AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture du forum, en savoir plus ici.

Partagez | 
 

 Life begins at the end of your comfort zone - Elise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Jack Beauregard

avatar
posts : 54
avatar : B. Cooper
crédits : ΛLDEBΛRΛN ; tumblr
ɷ statut : En couple avec Elise Owen et leur canapé
✎ métier : Officiellement autoentrepreneur, officieusement agent fédéral oeuvrant pour le service de protection des témoins
✌ age : 37 yo

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Bye-bye 'Elise' !
relationship:

MessageSujet: Life begins at the end of your comfort zone - Elise   Mar 12 Sep - 20:43


Life begins at the end of your comfort zone
Elise Owen

Jack raccompagnait en silence l'agente immobilière chargée de dresser avec le jeune et joli couple l'état des lieux du pavillon qu'ils venaient d'investir. La quadragénaire, bien en chair, devançait l'agent fédéral qui portait un faux sourire de circonstance vissé aux lèvres. Elise, de son côté, arpentait silencieusement et froidement les pièces vides. "Bon et bien voilà, vous voici chez vous ! J'espère que vous vous plairez ici ! En tout cas, toutes les conditions sont réunies pour un nouveau départ !" annonça Sasha, la dite agente au vétéran. Jack scrutait les alentours, analysant instinctivement de quel côté pouvait venir le danger et quels étaient leurs exutoires possibles. Il aura besoin d'une reconnaissance. Beauregard se concentra à nouveau sur la femme qui faisait tinter les clés. Elle ne croyait pas si bien dire. Tout semblait faux dans le coin, et la rue dans laquelle ils venaient d'emménager lui donnait l'impression d'être dans Desperate Housewives. "Elise ! Chérie ! Viens saluer Sasha !" hurla-t-il à travers le chambranle de la porte d'entrée. Il se retourna vers son interlocutrice, arborant un sourire faux et hypocrite, parlant d'une voix basse en couvrant légèrement sa bouche de sa main. Quel acteur pitoyable. "Il faut la pardonner, elle n'a jamais supporté les voyages ... le décalage horaire la rend grognon !" L'agente immobilière arbora un sourire entendu de façade. "Aaah ! La voilà enfin !" dit-il alors qu'il entendait les pas d'Elise se rapprocher d'eux.  Jack la saisit par la taille avant de lui déposer un baiser dans les cheveux. Il aurait pu lui dire de dire au revoir à la femme comme à une enfant mais s'abstint.

Ils furent enfin seuls quelques instants plus tard. Jack, lui, s'affairait du niveau du camion de déménagement, empli de meubles impersonnels qui provenaient tout droit de saisies du FBI. Le flic revint dans l'appartement avec deux gros sacs cargos d'une couleur coyote tirant sur le kaki, qu'il déposa au milieu du salon. "Il faut qu'on s'habitue à jouer le jeu..." lança-t-il légèrement comme une réprimande. "Et qu'on se tutoie également. Enfin bref, nous allons tous les deux devoir faire un effort mais nous allons y arriver." conclut-il avec sourire qui se voulait chaleureux et rassurant. Il sortit son smartphone de sa poche et lui afficha un numéro à l'écran. "Ca, c'est le numéro d'urgence au cas où si tu n'arrives pas à me joindre et que je ne suis pas dans les environs. Ca n'arrivera pas." Un léger silence flotte et l'agent plante ses yeux pour s'assurer qu'elle ait compris. "Mais tâche quand même de le mémoriser, sait-on jamais. Et regarde..." Il lui ouvrit un des sacs, dévoilant tout un attirail de bricoleur entremêlé avec des caméras de surveillance et des alarmes. "Je vais en installer un peu partout à travers la maison pour notre sécurité. Je te montrerai chacune d'entre elles, pour que tu te sentes à l'aise et que tu conserves ton intimité. Désolé, c'est la procédure." Jack essayait de se montrer le plus rassurant possible  et faisait en sorte de la mettre plus à l'aise possible. Lui n'avait qu'un objectif : terminer cette mission au plus vite. Et il fallait qu'ils coopèrent ensemble pour remplir les objectifs qu'il s'était fixé.

"Je ne sais pas si tu es à l'aise avec ça, mais sache que je suis armé. Encore une fois au cas où." Il tâcha d'éviter du regard l'autre sac qui était resté fermé, sans succès. Un arsenal entier s'y trouvait avec armes et munitions. "Ta chambre sera à l'étage et je dormirai sur le canapé. Ce sera plus simple. Mais essaye de jouer le jeu en public ou avec d'autres personnes. Considère toi ici en sécurité et plus à l'aise tout en gardant ton personnage, ce sera plus simple pour toi. Tu veux encore une fois réciter ?"
Il parlait de sa fausse identité, évidemment. Beauregard tourna la tête vers le camion. Tout le chargement de cartons l'attendait et ce n'était probablement pas la jeune femme qui lui filerait un coup de main.

_________________
I will Go down with this ship

I won't put my hands up and surrender
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Owen
≠ L'AGNEAU AUX DENTS DE LOUP
avatar
posts : 85
avatar : Jlaw, la bimbo ♥
crédits : avengedinchains.
multinicks : evie rhodes, la future maman et mariée avortée. rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier
ɷ statut : un cœur à la dérive, en couple avec le charmant Jack Beauregard.
✎ métier : fleuriste, c'est que c'est joli et que ça sent bon ces conneries.
✌ age : vingt sept ans, c'est pas si vieux que ça

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Il faudra acheter des céréales.
relationship:

MessageSujet: Re: Life begins at the end of your comfort zone - Elise   Mer 13 Sep - 3:04


Life begins at the end of your comfort zone
Jack Beauregard

Elle s'était habituée à ces refuges dans lesquels on l'avait cloîtrée des mois durant pour des raisons de sécurités, visiter une belle et grande maison pleine de fenêtre où les rayons du soleil osaient s'aventurer lui faisait du bien, malheureusement elle ne laissait rien paraître. Elle était restée silencieuse tout le long de la visite. L'agente grassouillette avait d'ailleurs fait remarqué au couple qu'il était rare de vendre une maison sans l'avoir faite visiter au préalable et qu'elle trouvait étrange de l'effectuer seulement lors de l'emménagement. Elise elle n'avait pas pipé mot, balançant un regard glacial à la quadragénaire pour seule réponse. Elle déambulait alors dans ce qui allait être chez elle, pour combien de temps, elle l'ignorait, mais l'idée de s'installer ici la réjouissait. C'était un joli quartier qui semblait tranquille, elles lui semblaient si lointaines les maisons de villes à l'architecture victorienne de Chicago. Dieu qu'il l'exaspérait a user de grands mots, à s'efforcer d'être poli et courtois, à faire preuve d'hypocrisie au lieu de balancer cette femme dehors afin qu'ils puissent s'installer. Elle a rapidement repéré ce qui avait le potentiel d'être sa chambre, la maison n'était pas grande et par chance, cette pièce était directement reliée à l'unique salle de bain par un long couloir aménagé en penderies multiples et étagère, un dressing, le rêve de toutes femmes. De plus, elle se trouvait à l'étage et occupait absolument tout l'espace. Elle descendit les escaliers et se dirigea ensuite vers la cuisine où par réflexe elle ouvrir le réfrigérateur. Jack venait de l'appeler afin qu'elle vienne poliment remercier et congédier "Sasha" ses yeux roulèrent dans leurs orbites quand elle l'entendit prononcer son prénom, elle força un sourire quand il la saisit par la taille en déposant un baiser sr son crâne. Elle eut envie de lancer un "Salut" sec et net, mais au lieu de ça elle découvrit ses dents et balançait un "Merci pour tout." tout aussi froid.

A peine la femme avait-elle tourné le dos qu'Elise prit ses distances en se décalant d'un pas de côté, fusillant du regard son complice dans un soupir. Quelle mascarade cela va t-il être encore. Jamais elle n'avait imaginé que repartir de zéro grâce au programme de protection des témoins se passerait de cette manière. Certes elle avait de la chance d'être tombé sur un agent expérimenté et très attirant, mais tout de même. Elle pensait avoir une chance de vivre, d'être libre de ses mouvements. Raté. Le charmant Jack s'activait à décharger le camion blindé de meubles qui semblaient avoir lassé d'anciens propriétaires, elle observait la scène d'un œil attentif, le visage fermé. Puis il revint dans la bâtisse les bras chargés, elle le suivit. Une esquisse de sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme à la remarque qu'il lui fit, oui, elle devait y mettre du sien. Jouer les couples heureux alors qu'elle l'avait rencontré la veille n'était pas chose aisée pour Elise. Le léger sourire qu'elle affichait montrait son désir de coopération, elle tâcherait de faire au mieux afin que tout se passe bien. "Qu'est-ce que... ?" demanda t-elle en s'approchant de son protecteur les yeux plissés, pupilles fixées sur l'écran de son téléphone portable. La surprise dû se lire sur son visage. Comment ça, s'il n'est pas dans les environs ?! se demanda t-elle. Mais avec qui est-ce que j'ai emménagé, c'est quoi cet agent ?! un brin de panique la gagna, mais encore une fois elle ne laissa rien paraître, n'écarquillant pas même ses billes bleues à l'écoute de ses propos.

Elle se pencha légèrement sur l'énorme sac couleur caca d'oie qu'il venait d'éventrer et dans lequel se trouvait quelques bijoux de technologie indispensables à une bonne surveillance de témoin en danger. Caméras, micros et quelques gadgets dont elle ignorait même l'utilité. Elle passa ses cheveux derrière ses oreilles en observant attentivement Jack, sans sourciller une fois encore, plus attentive que jamais. S'il avait fait attention, il aurait dû voir qu'elle se trouvait captivée, pas par ce qu'il racontait, par ce qu'il dégageait. Ce fut bref, mais quand même. "Des armes." elle répéta après lui d'une voix plate en se redressant. Son père, qui pourtant se trouvait être sino-américain était un républicain, possédait des armes et avait déjà eut le loisir de faire essayer à sa petite Natalie les armes qu'il possédait, cela même quand elle était encore enfant. Les armes ne l'effrayaient pas, non, elle avait grandit avec et vécu avec un homme armé des années durant. Un instant elle se demande si le canapé que leur avait refilé le F.B.I était convertible, mais sa question resta en suspens quand, tel un maître d'école qui demande à son élève de réciter la leçon, Jack lui demanda de "raconter" son histoire. The girl has no name. Mens assez bien pour qu'ils te croient.

"Je m'appelle Elise, Alice Owen. Je suis originaire de la Nouvelle Orléans et toute ma famille y réside. Ce qui selon-moi est complètement stupide puisque je parle couramment le mandarin et l'allemand, mais ce n'est qu'un détail. Nous sommes venus nous installer ici pour fonder une famille et parce que la Californie c'est génial." elle récitait cela sans grand enthousiasme et n'hésitait pas à se montrer quelque peu sarcastique. Cela l'inquiétait de devoir mentir sur son lieu de naissance, jamais elle n'avait mit les pieds dans le berceau du jazz, elle ne parlait même pas un mort de français. Une main posée sur sa hanche, l'autre dissimulée dans sa masse capillaire blonde et ondulée elle réfléchit. "Je suis devenue fleuriste parce que... Parce que mon petit ami est tellement riche que je n'ai pas besoin de travailler, mais que j'ai besoin d'occuper mes journées afin d'éviter de dépendre de lui financièrement." de nouveau de la mauvaise volonté, en prenant une profonde inspiration la petite blonde tentait de s'appliquer au mieux. "Je ne me souviens plus de notre rencontre, en avons-nous seulement déjà discuté ?" elle avait glissé ses mains sur son visage, sa voix avait été étouffée par ces dernières et quand elle décida de les en retirer son regard semblait pétiller, comme-ci elle venait de reprendre vie. "Je pensais que le F.B.I nous fournirait une maison avec deux chambres, non pas que cela me dérange que v... T-t-tu décides de dormir dans le canapé, loin de là." au rez de chaussée, se disait-elle, il serait plus efficace si jamais l'équipe se mettait en tête d'intenter à ses jours. Il serait en première loge. Elle grattait le sommet de son crâne en observant son complice avec attention. "Je t'interdis de critiquer mon jeu d'actrice, j'essaye de me faire de mon mieux, tu ne me facilite pas la tâche." il ignorait sans doute absolument tout des mauvais traitements qu'elle avait subit de la part des hommes, un en particulier,et donc, ne pouvait certainement pas comprendre la difficulté qu'elle éprouvait à jouer la comédie avec un homme qu'elle venait à peine de rencontrer. Elle donna un léger coup de pied dans le second sac couleur caca d'oie qui se trouvait à proximité tout en se dirigeant vers l'entrée de la maison où la porte était restée grande ouverte. "Au fait, tu as l'air stupide quand tu prends ta voix mielleuse !" qu'elle raillait, moqueuse en l'imitant grossièrement. "Chérie ! Viens faire un bisou Sasha !" elle se racla la gorge. "Je l'ai trouvée envahissante et intrusive. Je n'avais pas envie de me montrer désagréable." l'aimable Elise, l'agneau aux dents de loup, dans toute sa splendeur : pauvre petite créature perdue entre deux mondes.

_________________
Listen, I would take a whisper if that's all you had to give but it isn't, is it ? You could come and save me and try to chase the crazy right out of my head.
I don't let people in

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Beauregard

avatar
posts : 54
avatar : B. Cooper
crédits : ΛLDEBΛRΛN ; tumblr
ɷ statut : En couple avec Elise Owen et leur canapé
✎ métier : Officiellement autoentrepreneur, officieusement agent fédéral oeuvrant pour le service de protection des témoins
✌ age : 37 yo

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Bye-bye 'Elise' !
relationship:

MessageSujet: Re: Life begins at the end of your comfort zone - Elise   Mer 13 Sep - 21:49


Life begins at the end of your comfort zone
Elise Owen



Jack l'écoutait en silence, hochant la tête comme pour la confirmer dans ses récitations, alors qu'il rangeait le matériel sensible dans le sac, refermant la fermeture éclair pour éviter de le laisser à la vue de tous. Il fallait reconnaître qu'à défaut de tout prendre à coeur -rien de plus normal- les efforts de la jeune femme étaient perceptibles. Peut-être se jouait-elle de lui, mais Nat.. Elise semblait déterminée à s'en sortir. Beauregard avait tendance à faire confiance naturellement, comme on le lui avait appris toute sa vie. Il avait toujours placé sa vie entre les mains de personnes qu'il ne connaissait parfois ni d'Eve, ni d'Adam et en avait toujours accepté les conséquences. Mais Jack n'était plus un Marine, et sans toutefois se méfier de sa "compagne", il était dur de faire confiance à une personne que l'on avait rencontré la veille. Pour l'instant, il lui accordait le bénéfice du doute : la réussite de la mission -à savoir, la survie de la jeune Elise- était sa priorité absolue. L'agent tiqua toutefois, piqué par le sarcasme de la jolie blonde, la laissant toutefois évoquer le souvenir de leur rencontre. "Si seulement je pouvais être aussi riche dans la vie de tous les jours ..." laissa-t-il échapper avec un sourire malicieux "J'ai raté ma vocation... quant à notre rencontre ..." Jack réfléchir quelques instants "Je ne sais pas. A la fac ? Mmh, non, sait-on jamais si quelqu'un vient de là-bas. Et puis, y a la différence d'âge. J'aurais pu être l'un de tes clients pour le lancement de start-up ?" Il s'y croyait vraiment. Pour rien au monde, il n'aurait changé de vie. Malgré les blessures, les absences, Beauregard tirait une véritable fierté de son parcours professionnel. C'était ce qui l'avait construit et fait devenir ce qu'il était, après une adolescence pourtant mal engagée. "En tout cas, merci." confessa-t-il. "Tes efforts sont agréables à entendre et j'aime voir que tu t'impliques. Ca facilitera les choses pour tout le monde. Je sais que ce ne sera pas facile à vivre pour toi, mais je tâcherais de tout faire pour te rendre la vie plus facile et faire mieux avaler la pilule, si tu me permets l'expression" Jack n'était pas connu pour mettre les formes et parfois son franc-parler d'ancien sous-officier refaisait surface. Elise en ferait probablement les frais à un moment ou un autre.

"Le FBI nous fournit déjà la baraque et les meubles alors qu'ils ont refusé mon augmentation. Je comprends qu'ils ont le sens des priorités et visiblement, ce n'est pas le confort de leurs agents ..." s'amusa-t-il. "Mais si tu veux prendre ma place, dis-le moi vite avant que je ne m'installe !" Jack était presque touché par l'attention de la jeune femme vis-à-vis de son confort. Non pas qu'il y était particulièrement attaché, il était même plutôt rustique comme bonhomme. Mais nul doute que la dureté du canapé finirait par user ses nerfs. Il profita de la courte absence de la jeune femme pour vérifier rapidement ses armes, trouvant tout en ordre, comme à son habitude. L'agent ne put s'empêcher de rouler des yeux lorsqu'elle lui reprocha son jeu d'acteur. Il la laissa finir, plus par politesse et galanterie qu'autre chose, avant de prendre la défensive. "Oui, elle était chiante. D'accord. Et tu aurais aussi pu quitter ton rôle d'adolescente mal lunée et en crise. Mais je te rappelle que moi non plus, je ne suis pas acteur. Juste pour mettre les choses au clair, je suis ici pour ta sécurité avant tout. D'accord ? Je te rappelle aussi que tu as choisi d'être ici. Alors oui, je ne suis pas di Caprio. Mais je fais de mon mieux." Jack se calma un petit peu. "Je suis conscient des efforts que tu dois faire. Des choses que tu souhaites oublier. Des sacrifices que tu dois consentir." Jack se rapprocha d'elle pour limiter la distance qui les séparaient. Sa voix s'était radoucie. "En fait non. Je ne peux pas imaginer ce que tu as vécu. Par contre, je peux essayer de comprendre. Mais il faut que tu prennes conscience que nous sommes deux. Et que ce n'est qu'avec une confiance réciproque et des efforts que nous pourrons nous en sortir." Jack lui prit la main. "Je te promets d'être un colocataire le plus discret et exemplaire possible, je rangerai même mes chaussettes dans la corbeille à linge et sortirait les poubelles si tu veux. Alors, on joue le jeu ?" Un léger sourire s'étira sur ses lèvres.

_________________
I will Go down with this ship

I won't put my hands up and surrender
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Owen
≠ L'AGNEAU AUX DENTS DE LOUP
avatar
posts : 85
avatar : Jlaw, la bimbo ♥
crédits : avengedinchains.
multinicks : evie rhodes, la future maman et mariée avortée. rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier
ɷ statut : un cœur à la dérive, en couple avec le charmant Jack Beauregard.
✎ métier : fleuriste, c'est que c'est joli et que ça sent bon ces conneries.
✌ age : vingt sept ans, c'est pas si vieux que ça

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Il faudra acheter des céréales.
relationship:

MessageSujet: Re: Life begins at the end of your comfort zone - Elise   Mer 13 Sep - 23:53


Life begins at the end of your comfort zone
Jack Beauregard


Elle se trouvait surprise de la capacité qu'avait Jack de réussir à passer au dessus de sa mauvaise humeur récurrente, accablante même. L'aplomb dont il venait de faire preuve pour répondre à sa critique sur leur jeu d'acteur médiocre lui avait presque arraché un sourire moqueur. Il n'était pas le genre d'homme qu'elle avait eut l'habitude de fréquenter et à vrai dire, elle était consciente qu'il pourrait facilement la mettre mal à l'aise. Ses attentions calculées à son égard la déstabilisaient plus que de raison, elle savait que c'était un jeu auquel elle aurait du mal à se prêter et le voir les manipuler si aisément la troublait. Redoubler d'efforts afin de ne pas lui accorder si facilement sa confiance, voilà ce qu'elle se mit en tête. Elise venait de cataloguer le trentenaire dans la case "manipulateur", qui était-elle pour juger qui que ce soit ? Pourtant son instinct primaire lu'y obligeait. Méfiance est mère de sureté, non ? Elle haussa un sourcil en guise de réponse quand il lui évoqua la distribution des lieux de repos, par ce regard elle lui fit comprendre, du moins elle avait tenté, que la chambre serait sienne et qu'elle ne la partagerait sous aucun prétexte. Un dressing qui mène directement à la salle de bain, ça ne se partage pas.

La jolie blonde se trouva rassurée d'entendre son complice se plaindre également de l'agente immobilière à qui il venaient d'avoir à faire. Le F.B.I étaient très mauvais en matières d'immobilier, de mobilier mais également de logistique, elle se demanda si l'organisation pensait réellement qu'ils partageraient la même couche sans sourciller. Puis Léonardo Di Caprio lui arracha un rire franc et sonore avant qu'elle ne se reprenne en couvrant ses lèvres de ses doigts, reprenant ainsi son air pincé habituel. Elle battait des paupières quand elle le vit s'approcher lentement, tel un lion prêt à bondir sur une gazelle, son malaise était presque palpable pourtant elle ne laissa rien paraître. Quel effort c'était là de devoir intérioriser absolument tout ce qu'elle ressentait, jamais de sa vie elle n'avait eut à prendre sur elle de cette manière, s'en était fatiguant. Elle se haïssait de régir de la sorte et de fournir de tels efforts, vraiment. Le discours que tenait le bel agent savait manier les mots, ses paroles étaient aussi douces que son visage à vrai dire et le temps d'un instant, elle se laissa persuader qu'il comprenait ce qu'elle était en train de vivre. L'envie d'abandonner librement sa confiance à cet homme se faisait grandissante, mais la réalité la rattrapa. Elle ne lui fera confiance que lorsqu'il l'aura mérité. Sale gamine gâtée.

"A t-on réellement le choix ?" rétorqua t-elle froidement en reprenant sa main sèchement, lui adressant un rapide sourire forcé en se dirigeant vers le camion et les nombreux cartons disposés pour la plupart sur les quelques meubles que le F.B.I leur avait donnés. "Seigneur vivement qu'on en achète de nouveaux..." qu'elle soupirait en empilant quelques boîtes les unes sur les autres pour les transporter jusque sous le perron, non-loin d'où Jack se tenait. Elle l'avait entendu la suivre brièvement après qu'elle ait reprit sa main en jetant un froid. Qu'elle est doué, bientôt on la surnommera La Reine des Neiges. Elle s'arrête un instant en glissant de nouveau de petites mèches blondes derrière ses oreille, levant le nez dans sa direction. Déjà essoufflée par ce pauvre trajet de quelques mètres. "Je préfère dire que notre rencontre a eut lieue dans un aéroport, ce qui, finalement, n'est pas faux. Tu as trébuché sur ma valise en homme d'affaires pressé que tu es et tout est parti de là." elle haussa les épaules en se pinçant les lèvres, à vrai dire elle ne lui proposait pas cette option, elle la lui imposait. Les amours d'aéroports l'ont toujours inspirée et dieu seul sait pourquoi. Dans un soupir elle retournait près du camion afin de rapporter de nouvelles boîtes et cartons. Elise n'avait pourtant pas beaucoup d'affaires en sa possession, ce n'étaient pas non plus les paires de chaussures qui remplissaient ces boîtes, mais de nombreux livres et quelques cassettes VHS et un magnétoscope - qu'elle s'était offert quelques mois plus tôt - qui prenaient le plus de place. Les classiques dira t-elle. "Je pense qu'il serait préférable que l'on se fixe immédiatement des règles, histoire que notre..." elle baissa d'un ton "collocation, se passe bien." dans un nouveau soupir elle s'arrêtait près des boîtes qu'elle continuait d'empiler. Des règles, une base qui ne peut que leur permettre de convenablement cohabiter. Elle ne semblait peut-être pas aimable, mais une fois lancée, ce qu'elle était bavarde. "Ma chambre est uns sanctuaire, tu n'y mets pas les pieds." la seule et unique salle de bains se trouvant être reliée à sa chambre, le deal s'annonce compliqué. "Tu as le droit de la traverser, uniquement avant que j'aille travailler, et ne fouille pas mes affaires." c'est qu'elle était autoritaire cette gamine, elle se prend presque au sérieux se moquant de ce que pourrait penser son complice. La cohabitation s'annonce peut-être plus compliquée qu'elle n'y paraît finalement. "Je ne cuisine pas pour toi, je ne suis pas ton esclave et je pense qu'une sortie publique par semaine devrait faire la farce. Tu ne me touches pas, tu ne me tripotes pas, et n'essaie pas de m'embrasser. Voit ça comme une relation d'adolescents catholiques et abstinents. On n'est pas mariés, on ne se touche pas." quelle rabat-joie cette Elise, mais peut-être avait-elle déjà consciente de quelque chose, quelque chose qui la forçait à prendre des distances plus que nécessaire et de se montrer affreuse.

_________________
Listen, I would take a whisper if that's all you had to give but it isn't, is it ? You could come and save me and try to chase the crazy right out of my head.
I don't let people in

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Beauregard

avatar
posts : 54
avatar : B. Cooper
crédits : ΛLDEBΛRΛN ; tumblr
ɷ statut : En couple avec Elise Owen et leur canapé
✎ métier : Officiellement autoentrepreneur, officieusement agent fédéral oeuvrant pour le service de protection des témoins
✌ age : 37 yo

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Bye-bye 'Elise' !
relationship:

MessageSujet: Re: Life begins at the end of your comfort zone - Elise   Ven 15 Sep - 19:10


Life begins at the end of your comfort zone
Jack Beauregard


Avec le refus de la jeune femme, Jack esquissa brièvement une moue déçue. Leur cohabitation s'annonçait sous les meilleures augures. L'agent resta quelques instants interdit sur le perron, tandis qu'il observait la silhouette d'Elise s'éloigner vers le camion. Si elle restait ainsi braquée à son encontre, tâchant de ne faire que le strict minimum, nul doute qu'elle arriverait à pousser Jack à saturation, ce qui n'était pas la meilleure des idées. Il soupira longuement et se ressaisit. Il avait une mission. Elle était devant ses yeux. Plus vite il la terminait, plus vite il parvenait à arriver à ses fins et plus vite il oublierait tout ça. Beauregard n'avait eu que peu de temps pour étudier le cas Phelan, mais avait réussi à tirer quelques conclusions hâtives. Si jamais la mafia arrivait à remonter sa trace -le FBI n'était pas à l'abri des fruits pourris-, Jack était persuadé qu'ils enverraient des hommes de main la réduire au silence. Le vétéran serait là pour les attendre et remonter la piste à l'envers. Elise, un appât ? Elle fit son apparition en posant quelques cartons sur le perron de leur petit pavillon et l'écouta en silence lui proposer ses idées de rencontre. Un amour d'aéroport ? Pourquoi pas, Jack haussa les épaules silencieusement en guise d'acquiescement. A y réfléchir, il aurait volontiers troqué le temps d'une soirée ses chemises pour l'uniforme d'un pilote de ligne. Déjà que celui des Marines lui seyait plutôt bien....

Beauregard s'affaira en silence au déménagement, effectuant des allers et retours les mains emplies de meubles impersonnels et de quelques rares cartons. Même si elle voulait faire la gueule, Jack se devait d'être disponible pour elle à n'importe quelle heure du jour et de la nuit. Et avec le sourire, de préférence. Il se promit intérieurement de faire un effort et de ne pas laisser ses penchants de sous-officier grognard et grande gueule reprendre le dessus. Après tout, ils ne s'étaient rencontrés que depuis peu. Il lui faudrait un peu de temps pour apprivoiser la farouche Elise, qu'elle lui accorde sa confiance. Jack était prêt à le lui donner. Il sortit de sa torpeur suite à l'intervention de la jeune femme, qui lui déclarait derechef qu'il faudrait instituer des règles entre, afin que leur colocation se passe bien. "Des règles ?" s'étonna-t-il, surpris. Il la laissa déblatérer en silence, se rendant compte que le principe ne lui avait même pas effleuré l'esprit. Non pas à ce qu'il s'attendait de partager sa couche -quoique- mais il pensait qu'elle mettrait tout de même le minimum de bonne volonté nécessaire pour ne pas griller leur couverture dès le début. L'énumération, sans fin, hérissa le poil de l'agent fédéral. Non mais quelle pimbêche, pour qui se prenait-elle pour le prendre ainsi de haut. "C'est bon, tu as finis ?" Beauregard croisa les bras sur sa poitrine, sa chemise s'entrouvrant légèrement. "Bien, à mon tour maintenant. Primo, ma douche, je la prendrais à l'heure que je veux en prenant bien sûr en compte ton intimité. Secundo, ta chambre, j'y accède quand je veux si j'estime que ta sécurité est en jeu. Et au cas où si tu ne l'as pas compris, tes affaires sont mes affaires et inversement. Tu ne t'octroyes pas l'étage entier car nous sommes un couple et c'est que nous devons montrer aux yeux de tous. Que ça te plaise ou non." Jack laissa la pression redescendre. "De toute façon, tu n'es pas mon genre." laissa-t-il échapper en réponse aux véhémences féminines. Quel horrible menteur. Jack espérait que son visage ne trahirait pas ce qu'il disait. Elise était bien évidemment du genre de l'agent, qui avait toujours eu un faible pour les blondes. Il s'était même surpris ces dernières heures à la chercher du regard dès qu'elle s'absentait un peu trop longtemps. Sens du devoir ? Conscience professionnelle ou bien ... ? "C'est noté pour la sortie par semaine. En parlant de ça, si jamais l'envie te prend d'aller voir ailleurs, merci de faire ça à l'hôtel et pas au-dessus du salon." Jack la planta là pour se diriger vers le camion décharger quelque chose de lourd, afin de le calmer. Leur première dispute de couple, si c'était pas mignon.

Beauregard calma ses nerfs en finissant de ranger le camion. Comme à son habitude, il s'en voulut quelques minutes plus tard de s'être ainsi laissé emporté, perdant pitoyablement au jeu de provocation d'Elise. Ils avaient finis de décharger le camion, qui au final, n'était pas si rempli que ça. Lui n'avait que peu de vêtements et d'objets personnels, si ce n'étaient quelques livres et un ordinateur portable. La jeune femme était à l'étage tandis qu'il s'affairait sur ses caméras de surveillance, détecteurs de mouvement et alarmes sonores. L'agent leva les yeux lorsqu'il entendit les pas d'Elise craquer sur le parquet au-dessus de lui. Il y était peut-être allé un peu fort. Devait-il aller la voir ? Ou lui faire comprendre pendant quelques heures encore qu'à force de s'y frotter, on finissait également par s'y piquer. Son instinct lui intimait de la laisser mariner encore quelques instants, tandis que sa raison prit le dessus. Et c'est un Jack penaud qui grimpa les escaliers avant de se signaler à la porte de la jeune demoiselle par trois coups brefs. "Je peux entrer ?" demanda-t-il poliment. Il attendit patiemment et sagement la réponse de la jeune femme avant de s'appuyer contre le chambranle de la porte. "Excuse-moi" On aurait dit un enfant mis devant le fait accompli. "Je crois que nous ne sommes pas partis du bon pied, tu permets qu'on reparte à zéro ?" demanda-t-il d'un air interrogateur. "Ca c'est moi, Jack Beauregard, 37 ans. Je suis auto-entrepreneur la semaine et agent fédéral la nuit et le dimanche. Je peux également être parfois un vieux con aigri, impulsif, arrogant et bougon mais c'est moi. Le vrai moi, pas un jeu d'acteur stupide. Mais je peux aussi d'être agréable compagnie et pas trop chiant si on me laisse un peu faire. Du coup, j'me demandais si une pizza te tentait, j'allais commander." Il resta quelques instants silencieux, plantant son regard acier dans les yeux de la jeune femme. "Comme ça, tu n'auras ni à faire la cuisine, ni à la manger avec moi si tu veux."

_________________
I will Go down with this ship

I won't put my hands up and surrender
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Owen
≠ L'AGNEAU AUX DENTS DE LOUP
avatar
posts : 85
avatar : Jlaw, la bimbo ♥
crédits : avengedinchains.
multinicks : evie rhodes, la future maman et mariée avortée. rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier
ɷ statut : un cœur à la dérive, en couple avec le charmant Jack Beauregard.
✎ métier : fleuriste, c'est que c'est joli et que ça sent bon ces conneries.
✌ age : vingt sept ans, c'est pas si vieux que ça

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Il faudra acheter des céréales.
relationship:

MessageSujet: Re: Life begins at the end of your comfort zone - Elise   Ven 15 Sep - 20:49


Life begins at the end of your comfort zone
Jack Beauregard


Aïe. Elise ne s'était pas attendue à ce qu'il riposte, cela peut sembler stupide et pourtant c'est la stricte vérité. La jolie blonde ne s'attendait pas non plus à ce qu'il se laisse faire. Elle testait les limites, telle une enfant en bas âge. Elle s'était offusquée au moment même où il avait ouvert la bouche pour protester. Ses sourcils s'étaient froncés et son nez s'était plissé. Que c'est compliqué de contenir ses émotions et elle l'a réalisé au moment même où Jack a décidé de la calmer. Une enfant gâtée et vexée lui faisait face. Quand à sa remarque sur le fait qu'elle ne lui plaisait pas particulièrement ce fut la goûte de trop, comment pouvait-il se permettre de lui mettre ça en pleine figure et gratuitement qui plus est. Ses bras s'étaient alors croisés contre sa poitrine alors que son regard quittait un instant les prunelles du trentenaire afin de se perdre entre les boutons ouverts de sa chemise. Quel salaud, se disait-elle pour se ressaisir. Ce qu'il vint ajouté au sujet de potentielles conquêtes en finit de l'achevé. Sérieusement ? se dit-elle de nouveau en lançant un regard méprisant à l'agent fédéral en laissant échapper un soupir. Fugitive et en chaleur, mais que prend t-il pour dire de pareilles choses celui-là ?! Elle hocha la tête brièvement alors que le bout de ses doigts se posait sur ses lèvres, elle concentra toute sa sagesse Jedi afin de ne pas lui exploser à la figure. Elle se saisit des quelques cartons qui portaient son nom et le bouscula en passant la porte pour finir par disparaître à l'étage.

Elle fulminait la gamine, c'était un tout. Elle décidait de le laisser gérer les reste du chargement du camion, préférant s'isoler dans sa chambre et ranger calmement ses affaires. S'en était trop pour une première journée, elle en vint à se demander si la cohabitation n'allait pas être plus compliquée que ce qu'elle pensait, changer d'agent de protection, mais vous savez ce qu'on dit : "On sait ce qu'on perd, jamais ce qu'on gagne" et Elise en avait conscience. La jolie blonde profita que le bellâtre soit occupé avec ses boîtes pour monter à l'étage le cadre du lit et le sommier. Non sans difficultés d'ailleurs, mais pas fierté elle préféra ne rien demander à Grincheux. Elle s'affairait à monter le cadre en bois de son mieux et pour une jeune femme n'ayant jamais bricolé de sa vie elle ne s'en sortait pas trop mal, une fois chose faite elle y installait le sommier puis s'occupa de ses cartons. Elise s'était assise en tailleur sur le sol de la chambre, entre la porte qui menait aux escaliers et celle de la penderie, dans ces boîtes elle retrouvait des vêtements qu'elle n'avait plus eut l'occasion de porter, certain même sentaient fortement le renfermé. Après les avoir pliés un par un elle les intégra dans son côté - qui prenait la majorité des étagères d'ailleurs.

Alors qu'elle était retournée s'assoir afin de déballer son magnétoscope et ses VHS - ce qui lui fit regretter le temps des vidéos-clubs et la trilogie du samedi - dont la trilogie originale des films "Scream" de Wes Craven qu'elle tenait entre ses mains elle tendit l'oreille, les marches des escaliers avaient craquer et elle entendait du mouvement, Jack était en approche. Elle prit une profonde inspiration la blonde, s'était déjà calmée, mais se demandait tout de même si elle était prête à affronter le vilain et grincheux Jack. Elle tendit le bras et tira la porte vers elle après l'avoir entendu frappé sans même lui répondre quoi que ce soit. Le ragard dur qu'elle lui lança s'adoucit presque immédiatement face à son visage de garçon perdu. Ce regard qui la mit presque mal à l'aise. En mordant l'intérieur de sa joue elle répondit par l'affirmative en hochant brièvement la tête, déposant sur les lames de parquet les cassettes VHS qu'elle tenait dans sa main. C'est en se mordant les lèvres qu'une nouvelle fois elle a hoché la tête, repartir de zéro, pourquoi pas. "Enchantée, Jack." articula t-elle dans un léger sourire, sa présentation était amusante à ses yeux, c'était là une ben drôle de manière de faire table rase du "passé", une façon amusante de repartir du bon pied. Elise ne saurait le repousser indéfiniment, même si par le passé elle s'est faite avoir à de nombreuses reprises, son caractère veut qu'elle laisse une chance aux gens. Baise-moi mal une fois honte à toi, baise-moi mal deux fois honte à moi. Elle avait fait en sorte de fuir son regard tout le long de sa tirade de crainte qu'il ne la voit esquisser un sourire ou pire, sourire tout simplement. Mais avec la pizza il la prenait par les sentiments.

"Pizza et tequila." dit-elle alors que le regard de Jack captait le sien, elle resta là, comme une idiote à le fixer, déstabilisée, cherchant à tâtons la bouteille de San Rosé qu'elle avait réussit à glisser dans une boîte avec son magnétoscope. La recherche fut vaine alors elle laissa échapper un léger rire nerveux en baissant le nez dedans afin d'en sortir sa bouteille. "Alcool de contrebande, je sais, mais j'emmerde le F.B.I. et sa prohibition." lança t-elle sans lâcher ce léger sourire qui laissait apparaître une rangée bien droite de dents aussi blanches que des perles. La jolie petite blonde s'était redressée afin de venir serrer la main de son acolyte, tenant fermement sa bouteille d'alcool dans l'autre. "Une pizza c'est fait pour être partager, ce serait triste qu'on mange chacun de notre côté." la nourriture rapide et surtout la pizza se trouvait être son péché mignon, la tequila se trouvait en être un autre. Pourtant avec ses origines siciliennes et chinoise, la fugitive se trouvait être un véritable cordon bleu, que c'est dommage de ne pas exploiter ces talents. Leur collocation ne s'annonçait peut-être pas si mal que ça finalement. Jamais elle n'aurait osé proposé à Jack de dîner avec elle, par fierté mal placée sans doute. "Je veux une calzone !" s'exclama t-elle alors qu'elle secouait la main de Jack qu'elle serrait d'avantage excitée comme une puce à l'idée de remplir son estomac d'un met sois disant italien. Pour peu elle se serait mise à danser, au lieu de ça elle se ressaisit, récupérant sa main doucement en se grattant le sommet du crâne. "J'aurais besoin de ton aide pour monter le matelas au fait..." et ce fut ainsi qu'elle formula sa première demande presque polie. Il lui en aura fallu du temps pour se montrer un tant soit peu polie. Elise lui passait devant en tentant d'ôter le bouchon en forme de cactus qui fermait la bouteille, elle descendit les marches rapidement à la recherche d'un prospectus de livraison de pizza en faisant sauter le bouchon de la tequila dans un "POP" sonore. "Yeaaaaaah !" elle réussit alors à envisager l'idée même se de détendre un petit peu, en compagnie de ce charmant Jack. "Dis-moi, Jack !" se mit elle à criée à travers la maison : "Des caméras seront aussi installées dans la chambre ?"

_________________
Listen, I would take a whisper if that's all you had to give but it isn't, is it ? You could come and save me and try to chase the crazy right out of my head.
I don't let people in

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Beauregard

avatar
posts : 54
avatar : B. Cooper
crédits : ΛLDEBΛRΛN ; tumblr
ɷ statut : En couple avec Elise Owen et leur canapé
✎ métier : Officiellement autoentrepreneur, officieusement agent fédéral oeuvrant pour le service de protection des témoins
✌ age : 37 yo

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Bye-bye 'Elise' !
relationship:

MessageSujet: Re: Life begins at the end of your comfort zone - Elise   Sam 16 Sep - 10:27


Life begins at the end of your comfort zone
Jack Beauregard


"Tequila ?!" s'étonna-t-il en se perdant dans les yeux de la jeune femme. Il l'observa chercher à tâtons la bouteille de contrebande dans son carton, étirant son sourire devant l'imagination de la jeune femme et à l'évocation du FBI. Jack était loin d'être service-service, jugulaire-jugulaire et petit doigt sur la couture du pantalon face au règlement du bureau fédéral. Il s'en était même écarté plusieurs fois, ainsi que de la loi et de la sacro-sainte procédure administrative et légale, lui valant quelques coups d'éclat mais également quelques belles réprimandes officielles. "Mais qui boit de la tequila en mangeant de la pizza ?!" laissa-t-il échapper en chuchotant alors que la jeune femme s'échappait de la chambre en descendant les escaliers. Beauregard avait toujours eu un mauvais rapport avec cet alcool qui le lui rendait bien. Grâce au breuvage mexicain, il avait hérité d'un début de tatouage foireux sur la fesse droite et un mal de crâne carabiné le lendemain matin. Jack l'accompagna en bas des escaliers tout en se surprenant de la réaction enjouée d'Elise qui contrastait nettement avec son comportement ultérieur. Se jouait-elle de lui, ou avait-elle une idée derrière la tête ? Il était ravi qu'elle accepte sa proposition, et de repartir sur de bonnes bases, mais il ne s'attendait pas à ça. L'agent fédéral se dit que décidément, la jeune femme était pleine de ressources, et avait réussi à le surprendre par son comportement plusieurs fois depuis qu'ils étaient ensemble. Il se devrait de faire plus attention à elle, son comportement impulsif pourrait les conduire dans une situation malsaine là ou ils devaient plutôt faire profil bas. Qu'importe, il se débrouillerait.

Jack arriva en bas des escaliers et la rejoignit dans la cuisine ou Elise s'affairait à trouver des verres et chercher le prospectus du livreur de pizzas. Le vétéran se connaissait et il faudrait qu'il fasse attention avec l'alcool. Il ne pouvait se permettre de prendre une cuite alors que la vie d'Elise était en jeu de manière permanente mais il avait la mauvaise habitude de ne pas savoir s'arrêter. "Non, bien sûr que non." la rassura-t-il. Jack fit un crochet par le salon pour aller récupérer son ordinateur portable, revenant ensuite vers le comptoir de la cuisine américaine. "Commande-moi une quatre fromages, s'il te plaît. Et quelques bières s'ils ont aussi." lui demanda-t-il alors qu'il pianotait sur son ordinateur, cherchant un plan de l'appartement. "Tiens, regarde. C'est ce qu'il y aura de terme de dispositif de surveillance dans la maison. Ni caméra ou micro à l'étage, mais des alarmes anti-intrusion aux fenêtres. Il y aura par contre des caméras à l'extérieur. Et je tiens à ce que tu aies ça avec toi en permanence" Jack sortit de sa poche un porte-clé façon petite lampe fabriquée en cours de technologie de 3ème. "Appuie 3 fois dessus rapidement et je recevrais l'alarme sur son smartphone. La portée de ce gadget n'est pas extra mais cela devrait couvrir Monterey." Il la laissa prendre connaissance des installations. "Quant à moi, je serais armé en permanence et disponible en bas, au moindre souci, tu n'hésites pas et je rapplique." Elle ne pensait tout de même pas qu'il la suivrait dans ses moindres faits et gestes ? Ils se devaient de donner le change et quoi de plus louche qu'un couple toujours fourré ensemble. Cela attirerait forcément les remarques. Pour donner le change, Elise et Jack devraient se montrer comme étant des personnes les plus lambda possible.

"Ca arrive ces pizzas ou quoi ?" pesta-t-il amicalement en se saisissant d'un verre de tequila. Il leur manquerait le citron et le sel mais qu'importe. "Du coup, je suppose que nous buvons à notre pendaison de crémaillère ? Et pourquoi pas aussi à notre nouveau départ ?" Ils trinquèrent et Jack but son verra en ramenant la tête en arrière. Le gout du breuvage et la chaleur descendant jusqu'au fond de son estomac firent qu'il grimaça de dégoût. Décidément, il n'arrivait pas à aimer ça. "Dis, je peux te poser une question ?" C'était plus rhétorique qu'autre chose. "Avec tout ce qu'on a aujourd'hui, pourquoi tu t'encombres avec des VHS et un magnétoscope ? Je veux dire, pendant que tu t'affairais là-haut, je nous ai pris un abonnement à netflix, alors ... c'est sentimental ?" L'agent se montrait peut-être intrusif, mais il tenait à comprendre la personnalité de la jeune femme avec qui il allait partager les prochains mois de sa vie. Lui-même n'était pas tout blanc et avait également ses petits secrets. Jack avait du mal à s'impliquer émotionnellement et à révéler tous les aspects de sa personnalité. A vrai dire, il appréhendait leur cohabitation. Jack n'avait jamais passé autant de temps avec une femme....

_________________
I will Go down with this ship

I won't put my hands up and surrender
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Owen
≠ L'AGNEAU AUX DENTS DE LOUP
avatar
posts : 85
avatar : Jlaw, la bimbo ♥
crédits : avengedinchains.
multinicks : evie rhodes, la future maman et mariée avortée. rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier
ɷ statut : un cœur à la dérive, en couple avec le charmant Jack Beauregard.
✎ métier : fleuriste, c'est que c'est joli et que ça sent bon ces conneries.
✌ age : vingt sept ans, c'est pas si vieux que ça

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Il faudra acheter des céréales.
relationship:

MessageSujet: Re: Life begins at the end of your comfort zone - Elise   Dim 17 Sep - 23:19


Life begins at the end of your comfort zone
Jack Beauregard


La jolie petite blonde se trouvait soulager d'entendre qu'elle conserverait un minimum d'intimité tout en étant protégée, loin d'elle était l'idée qu'il aurait pu se visionner en solo les enregistrements de sa chambre. Trop naïve et pourtant tellement sur la défensive. Elle vérifierait par elle-même dans la semaine, au cas ou, après tout il était possible que Jack lui mente à ce sujet. Paranoïaque la môme. Elle s'était activé afin de trouver le numéro de la pizzeria la plus proche et le menu, c'était amusant de constater qu'elle était perspicace spécialement lorsqu'il s'agissait de nourriture. Le coup de téléphone ne dura pas longtemps et le temps de livraison annoncé était d'une bonne demi heure durant laquelle Elise et Jack auraient le temps de prendre quelques verres de ce doux breuvage mexicain qui lui faisait si facilement tourner la tête. Naturellement elle avait insisté sur l'importance du pack de bière qui ne devait pas être oublié, c'est qu'elle s'était montrée autoritaire la gamine. Elle prenait le risque de trop en dire, de dévoiler des choses dont elle n'avait pas envie de parler en ingurgitant la mixture, mais cela lui était égal. Se détendre était son objectif premier, elle avait trouvé le temps long à bouder et ranger son armoire, de plus il lui restait toujours son magnétoscope et ses cassettes VHS à installer quelque part et elle ignorait où elle pourrait les mettre. Elise songea à aller acheter des étagères le lendemain à la première heure avant de se rendre à la boutique de fleurs.

L'agent fédéral semblait être une base de données énorme et depuis qu'ils avaient passés cette porte et s'étaient retrouvés seuls il n'avait eut de cesse de lui balancer tout un tas d'informations qui lui avaient échappées pour la plupart. Les plus importantes avaient sans nul doute été enregistrées dans un coin de sa tête. Alors elle hochait la tête et s'approchait du charmant trentenaire sans lâcher sa bouteille, délaissant derrière elle les verres de tequila bien remplit. "J'aime pas beaucoup les suppositions, je n'aime pas que tu emploies le conditionnel." lâcha t-elle le regard fixé sur le plan de l'appartement qu'il lui montrait, elle l'analysa rapidement, impossible pour sa petite tête de retenir tous les emplacements. De sa main libre elle se saisit du petit boîtier de plastique. "l'alarme" qu'elle glissa dans sa poche en se jurant de l'accrocher au trousseau qui se trouvait dans son sac à main, avec les clefs de la maison et de celles de sa voiture. Bien évidemment qu'elle se doutait qu'il vaquerait à ses propres occupations, bien qu'elle en ait eu le doute quand elle apprit qu'ils allaient devoir se faire passer pour un couple. Un instant elle s'était demandée quel genre de témoin protégé elle était ? La femme qui a aidé des juifs à se planquer afin d'échapper à la Shoah ? Les nazis se trouvaient-ils sur ses traces ? En hochant sa tête de haut en bas elle sourait. "Compris, j'appuie là dessus et tu déboules. Bien."

Il s'était éloigné, partit prendre un verre alors que ses yeux étaient scotchés à l'écran de son ordinateur portable, perdue quelque part entre ses pensées et sa nouvelle vie. La faim faisait également gronder son estomac et dans une esquisse de sourire la jolie blonde vint rejoindre son nouveau colocataire et se saisit d'un verre. Elle l'imita en descendant son verre d'une traite en faisant claquer le cul contre le plan de travail, son visage animé d'une petite grimace. "Tout ce que tu veux, mais avant..." elle prit des mains de Jack son verre et le fit claquer à son tour contre le comptoir. Pour boire de la tequila il faut le savoir faire. Elle s'attendait à tout, se demandant s'il avait eu accès à son dossier, s'il savait tout ce qu'elle avait fait, les méfaits qu'elle avait commit et ceux auxquels elle avait participé. Ses yeux étaient devenus deux grandes billes avant qu'elle ne secoue la tête légèrement, amusée par la question. "Alors ça, je ne m'y attendais pas." lança t-elle en remplissant leurs verres de nouveau. "J'aime passer mes après-midi pluvieuses à regarder des cassettes, comme quand j'étais enfant." Elise plongeait son regard dans le fond de son verre, faisant tournoyer le liquide en se mordant les lèvres. "Les doublages de dessins animés sont les originaux, je dois être un genre de femme casanière." elle haussait les épaules en ingurgitant l'intégralité de son godet, le liquide lui chauffait l'œsophage et elle le sentait se déverser jusqu'à son estomac presque vide alors qu'une chaleur agréable l'envahissait jusqu'à la base de ses cheveux et elle se mit à rire en claquant le cul de son verre vide contre le bois du plan de travail. "Tu pouvais me demander n'importe quoi et c'est mon magnétoscope qui t'intrigue !" lâcha t-elle à demi hilare alors qu'on sonnait à la porte. La jolie blonde secoua la tête et se dépêcha d'aller récupérer leurs pizzas et bières, il ne lui fallut que peu de temps pour revenir et tout déposer près de Jack.

S'il a lut ce foutu dossier, la juge t-il en ce moment-même, cette idée lui ôta le sourire presque immédiatement alors qu'elle ouvrait les cartons de pizzas. Elle s'était assise à même le plan de travail, les pieds se balançant au dessus du sol. "C'est peut-être parce que tu t'attaches à ce genre de détails que tu es toujours célibataire à 37 ans." dit-elle en déposant sa boîte à pizza encore chaude sur ses genoux, observant sa pizza soufflée un long moment. Se montrer offensante n'était pas son intention, mais elle se trouve être cassante, c'est bien malgré elle. "Tu l'as lu, mon dossier ?" finit-elle par demander d'une voix étouffée sans lâcher des yeux sa foutue pizza. "Comment un homme de loi peut-il avoir envie de protéger la vie d'une criminelle ?"

_________________
Listen, I would take a whisper if that's all you had to give but it isn't, is it ? You could come and save me and try to chase the crazy right out of my head.
I don't let people in

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Beauregard

avatar
posts : 54
avatar : B. Cooper
crédits : ΛLDEBΛRΛN ; tumblr
ɷ statut : En couple avec Elise Owen et leur canapé
✎ métier : Officiellement autoentrepreneur, officieusement agent fédéral oeuvrant pour le service de protection des témoins
✌ age : 37 yo

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Bye-bye 'Elise' !
relationship:

MessageSujet: Re: Life begins at the end of your comfort zone - Elise   Lun 18 Sep - 19:37


Life begins at the end of your comfort zone
Jack Beauregard


Jack l'écoutait parler de son magnétoscope avec l'attention d'un enfant à qui on racontait une histoire. Il n'en avait jamais eu et jalousait secrètement certains de ses amis qui avaient pu enregistrer l'intégrale de la trilogie des Star Wars ou Indiana Jones. Il accompagna la jeune femme avec le deuxième verra tequila, son estomac lui rappelant douloureusement qu'il n'avait rien avalé de la journée hormis des cafés d'aéroport. Il se promit que ce serait son dernier verre avant les bières qui accompagnerait leur pizza et mit un point d'honneur à bien claquer le cul de son verre sur le plan de travail pour ne pas froisser les sentiments de sa protégée. "Oui ça faisait un bout de temps que je n'en avais pas vu un, hormis dans les vide-greniers. Maintenant, tout le monde a tendance à tout foutre sur une clé usb, un disque dur ou un "cloud" comme disent les gars du service informatique. Donc ça surprend. Et puis, je suis curieux, et j'aurais aimé sortir quelque chose de plausible si quelqu'un me posait la question." Ce qui était à moitié vrai. Mais il avait apprécié la sincérité des mots qui étaient sortis des lèvres d'Elise. Pour la première fois depuis leur rencontre, elle s'était montrée vraie avec lui. La sonnette les interrompit et la jeune Owen revint quelques instants plus tard avec le précieux butin. Jack s'empressa d'ouvrir leurs bières pour chasser le goût de l'infâme boisson mexicaine qui hantait encore son palais.

Chassez le naturel et il revenait au galop. Les quelques minutes qui avaient suivi l'élan de sincérité de la ravissante témoin s'étaient avérées suffisantes pour faire revenir l'Elise sombre et cassante, presque vexante si on ne connaissait pas sa manière de parler. Jack entrouvrit les lèvres, prêt à répliquer, mais se garda bien de lui rétorquer que la vie de couple semblait avoir réussi  avec elle. Mais l'agent fédéral se garda bien d'attiser les braises de ce qui pouvait être le début de la troisième guerre mondiale. "Qui te dit que je suis célibataire ?" la tança-t-il. "Et puis, c'est peut-être un choix de vie."
dit-il en tenant sa part bien au dessus de sa tête pour pouvoir mettre dans sa bouche les filaments de fromage qui dégoulinaient. Il laissa flotter quelques instants de silence lorsqu'elle lui demanda s'il avait lu son dossier. Il avala sa bouchée et but une gorgée de bière "Oui." avoua-t-il simplement. Il le connaissait même presque par coeur. Natalie Phelan, 27 ans. Née dans l'Illinois, a grandi et vécu toute sa vie à Chicago. Fille d'un avocat renommé. Elève modèle et brillante jusqu'à sa rencontre avec un crétin d'une famille locale, Bastian Castelli. Sombre dans un cercle fait de trafics en tout genre qui terminent par le meurtre de ses parents sous ses yeux lorsqu'elle essaie de s'en sortir et de briser l'engrenage maléfique. Rejoint le programme de protection des témoins après qu'elle délivre au FBI toutes les informations en sa possession, permettant de mettre une partie de la famille des bords du lac Michigan derrière les barreaux. Jack fut toutefois surpris par la question d'Elise qui méritait réponse."Avant d'être agent fédéral, j'ai été soldat pendant un bon paquet d'années. Du coup, j'obéis aux ordres." lui avoua-t-il en prenant une autre bouchée de pizzas. "Et si je peux me permettre un peu de psychologie de comptoir,
tu es loin d'être une criminelle. Tu n'as pas le profil. Je veux dire, tu as fait des conneries, bien sûr, t'aurais même pu faire de la taule. Mais .."
Beauregard descendit une gorgée de bière pour faire passer la chaleur du fromage. " Mais tu n'as jamais tué personne. T'as fait la mule, bon. Soit. J'ai presque envie de dire : "ça arrive". Mais t'as tué personne. Enfin pas qu'on sache." Jack avait l'impression de dévorer sa pizza par rapport au rythme de la jeune fille. Mais le vétéran aurait pu épouser une quatre fromages si l'état-civil le reconnaissait. Et en plus il aurait pu rabattre le caquet sur la remarque de la jeune femme sur sa vie sentimentale. 'En couple avec un quatre fromages'. "J'étais avant chez les stups. Ton cas, je l'ai vu et connu des dizaines de fois. C'est un cercle vicieux. Tu mets le doigt dans l'engrenage et ça devient plus que compliqué d'en sortir. Des tas de mecs plus honnêtes les uns que les autres y sont passés avant toi. Avocats, médecins, bons pères ou bonnes mères de famille sont tombés. Tu n'as pas eu de chance, c'est tout. Ils te repèrent, trouvent ta faille et te manipulent ensuite. Et ça a malheureusement bien souvent une issue tragique. Tu ne peux rien faire. C'est comme ça." conclut-il en haussant nonchalamment les épaules. Il avait des exemples plein la tête à lui sortir tandis qu'il s'essuyait les mains. "Tu as le droit à une nouvelle chance, Elise. Réfléchis-y. Profites-en, car par tout ceux dont je t'ai parlé y ont eu droit." Il essayait de se montrer rassurant et convaincant, souhaitant la convaincre qu'il n'émettait aucun jugement à son égard, ce qui était pour le coup vrai.

_________________
I will Go down with this ship

I won't put my hands up and surrender
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Owen
≠ L'AGNEAU AUX DENTS DE LOUP
avatar
posts : 85
avatar : Jlaw, la bimbo ♥
crédits : avengedinchains.
multinicks : evie rhodes, la future maman et mariée avortée. rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier
ɷ statut : un cœur à la dérive, en couple avec le charmant Jack Beauregard.
✎ métier : fleuriste, c'est que c'est joli et que ça sent bon ces conneries.
✌ age : vingt sept ans, c'est pas si vieux que ça

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Il faudra acheter des céréales.
relationship:

MessageSujet: Re: Life begins at the end of your comfort zone - Elise   Lun 18 Sep - 22:33


Life begins at the end of your comfort zone
Jack Beauregard


Elle l'observait du coin de l'œil, se gaver comme une oie à qui l'on prendrait son foie les fêtes de fin d'années venues, elle tenait son "croissant" géant entre ses doigts et croquait à pleines dents dans la pâte à la saveur de feu de bois. Rien de tel qu'une cuisson dans un four traditionnel près des braises. Sa bouche avait beau être pleine, elle pensait déjà à sa prochaine bouchée, aux prochains coups de crocs. "Toi. ta réponse me suffit pour savoir que tu l'es, célibataire." a t-elle rétorqué, couvrant sa bouche à demi vide de sa main afin qu'il ne profite pas du spectacle qu'offrait son gosier. C'est amusant, mais cela la chiffonnait qu'il sache tout d'elle sans qu'elle ne sache pas grand chose à son sujet, ses nom, prénoms et âge, voilà tout ce qu'elle possédait comme information. Pourtant cela devrait lui suffire, c'était à croire que finalement, ce n'était pas le cas. Un instant, bien qu'elle laissait croire à Jack qu'elle était concentré sur la nourriture qu'elle ingurgitait et le carton de pizza vide, elle le vit réfléchir, comme s'il tâchait de se remémorer son dossier complet. Faisait-il étalage des combats clandestins ? Était-il annoté quelque part qu'elle avait participer à des braquages ou bien des cambriolages en tant que "chauffeur", qu'elle avait côtoyé de près la prostitution ? Rapidement, et contre toute attente, elle finit par obtenir quelques réponses à certaines de ses questions.

Elle fait donc partie des ordres, l'écoute de ses mots lui faisait hausser les sourcils, mais elle refusait toujours de croiser son regard d'acier, celui qui, même si elle refuse de l'admettre, la trouble. Il attira son attention avec sa psychologie du dimanche, si bien qu'elle cessa de croquer dans sa calzone et tourna le regard vers le beau Jack, intriguée. Pas le profil ? Bien sur que non, en jeune femme naïve elle s'était laissée berner par les yeux doux de l'homme qui aura été son premier amour, qui l'a persuadé des années durant qu'elle n'était rien et que sans lui elle mourrait. L'homme qui l'a entraînée dans la pègres et les méandres de Chicago. Elle s'en voulait d'avoir été si naïve, si faible. Oui, faible et aveugle. Si bien que cela lui faisait mal d'oser penser qu'il y ait pu avoir quelques sentiments que ce soient entre elle et Bass. Non elle n'avait jamais tué qui que ce soit, mais si il le lui avait demandé, elle l'aurait fait. Elle savait depuis son plus jeune âge comment magner une arme et cela ne l'effrayait pas de le faire, dieu merci l'occasion ne c'était jamais présenté et Natalie n'aurait jamais pu se pardonner d'avoir ôté la vie à qui que ce soit, envoyer les gens en prison, c'est ça son truc.

Elise déposa sa pizza à moitié dévorée dans le carton et se frotta les mains sans descendre du plan de travail, elle saisit une bière et en but quelques gorgées. "T'es en train d'essayer de me faire prendre conscience de la chance que j'ai d'être ici aujourd'hui ?" lui demanda t-elle froidement en lui lançant un regard assassin. S'il y avait bien une chose qu'elle n'avait pas envie, ou pas besoin d'entendre c'était ce genre de discours moralisateur. "Tu ne me connais pas, tu ne sais rien de moi alors je t'interdis d'essayer de t'introduire là-dedans pour en faire sortir je ne sais quoi !" elle avait pointé son index sur sa tempe sans même le lâcher des yeux. Son regard s'était alors assombrit et la légèreté dont elle avait fait preuve quelques minutes plus tôt s'était envolée. "Qu'elle chance, oui." elle cracha en descendant du comptoir à l'aide de ses mains, ses pieds claquant sur le sol froid de la cuisine. "J'ai perdu mes parents, gâché ma vie, balancé tout un tas de malades fous et dangereux, ajoute à ça le fait que je suis suis obligée de me cacher avec un vieux garçon incapable d'assumer son immaturité sentimentale et là tu te rends compte de la chance que j'ai." Elise avait croisé ses bras contre sa poitrine, sa mâchoire était serrée et d'un geste vif elle refermait la boîte à pizza en la balançant dans l'évier. Tout était de sa faute, elle en avait conscience et cela la rendait dingue d'entendre un homme droit dans ses bottes et blanc comme neige lui faire la morale sur "la chance" qu'elle a d'avoir l'opportunité de commencer une nouvelle vie. "Es-tu seulement tombé amoureux une fois dans ta vie Jack, sais-tu ce que c'est que de faire passer une autre personne avant sois-même ?" elle s'était avancé d'un pas, Elise grondait pour ne pas dire qu'elle grognait. En réalité, à ce moment précis de sa vie elle aurait tout donné pour avoir trouver la mort le soir où l'on s'en est prit à ses parents, tout simplement. Elle ne voulait pas se montrer agressive, ni même blessante, mais cela avait été plus fort qu'elle, la jolie blonde s'était sentie attaquée alors quoi de plus naturel que de riposter. "Je n'ai plus faim." cracha t-elle alors en prenant une nouvelle gorgée de bière, elle se saisit même du pack entier qu'elle alla ranger dans le frigidaire.

_________________
Listen, I would take a whisper if that's all you had to give but it isn't, is it ? You could come and save me and try to chase the crazy right out of my head.
I don't let people in

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Beauregard

avatar
posts : 54
avatar : B. Cooper
crédits : ΛLDEBΛRΛN ; tumblr
ɷ statut : En couple avec Elise Owen et leur canapé
✎ métier : Officiellement autoentrepreneur, officieusement agent fédéral oeuvrant pour le service de protection des témoins
✌ age : 37 yo

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Bye-bye 'Elise' !
relationship:

MessageSujet: Re: Life begins at the end of your comfort zone - Elise   Mar 19 Sep - 18:25


Life begins at the end of your comfort zone
Jack Beauregard


Jack terminait sa pizza sagement. Sans le savoir, par ses paroles qui avaient un tout autre but, il avait relâché le Kraken. Sa première réaction, exaspérée et purement masculine -comprenez machiste- fut de se demander si la jeune femme traversait sa période du mois qui mettait ses nerfs plus à fleur de peau que d'ordinaire. Sa deuxième, plus aboutie, fut de se demander si Elise était bipolaire pour passer ainsi du tout au tout en une fraction de seconde. Sa dernière, plus pragmatique, fut de se demander quel était le con de psy qui s'était dis que ces deux là allaient matcher et cohabiter ensemble en parfaite sérénité. Ses réactions de petite fille pourrie gâtée et égoïste commençaient à sérieusement lui courir sur le haricot et Beauregard ne comprenait pas le double jeu de la témoin. Soit elle était de mauvais poil tout le temps et elle l'affirmait clairement, soit elle arrêtait de se foutre de sa gueule. Il ne comprenait pas comment la mafia avait fait pour ne pas l'éliminer plus tôt avec un comportement pareil.

Subitement, Jack venait de se rappeler. Il n'avait jamais lu son profil psychologique. Quel con. Il se frappa le front tout en terminant sa part dégoulinante de fromage et en écoutant silencieusement les éternelles remontrances d'Elise. Il ne releva même pas le "vieux garçon incapable d'assumer son immaturité sentimentale". Il n'en avait écouté que la moitié à vrai dire, mais la dernière partie l'avait frappé. L'agent fédéral l'observa jeter sa pizza dans l'évier et ramener les bières au frigo. Finissant la sienne, il laissa échapper un petit rot de contentement avant de lui jeter un regard qui voulait dire. "Ca y est ? C'est bon ? Tu as fini ?" Jack se leva, se dirigea vers le frigo, la poussa gentiment de son chemin et en sortit une bière qu'il décapsula d'un geste expert avec son briquet. "Non, je ne suis jamais tombé amoureux." avoua-t-il en fermant la porte du frigo, évitant son regard. Il s'était déjà amouraché de jeunes femmes mais n'avait jamais passé le cap. Elle avait entièrement raison quant à son inaptitude sentimentale. Jack se retourna doucement, cherchant son regard. Sa voix était calme et posée, mais légèrement énervée. "Maintenant dis-moi. Qui de nous deux ici est prêt à prendre une balle et perdre la vie pour un témoin qu'il ne connaît ni d'Eve, ni d'Adam ?" Alors question de faire passer la vie de quelqu'un d'autre avant la sienne, il connaissait, merci. Beauregard retourna finir sa pizza, bière en main, d'une manière nonchalante. "24." lâcha-t-il entre deux bouchées de gorgonzola et de mozarella. "J'ai perdu 24 hommes et femmes sous mon commandement. 24 personnes pour lesquelles j'aurais donné ma vie et pour lesquelles je donnerais tout ce que j'ai pour remonter le temps et prendre la bonne décision. Faire déborder ma section par la gauche plutôt que la droite. Repérer les fils du détonateur relié à l'obus emmitouflé dans des déchets ne serait-ce qu'une seconde avant..." Son regard s'était perdu dans le vague et il buvait machinalement une gorgée de bière pour se rincer le gosier. "Michael C. Collins, caporal, mort le 11 août 2003. Seymour H. Politzki, surnommé "Alphabet", soldat de première classe, tombé le 29 septembre 2003.... Je pourrais continuer comme ça pendant longtemps. Je suis passé dans chacune de leur famille pour leur expliquer que leur fils était mort en héros alors que j'avais merdé. Fais chier." Beauregard termina sa bière et fit claquer lourdement le culot sur le plan de travail. "Merde, grandis un peu, Elise et arrête de tourner autour de ton putain de nombril. Putain, oui t'as gâché ta putain de vie parce que t'es tombé dans les filets d'un putain de crétin alors que t'étais une p'tite plutôt intelligente. Oui, tes parents sont morts. Oui, t'es coincée avec moi ici. Mais c'est pas en regardant au-dessus de ta putain d'épaule et de vivre constamment dans le passé que ça va changer grand chose. Réveille-toi, bordel ! Y a pas de conte de fée, et tu peux pas rembobiner comme sur tes VHS. C'est comme ça. Affronte-le. Accepte-le. Va de l'avant. Et arrête de la ramener à tout bout de champ pour montrer comment tu subis ta vie. Arrête de faire ta victime bordel et surtout, putain surtout arrête de croire que t'es la seule à avoir vécu ça ! Alors si tu veux continuer à la jouer comme ça, pas de problème, dis-le moi et je te passerais ta pommade tous les matins pour te conforter dans ton rôle de petit agneau prêt à se faire sacrifier. Grandis, bordel !" Ca faisait beaucoup de putain. Son ton de voix s'était naturellement haussé. Jack se leva, ne finissant même pas sa pizza. "Fais chier ... tu m'emmerdes." lâcha-t-il énervé en se dirigeant à nouveau vers le frigo pour se saisir du pack entier.

Sans plus un mot, il la planta là dans la cuisine et sortit de la maison pour s'installer sur les marches du perron en fulminant. Jack décapsula une nouvelle bière et s'alluma une cigarette,
savourant la nicotine qui emplissait ses poumons et relâchait ses nerfs. Elise venait de buter dans une fourmilière et plein d'instants tragiques et douloureux se mélangeaient dans l'esprit du vétéran.

_________________
I will Go down with this ship

I won't put my hands up and surrender
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Owen
≠ L'AGNEAU AUX DENTS DE LOUP
avatar
posts : 85
avatar : Jlaw, la bimbo ♥
crédits : avengedinchains.
multinicks : evie rhodes, la future maman et mariée avortée. rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier
ɷ statut : un cœur à la dérive, en couple avec le charmant Jack Beauregard.
✎ métier : fleuriste, c'est que c'est joli et que ça sent bon ces conneries.
✌ age : vingt sept ans, c'est pas si vieux que ça

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: Il faudra acheter des céréales.
relationship:

MessageSujet: Re: Life begins at the end of your comfort zone - Elise   Mer 20 Sep - 21:18


Life begins at the end of your comfort zone
Jack Beauregard


Elle se tenait là, près de la seconde porte de leur frigidaire qui donnait accès au congélateur et l'observa durement. Elle avait trop parlé, s'était emportée et se trouvait maintenant dans une position délicate. Elle réalisa d'ailleurs qu'elle n'aimait pas l'entendre lui râler dessus, mais la réaction de l'agent au regard d'acier était totalement justifiée. Elle aurait pu tenir sa langue, elle aurait dû. Passer ses nerfs sur lui n'était pas une bonne idée, ces choix idiots il ne les avait pas fait pour elle, il n'avait donc pas à subir ses états d'âmes. Elle l'écoutait attentivement, dieu qu'elle se sentait mal d'être partie en vrille. Elle aurait aimé mettre ça sur le compte de la fatigue, le soucis étant qu'elle testait les limites de l'ancien soldat, telle une enfant de 4 ans qui teste les limites de ses parents. Le claquement émit par le cul de sa bouteille de bière vide contre le comptoir la fit légèrement sursauter. A quoi bon agir de la sorte ? Elle secouait faiblement la tête. Il la mouchait, lui clouait le bec et la mettait face à la réalité : Cesse donc de te conduire en adolescente en crise, Elise. Elle ressentit une peine immense quand il évoqua ses soldats tombés lors d'une manœuvre malheureuse, ils avaient donc, en quelques sortes, des points en commun. Lever les yeux vers l'avenir et continuer d'avancer malgré le passé, là était ce qu'il voulait lui faire comprendre. Même si cela est douloureux, même si c'est compliqué, profiter de sa nouvelle vie. Elise ne s'était pas attendue à ce qu'il la sermonne, elle pensait qu'il resterait muet devant ses remarques et qu'il ferait preuve de plus de sang froid. La réalité était que les heures de vol et le décalage horaire les avaient achevés.

Il passa devant elle pour finir par se poser sur le perron et un long moment elle resta là, planté devant le réfrigérateur les lèvres pincées, les pensées mises à mal par le sermon qu'elle venait d'écouter. Elise se trouvait en accord avec tout ce qu'il venait de lui balancer à la figure, évidemment, si elle avait fait preuve de mauvaise fois elle aurait objecté à de nombreuses reprises, mais elle ne l'est pas, la jolie blonde se trouve tout simplement être caractérielle. Son regard se déposait sur la bouteille de tequila posée à proximité, dans un premier temps elle s'en saisit, dans le second elle se permit de prendre le restant de pizza de Jack et de le retrouver dehors. "Je peux m'asseoir ?" demanda t-elle d'une voix calme sans vraiment attendre de réponse de sa part et encore moins le feu vert de l'agent puisqu'elle s'installait déjà en croquant dans la part qu'elle avait emporté avec elle. "Je ne voulais pas me montrer agressive, j'ai conscience d'être difficile par moment." surtout depuis qu'on lui a offert cette nouvelle vie et identité, elle même ne se reconnait plus. Elle s'est perdue le jour où sa route à croisée celle de Bass à vrai dire, elle n'a plus jamais été la même après ça, pourtant la jolie blonde sait que cela ne lui ressemble pas. "Je me suis faite avoir par l'homme que je pensais être celui avec qui je terminerais ma vie, au lieu de ça il a..." elle prit une profonde inspiration en se remémorant les paroles de Jack quelques minutes plus tôt. On avance. La jolie petite blonde glissa des mèches de cheveux derrière ses oreilles en se pinçant les lèvres, puis elle saisit la bouteille d'alcool mexicain par le goulot et en but quelques longues gorgées. "Elise, moi c'est Elise et... Je suis compliquée, une véritable tête à claques à vrai dire." le breuvage réchauffait son corps tout entier, déliait sa langue lentement et la calmait, en quelques sortes. "Je pars au quart de tour parce qu'en plus de manquer de confiance en moi, je n'ai confiance en personne." elle pencha sa tête dans sa direction, esquissant un léger sourire qu'elle voulait chaleureux, constatant que Jack s'était fermé comme une huître elle se pencha d'avantage afin que le haut de son crâne heure l'épaule de l'agent fédéral. Elle ne formulait pas des excuses telles quelles puisque ça lui arrachait la gueule rien que d'y penser, mais s'en était, d'aussi loin que ça y ressemble. "Je ne pense pas que tu sois immature sentimentalement, même si être célibataire à 37 ans je trouve que ça craint. Je pense que tu es simplement un handicapé sentimental." Bien sur, elle est extrêmement bien placée pour parler la blonde, et puis être soldat n'a certainement pas dû aider le bellâtre à trouver chaussure à son pied, c'est certain.

_________________
Listen, I would take a whisper if that's all you had to give but it isn't, is it ? You could come and save me and try to chase the crazy right out of my head.
I don't let people in

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Life begins at the end of your comfort zone - Elise   

Revenir en haut Aller en bas
 
Life begins at the end of your comfort zone - Elise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Life on Mars / Ashes to Ashes
» Resident Evil : After Life (3D)
» Unordinary Life
» Life
» Chaînes du forfait Comfort ouvertes du 11.11 au 08.12.2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: bury the evidence. :: archives rp-
Sauter vers: