il se dit même qu'il n'a jamais eu l'occasion de lui parler de Scar, quand tous deux se sont rencontrés ils étaient mariés et heureux, il n'avait pas de bonnes raisons d'évoquer la jolie brune au teint halé, bien que dans le fond, ce soit avec elle qu'il eut l'envie de mener cette vie. "J'crois pas avoir eu l'occasion de te parler d'elle, mais..." ce n'est pas si simple d'expliquer tout ça, et pour une raison qu'il ne comprend pas il est réticent de parler d'elle avec lui. "Je vais faire court : j'ai vécu avec mon ex-femme ce que j'aurais voulu vivre avec elle." il baisse les yeux un instant, le bruit des vagues semble lointain tout a coup et il se fait happer par ses pensées, c'est bref pourtant, mais il décroche, parce qu'il ne l'avait jamais avoué à personne et bien qu'il ait aimé son ex-femme, c'est malheureusement la vérité. "On s'est finalement remit ensemble y'a 5 ans et je l'ai larguée par post-it interposé sur lequel j'avais écris "Je mérite mieux que toi" un truc du genre." et là il se rend compte, quand il sent le malaise le gagner, qu'il a été salaud et que cette partie de sa personnalité n'est pas quelque chose qu'il a envie que Harvey voit. Il n'aime pas sa façon d'être et s'il a bien été affreux et dégueulasse avec quelqu'un c'était bien elle.

Alors il s'arrête un instant et passe ses mains sur son visage en lâchant un petit rire nerveux, celui que tout être humain lâche quand il est gêné. Oui, parce que ça l'emmerde de montrer son côté "obscur" à Harv', parce que dans le fond il ne le connait peut-être pas aussi bien qu'il le pense. Il ignore pourquoi tout a coup il craint que ça ne l'éloigne de lui, que son meilleur ami se détourne de lui en réalisant que Rhett n'est qu'un sale fils de pute. "Tu me fais boire, après je déballe tout. J'vais p't'être vraiment te tomber dans les bras si ça continue !" qu'il balance avec un petit rire toujours aussi nerveux, levant les yeux vers la lune un instant. Il va reprendre sa marche nocturne sous peu, il prend simplement le temps de souffler, c'est tout.

_________________

toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées. On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux, mais on aime.
tous les fêlés sont des anges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harvey Skeyne
Broken Glass
avatar
posts : 183
avatar : Tom Hiddleston
crédits : wiise (ava & sign)
multinicks : Indiana, le procureur sexy.
ɷ statut : Le rêve de sentiments trop forts, la solitude qui colle au corps. Divorcé, le coeur piétiné et la mine dégoutée.
✎ métier : Quelques traits millimétrés sur le papier immaculé. Architecte.
✌ age : Quarante années éprouvées.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: The way we used to be {Rhett}   Mer 11 Oct - 13:13

Il est toujours prévenant, Harvey. Il n’aime guère poser les questions qui fâchent, ni mettre ses amis en position indélicates. Pourtant là, il a la sensation qu’il a besoin de savoir. Peut être que l’alcool le pousse à une certaine franchise, le désinhibe, loin des conventions et des manières qui lui ont été rentrées dans le crâne toute son enfance. Parce que oui, il est toujours trop correct parce que c’était sa mission, depuis tout petit. Être la fierté de ses politiciens de parents, qui n’ont jamais voulu réellement de lui autrement que pour donner l’image d’une famille unie et soudée. Les apparitions publiques et les faux sourires, Harvey maîtrise à la perfection. Les faux semblants et les jeux d’acteurs aussi. Mais là, il n’est pas dans ce rôle. Il n’est dans aucun rôle à vrai dire, face à Rhett. Simplement parce qu’il le connaît depuis trop longtemps, trop franchement pour vouloir se jouer de lui. Pour se complaire dans un jeu d’apparence. Il sent que petit à petit, sa langue se délie pour poser les bonnes questions et certainement bientôt, pour lui offrir ses vérités. Celles qu’il ne dit à personne. Qu’il a dû mal à s’avouer à lui même.
Continuant de marcher, les mains dans les poches de son pantalon de costume, il fixe la plage, le sable fin. Il a détouré son regard de Rhett simplement pour le laisser s’exprimer plus librement. C’est idiot mais il sait qu’une fois que quelqu’un vous fixe, il est bien moins évident de vous confier. Mais peut être que cette règle ne s’applique pas à son ami. Peut être est-il juste un brin perdu dans ses propres réflexions, l’architecte. Il ne dit rien, lorsque Rhett lui balance qu’il n’y a rien d’indiscret et intérieurement, Harvey se félicite de cette soirée qui s’annonce certainement comme une bonne nuit pour rattraper des mois d’absences et certainement des années de secrets.

Il l’écoute sans rien dire, fixant le sol, buttant presque sur un caillou lorsque le blond lui résume la finalité de l’histoire. Il relève son regard clair vers son ami Harvey, parce qu’il est légèrement choqué de cet aveu. « À ce point là… » Murmure t-il encore sous le joug de la surprise. Oui parce qu’il a connu, l’ex femme de Rhett. Il l’a fréquenté, durant leurs nombreux repas et sorties de couple. Elle a fait partie, sans craindre de le dire, de ses meilleurs amis à cette époque là. Alors soudainement, savoir que pour Rhett il y avait une certaine insatisfaction là dedans, laisse encore Harvey perplexe et surpris. Si seulement il avait su. Il ne renchérit pas, cependant, l’architecte. Il laisse le grand blond poursuivre son explication, parce que quoi dire ? Il n’est pas homme à juger, encore moins lorsqu’il s’agit de sentiments. Il est même plutôt mal placé pour ça, vu comme son cœur à fait des siennes. Vu comme ses gestes ont gâchés son mariage. Vu comme il a pu merdé, de façon définitive. Fixant de nouveau devant lui, Harvey relève le regard à l’histoire du post-it, qui, là encore, le laisse silencieux. Certes, il sait que Rhett a son petit caractère, lui même n’est pas en reste lorsqu’il arrête de se complaire dans le politiquement correct, mais à ce point là. Vache, brusque et carrément violent, comme rupture. Mais il sait aussi que parfois, l’impulsivité guide un geste, une parole ou simplement un acte de trop, qu’il est bien trop facile de regretter par la suite.
Le blond s’immobilise pour frotter son visage et Harvey fait de même. Le voilà même qui vient poser sa main sur l’épaule de son ami. « Faut croire que l’alcool nous pousse aux confessions, oué. Mais tu sais, je suis mal placé pour juger. Je ne vais pas te mentir que je trouve ça vache de ta part, mais tu as certainement eu tes raisons alors… » Il marque une pause Harvey, il sent la confession pousser pour sortir. « Tu as bien su pourquoi j’ai divorcé, non ? Et bien dans le genre regret et comportement de salaud… Je pense que lever la main sur sa femme est encore pire que ça » Il esquisse un sourire amer, un sourire triste et emprunt d’un regret palpable. « On fait tous des conneries » Renchérit-il rapidement. Parce que là, c’est lui qui se met à douter de son ami. Harvey le prince charmant, Harvey le gentleman qui n’est devenu plus qu’un divorcé, déprimé, passablement alcoolique, qui fait en sorte de s’occuper de tous ses proches pour ne pas avoir à se regarder dans une glace. « Et encore je ne t’ai pas parlé du fait que j’ai été, comme un con, amoureux de Lowell. Tu sais, mon pote d’enfance, chirurgien, qui s’est barré ? » Nouveau rire nerveux de sa part, alors qu’il récupère sa main pour venir se frotter le front et les yeux un instant. « Je suis tellement pitoyable sérieux » La voilà, la phrase de conclusion qui sort, sans crier gare. Celle là même qui signe le début de la fin. L’alcool pousse aux confessions, l’alcool pousse à avouer à voix haute ce qu’il garde sur son âme sans jamais en parler. Il souffre, mine de rien, Harvey. Et il faut croire que s’il y a bien quelqu’un capable de lui offrir une épaule pour le soutenir sans le juger, c’est bel et bien Rhett. Il le sait et il espère juste que ses confessions, sur sa violence et sa pseudo bisexualité, ne feront pas fuir la seule personne qu’il semble décemment lui rester.

_________________
Only for your smile
« Today, we're just two friend, pretty fucked up, trying to do their best. We understand each other from a very long time, and I need to say, I'm just sad when you're not around. » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhett Brown
L'HOMME LOUP AU CŒUR D'ACIER
avatar
posts : 286
avatar : alexander skarsgård
crédits : la signature est de xynpapple quand à mon avatar il est signé ultraviolences.
multinicks : evie rhodes, la future maman et mariée avortée. elise owen, l'agneau aux dents de loup.

ɷ statut : se sentir vaciller en un étrange vertige, ressentir le désir et le vide et savoir... C'est cela, le manque de toi.
✎ métier : entrepreneur nomade.
✌ age : 40 ans. Plus j'avance en âge, plus je me connais. Plus je me connais, moins je m'apprécie. Moins je m'apprécie, plus je me méfie de moi. Plus je me méfie de moi, moins je me méfie des autres. Cherchez l'imprudence.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: The way we used to be {Rhett}   Sam 14 Oct - 0:06

Jamais il n'aurait cru que cette soirée serait propice aux confessions en tous genre. Certes, il l'avait pensé très fort, et souvent, il l'avait certainement fait sentir à Gysèle sur la fin qu'il avait vécu avec par procuration, mais jamais Ô grand jamais il ne l'avait verbalement formulé. Qui mieux qu'Harvey pour entendre cela après tout, n'était-il pas son meilleur ami, bien plus même son reflet, une moitié d'âme qu'on lui avait arraché ? Rhett vit bien le regard de la montagne qui lui faisait face, il aurait pu lire dans ses yeux aussi facilement qu'un manuel de montage de jouet de kinder surprise. Mais il ne lut pas de jugement, loin de là et en quelque sorte le quadragénaire s'en trouvait soulagé, parce qu'il avait douté, ne serait-ce qu'un quart de seconde, d'Harvey. N'importe qui aurait put le juger et à vrai dire le gaillard qui lui faisait face aurait parfaitement pu porter un jugement qu'il ne lui en aurait pas voulu le moins du monde. Il souhaite lui épargner les détails sordides à propos de sa maniaquerie, du fait qu'il aime avoir le contrôle sur absolument tout et surtout de son côté possessif qui en a étouffé plus d'une. L'impulsivité ne l'a jamais aidé, mêlé à cela se trouvait la jalousie et également la possession, cocktail détonnant pour obtenir des disputes carabinées, qui finissaient en ruptures.

Les mots d'Harvey à son adresse lui font lever les yeux timidement vers lui, il aime le contact de sa main sur son épaule et ça lui en tirerait presque un sourire, mais il se contient, dieu seul sait pourquoi. Dans ces mots il sent que le jugement n'est pas de mise, il ne le ménage pourtant pas quand à sa façon de pensée sur le sujet. Il le sait Rhett, il l'a toujours su, qu'il avait été salaud et que toujours il s'était comporté comme un con, alors il avait tenté de se racheté, las de ces stupidités. Cessant de ruminer le passé pour voir plus loin dans l'avenir. Le silence du blond tourne court et à son tour il y va de sa confession. Dieu non, il n'avait jamais entendu parler de cette histoire, il faut dire qu'à leurs divorces respectifs tout était embrouillé, ils avaient des soucis à gérer et Rhett préférait ne rien entendre au sujet du divorce de son couple d'ami si ces détails ne sortaient pas directement de la bouche d'un d'entre eux. Il avait eut bien raison finalement. Rhett se dit que l'être humain était amené tout au long de sa vie à faire des erreurs, qui était-il pour juger l'homme qui se tenait en face de lui après tout ? Il n'en n'avait pas l'envie et n'en ressentait pas le besoin.

Deux loups blessés, voilà ce qu'ils étaient. La vie n'avait pas été tendre avec eux, quand bien même ils n'avaient pas été tendre avec leur entourage durant leur vie... Retour de karma, c'est cela que l'on dit non ? Il allait rétorqué quelque chose mais se ravisa quand Harvey, après avoir fait disparaître de son visage ce sourire amer se mit à parler de Lowell. Il sent une forte chaleur le gagner, elle monte même jusqu'au bout de ses oreilles, la nouvelle ne lui plaît pas tellement. Non pas que son orientation sexuelle le dérange, loin de là, mais d'apprendre qu'il s'était éprit d'un homme fit naître en Rhett un sentiment que jamais il ne pensait éprouver vis à vis d'Harvey : la jalousie. Alors il a hoché la tête le grand blond, le regard sérieux et le visage fermé, il n'a rien su faire d'autre que de rester silencieux un instant, le temps de réussir à comprendre comment digérer tout ça, le temps d'arriver à gérer cette jalousie naissante qui n'avait pas lieu d'être.

"Je t'interdit de dire que t'es pitoyable, tu m'entends ?" qu'il avait lancé d'une voix clair et intelligible, si bien qu'elle pu paraître froide et sèche, peut-être était-ce un petit peu le cas. Le blonde s'approcha de la montagne qu'était son ami et lui donne un léger coup dans le bras. "J'suis pas assez bourré pour te laisser dire des conneries aussi grosses que toi et ne rien faire." il conserve le même ton, celui qui reste indéfinissable à mi chemin entre la réprimande et le conseil amical, il lui donne de nouveau un petit coup et reprend lentement sa marche dans le sable. Il rumine un peu, attend que son gaillard le rejoigne et garde le silence tout ce temps. "J'ai jamais pensé que tu l'étais, et je me fous de ce qui a bien pu se passer avec ton ex femme. Hey ! j'ai largué la femme que j'aimais via un post-it putain !" qu'il dit sur un ton plus détendu, riant à demi à la fin de sa phrase, pourtant sa révélation à propos de Lowell lui trottait toujours dans la tête et il ne put garder le silence plus longtemps. "Pourquoi tu m'a jamais rien dit à propos de Lowell ?" qu'il demanda alors, une pointe d'amertume dans la voix, les yeux fixés sur un point imaginaire droit devant lui.

_________________

toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées. On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux, mais on aime.
tous les fêlés sont des anges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harvey Skeyne
Broken Glass
avatar
posts : 183
avatar : Tom Hiddleston
crédits : wiise (ava & sign)
multinicks : Indiana, le procureur sexy.
ɷ statut : Le rêve de sentiments trop forts, la solitude qui colle au corps. Divorcé, le coeur piétiné et la mine dégoutée.
✎ métier : Quelques traits millimétrés sur le papier immaculé. Architecte.
✌ age : Quarante années éprouvées.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: The way we used to be {Rhett}   Dim 15 Oct - 17:08

Harvey, il ne sait même pas pourquoi il s’emporte sur des confidences volées à une soirée trop arrosée. Bien qu’encore en possession de ses moyens, il sent bien que l’alcool l’a rendu vulnérable. Plus enclins aux grandes déclarations et aux gestes appuyés. Plus tellement aux manières qui régissent d’ordinaire sa personne. Voilà pourquoi il balance ces, certainement, deux plus gros secrets, comme ça, d’un coup. Immédiatement, il se sent pitoyable, reconnaissant à haute voix ses propres déboires. Ses conneries. Il n’est pas juste vulnérable, face à la seule personne capable de le comprendre, il réalise aussi soudain à quel point il a été idiot. Idiot, d’abord, de se montrer violent dans un moment de colère. De réaliser que lorsqu’il s’emporte, à totalement sortir de ses gonds, il n’est plus en mesure de répondre de rien. Juste de déverser sa haine, sans filtre. Un geste de trop, une gifle trop vite parti, trop vite regrettée. Des souvenirs qui le bouffent depuis, l’empêchant d’avancer. L’amour qui ressurgi, l’amour d’enfance, toujours rejeté, toujours enfouis, pour n’être que déception face à un homme qui n’a pas voulu de lui. Un homme qui a préféré s’enfuir, pour vivre sa vie, alors qu’Harvey, était là chaque jour, ou presque à vérifier qu’il aille travailler et abandonne toutes les saloperies qu’il pouvait ingurgiter. Parce que lorsqu’il aime, l’architecte, il ne fait pas les choses à moitié. Mais la déception n’en a été que plus grande à trouver le mot à son encontre. Le départ précipité et surtout, le fait qu’il n’avait plus besoin de lui. La solitude qui en a suivi, à boire sur la plage privée de son imposante villa. À noyer ses démons et ses peines. À saccager une pièce chez lui pour la nettoyer ensuite le lendemain, bêtement.

Il se frotte les yeux, alors. Il baisse le regard, il s’en veut, presque, d’avoir caché tout ça à Rhett. De tout lui sortir là sur la plage, en laissant l’alcool parler pour lui. En offrant ses faiblesses à la nuit, ses larmes contenues, comme un poids sur sa poitrine. Le silence, brisé seulement par les vagues, s’installent un instant entre yeux. Voilà que l’architecte relève le regard vers les yeux clairs de son ami, qui l’interdit d’être pitoyable. Qui lui interdit de se morfondre, aussi, certainement. Il ne veut pas savoir, Rhett. Il ne veut pas les détails pour savoir, s’il doit en vouloir ou non à Harvey. Pour savoir s’il doit se détourner de lui ou au contraire lui offrir une accolade amicale. Pas de questions gênantes, pas curiosité mal placée et rien que pour ça, l’architecte le remercie du regard. Il sait que Rhett comprend. « Je regrette tellement putain » Le voilà qui penche la tête en arrière un instant, perdant son regard dans la nuit, avant de reporter son attention sur le blond, qui doit déjà le savoir. Oui, ils se connaissent suffisamment pour savoir qu’Harvey n’a pas fait ça intentionnellement et pire, qu’il est prêt à le faire encore. Il n’a jamais été violent par pur plaisir et ne le sera certainement jamais. Tempérament de calme. Mais le calme d’avant la tempête. Le calme et les sourires qui peuvent tromper, lorsque son propre démon intérieur vient le dévorer.
Il a un sourire en coin lorsque Rhett évoque de nouveau le post-it, lâchant un petit rire nerveux. « C’est vrai » Oui, c’est contagieux, ses sourires à lui. Ça lui rappelle leurs conneries, leurs moments volés autour d’un verre et d’un barbecue, leurs épouses respectives plus loin en train de discuter. Ça lui fait comprendre à quel point son ami lui a manqué. Son meilleur ami, oui, il le qualifie comme ça. Le considère ainsi, dans sa tête. Son âme sœur, presque, pour peu qu’il accepte de croire en cette notion, depuis que l’amour n’a fait que le décevoir. De plus en plus violemment.

Le sérieux reprend sa place lorsque finalement, Rhett parle de Lowell. De cette révélation là. Voilà qu’Harvey fixe le sable un instant, jouant avec un caillou, de son pied. Il sent la pointe d’amertume dans la voix du blond et se sent gêné, soudainement. Il réalise qu’il a explicitement parlé de son attirance pour les hommes sans même le réaliser. Foutu alcool. « Je… Je crois que j’avais peur de ta réaction. Tu sais, le meilleur pote qui tourne soudain pédé… » Sourire amer au coin de ses lèvres, alors qu’il relève le regard. « J’étais gêné, d’être tombé amoureux d’un type pareil. Puis on s’est toujours connu marié, à une femme. Je crois que j’avais un peu honte » Honte face à un type comme Rhett, qui dégage à ses yeux une immense virilité. Une confiance en lui, une assurance arrogante mais dont Harvey raffole, mais pourtant, quelques faiblesses qu’il a réussi à percevoir et à déceler avec le temps. « Je ne voulais pas te perdre pour un crush qui a mal fini » Dit-il finalement, en fixant le blond au travers de la nuit, décelant pourtant chaque trait de son visage teinté de la luminosité lunaire. Oui c’est ça la véritable raison, la possibilité de perdre la personne qu’il apprécie le plus sur cette terre. Qu’il aime le plus, aussi, maintenant qu’il a digéré le rejet de son ami d’enfance. Qu’il est passé par autre chose à grand coup de bouteille vidée dans la soirée et de violence facile contre son mobilier. Alors il fixe son ami, Harvey, attendant la réaction, attendant le verdict. Histoire de sa voir si l’animosité dans sa voix fera suite à un rejet pur et simple.

_________________
Only for your smile
« Today, we're just two friend, pretty fucked up, trying to do their best. We understand each other from a very long time, and I need to say, I'm just sad when you're not around. » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhett Brown
L'HOMME LOUP AU CŒUR D'ACIER
avatar
posts : 286
avatar : alexander skarsgård
crédits : la signature est de xynpapple quand à mon avatar il est signé ultraviolences.
multinicks : evie rhodes, la future maman et mariée avortée. elise owen, l'agneau aux dents de loup.

ɷ statut : se sentir vaciller en un étrange vertige, ressentir le désir et le vide et savoir... C'est cela, le manque de toi.
✎ métier : entrepreneur nomade.
✌ age : 40 ans. Plus j'avance en âge, plus je me connais. Plus je me connais, moins je m'apprécie. Moins je m'apprécie, plus je me méfie de moi. Plus je me méfie de moi, moins je me méfie des autres. Cherchez l'imprudence.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: The way we used to be {Rhett}   Jeu 26 Oct - 21:52

Ils étaient là plantés dans le sable passablement alcoolisés et l'heure étaient aux révélations, pas n'importe lesquelles, le genre de confidences que l'on ne fait que les soirs de grande ivresse, ils n'en n'étaient pas à ce point là et pourtant. C'est que les derniers événements avaient sans doute éveillés en nos deux quadragénaires quelque chose, sans doute avaient-ils réalisé que la vie était trop courte pour ne pas dire certaines choses, les plus importantes. Ils tâchent de progresser mais n'ont de cesse d'arrêter leur course pour s'exprimer. Rhett adresse un regard compatissant à Harvey, qui, à ses yeux n'est pas n'importe quel type, il ne la jamais considéré comme tel et pour dire, dès leur rencontre il sut immédiatement que ce mec là, il ne le lâcherait pas. Quelque part entre la nuit, le son des vaguelettes qui choquent contre la rive et les déclaration d'Harvey, le grand blond semblait trouver, en quelque sorte la paix. Bien sur qu'il était contrarié, pour une raison qu'il ne voulait pas s'expliquer, de l'entendre lui dire qu'il avait éprouvé des sentiments pour Lowell, qui, finalement s'était lâchement tiré.

Il mordait ses lèvres, tâchant de calmer la colère qui naissait au creux de sa poitrine, un genre de jalousie, mais en était-ce ? Non, bien sur qu'il ne le jugeait pas pour ses penchants ni même pour ses actes, personne n'est parfait, lui le premier. Il avait cherché à emprisonné chaque femme qu'il avait eut dans sa vie, tenté de les contrôler et de faire d'elle des objets, il voulait qu'elles soient ce qu'il désirait et rien de plus. Il s'était même servit de son ex femme afin de mener une vie qu'il savait impossible avec Scar, par folie, par égoïsme. Oui, il avait cherché en toutes ces femmes la seule qui avait jamais vraiment compté. Force est d'admettre qu'il avait fait fausse route tout ce temps et que seul Harvey pourrait lui donner ce qu'il désirait réellement, mais ça il n'était pas prêt à l'entendre, ni même à l'admettre et encore moins à le comprendre.

Ils se toisent mutuellement après son court monologue, Rhett semble réfléchir à un moyen de formuler la gerbe de mots qui s'échappera bientôt d'entre ses lèvres. Un soupir. "T'es stupide !" dit-il avec vexation, s'en était oui, véxant de constater qu'il ne méritait pas de connaître ce détail, mais il réalisa presque aussitôt qu'il ne pouvait pas lui en vouloir, et même s'il le voulait, il en serait incapable. "Harvey..." un nouveau soupir, un tour d'horizon la main glissée dans sa masse capillaire avant de venir planter de nouveau le regard sur le géant qui lui fait face. "Ça m'emmerde que t'ai pu penser que j'te jugerais, ou que je pourrais te rejeter, toi, à cause de ta sexualité." L'architecte, il ne lui devait rien, ne dit on pas que mieux vaut tard que jamais après tout ? Ils s'étaient revus depuis quelques mois et cela était entre coupé, annoncé la chose semblait être délicat. Jamais sous l'emprise de l'alcool Rhett aurait pensé pouvoir être aussi lucide. Il secoua la tête. "Frère, j'm'en fous." puis il est parti, bon débarras. se dit-il alors égoïstement.

Il fit de nouveau un tour dans le sable en prenant le temps d'observer la vue, de nouveau, qu'offrait le bord de mer de Monterey. "Tu sais, quand le type s'est mit à tirer à ce mariage, là..." commença t-il d'un voix mal assurée, sans même adresser un regard à son ami. "J'ai pas pensé à mon fils." sa voix se cassa à la fin de sa phrase, conscient de révéler une information que n'importe quel parent pourrait trouvé abominable à entendre, mais qui s'avérait pourtant être vraie. Il prit une profonde inspiration, glissant ses mains sur son visage. "T'es la première personne à qui j'ai pensé. La seule j'crois bien." il se dit qu'il était sur le point de crever, et tout un tas de choses auraient pu lui traverser l'esprit, même si la protection de Lauren était importante, Harvey fut l'unique à hanter son esprit, lui et son rire. Puis il se sentit stupide de faire de telles révélations après avoir entendu son ami parler de ses sentiments pour un tout autre homme. Fierté masculine, orgueil ? Quoi qu'il en soit il reprit la route. "J'suis content d'savoir que t'a trouvé ton bord Harv'." lâcha t-il alors plus froidement avec un léger sourire.

_________________

toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées. On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux, mais on aime.
tous les fêlés sont des anges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harvey Skeyne
Broken Glass
avatar
posts : 183
avatar : Tom Hiddleston
crédits : wiise (ava & sign)
multinicks : Indiana, le procureur sexy.
ɷ statut : Le rêve de sentiments trop forts, la solitude qui colle au corps. Divorcé, le coeur piétiné et la mine dégoutée.
✎ métier : Quelques traits millimétrés sur le papier immaculé. Architecte.
✌ age : Quarante années éprouvées.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: The way we used to be {Rhett}   Dim 12 Nov - 23:50

Un peu penaud, un peu gêné, aussi, l’architecte. Pourtant il avoue. L’alcool le fait parler, le pousse aux confessions et aux vérités. Il est mal à l’aise, d’avouer tout ça, tous ses secrets. Surtout lorsqu’il balance enfin la raison de pourquoi il n’en a pas parlé à Rhett avant. Il attend la réaction du blond la gorge nouée. Crainte car il sait que Rhett est capable d’être aussi emporté que lui. Que les deux hommes ne sont pas connus pour être les plus raisonnables. Pourtant Harvey est un homme patient, calme en apparence, doux, aussi. Mais parfois, parfois il sort de ses gonds, au point d’en être méconnaissable.
Rhett réplique rapidement, qu’il est stupide. Il est dépité, et Harvey peut le voir, de la réaction de son ami. De la crainte qu’à pu avoir l’architecte à son encontre. Du fait qu’il ne lui ait pas fait confiance au point de tout lui avouer, dés le départ. Mais ils se sont perdu de vue, quelque temps, alors intérieurement, Harvey blâme aussi cette distance qui s’est tristement installée. Il s’était dit que c’était sûrement idiot de revenir vers Rhett en ayant changé, en ayant des sentiments pour un homme. En lui avouant une nouvelle vérité bien différente de celle que le blond a toujours connu à son égard. Avec lui. Lors de leurs multiples moments à deux, ou avec leurs femmes respectives. « Oué je sais… Je m’en veux d’avoir agi comme ça » Dit-il, le regard perdu dans le sable un moment. Oui, il s’en veut de n’avoir rien dit. D’avoir pu vexer son ami en lui cachant une chose pareille. D’avoir gardé tant de secrets qui sortent enfin aujourd’hui. « J’aurais dû tout te dire, j’en avais envie » Oui, combien de fois a-il pensé à Rhett en se disant qu’il aurait bien besoin de lui parler, de tout lui balancer, de tout lui avouer. De compter sur lui pour l’épauler comme il l’a toujours fait. Lorsque sa femme est partie, lorsque Lowell est parti. Lorsqu’il s’est soudain senti bougrement seul. Complètement perdu. Esseulé dans son immense villa qui lui semblait imprégnée de souvenirs désagréables. « Enfin, au moins c’est dit maintenant » Conclu t-il avec un léger sourire, alors qu’il relève le regard vers son ami, après que ce dernier ait dit qu’il s’en fiche. Que l’architecte peut être celui qu’il a envie d’être. Aimer un homme, ou une femme. Peu importe. Etre simplement lui même. Au fond il le savait, Harvey, que jamais le blond ne le jugerait, à croire que pourtant, il s’est complaint dans un certain déni, une timidité face à lui même, à cette nouvelle nature embrassée fraîchement. Une expérience ou deux à l’université, par curiosité. Une aventure ou deux, depuis son divorce, mais rien de sérieux. Des sentiments trop forts qui l’empêchaient de vivre, jusqu’à lui briser le cœur.

Mais alors qu’il s’approche de nouveau de Rhett, ce dernier semble partir dans une confession à son tour. Alors Harvey ne dit rien, cale ses mains dans des poches. Observe la vue au côté de son ami, en lui accordant toute son attention, malgré l’alcool qui pulse dans ses veines. Ses mots, cette confession. Il se crispe, l’architecte, en entendant parler du mariage. Il a eu peur, tellement peur, lorsqu’il a appris. Lorsqu’il a su pour les tirs et surtout, que Rhett s’y trouvait. Le palpitant qui s’est emporté alors qu’il a passé quelques coups de téléphone pour savoir. Des contacts à l’hôpital, des amis dans la police. Tous ceux à qui il pouvait penser. Il tourne alors la tête vers le blond, qui cette fois-ci, lui révèle une information qui le cloue sur place. Lui. Il a pensé à lui. Il entrouvre la bouche pour répliquer, mais les mots ne veulent pas sortir de suite. Il sent son cœur battre plus fort, plus vite, aussi. Il sent les sentiments, déstabilisants, lui tordre les entrailles. « Je…. Putain j’aurais jamais cru… » Il jure parce que les mots ne sont pas assez forts pour décrire ce qu’il ressent. C’est idiot mais cette seule vérité le pousse à voir Rhett autrement que comme l’ami face auquel il avait honte d’être lui même. Simplement parce qu’il l’a toujours pensé trop bien pour ce genre de dérives. « Tu sais, quand j’ai su j’ai… J’ai tellement flippé sérieux » Entame t-il en guise de réponse, fixant l’horizon lui aussi. « J’ai passé huit mille coups de fil, je te jure j’étais en panique putain, je devais savoir si tu allais bien et tu ne répondais pas. J'ai vraiment eu la trouille... » Un léger sourire nerveux, amer aussi, en repensant à tout ce qui a traversé son esprit à ce moment-là. À la peur de l’avoir perdu, lui. Malgré le temps et le manque de nouvelle, jamais il n’avait pu oublier la complicité de Rhett, leurs idioties ivres, leurs rires jusqu’au bout de la nuit, réprimandés par leurs épouses qui n’arrivaient pas à dormir.

Le voilà qui conclut par une phrase qui arrache un rire à l’architecte. « Vient là espèce d’idiot » Dit-il finalement en s’approchant pour l’enlacer. Ses mains placées dans le dos de Rhett alors qu’il le serre contre lui. Il ne laisse pas la place à un geste qui pourrait être ambiguë et peut être que le blond interprétera mal son geste, maintenant qu’il a avoué aimer les hommes, mais qu’importe. C’est l’étreinte naturelle qui s’impose à l’esprit embrumé d’Harvey. Ce geste affectueux qui parle pour lui, qu’il trouve bien plus fort que les mots maladroits qu’il a été capable d’exprimer.

_________________
Only for your smile
« Today, we're just two friend, pretty fucked up, trying to do their best. We understand each other from a very long time, and I need to say, I'm just sad when you're not around. » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: The way we used to be {Rhett}   

Revenir en haut Aller en bas
 
The way we used to be {Rhett}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le clan Rhett Butler, de Donald McCaig
» Nos héros de costume drama préférés
» Ma Scarlett habillée en Mademoiselle à la mode
» Lecture de groupe « Autant en emporte le vent », semaine 2 : chapitres 8 à 16
» Lecture de groupe « Autant en emporte le vent », semaine 6 : chapitres 40 à 47

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: monterey :: Pebble Beach :: Marina state beach-
Sauter vers: