AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture du forum, en savoir plus ici.

Partagez | 
 

 Knock out - elise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Jack Beauregard

avatar
posts : 54
avatar : B. Cooper
crédits : ΛLDEBΛRΛN ; tumblr
ɷ statut : En couple avec Elise Owen et leur canapé
✎ métier : Officiellement autoentrepreneur, officieusement agent fédéral oeuvrant pour le service de protection des témoins
✌ age : 37 yo

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Bye-bye 'Elise' !
relationship:

MessageSujet: Knock out - elise   Mer 20 Sep - 22:42


Knock out
Jack Beauregard & Elise Owen


Quelques jours s'étaient écoulés depuis que le dernier couple de Monterey s'était installé à Pebble Beach. Elise et Jack apprenaient à s'apprivoiser mutuellement et malgré des débuts plus que difficiles, une certaine complicité commençait à se dégager d'eux. A défaut de s'entretuer, ils parvenaient plus ou moins à supporter la présence de l'autre dans leur espace vital. Bien sûr, des piques fusaient de temps à autre et ils ne pouvaient parfois pas se voir en peinture et préféraient s'isoler, mais contre toute attente, ça marchait. Elise apprenait à vivre avec les chaussettes de Jack qui traînaient dans le salon et l'agent fédéral s'occupait de la cuisine de temps à autre, refusant catégoriquement de se faire livrer à chaque repas sous prétexte qu'ils avaient la flemme de cuisiner. Elise et Jack, bien qu'ils s'évertuaient à donner le change ou à  faire preuve de plus de sentimentalisme en public formaient donc ce qu'on pouvait appeler un couple atypique. Tout n'était pas rose. Lors de leur première sortie en public, Elise et Jack tombèrent nez à nez avec la personne responsable de tous les malheurs de la jeune femme. Bastian Castelli, "ancien" membre éminent de la pègre de Chicago,  semblait couler des jours heureux sur la côte ouest des Etats-Unis, bien loin de son Illinois natal.  

Le lendemain, une fois Elise rassurée et au travail, Jack se rendit immédiatement au siège local du FBI pour retrouver ses supérieurs et leur expliquer sa manière de penser. Ces gros cons savaient pertinemment ou le rital passait sa retraite et étaient même encore plus cons de croire qu'il se tiendrait à carreau puisqu'il "avait coopéré par le passé et permis de faire tomber des mafieux, et donc que lui aussi était menacé par la mafia". C'était à se demander comment avait Jack pour ne pas être promu et être sous les ordres de pareils blaireaux. Il devait être encore plus idiot qu'eux. Beauregard essaya de leur faire comprendre que le simple fait que ces deux séjournent dans la même ville compromettait purement et simplement la vie de la témoin dont Jack était responsable. Donc, sa vie aussi. Menacé d'être viré de la protection d'Elise s'il ne changeait pas de comportement, le vétéran les envoya au diable avant de passer récupérer les derniers éléments du bureau fédéral sur la famille Castelli. Beauregard passa le reste de sa journée au bureau. Bien qu'il semblait complètement déconnecté du réseau de l'Illinois, Jack ne faisait pas confiance dans les belles paroles de l'italien. Cela avait été clair dès leur rencontre : il ne l'aimait pas, ce qui amplifiait son sentiment de responsabilité vis à vis de la jeune femme. De toute façon, si Jack n'agissait pas, il était persuadé qu'Elise serait capable de faire disparaître son ancien amant. En conséquence, Beauregard avait doublé le dispositif de sécurité de leur petit pavillon. Il se réveillait de manière aléatoire la nuit pour faire des petites rondes. Un pistolet automatique était même enfoui entre deux coussins du canapé sur lequel il ne dormait que d'un oeil. Tournant facilement à deux cafetières à la journée, dormant environ quatre à six heures maximum par nuit, Jack commençait légèrement à être à cran et la fatigue se faisait doucement ressentir. Jusqu'ici, il n'y avait pas eu de problèmes ou de suspicions quelconque d'une éventuelle surveillance par des esprits mal intentionnés. Mais qu'importe. Le vétéran était persuadé que ce serait au moment ou il relâcherait sa garde que les suppôts de Castelli agiraient.

Ce soir-là, Jack s'était absenté de la maison une fois qu'Elise l'avait prévenu qu'elle rentrerait un peu plus tard du boulot, pour rejoindre ses collègues de travail prendre un verre. Décidant de décompresser un peu, il poussa jusqu'au centre-ville de Monterey ou il trouva un pub qui était prêt à lui retransmettre un match de rugby vieux de deux mois. Entre deux actions, Beauregard avait les yeux rivés sur son portable, attendant comme un chien de garde un quelconque signal d'alarme qui pourrait venir de la jeune femme. Rien ne vint, et l'agent fédéral put siffler deux ou trois pintes en toute tranquillité. Constatant l'heure un peu tardive au coup de sifflet final, Jack prit conscience d'avoir un peu abusé de sa situation. Il était temps que la relâche se termine. La nuit était déjà tombée sur les rues de Pebble Beach et une brume automnale pointait le bout de son nez. La rue était déserte et le quartier était tranquille. La maison qu'il partageait avec Elise semblait calme également. Par conscience professionnelle, Jack entrepris de faire le tour du pâté de maison pour essayer de surprendre quelque chose d'inhabituel. Rien à signaler. Méticuleux, il enfonça le clou jusqu'à faire une ronde autour de la maison, cherchant d'éventuelles traces d'effraction. Quelques coups brefs de lampe torche auraient pu le trahir, mais il avait fait en sorte de rester discret. C'est la conscience tranquille que Jack fit doucement et silencieusement tourner les clés dans la serrure de la porte d'entrée, essayant de faire le moins de bruit possible pour éviter de réveiller la jeune femme. Depuis le retour de Bass, elle était encore plus à cran que lui, et la moindre minute de repos ne pouvait que lui être bénéfique.

A peine avait-il franchi le seuil de la porte qu'un violent coup lui frappa la tempe de plein fouet. Il laissa échapper un râle de douleur et essaya maladroitement de faire face à la menace qu'un deuxième coup achevait de le mettre dans les vapes. Jack tomba lourdement au sol, inconscient, tandis qu'un filet de sang s'échappait de ses cheveux. Beauregard avait une nouvelle fois failli à sa tâche, et ne s'en remettrait probablement pas si quelque chose arrivait aux cheveux de la jeune femme. Il avait échoué....  

_________________
I will Go down with this ship

I won't put my hands up and surrender
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Owen
≠ L'AGNEAU AUX DENTS DE LOUP
avatar
posts : 85
avatar : Jlaw, la bimbo ♥
crédits : avengedinchains.
multinicks : evie rhodes, la future maman et mariée avortée. rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier
ɷ statut : un cœur à la dérive, en couple avec le charmant Jack Beauregard.
✎ métier : fleuriste, c'est que c'est joli et que ça sent bon ces conneries.
✌ age : vingt sept ans, c'est pas si vieux que ça

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Il faudra acheter des céréales.
relationship:

MessageSujet: Re: Knock out - elise   Mer 20 Sep - 23:31


Knock out
Jack Beauregard & Elise Owen


Les journées lui avaient parues longues, elle avait même eut la sensation que son sixième sens s'était réveillée. Elle avait été sur ses gardes jours et nuits, sous ses draps la blonde ruminait, elle réfléchissait à une potentielle vengeance. Persuadée que la prison n'avait pas été une punition assez rude pour le salaud qui avait fait d'elle une merde et avait ôté la vie de ses parents. Elise avait réfléchit aux emplacements où pouvaient être rangés les armes de Jack et à un potentiel emprunt d'une de ces dernières pour mettre fin à son calvaire, que risquait-elle après tout si elle employait le meilleur avocat de l'état de Californie elle ne prendrait que quelques années de prison. Au delà de ça de vieux sentiments s'étaient réveillés en elle et de nouveau elle se sentait faible, méprisable et inutile. Ce pouvoir il l'avait encore sur elle. Mais heureusement pour Elise, Jack faisait de son mieux pour la rassurer, elle tâchait de ne rien laisser paraître, mais il était loin d'être dupe le gaillard et avait redoublé d'efforts pour calmer la jeune femme. Ce manque de sommeil lui fit réaliser qu'elle n'était pas la seule personne dans cette maison à ne pas avoir un sommeil tranquille. Jack semblait s'agiter presque toutes les nuits, elle l'entendait et ces deux dernières nuits, assise dans les plus hautes marches des escaliers qui menaient à sa chambre elle l'avait veillé en silence.

Obligée de se rendre sur son lieu de travail la jolie blonde s'était acharnée toute la sainte journée à composer de nombreux bouquets plus compliqués les uns que les autres, encore une fois, bien entourée de sa petite équipe de collègue, on réussit à lui changer les idées. Cette soif de vengeance était présente, chaque fois qu'elle insérait une rose, qu'elle nouait une composition, la rage ne la quittait jamais vraiment. Finalement, après une journée qu'elle trouva bien trop longue on lui proposa d'aller boire un verre au Lounge, ce qu'elle ne refusa pas. Elle se dit qu'une tequila sunrise la détendrait d'avantage et c'est pourtant la boule au ventre qu'elle s'y était rendue, se demandant si elle n'allait pas croiser le regard ténébreux de son premier amour et pire cauchemar. La jolie fugitive était toujours sur le qui vive, toute en retenue, pour ne pas trop en dire, d'ailleurs cela lui valut quelques douces moqueries de la part de ses collègue qui la trouvaient bien mystérieuse. Avec le temps elle avait apprit à manipuler les conversation et ainsi changer de sujet sans que personne n'y voit rien. Elle prit le temps de déguster son cocktail et après avoir jeter un coup d'oeil à son cellulaire se dit qu'il était temps de rentrer. Jack avait beaucoup cuisiner cette semaine et elle désirait lui prouver qu'elle n'était pas uniquement bonne à passer commande chez le traiteur chinois ou à commander des pizzas.

Quand elle passa la porte d'entrée elle constatait que la jolie petite maison était vide, elle se dit d'ailleurs qu'ils devraient peut-être s'offrir un animal de compagnie afin de ne pas se sentir trop seul et que de cette façon, Jack trouverait une occupation à ses journées. Promener le chien. Elle déposa ses affaires dans l'entrée, balançant son sac à main sur le canapé, téléphone en main elle consultait les petites annonces. Presque machinalement elle avait allumé la télévision dont ils avaient fait l'acquisition presque par hasard. Une cathodique sans télécommande, seuls des boutons plantés à côtés de l'écran leur permettaient de changer le canal de la télévision. La jolie blonde ajouta à sa liste l'achat d'une nouvelle télévision, celle-ci pourrait aller dans sa chambre sans soucis. Alors que les informations défilaient et que les nouvelles s'enchaînaient la fugitive entreprit de faire cuire des pommes de terre et du poulet, simple, rapide, efficace. Sans prêter grande attention à ce qui cuisait elle ne cessait de rechercher un animal de compagnie, mais en vain. Elle dîna devant le téléviseur old school s'empressa de faire sa vaisselle et mit les restes de côtés pour l'agent. Les heures avaient défilées et le soldat aux yeux d'acier ne donna pas signe de vie, ce qui amplifiait l'inquiétude de la jeune femme qui ne lâchait pas son téléphone des mains en regardant un téléfilm d'épouvante à la télévision. Ce genre là était son préféré, l'épouvante, l'horreur. Quelle idée stupide.

Des bruits de craquements l'obligèrent à couper le son, puis à éteindre le téléviseur. L'angoisse la gagnait alors elle se mit à retourner le salon à la recherche d'une arme quelconque, la paranoïa lui dictait la marche à suivre; S'ils venaient pour elle, s'ils s'en étaient prit à Jack ? Terrifiée et remontée elle finit par tomber sur une arme non chargée planquée entre deux coussins dans le canapé. Tant pis, elle n'avait plus le choix. Afin de ne pas signaler sa présence elle s'en alla rapidement éteindre les lumières de la maison et s'adossa dans un renfoncement près de l'entrée. Du mouvement dehors lui signalait la présence d'un indésirable. Les mains tremblantes elle se tenait prête à mettre la pâtée à son agresseur. Concentrée sur sa respiration qu'elle voulait discrète elle n'entendit pas la clef tourner dans la serrure et au moment où le nuisible passa la porte elle lui assena un violent coup de crosse sur la tête en hurlant de rage et de peur. Ce ne fut pas suffisant alors elle recommença jusqu'à ce qu'il soit envoyé au tapis. Dans la précipitation Elise allumait la lumière de l'entrée qui lui fit découvrir un Jack très amoché et inconscient. "Oh mon dieu, merde !" qu'elle s'exclama en balançant à travers le salon l'arme qui avait servit à assommer le bel agent. "Jack, Jack réveille-toi !" qu'elle l'implorait en se penchant sur lui, elle le secoua brièvement remarquant alors le fin filer de sang qui s'écoulait depuis la base de ses cheveux. Médusée et coupable elle le secoua de nouveau en criant son nom. "Réveille-toi, Jack !" mais toujours rien, elle usa de force afin de le trainer jusqu'au milieu du salon, surélevant sa tête légèrement à l'aide d'un coussin. Elise alla retourner la cuisine toute entière à la recherche de torchons, de glace et d'une carafe d'eau gelée. La jolie blonde s'accroupit près de lui, déposant son bordel près de sa tête, déversant l'eau glacée sur son visage afin de le réveiller, se servant des glaçons afin d'atténuer l'affreuse bosse qu'il risquait d'avoir sur le haut du crâne le lendemain. "Ca va aller, t'es un grand garçon, tout va bien se passer !" elle tentait de se rassurer elle plutôt qu'autre chose finalement, se sentant affreusement coupable d'avoir été victime d'une crise de paranoïa aigüe des suites de son visionnage de film d'horreur de série Z. "Réveilles-toi, je t'ai fais du poulet et des patates !" quel estomac sur pattes celle-là, sans doute que cette technique aurait fonctionné sur elle, mais c'est parce qu'Elise pourrait vendre son âme pour de la nourriture, quel poporc.

_________________
Listen, I would take a whisper if that's all you had to give but it isn't, is it ? You could come and save me and try to chase the crazy right out of my head.
I don't let people in

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Beauregard

avatar
posts : 54
avatar : B. Cooper
crédits : ΛLDEBΛRΛN ; tumblr
ɷ statut : En couple avec Elise Owen et leur canapé
✎ métier : Officiellement autoentrepreneur, officieusement agent fédéral oeuvrant pour le service de protection des témoins
✌ age : 37 yo

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Bye-bye 'Elise' !
relationship:

MessageSujet: Re: Knock out - elise   Jeu 21 Sep - 0:23


Knock out
Jack Beauregard & Elise Owen


Au final, Jack ne resta inconscient qu'une petite dizaine de minutes. Dix petites minutes qui parurent interminables et dans lequel le vide se fit dans son esprit. Il n'était plus qu'une marionnette, qu'une simple petite poupée de chiffon dont son agresseur pouvait faire de lui ce qu'il voulait. L'achever ici pour s'occuper ensuite d'Elise - si ce n'était pas déjà fait- , le ligoter pour le torturer de plaisir, ou le foutre dans le coffre d'une bagnole et le faire disparaître dans un lac limitrophe de Monterey ou finir dans une casse automobile. Se sentant en sécurité sur le pas de ce qui pouvait s'apparenter le plus à sa maison, il avait baissé sa garde et en payait le prix fort. Il avait fait trop confiance à la technologie et au progrès, s'était trop reposé sur ses alarmes dernier cri et fournies par le gouvernement. Inconsciemment, il sentit son corps glisser sur le parquet et sa tête fut surélevée. Le contact avec l'eau glacé acheva de le convaincre qu'il était fait, et qu'il s'enfonçait paisiblement dans un marais local. "Elise .." murmura-t-il de manière quasi-inaudible alors qu'il se laissait partir. Beauregard, en ancien soldat, avait toujours été à l'aise avec l'idée de mourir un jour. Plutôt fataliste sur les bords, il n'en avait pas peur et était convaincu que son heure était venue. Ce qui l'effrayait était plutôt la manière dont cela arriverait. Mais ainsi - si on omettait les coups de crosse-  la mort lui paraissait presque douce et paisible.

Le contact de la poche de froid avec sa plaie attisa la douleur et le ranima plus ou moins. Son front et ses sourcils se froncèrent, il laissa échapper un râle de mécontentement et il avait l'impression d'avoir été écrasé par un semi-remorque. Une voix lointaine résonnait dans sa tête sans qu'il ne parvint à l'identifier alors qu'il reprenait petit à petit connaissance. Gêné par la lumière, ses paupières se rouvrirent légèrement et il n'aperçut qu'une vague silhouette à ses côtés. La réaction qui s'en suivit fut purement instinctive et mue par sa survie propre. Ne parvenant à identifier la personne qui s'occupait de lui, il semblait retrouver un second souffle et se débattit violemment, se dégageant de l'emprise de la jeune femme en s'aidant de ses jambes pour glisser sur le parquet. Sa main droite rejoignit naturellement le bas de son dos pour en sortir son arme de service et braquer fébrilement la menace qui lui faisait face. N'ayant pas les yeux en face des trous, il lui fallut quelques instants et des efforts gigantesques de concentration pour  se rendre compte qu'il pointait une arme en direction de la jolie fugitive. Ses réflexes de soldat avaient pris le dessus et son visage se tournait dans tous les sens pour essayer d'identifier d'ou venait la menace. Ce n'est qu'une fois qu'il fut convaincu qu'ils étaient seuls que Jack, épuisé, se laissa retomber lourdement de tout son long contre le sol. La douleur lancinante et aiguë qui frappait sa tempe le rappela doucement à la réalité alors qu'il posait une main sur son front, essayant d'apaiser.

Jack avait toujours un doute sur ce qu'il venait de se dérouler. "El .. Elise ?!" Tout son corps lui intimait de réagir et de ne pas rester là à subir les éléments. "Qu'est ce qu'il s'est passé ?"! souffla-t-il avant de se relever péniblement, ne lâchant toujours pas son pistolet. "Tu n'as rien ?" chuchota-t-il enfin, persuadé que l'agresseur était toujours dans la maison. Il était choqué et commotionné. Beauregard avait déjà connu cet état là, lorsqu'il avait été frappé par le souffle de la détonation d'un engin explosif improvisé dans un village afghan. Par expérience, il savait qu'il lui faudrait réagir vite et reprendre ses esprits - du moins, les plus combattifs- le plus rapidement possible sous peine de laisser à l'ennemi le privilège de l'initiative. Ses réflexes lui ordonnaient de penser d'abord à la sécurité de la jolie blonde avant la sienne. L'agent s'était relevé péniblement et avait manqué de s'effondrer sur ses jambes encore fébriles. Sans distinguer grand chose, il pointait son arme indifféremment en direction de l'entrée, la cuisine ou des escaliers à la recherche du fantôme qui l'avait assommé. Son acuité visuelle ne s'était pas améliorée : c'était comme si un voile flou s'était abattu sur son regard. S'aidant du mur pour progresser dans le salon, il ne fit que quelques pas avant de s'écrouler à nouveau misérablement à bout de forces. Lorsque la jeune femme l'eut rejoint, sa tête tournait à lui en donner le mal de mer. Jack tâcha de se concentrer sur les traits du visage d'Elise avant que sa main libre ne vienne doucement affleurer sa joue après une première tentative infructueuse. "T-tu vas bien ?" lui demanda-t-il à voix basse, reprenant de plus en plus conscience maintenant qu'il était adossé contre le mur. "Ou est-il ?" Il n'en démordait pas et il faudrait qu'Elise déploie des trésors de persuasion pour parvenir à le convaincre qu'ils étaient seuls et qu'il avait réussi à se faire assommer par une de ses propres armes.  

_________________
I will Go down with this ship

I won't put my hands up and surrender
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Owen
≠ L'AGNEAU AUX DENTS DE LOUP
avatar
posts : 85
avatar : Jlaw, la bimbo ♥
crédits : avengedinchains.
multinicks : evie rhodes, la future maman et mariée avortée. rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier
ɷ statut : un cœur à la dérive, en couple avec le charmant Jack Beauregard.
✎ métier : fleuriste, c'est que c'est joli et que ça sent bon ces conneries.
✌ age : vingt sept ans, c'est pas si vieux que ça

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Il faudra acheter des céréales.
relationship:

MessageSujet: Re: Knock out - elise   Jeu 21 Sep - 1:11


Knock out
Jack Beauregard & Elise Owen


En état de choc mais toujours aussi combatif, voilà comment il agissait sous le regard stupéfait de la petite blonde qui ne saisissait rien à la situation. Tout était retombé, son cœur battait à tout rompre et soulevait sa cage thoracique avec rapidité et férocité. Elle se dit même qu'elle était à deux doigts de la crise cardiaque quand il pointa son arme sur elle. Elise retint son souffle dans un premier temps, levant les mains brusquement au niveau de son visage, son cœur venait de rater un battement à cause de la surprise. Elle se demanda alors s'il allait tiré et comprit que le choc qu'avait provoqué la crosse de son arme l'avait totalement déboussolé. Elle se redressa alors, laissant sur le sol tout son petit bordel. Elle aurait aimé le retenir, mais semblait être dans une frénésie floue et pointait son arme à la recherche d'une menace invisible, s'il avait bu avant de rentrer, sans doute que l'alcool et les coups lui étaient montés à la tête. Alors elle le suivit, de loin, les mains toujours levée, elle voulu parler mais se ravisa jusqu'à ce qu'il s'effondre sur le sol dans l'entrée. Elle gagnait son chevet lentement, de peur de le brusquer, de peur qu'un coup de feu ne parte maladroitement. Accroupie là comme une hippie qui fait ses besoins en plein festival elle l'observait, glissant sa main jusqu'à celle de Jack afin de lui faire lâcher l'arme qu'il tenait fermement.

Un léger sourire confus se dessinait sur le visage de la fugitive alors que l'ancien soldat se renseignait sur la situation. Mais qui est "Il", se demanda t-elle en secouant la tête de droite à gauche. "Je suis désolée, j'ai cru que..." elle se mordit les lèvres en plantant son regard azur dans celui de son compagnon, attrapant la menotte de ce dernier qui lui effleurait le visage. "Je t'ai sacrément amoché." triste et inutile constatation, elle le savait et pour tout dire elle s'en voulait de s'être laissée allée à une telle folie. Pendant quelques minutes elle s'était tenue face à lui, sans quitter sa position de batracien à tenter de s'excuser et de lui faire comprendre que la peur l'avait gagnée, qu'elle s'était saisie du premier revolver trouvé et qu'elle l'avait frappé avec, seulement le beau Jack avait la tête dure et bien du mal à saisir ce que la jeune blonde lui racontait. Pas d'agresseur, seulement une fugitive quelque peu paranoïaque et violente. De la base de son crâne coulait toujours un filet de sang qui s'introduisait dans son œil, Elise utilisa son chemisier pour l'essuyer incapable de bouger de sa place par peur que Jack ne perde la tête à cause du traumatisme qu'elle lui avait causé. "On devrait peut-être aller à l'hôpital." suggéra t-elle à mi voix en épongeant la plaie, pas si profonde, mais pas tellement jolie sur la tête de l'agent.

Il faut dire que par le passé, après avoir été contrainte de subir participer à des combats clandestins, Elise avait acquis un certain savoir sur les premiers secours. Ce qu'il fallait faire, elle avait déjà recousu la peau d'un type qui s'était pris une balle, en avait également délogées quelques une de la carcasse des types de la pègre. Etant une femme on lui assignait beaucoup de tâche qui relevait de la médecine alors qu'elle n'y connaissait pas grand chose, elle rêvait d'enseigner l'allemand dans un lycée à de jeunes étudiants, c'est pour dire... "On va monter à l'étage..." c'est que la salle de bain et le réel nécessaire de soin se trouvait là haut, allongé il serait plus facile de le soigner, quitte à ce qu'il salisse les draps, tant pis elle les changerait. "Beauregard, s'il te plaît, je vais avoir besoin de toi là, on va monter, mais tu vas devoir m'aider." La jeune femme avait conscience que trimbaler un morceau pareil dans les escaliers ne serait pas chose aisée, elle écarta du pied l'arme qu'il avait tenu à la mains de longues minutes et tendit ses bras vers lui, peinant à le soulever du sol et pourtant réussit. "C'est bien, merci, encore un effort..." elle ignorait combien de marches ils auraient à gravir, mais elle savait qu'elles allaient être les plus longues qu'elle ait eu à monté de toute sa vie. La mission ne fut pas de tout repos et difficile fut la bataille puisque le trentenaire avait les jambes qui flagellaient et elle était à bout de souffle, le soutenait à bout de bras. Il risque sa vie pour moi et je l'agresse... Se répétait-elle sans cesse jusqu'à ce qu'ils arrivent à l'étage. Elle le balança alors sur le lit. "Désolée !" s'exclama t-elle face à son manque de délicatesse flagrant. Pauvre homme.

Elle prit une profonde inspiration, prête à aller récupérer le nécessaire au bon traitement de la plaie. "Ok, Jack, je vais aller chercher de quoi te soigner, mais tu dois rester éveillé, alors je vais te demander de chanter ta chanson préférée, d'accord ?" un moyen original de s'assurer qu'il ne perde pas connaissance, certes, mais qui devrait payer. Elle resta un instant là à l'observer, lui adressant même un sourire gêné alors que sa main caressa sa joue furtivement. "Bien." dit-elle à voix basse alors que l'agent se mit à chanter des paroles incompréhensibles, ce qui arracha un nouveau sourire à la jeune femme qui parcourait la maison à toute allure et selon la pièce où elle se trouvait elle criait : "Plus fort, j'entends rien moi !" elle se hâtait, retournait la salle de bain à la recherche de compresses et de désinfectant, d'aspirine et de serviettes. Elle balança le tout sur le matelas, près de l'homme à demi conscient et s'installait à ses côtés en déchirant quelques emballages de compresses stériles. Elle n'avait trouvé que de l'alcool non modifié ce qui promettait de le faire grincer des dents, mais tant pis. "Prends une profonde inspiration..." lui demandait-elle alors qu'elle tapotait la blessure avec la compresse imbibée pendant qu'il serrait les dents. "J'ai quand même encore de la poigne !" dit-elle presque fièrement en se penchant sur son colocataire dans un piteux état.

_________________
Listen, I would take a whisper if that's all you had to give but it isn't, is it ? You could come and save me and try to chase the crazy right out of my head.
I don't let people in

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Beauregard

avatar
posts : 54
avatar : B. Cooper
crédits : ΛLDEBΛRΛN ; tumblr
ɷ statut : En couple avec Elise Owen et leur canapé
✎ métier : Officiellement autoentrepreneur, officieusement agent fédéral oeuvrant pour le service de protection des témoins
✌ age : 37 yo

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Bye-bye 'Elise' !
relationship:

MessageSujet: Re: Knock out - elise   Jeu 21 Sep - 22:51


Knock out
Jack Beauregard & Elise Owen


Le trentenaire avait l'impression d'avoir sa tête compressée dans un étau tant la douleur le lançait à chaque instant. Jack avait l'impression qu'elle allait imploser d'un moment ou un autre et ne parvenait pas à s'habituer à la douleur, contrairement à celle d'une blessure par balle. Un léger filet de sang troublait sa vision, et il était obligé de s'essuyer constamment le visage jusqu'à ce que la jeune fugitive épongea sa plaie à l'aide de son chemisier. L'appartement serait probablement dans un état pitoyable le lendemain. La voix d'Elise avait toutefois l'avantage de l'apaiser et de lui faire oublier la douleur pour se concentrer uniquement sur les mots qui sortaient de sa bouche, bien qu'il n'en comprenait réellement que la moitié. Son incompréhension et sa colère se dissipèrent petit à petit lorsqu'il compris après plusieurs minutes qu'ils étaient seuls et qu'il n'y avait aucune menace dans les parages. Mais Jack ne parvenait toujours pas à comprendre pourquoi Elise l'avait attaqué ainsi, lui faisant répéter de nombreuses fois son histoire, déboussolé et complètement erratique dans ses propos. Il commençait à peu près à avoir les idées claires mais se sentait divaguer dès qu'il utilisait un peu trop ou de manière trop longue les forces qu'il lui restait.  « Non ! Non ! Pas d'hôpital ! »Beauregard détestait ces endroits et encore plus leur odeur. De plus, Jack ne voulait pas attirer l'attention sur eux et encore moins être séparé d'Elise ne serait-ce qu'une nuit. Les anciens camarades de Castelli n'attendaient peut-être qu'un faux pas de l'agent pour se précipiter sur leur proie.  « On va se débrouiller. C'est superficiel... » essaya-t-il de se convaincre, ne nécessitant probablement que quelques points de suture.

Jack se contenta de hocher la tête silencieusement lorsqu'Elise essaya de le faire se relever pour qu'ils puissent s'installer à l'étage. Le vétéran se releva péniblement et s'appuyait malheureusement de presque tout son poids sur les épaules de la jeune femme. Il marqua un temps d'arrêt lorsque le couple arriva en bas des escaliers. Ils ne lui avaient jamais semblé aussi haut et l'agent fédéral y voyait là un obstacle insurmontable. Il savait qu'ils auraient du prendre une maison avec un stanah de petits vieux qui aurait pu lui permettre de monter les escaliers pépère. Au lieu de ça, ses jambes tremblaient et ses deux mains agrippèrent fermement la rambarde en bois et les épaules d'Elise. Il était en nage. Grâce à l'aide de la jeune femme, Jack parvint à grimper à l'étage et fut surpris de se retrouver jeté sur le lit comme un vieux tas de linge par une Elise probablement à bout de forces. Le contact doux du matelas lui arracha un semi-sourire, sans se soucier un seul instant des draps qu'il était en train de tâcher. Dieu que c'était confortable ! Rien à voir avec le canapé sur lequel il dormait depuis qu'ils avaient emménagés. Bien que plutôt rustique, Beauregard savourait cet instant de douceur dans ce monde de brutes. Non sans peine, il se retourna et se hissa pour trouver une position un peu plus confortable, recouvrant petit à petit ses esprits et la quasi-totalité de ses facultés intellectuelles. Son regard d'acier se posa enfin sur Elise qui tourbillonait dans tous les sens. Il fallait reconnaître que la petite se débrouillait bien, étant donné les circonstances.

Beau' opina silencieusement du chef lorsqu'elle lui détailla son plan. Il fredonna à son ordre une vieille rengaine du sud que le lui avait appris son père avant de l'entonner plus fort lorsqu'elle quitta la pièce, tâchant de ne pas rompre leur lien acoustique malgré quelques petits râles de douleurs. Cette dernière commençait à se diffuser un peu et il ne sentait plus le sang couler sur sa tête, ayant certainement déjà commencé à coaguler et cicatriser après les premiers soins apportés par la fugitive. Elise revint quelques instants plus tard, jetant tout son fourbi aux côtés de l'ancien soldat. Son regard blêmit légèrement à la vue de l'alcool nécessaire pour désinfecter la plaie, sachant ce qui allait arriver après alors que la douleur commençait à se diffuser, laissant place à un mal de crâne encore plus carabiné. Il laissa échapper un juron et un râle alors qu'elle appliquait méticuleusement la lotion désinfectante sur sa plaie. Quelle chochotte. Ses nerfs se relâchèrent une fois le mauvais moment passé et avec la jeune femme à ses côtés, il commençait même à se détendre légèrement.  « Tu t'es très bien débrouillée ce soir. » la rassura-t-il.  « C'est de ma faute, j'aurais du te prévenir. »  avoua-t-il alors qu'elle continuait de nettoyer la plaie, préparant le matériel nécessaire pour des points de suture. C'était une bonne leçon pour l'agent fédéral qui n'avait les choses qu'à travers son bout de la lorgnette. En pensant tout gérer de la sécurité de la jeune femme, il n'avait pas pensé un seul instant qu'elle aurait pu s'inquiéter sans lui, et qu'elle aussi s'attende à ce qu'il lui montre sa présence ou la tienne au courant lors de ses absences. Jack était surpris par l'habileté de la jeune femme et son aisance avec les premiers secours. Nul ne doutait qu'elle avait du traverser des moments pas très agréables aux côtés d'hommes comme Bastian Castelli.  « Désolé pour ta chambre. Tu m'avais interdit de venir ici... » confessa-t-il faussement avec un semi sourire fier, comme s'il voulait la narguer une dernière fois avant qu'elle ne plante son aiguille dans la chair de son crâne pour le suturer.

Le bourreau avait fini son office quelques minutes inconfortables et douloureuses plus tard. Jack respirait et soufflait bruyamment, récupérant à son rythme du moment qu'il venait de subir. Il espérait juste qu'elle avait recousu la plaie proprement et qu'elle avait évité de lui tracer une cicatrice en forme d'éclair sur la tempe. Assise à ses côtés, il se permit de lui prendre la main, lui lançant un regard troublé.  « Dis .. euh.. » il semblait gêné de dire la suite.  « Tu restes ici, après ? » Sous-entendu : à ses côtés. Non pas qu'il s'en voudrait de la faire dormir sur le canapé, mais sa présence le rassurait et le calmait. De plus, ils pouvaient veiller d'ici l'un sur l'autre, et surveillait l'unique accès de la maison qui menait à eux en cas de pépin.  « Il .. il faudrait que tu ailles chercher les armes en bas. Juste au cas où. » Enfin, juste parce qu'elles traînaient au milieu du salon et que ça faisait tâche. L'arrivée de Bastian dans leur vie avait marqué un tournant dans leur relation, enfin, en tout cas concernant Jack. La simple évocation du rital suffisait pour le faire sortir de ses gonds et le simple fait de penser qu'il n'avait effleuré ne serait-ce qu'un cheveu de la jeune femme suffisait pour l'énerver. Serait-ce de la jalousie naissante ? Ou juste un professionalisme exacerbé ? Toujours était-il que Beauregard était tiraillé par de drôles de sensations depuis quelques jours....

_________________
I will Go down with this ship

I won't put my hands up and surrender
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Owen
≠ L'AGNEAU AUX DENTS DE LOUP
avatar
posts : 85
avatar : Jlaw, la bimbo ♥
crédits : avengedinchains.
multinicks : evie rhodes, la future maman et mariée avortée. rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier
ɷ statut : un cœur à la dérive, en couple avec le charmant Jack Beauregard.
✎ métier : fleuriste, c'est que c'est joli et que ça sent bon ces conneries.
✌ age : vingt sept ans, c'est pas si vieux que ça

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Il faudra acheter des céréales.
relationship:

MessageSujet: Re: Knock out - elise   Mer 27 Sep - 22:21


Knock out
Jack Beauregard & Elise Owen


Elise lui adressa un regard mauvais suite à la remarque que Jack ose lui adresser au sujet de sa chambre, l'envie de lui donner une gifle ne se trouve pas loin, le fait qu'elle se soit sentie si coupable de l'avoir assommé l'a sans doute empêchée de la lui coller entre les dents, pourtant cela aurait sans douté été un K.O technique pour le bel agent qui aurait fait sa nuit comme un bébé et d'une traite. Il ne fallut pas longtemps à la jolie blonde afin de terminer la suture du crâne du bellâtre, elle était devenue agile avec le temps même si cela allait faire quelques années qu'elle n'avait plus eut besoin de suturer quoi que ce soit. Après un court silence que Jack brisait en demandant à la belle si elle voulait passer la nuit sur le canapé et ainsi lui laisser le lit, tout en lui prenant la main, Elise lui adressa un drôle de regard. Toute aussi troublée que lui par sa requête la jeune femme se trouvait, ses doigts s'étaient refermés lentement sur les siens et elle ne pu s'empêcher de repenser à ces quelques soirées où en pleine nuit d'affreux grognements et autres râles qui l'avaient tirée du sommeil, l'obligeant à s'installer dans les escaliers alors que l'homme aux regard d'acier était victimes de terreurs nocturnes. Elle s'était installées dans les marches à chaque fois, le veillant jusqu'au petit matin avant qu'il ne remarque sa présence elle s'en retournait dans son lit. Elle eut l'envie de lui avouer qu'elle avait du mal à trouver le sommeil quand sa couche se trouvait partagée, mais elle n'en fit rien.

"Je vais les chercher." qu'elle articule en se détachant de son emprise lentement, inexpressive, vide. Les lèvres pincées elle amassa tout ce qu'elle avait ramené et qui se trouvait nécessaire aux bons soins de son "petit-ami" la jolie blonde balança le tout dans le tiroir de sa table de chevet avant de la refermer et de sortir de la pièce. C'est que sa requête lui donnait à réfléchir, dans un sens, s'il se trouvait à rester dormir à ses côtés, elle était d'avantage protégée d'une potentielle attaque de Bass. Mais s'il venait à l'attaquer ce soir même, que penserait-il de la retrouver au lit avec un autre homme - séduisant et fort - ? Oui, l'agent l'avait troublés si bien qu'elle manquait une marche et se tordit la cheville en arrivant au rez de chaussée, dans un juron elle se rattrapait au mur d'en face. "Ca va !" grogna t-elle en expirant bruyamment. Elle lui en voulait de brouiller ses pensées, elle savait qu'elle ne devait pas se laisser attendrir par le rôle qu'on leur avait imposer de jouer. Elise ne devait pas se laisser convaincre que tout cela était vrai, ce n'était qu'une mission d'intégration dans une nouvelle ville pour une nouvelle vie et quand tout cela serait passé, Jack retournerait vaquer à ses occupations. Boitillante elle récupéra l'arme vide qu'elle avait utilisée pour frapper son colocataire, elle s'en alla quérir la seconde et se permit de faire un rapide tour du salon et de la cuisine, prenant soin d'aller fermer la porte d'entrée avant de remonter auprès de son geôlier.

Elise s'était sentie si seule des semaines, des mois, des années durant, qu'elle en avait presque oublier ce qu'était qu'entretenir des rapports humains. Cela expliquait entre autre son caractère lunatique et ses revirements d'humeur. Elle passait certainement aux yeux du monde pour une folle, mais en réalité elle était seulement l'agneau égaré dans la plaine, l'agneau loin du troupeau, celui qui ignore même ce qu'il est et comment faire pour rentrer. La solitude expliquait finalement bien des choses et en excusait d'autres. Elle mettait le cheminement de ses idées au sujet du charmant Jack sur le compte de la solitude et de l'effet de huit clos. Passer tant de temps avec un homme séduisant ne peut pas être bénéfique et bien des choses peuvent se passer. Les marches ne lui ont jamais parues si nombreuses que ce soir là, sa cheville craquait dès qu'elle en montait une et, de ce fait, elle prit le temps de réfléchir avant de s'en aller rejoindre l'handicapé là-haut. Elise est une être humain et comme tout Homme, elle a des besoins, qu'elle contrôlait pour le moment, mais qui finiraient par la dépasser à un moment donné, elle le savait.

"Tien." qu'elle a dit en balançant à ses pieds les armes qu'elle avait ramassées en bas. D'une démarche mal assurée elle ferma la porte derrière elle, puis resta planté là quelques seconde à observer son protecteur sans mot-dire. Elle réfléchissait encore, prisonnière de son mental, en guerre perpétuelle avec Natalie qui ne demandait qu'à s'extérioriser et Elise qui l'en empêchait, de peur qu'il ne remarque quoi que ce soit elle s'avança vers lui, prit le verre vide sur la commode et s'en alla le remplir. Quand elle revint, son visage semblait toujours aussi impassible, elle s'assied pourtant près de lui en lui tendant un cachet. "Ca devrait t'aider à supporter la douleur pour la nuit." elle voulait se montrer rassurante et l'esquisse d'un sourire se dessinait sur ses lèvres, jamais la petite blonde n'avait été aussi socialement maladroite qu'avec lui et pour une raison qui, à l'époque, lui échappait encore, elle n'arrivait pas à saisir pourquoi. "Tu vas finir par demander à tes supérieurs de bosser sur une autre affaire, c'est que j'ai conscience d'être difficile à gérer tu sais." avait-elle articulé sur le ton de l'humour, bien qu'au fond elle était sincère. Elise en arrivait même à se demander si elle ne souffrait pas de troubles de la personnalité tant elle-même n'arrivait pas à se suivre. "Un agent à le droit de coucher avec sa mission ?" il était trop tard quand elle se rendit compte de la formulation douteuse de sa phrase, qui en réalité... Non, elle était simplement douteuse. "Haeum, je veux dire, je... Tu n'auras pas de soucis si on, si-si... Si on dort dans le même lit ?!" des balbutiements au début puis finalement elle s'était énervée à la fin de sa phrase, rendue dingue par un bégaiement idiot et troublant qui l'avait fait sortir de ses gonds. "Rha merde ! Laisse tomber !" cracha t-elle en allant s'asseoir sur un fauteuil qui faisait face au lit dans le fond de la pièce, la moue boudeuse et surtout remontée contre elle-même d'avoir buté sur ces mots stupides, de s'être rendue ridicule et d'avoir montré à Beauregard qu'il l'avait déstabilisée.

_________________
Listen, I would take a whisper if that's all you had to give but it isn't, is it ? You could come and save me and try to chase the crazy right out of my head.
I don't let people in

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Beauregard

avatar
posts : 54
avatar : B. Cooper
crédits : ΛLDEBΛRΛN ; tumblr
ɷ statut : En couple avec Elise Owen et leur canapé
✎ métier : Officiellement autoentrepreneur, officieusement agent fédéral oeuvrant pour le service de protection des témoins
✌ age : 37 yo

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Bye-bye 'Elise' !
relationship:

MessageSujet: Re: Knock out - elise   Jeu 28 Sep - 22:27


Knock out
Jack Beauregard & Elise Owen


Beau' l'observa quitter en silence la pièce à la recherche des armes, essayant de son côté de se détendre malgré tout. Il soupira lorsqu'il repensa à ce qu'il venait de lui demander.
Au vu de la tête que faisait la blonde en quittant la chambre, il se mit à s'insulter intérieurement en pensant que ce qu'il venait dire pouvait être mal interprété. Non pas qu'elle ne l'attirait pas, mais ce serait extrêmement non professionnel de sa part. Bien que ses sentiments à l'égard de la fugitive s'adoucissaient avec le temps et malgré leur mauvais départ, il ne se voyait pas se compromettre sentimentalement de la sorte. A vrai dire, il ne se rappelait plus à quand remontait sa dernière fois. Six mois ? Huit mois ? Etait-ce Cheryl ou Sarah ? Au fond, Natalie avait peut-être raison. Il s'était enfermé depuis tellement d'années dans son travail qu'il en avait peut-être oublié de penser à lui et son bien-être. Jack était certainement un handicapé sentimental. Il était prêt à mourir pour son pays ou prendre une balle pour l'un de ses frères d'armes, mais s'engager avec quelqu'un était quelque chose qui le dépassait et qui le terrifiait. Il n'y avait pas de manuel et lui ne possédait pas l'empirisme nécessaire pour faire les choses par lui-même. La jeune femme avait été la personne du sexe opposé avec qui il avait cohabité le plus longtemps, hormis sa pauvre mère. D'ordinaire, il se contentait de fuir sans même acheter le petit-déjeuner. Le bruit sourd de la chute le sortit de sa torpeur et il se redressa dans le lit. A l'annonce d'Elise qui lui avançait que tout allait bien, il se relâcha et s'allongea à nouveau, passant la main sur son front. Il espérait qu'elle ne l'avait pas recousu en lui faisant une cicatrice en forme d'éclair.

Jack ne l'avait même pas entendu remonter les escaliers tant il était perdu dans ses pensées.
Il sursauta même un peu lorsque les armes arrivèrent à ses pieds, qu'il s'empressa de sécuriser avec des gestes presque machinaux. Après tout, l'une d'entre elles avait tout de même une cartouche en chambre, et bien que la sûreté était à poste, ils n'étaient pas à l'abri d'un accident.
Son visage essayait de ne retranscrire aucune émotion, aucun sentiment. Il s'était emmuré dans sa carapace à l'image d'Elise et se demandait comment il pouvait faire pour rattraper le coup.
Cette histoire commençait à sentir une autre nuit sur le canapé.... Il la remercia du regard avant d'engloutir sagement le comprimé et le verre d'eau, déglutissant difficilement. "Je crois surtout que je vais éviter de leur dire que j'ai été assommé par ma protégée et surtout par ma propre arme de service..." s'amusa-t-il pour essayer de briser la glace. Parfois il ne se comprenaient pas : les deux étaient capables de passer de la chaleur d'un contact à une froideur glaciale en l'espace d'un instant. Jack se saisit du verre d'eau sur la table de chevet, se forçant à en finir le contenu. Il manqua de s'étouffer et de le recracher lorsqu'Elise se trompa dans ses mots, mettant encore plus mal à l'aise une Elise déjà suffisamment décontenancée. C'est avec un sourcil arqué qu'il l'entendit essayer pitoyablement de s'expliquer, sans la rassurer ou essayer de faire un effort pour la mettre à l'aise. Non pas qu'il s'amusait de la situation, mais il était trop dans le coltard pour se rendre compte de quoi que ce soit. Lorsqu'elle eut fini et décida de bouder dans son fauteuil, Jack laissa quelques instants gênants et silencieux flotter, le temps de recoller les wagons dans son esprit embrumé par le coup. Il tapota le matelas à ses côtés, essayant tant bien que mal d'arborer un sourire chaleureux. "Sois pas idiote. Je te promets que si tu arrives à me trouver une couverture, je ne me glisserai pas sous la couette."

Il aurait pu lui sortir n'importe quel baratin concernant le fait qu'elle devait faire ça pour sa sécurité mais préféra faire preuve de silence. Ce n'était pas non plus par gaîté de coeur qu'il lui demandait ça. Comme elle avait sûrement du le remarquer en le veillant la nuit, le vétéran souffrait de stress post-traumatique, que lui même n'avait jamais reconnu et qu'il traitait à sa manière. Son trouble était chronique, capable de le laisser tranquille des mois entiers et de resurgir à n'importe quel moment, suite à un événement quelconque ou un bruit familier. Son dernier épisode durait depuis sa dernière fusillade il y a deux mois et Jack revivait inlassablement toutes les nuits l'épisode ou son véhicule blindé a sauté sur une mine, et dont il est sorti avec le dos brûlé. Toutes les nuits, il ressentait à nouveau les odeurs de chair brûlée,
il entendait à nouveau les hurlements des hommes qui n'avaient pas réussi à sortir du véhicule. Les yeux dans le vague, il était reparti l'espace d'un instant là-bas. "C'est juste que .. que je sais pas comment je peux réagir cette nuit." confessa-t-il mollement. Ce qu'il venait de dire n'avait aucun sens. Beauregard était allé trop loin, il devait s'expliquer. "Je .. je fais des cauchemars parfois. Liés à mon passé de soldat. C'est parfois violent et .." Jack s'évertuait à fuir le regard de la jeune femme. ".. et ta présence me rassure. Voilà" avoua-t-il timidement à mots feutrés. Jack soupira et s'emporta contre lui-même, presqu'honteux d'avoir avoué une de ses faiblesses. Beauregard n'avait jamais parlé à personne de cet épisode de sa vie, hormis quelques rares fois de manière anonyme dans des cercles de vétéran, sans toutefois renouveler l'expérience. L'agent fédéral osa affronter le regard azuré d'Elise. "Maintenant que tu sais tout, tu veux bien me rejoindre ?", lâcha-t-il presqu'exaspéré. Ca devait être la pire invitation à rejoindre son lit qu'il avait du faire de sa vie. Mais ça n'en restait pas moins une réalité. Au vu de la situation, un esprit aiguisé et demi valait mieux que le reste de perspicacité qu'il restait à Jack. Demain serait un autre jour et il se hâterait d'oublier ce qu'il venait de se passer.

_________________
I will Go down with this ship

I won't put my hands up and surrender
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Owen
≠ L'AGNEAU AUX DENTS DE LOUP
avatar
posts : 85
avatar : Jlaw, la bimbo ♥
crédits : avengedinchains.
multinicks : evie rhodes, la future maman et mariée avortée. rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier
ɷ statut : un cœur à la dérive, en couple avec le charmant Jack Beauregard.
✎ métier : fleuriste, c'est que c'est joli et que ça sent bon ces conneries.
✌ age : vingt sept ans, c'est pas si vieux que ça

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Il faudra acheter des céréales.
relationship:

MessageSujet: Re: Knock out - elise   Jeu 28 Sep - 23:08


Knock out
Jack Beauregard & Elise Owen


Ils semblaient tous deux troublés par le déroulement de cette soirée si particulière, jamais elle n'aurait imaginé cogner l'homme en charge de sa protection. En fait, si, elle en avait eut l'envie, au début, mais avait su tenir ses pulsions meurtrières et s'était tout simplement montrée ingérable et invivable. Elle ne lui avouera jamais, mais elle admirait beaucoup le contrôle qu'il avait sur les choses. Dans une vie qui semblait lui échapper et souvent la dépasser, lui arrivait à trouver les mots justes et ça même s'il ne la connaissait que par le biais d'une tripotée de paperasse. Quel drôle de couple ils formaient là, le duo improbable. En emménageant avec lui elle s'était demandé s'il réussirait à garder le cap, à se retenir de la coller au mur, pour l'instant c'était bel et bien un sans fautes. Elle levait vers lui un regard glacial, pour ne rien changer, alors qu'il tapotait l'espace vide près de lui, un sourire mielleux aux bout des lèvres. Elise tâchait de conserver sa concentration et son air impénétrable, mais face à cette moue en fut incapable et se laissa aller à un léger sourire. Elle s'imaginait l'enrouler dans une épaisse couverture comme un sushi, puis réalisa que celle avec laquelle il dormait se trouvait au rez de chaussées. La flemme la gagnait alors qu'elle prit conscience que sa cheville fraîchement foulée ne lui donnait pas l'envie de retourner crapahuter en bas.

La petite blonde allait protester, mais se ravisa quand Beau exprima son souhait qu'elle reste près de lui. Bien sur qu'elle savait pour ces cauchemars et aussi mauvaise puisse t-elle paraître, elle eut la décence de ne pas lui en toucher un mot, non pas que l'envie ne la titillait pas à ce sujet, mais elle savait que ces terreurs étaient liées à tout autre chose qu'à un simple vol d'action man durant son enfance. Depuis quelques années maintenant Elise sait que la nuit peut s'avérer être terrifiante, elle la déteste d'ailleurs, c'est au moment où la lune gagne le ciel que ses pensées la perdent, la font douter et lui font le plus de mal. Il n'y a rien de plus effrayant qu'un lit vide et une nuit sans étoiles, une heure tardive et du temps. Le temps de songer à tout ce qu'elle a fait, le bien, le mal... La nuit c'est le moment des mises au point. Comme une prisonnière, une taularde en liberté condamnée à réfléchir et à se remettre en question. C'est avec un hochement de tête qu'elle se levait, dans un soupir naturellement, pour faire comprendre à Jack l'effort qu'il lui demandait et surtout que cela l'embêtait, bien que dans le fond, pas tellement. Elle n'avait pas envie de sauter de joie à l'idée de passer la nuit à ses côtés, mais la vérité était que mis à part le fait qu'elle ne dormirait pas des masses, elle s'en moquait, un peu. "J'ai une mauvaise nouvelle Beau, on va devoir partager les couvertures PARCE QUE je n'ai pas envie d'aller chercher ta couette en bas." le ton qu'elle employait était traînant, pour peu, on penserait presque qu'Elise elle-même s'était faite agressée ce soir et se trouvait amorphe, ce qui était faux. Qu'elle actrice, celle-là.

Elle ouvrit la porte qui donnait dans sa penderie et qui menait jusqu'à la salle de bain, prit une profonde inspiration et disparue derrière, le temps d'enfiler un pyjama presque digne de ce nom. Elle se faufila rapidement jusqu'à la salle de bain afin d'inspecter les traits de son visage, s'assurer qu'elle restait présentable et jolie, même dans son accoutrement de roumaine vendeuse de bretzel sur les plages défavorisées de Monterey. Un débardeur à petites bretelles gris et un short bleu d'un côté, rouge de l'autre. Belle dégaine.
La jeune femme retournait rapidement jusqu'à la chambre pour se glisser sous les draps, aux côtés de son ancien soldat. "J'ai entendu, je sais que tu ne dors pas bien et au début j'ai pensé que tu jouais la comédie pour que je te laisser dormir avec moi dans la chambre." l'avait-elle prit pour un chiot nouvellement adopté, de plus pour accompagner ses mots elle avait sortit un petit regard hautain, comme pour lui faire comprendre qu'elle était loin d'être idiote. "L'avantage de dormir dans le salon, c'est qu'en pleine nuit tu peux te lever pour manger." pourquoi articulait-elle des débilités pareilles ? essayait-elle de se changer les idées afin de ne pas lui sauter dessus comme une lionne affamée qu'elle était. "Tu trouves pas qu'il fait chaud ?" qu'elle continuait d'enchaîner en regardant partout, secouant les draps. "si tu ronfles, tu risque de passer par la fenêtre dans la nuit !" dit-elle en riant à demi, nerveusement surtout, se demandant comment elle allait survivre à cette nuit.

_________________
Listen, I would take a whisper if that's all you had to give but it isn't, is it ? You could come and save me and try to chase the crazy right out of my head.
I don't let people in

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Beauregard

avatar
posts : 54
avatar : B. Cooper
crédits : ΛLDEBΛRΛN ; tumblr
ɷ statut : En couple avec Elise Owen et leur canapé
✎ métier : Officiellement autoentrepreneur, officieusement agent fédéral oeuvrant pour le service de protection des témoins
✌ age : 37 yo

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Bye-bye 'Elise' !
relationship:

MessageSujet: Re: Knock out - elise   Ven 29 Sep - 17:34


Knock out
Jack Beauregard & Elise Owen


A l'idée de partager le lit d'Elise, Jack s'était fait plus sage et moins provocateur qu'à l'habitude. Du couple, il était certainement le plus mesuré et le plus sociable des deux, mais avait toujours le chic pour lancer une pique au moment adéquat, semant le trouble entre eux et plongeant la belle blonde dans une colère passagère. Owen s'avérait être une adversaire redoutable, sachant très bien jouer avec son partenaire et ses nerfs pour le rendre chèvre. A l'heure actuelle, l'agent fédéral n'avait toujours pas compris les sautes d'humeur et le comportement d'Elise, aux antipodes de ce qu'avait pu être Natalie, en tout cas de ce qu'il en avait compris à travers la lecture du dossier de l'enquête. La seule explication possible était que Castelli l'avait réellement anéantie, la détruisant pour ne laisser qu'une jeune femme refermée sur elle-même, bien décidée à ne plus laisser personne ne l'approcher. Au final, Elise était en terme de comportement social ce qu'était Jack vis-à-vis de l'amour : un handicapé.

Il l'observa silencieusement quitter la chambre pour se faire une toilette et resta tout aussi silencieux à son retour, se contentant juste de hausser un sourcil inquisiteur. Bien sûr, il ne s'attendait pas à ce qu'elle enfile de la lingerie ou une nuisette des plus affriolantes, mais son pyjama laissait clairement à désirer. Ce qui était sûr, c'est que Jack n'était pas prêt de lui sauter dessus avec une tenue pareille. Pendant ces quelques minutes, Beauregard avait pris la peine de se glisser sous la couette après s'être laborieusement débarrassé de ses chaussures. Il était volontairement resté habillé pour ôter tout doute à la jeune femme. Le vétéran ne releva même pas la remarque d'Elise quant à ses cauchemars, préférant froncer les sourcils en silence pour éviter d'envenimer la situation. Ce syndrome pouvait réellement s'avérer gênant pour les anciens militaires, et nombre d'entre eux avaient décidé d'y mettre un terme en s'ôtant la vie. Beau' l'écoutait déblatérer des idioties sans queue ni tête sans y prêter spécialement d'attention. La seule chose sur laquelle il était concentré était la présence d'Elise à ses côtés, dont la chaleur se répandait sous les draps partagés, provoquant un sentiment bizarre chez le trentenaire. "Je ne ronfle pas. Sauf quand j'ai bu. Tu devrais être tranquille." dit-il en essayant de se rafraîchir un peu en sortant le pied de la couette. "Avec ta cheville et ma bosse, les voisins vont finir par croire qu'on fait dans le sado-maso.... Je peux éteindre ?" s'amusa-t-il en joignant le geste à la parole. La discrétion n'était vraiment pas leur fort, entre leurs disputes dès le premier jour et leur altercation publique avec l'ancien mafieux.

Quelques minutes plus tard, alors la chambre s'était enfoncée dans un silence pesant, Jack sentait ses tempes et ses aisselles perler de chaleur. Ecoutant la respiration régulière de la jeune femme, l'agent en avait déduit qu'elle s'était paisiblement endormie. Il avait décidément trop chaud sous la couette épaisse et décida de remédier à cette situation en se relevant silencieusement pour ôter ses chaussettes et son pantalon afin de se mettre plus à l'aide. Il était habitué à ne dormir qu'en boxer ou en caleçon. Alors qu'il cherchait une position pour dormir, sa jambe nue vint effleurer involontairement et un court instant celle d'Elise. Surpris, Jack retint sa respiration telle la proie qui espère que le prédateur passera à côté d'elle s'il ne fait aucun mouvement brusque. Ses yeux distinguaient les traits du visage de la fugitive dans la pénombre mais il ne savait pas si elle dormait ou non. Il hésita à s'excuser mais préféra se taire, troublé par ce fugace toucher. Jack se maudissait. Il avait l'impression de réagir comme une petite fille à son premier rendez-vous alors qu'ils n'étaient que deux adultes majeurs et vaccinés qui partageaient le même lit en tout bien tout honneur. Il n'y avait rien de mal à ça, non ? Alors pourquoi le moindre contact avec Elise faisait frémir et s'hérisser le moindre de ses poils ? C'était pas comme si Jack n'avait jamais partagé ce genre de moment avec une femme....

Troublé par les sentiments qui l'animaient, Beauregard mit quelques instants avant de s'endormir lourdement, aidé par le coup de crosse et le comprimé qu'il avait ingurgité. Son sommeil était lourd et mouvementé mais non agité. Jack ne cauchemardait pas -encore- mais ne cessait de bouger dans le lit, changeant sans cesse de position pour le plus grand bonheur de celle qui partageait ses draps. Sur le ventre, sur le dos, sur le côté, toutes les positions y passaient sans qu'il ne trouve son bonheur. L'agent finit par se retourner pour se rapprocher naturellement et inconsciemment de la jeune femme à ses côtés, venant lover son corps contre le sien, passant dans son sommeil son bras par-dessus sa taille. Heureusement qu'il avait les armes de son côté, Elise aurait bien été capable de l'achever ici et maintenant....

_________________
I will Go down with this ship

I won't put my hands up and surrender
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Owen
≠ L'AGNEAU AUX DENTS DE LOUP
avatar
posts : 85
avatar : Jlaw, la bimbo ♥
crédits : avengedinchains.
multinicks : evie rhodes, la future maman et mariée avortée. rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier
ɷ statut : un cœur à la dérive, en couple avec le charmant Jack Beauregard.
✎ métier : fleuriste, c'est que c'est joli et que ça sent bon ces conneries.
✌ age : vingt sept ans, c'est pas si vieux que ça

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Il faudra acheter des céréales.
relationship:

MessageSujet: Re: Knock out - elise   Jeu 12 Oct - 1:10


Knock out
Jack Beauregard & Elise Owen


La question rhétorique de l'agent tira un léger sourire à la jeune femme, en réalité elle savait qu'il n'avait nul besoin de son feu vert pour éteindre la lampe de chevet qui trônait solitairement sur la petite table de bois au style retro vintage bien américain. Elle avait posé sa tête sur l'oreiller, passé ses bars au dessus de la couverture et fixé son regard sur des ombres qui se dessinaient au plafond. Bass l'avait tant troublée qu'elle en était devenue paranoïaque, certes il avait contribué à sa chute, à la perte de ses parents, il lui avait prit bien plus que sa virginité, même cela était déjà trop à son goût, à l'heure actuelle. Dans sa tête une guerre venait d'être déclarée et elle faisait rage, tiraillée entre de vieux sentiments périmés et de tout nouveaux qui s'avéraient être troublants, Elise se trouvait incapable de trouver le sommeil alors que Beau, lui, semblait être sur un départ. Elle se dit alors qu'elle l'enviait, parce que malgré ses cauchemars il semblait réussir à trouver le sommeil de manière plus aisée qu'elle. Pour peu elle aurait presque envie de le secouer afin qu'il ne sombre pas trop rapidement afin de ne pas la laisser tergiverser seule, parce qu'il n'y a rien de pire que la solitude quand on est pas seul.

Bizarrement depuis qu'il est entrée dans sa vie elle ne ressent plus la solitude comme elle a pu l'éprouver par le passé, ce sentiment semblait ne jamais la quitté il y a quelques semaines encore. Même au milieu d'une salle d'audience, elle était seule. Mais voilà, depuis quelques jours pour ne pas parler de semaines, ce sentiment semble la délaisser un peu, elle l'aurait presque oublié, il ne revient la hanter que certains soirs comme celui-ci, après que quelque chose ou quelqu'un lui ait fait se souvenir de quelque chose de douloureux. Elle resta figée quand il décida de se lever, elle crut d'abord qu'il irait rejoindre son petit canapé en bas et étrangement se sentie vexée à tort, mais il n'en fit rien, elle mordit même ses lèvres quand elle entendit la boucle de ceinture de l'homme au regard d'acier se dénouer, laissant une chaleur agréable et étrange la gagner. Il se remit au lit et elle, idiote, ne sourcilla pas. Il se tortillait et toute cette agitation empêchait Elise de faire le tri dans ses pensées, qu'elle douce distraction il était ce Jack, mais quand se jambe effleura la sienne elle crut, un court instant décéder, comme-ci son cœur avait oublié de battre, ce fut bref, mais tout de même. Bien sur qu'elle eut envie de lui râler après, de lui demander de cesser de bouger, mais elle le pensait endormi et n'osait pas ouvrir la bouche de peur de le réveiller, ou pire qu'il réagisse mal et l'attaque à cause de ses terreurs nocturnes.

La chaleur ne la quittait et elle refusait d'admettre que Jack en était la cause, elle ne trouvait pas cela correct et peut-être était-ces un petit peu gênant de se l'avouer aussi. Elle oublia presque, un moment, Jack qui se trouvait près d'elle et se laissa aller a de vagues pensées, tout semblait s'embrumer dans sa tête et alors que le sommeil la gagnait elle sentit une masse chaleureuse se coller à elle ce qui eut pour effet de la réveiller net. Dans un premier temps elle ne sut trop que faire, un bras levé au dessus de la masse capillaire de l'agent fédéral, dans une position ridicule et droite comme un cadavre elle prit le temps de l'observer dans la pénombre un instant. Que devait-elle faire ? "Jack..." souffla t-elle alors, mais aucune réponse ne lui parvint et lentement elle laissait retomber son bras dans sur les épaules du bellâtre, le cœur battant à tout rompre, tiraillée entre l'envie de lui hurler dessus, effrayée par cette vague de sentiments incontrôlables qu'elle n'était pas en mesure de gérer, mais d'un autre côté, la jolie blonde n'avait pas la moindre envie de l'écarter d'elle. La main de la jeune femme remontait lentement le long de sa colonne vertébrale pour glisser dans la masse de cheveux qu'il avait sur le crâne. Du bout des ongles elle caressait le cuir chevelu de ce dernier, s'arrêtant au sommet de son front puis redescendait lentement en silence.

Le manège dura de longues minutes, ce n'est qu'après coup qu'elle réalisa ce qu'elle était en train de faire et se demanda s'il était judicieux de continuer ces caresses, si elle ne devait pas plutôt le réveiller afin de lui signaler qu'il commençait à prendre toute la place. Le temps de trouver l'action la plus juste à mener, ses prunelles ne lâchait pas le visage, qu'elle distinguait à peine, de ce dernier. La tendresse était quelque chose dont elle avait cruellement manqué toute ces années, elle en avait presque oublié ce que c'était, en fait, elle n'avait jamais vraiment connu de moments doux depuis qu'elle était devenue une femme. Elle s'y tenta tout de même de nouveau. "Jack..." murmura t-elle alors en continuant ses caresses avant de réaliser qu'il pourrait trouver ce manège très étrange. "Jack !" s'exclama t-elle alors en reprenant sa main, réprimant ce sentiment de culpabilité qui commençait à la gagner parce qu'elle savait pertinemment qu'il avait lui aussi bien du mal à dormir la nuit. "Tu prends toute la place Beau, et tu ronfles et tu me tiens chaud... Et tu n'arrêtes pas de bouger !" qu'elle lui intima alors qu'il n'avait même pas ouvert les yeux, pas sur qu'il ait entendu ses railleries. Elise se refermait sur elle-même de nouveau, trop effrayée par ce qu'elle pouvait éprouver à cet instant "T". Tu me mets mal à l'aise. qu'elle aurait balancé si ça n'avait pas été vrai. Tout s'embrouillait dans son esprit si bien qu'elle se dit qu'elle n'était pas contre l'idée qu'il ôte son tee-shirt afin de mieux dormir, son bras resté inactif lui était gelée, mais elle n'avait pas froid, elle ne ressentait pas cela, grand dieu non. Son corps semblait occupée par un tout autre genre de pensées. "Tu prends toutes les couvertures en plus..." ajoutait-elle en bonne égoïste, parce qu'elle ne voulait pas qu'il dorme finalement. [/color]

_________________
Listen, I would take a whisper if that's all you had to give but it isn't, is it ? You could come and save me and try to chase the crazy right out of my head.
I don't let people in

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Beauregard

avatar
posts : 54
avatar : B. Cooper
crédits : ΛLDEBΛRΛN ; tumblr
ɷ statut : En couple avec Elise Owen et leur canapé
✎ métier : Officiellement autoentrepreneur, officieusement agent fédéral oeuvrant pour le service de protection des témoins
✌ age : 37 yo

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Bye-bye 'Elise' !
relationship:

MessageSujet: Re: Knock out - elise   Sam 14 Oct - 21:33


Knock out
Jack Beauregard & Elise Owen


Le comprimé, doublé du coup de crosse reçu quelques heures auparavant avaient littéralement assommé l'agent fédéral qui s'était enfoncé dans un sommeil profond. Cela faisait des mois qu'il ne s'était endormi aussi facilement, et peut-être la première fois depuis des semaines que Jack ne revivait pas les épisodes qui le traumatisaient. Ces derniers ne l'empêchaient jamais de s'endormir, bien qu'en le faisant, Beau' se doutait qu'il revivrait à chaque nuit des événements plus que douloureux. D'un naturel optimiste, il espérait chaque nuit qu'il réussirait dans ses rêves à retourner la situation et à obtenir une fin plus heureuse : apercevoir l'engin explosif improvisé plus tôt afin de stopper son véhicule, ou encore ne pas envoyer Collins enfoncer la porte piégée, flairant surnaturellement le danger. Chaque nuit, Jack se trompait et se réveillait en sursaut en plein milieu de la nuit pour ne pas retrouver le sommeil. Dans ces périodes, il avait toujours refusé de prendre des somnifères pour dormir, et le seul moyen de faire des nuits complètes restait d'avaler suffisamment de verres pour se réveiller le lendemain avec un mal de tête carabiné. Seulement, la mission et les obligations qu'il avait vis à vis de la jeune femme l'obligeaient à faire sans, et à voir la fatigue s'accumuler sur son visage.

Pourtant, cette nuit là, tout était différent. Inconsciemment, la proximité d'Elise et la chaleur de son corps, en plus des caresses sur sa tête le réconfortait et le soulageait. Pour la première fois depuis des semaines, Jack dormait paisiblement, et se sentait apaisé.  L'agent entendit son prénom de loin. "Mmmh ?!" lâcha-t-il doucement sans ouvrir les yeux. Sentant sous ses bras la présence d'un corps féminin, dont il n'avait aucun souvenir, Beau' raffermit sur emprise sur la hanche d'Elise, avant d'être rappelé à l'ordre par la belle fugitive. "Mmmh !" grogna-t-il avec plus d'énervement devant les remontrances de la femme qui partageait ses draps. Il n'arrivait pas à faire éclaircir les choses dans sa tête, et à l'heure actuelle, il ne se rappelait ni de sa mission, ni du fait qu'Elise soit à ses côtés, se concentrant sur l'envie de vouloir retourner dans les bras de Morphée. A vrai dire, il n'avait même pas entendu la moitié de ce qu'elle venait de dire, et n'avait pas compris l'autre. Vous l'aurez compris, Jack était dans le gaz.... Il lâcha prise avant de se retourner. Toute cette agitation lui avait donné chaud, ou bien était-ce l'énorme couette en plus de son t-shirt. Une fois de l'autre côté du lit, il entreprit de l'enlever avec des gestes maladroits. La tâche fut difficile, d'autant plus que ses yeux étaient restés fermés et que sa conquête du soir le sermonnait à nouveau. Mais l'objet de son inconfort avait fini par voler à travers la pièce et il se retourna, s'approchant d'Elise. "Tu parles trop .." lui souffla-t-il amoureusement. Juché sur son coude, il la surplombait et par un élan d'affection, sa main libre se saisit de la joue de la jeune femme avant de planter sur ses lèvres un langoureux baiser pour la faire taire. S'il avait eu une once de conscience à cet instant, Jack n'aurait jamais osé faire ce qu'il venait de faire sous le coup de l'étourdissement, tenant trop à sa vie. Beauregard conclut son geste en posant un baiser plus affectueux et moins effréné sur le front de la jeune femme pour la calmer, avant de retomber lourdement sur l'oreiller, retrouvant très rapidement le sommeil.  

_________________
I will Go down with this ship

I won't put my hands up and surrender
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Owen
≠ L'AGNEAU AUX DENTS DE LOUP
avatar
posts : 85
avatar : Jlaw, la bimbo ♥
crédits : avengedinchains.
multinicks : evie rhodes, la future maman et mariée avortée. rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier
ɷ statut : un cœur à la dérive, en couple avec le charmant Jack Beauregard.
✎ métier : fleuriste, c'est que c'est joli et que ça sent bon ces conneries.
✌ age : vingt sept ans, c'est pas si vieux que ça

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Il faudra acheter des céréales.
relationship:

MessageSujet: Re: Knock out - elise   Sam 14 Oct - 22:34


Knock out
Jack Beauregard & Elise Owen


un premier grognement qui ne découragea pas la jeune femme en pleine mission de réveil de l'ours qui sommeillait à demi sur elle, bien qu'il resserra fermement son étreinte, Elise ne lâcha pas l'affaire et le second gémissement qui s'était échappé de sa gorge ne la découragea pas pour autant. Il s'écarta quand elle décida de se redresser afin d'ajuster son débardeur et le faire retomber sur son nombril, elle pourrait attraper froid. Cette pensée lui arracha un sourire stupide, dieu que la chaleur qui provenait de la couche ne pourrait pas lui faire attraper mal, elle se dit alors qu'elle était bien idiote. Mais ses plaintes n'avaient pas atteint Beau qui ôtait avec beaucoup de mal son tee-shirt afin de la balancé à l'autre bout de la pièce. La petite blonde resta là à observer la scène et semblait s'attendre à une quelconque réaction, bien évidemment, elle ne s'attendait pas à ce qu'il se retourne et capture ses lèvres pour lui demander de fermer sa gueule. Non, ça elle ne l'avait pas vu venir et ne l'aurait jamais deviné. D'ailleurs l'espace d'un instant elle s'était demandé s'il n'allait pas quitter le lit pour rejoindre son canapé à l'étage du dessous. Non, il n'en fit rien.

Elise surprise par son geste mit quelques seconde avant de comprendre ce qui était en train de se produire, une partie d'elle semblait d'ailleurs apprécier ce qui se jouait sous son nez, elle eut même l'envie d'y répondre à ce baiser, mais déjà il se retirait, déposant un nouveau baiser sur son front avant de retomber de tout son poids sur le matelas et sombrer de nouveau dans un sommeil de plomb. Son coeur semblait être sur le point d'exploser et son esprit n'arrivait pas à se calmer, l'intérieur de sa tête était semblable à un grand champs de bataille où se mêlaient l'envie et la colère. Le souffle court et sidérée, Elise observa longuement le mur qui lui faisait face un bon moment. Ses membres tremblaient légèrement, animés par un désir brûlant et une colère monstrueuse. Elle adressa alors un bref regard à Beauregard, les poings serrés, la mâchoire durement close. Un tas de question traversaient son esprit et bouleversaient le fil de ses pensées. QU'en était-il, que venait-il de se produire et que devait-elle faire ?

Un coup de sang. Elle se redressait alors, fixant le visage de l'agent durement. Allongé sur le dos il semblait être à des miles de ces cauchemars qui animaient si souvent ses nuits, elle, assise sur ses talons dans ce lit immense elle se demandait ce qu'il était judicieux de faire. Malheureusement pour le fédéral, elle ne le laisserait pas s'en tirer ainsi. Elle le saisit par l'épaule et le fit rouler si bien que son corps vint s'écraser lourdement sur le sol en faisant trembler les meubles et la porte. Tel un félin elle s'approcha du bord du lit alors que des plaintes s'échappaient d'entre ses lèvres, il semblait réveillé. "T'es MALADE, y'a un truc qui tourne pas rond chez TOI ?!" lui hurla t-elle dessus, prête à bondir et le rouer de coups. Elle ne se sentait pas si bien que ça, la petite blonde était pourtant persuadée qu'en lui hurlant dessus ainsi qu'en le poussant au delà du lit tout irait mieux, qu'elle serait ''vengée'' et qu'elle pourrait finir sa nuit, seulement ce ne fut pas le cas. En plus de l'avoir assommé elle se retrouvait à l'amocher d'avantage, les voisins finiraient vraiment par penser qu'ils se tapent dessus. Elise ne put s'empêcher de constater à quel point l'air perdu qui habitait le visage de ce beau Jack ne la laissait pas indifférente et cela eut pour effet de l'énerver d'avantage. Elise avait allumé la lampe de chevet qui s'était renversée après la chute de Jack et pointait sur lui un regard accusateur, si elle avait eut les yeux révolver... "Je t'interdit de me toucher, t'entends ?!" lui dit-elle alors très froidement, en passant rageusement ses mains sur ses lèvres, tremblante de rage. La jeune femme ne put faire abstraction bien longtemps de l'absence de vêtements, quand elle prit conscience qu'il ne portait qu'un caleçon elle détourna le regard en prenant une profonde inspiration, les bras croisés contre son opulente poitrine. Dieu qu'il la déstabilisait, lui tout entier. [/color]

_________________
Listen, I would take a whisper if that's all you had to give but it isn't, is it ? You could come and save me and try to chase the crazy right out of my head.
I don't let people in

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Knock out - elise   

Revenir en haut Aller en bas
 
Knock out - elise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Etcherelli, Claire] Elise ou la vraie vie
» Fée-Elise
» Elise Fontenaille
» Lotus Elise Mk1 / Mk2...
» Elise ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: bury the evidence. :: archives rp-
Sauter vers: