AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture du forum, en savoir plus ici.

Partagez | 
 

 PHEVIE | - 5 . 0 0 AM -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Evie Rhodes
∞ tous les chemins mènent à tes yeux
avatar
posts : 1089
avatar : Gemma Arterton
crédits : la signature est de lion's tears, l'avatar est d'#AJL.
multinicks : rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier elise owen, l'agneau aux dents de loup.
ɷ statut : amoureusement dévouée à l'homme de sa vie : Phillip Jones. Future maman discrète sur le sujet, elle met tout en oeuvre afin de cacher son petit ventre.
✎ métier : propriétaire et gérante du Rosine's café.
✌ age : 29 années d'insouciance volontaire.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: PHEVIE | - 5 . 0 0 AM -   Jeu 7 Sep - 23:47



Je connais toujours ces nuits où,
envahie par mes peurs et mes doutes,
je me noie dans la panique de ne devenir personne
et d'aller nulle part.

tenue Le noir amincit, mais ce n'est pas seulement pour cacher sa grossesse qu'Evie ne cesse d'en porter ces derniers temps, c'est également la couleur du deuil. Celui de sa cousine Clarke décédée le jour du drame - elle frissonne à l'idée même de ne plus appeler ce jour son "mariage" - parce que s'en fut un, en plus d'enterrer son sang elle devait mettre en terre l'idée d'épouser Phillip. Ses hormones ne l'aident en rien malheureusement en ajoutant à l'équation un Lip plus distant, plus éteint qui fait bonne figure, mais qui ne peut s'empêcher de sauter sur la moindre occasion de s'isoler. Elle a quitté cette soirée du "souvenir" à pieds afin de prendre l'air, prendre aussi de la distance avec le monde entier, tout comme son aimé l'a fait ce soir. Il n'a pas précisé ce qu'il avait de prévu et Evie n'a en rien insisté pour savoir ce qu'il en retournait, non. La jolie brune est d'habitude si curieuse, mais elle a saisit la nuance et n'a pipé mot. Cela l'a attristé de se pointer à un événement publique sans lui, sans son soutien parce qu'elle savait qu'à son bras elle se sentirait plus forte. Parce qu'elle craignait la pitié des autres autour, ou même pire leur colère, elle se sentait responsable de tout ça, du coma dans lequel se trouvait plongée Tavy, sa meilleure moitié, la perte de Clarke et les blessures d'autres invités.

Elle a longuement marché, le cliquetis de ses talons raisonnait sur l'asphalte et l'air marin lui chatouillait le visage. Elle avançait, le visage bas, perdue dans ses pensées. Oh, elle s'est rendue chez elle, retrouvant un Oscar agité, mais pas de Monsieur Jones alors elle s'en est allée après avoir passé à peine 5 minutes dans l'entrée. Elle n'est plus seule désormais, un miracle, les médecins l'ont félicité pour son courage, mais lequel ? Elle n'avait en rien été courageuse, elle avait mit la vie de tous en danger y compris celle de son enfant à venir et Lip. Un soupire, encore un, s'échappe d'entre ses lèvres quand elle atteint la limite de la 17 miles drive. Le panorama qui lui est offert est à couper le souffle, sans rire, et pourtant ça lui est presque égal. Ses escarpins lui meurtrissent les pieds, sa main gauche est posée sur son nombril et entêtée, elle ne cesse d'avancer.

Elle ne se reconnait plus, le mois d'août a été difficile à traverser, il lui a parut long, elle a même eut le droit à un beau séjour d'une semaine à l'hôpital afin de rester en observation. Elle a subit de nombreux test afin de s'assurer que la vie de son bébé n'était pas en jeu. Cela l'a épuisée. Elle a passé ses journées à déambuler dans les couloirs de l'hôpital, à se balader dans ses jardins et a aller voir Octavia en épuisant son quota de larmes. C'est pour Phillip qu'elle garde la tête haute, elle prend d'ailleurs grand soin de ne pas pleurer quand il est présent et se laisse aller, le soir dans leur lit, quand elle a la certitude qu'il réussit à trouver le sommeil.
Peinée de constater que leur mariage n'est plus du tout à l'ordre du jour, elle se sent coupable et rejetée par la seule personne qui compte à ses yeux. Elle est fatiguée de la distance qu'il met entre eux sans oser en parler. Pourquoi ? Evelyn s'est risquée à parler de mariage, pas le drame, non, le mariage - en petit comité cette fois - mais s'est faite envoyer sur les roses, gentiment mais de manière bien nette, par son fiancé. Un sanglot vient tordre sa gorge alors que ses yeux s'embuent de larmes et elle cesse sa course, face à l'océan au sommet de cette falaise, aux pieds de ce quartier luxueux où elle a résidé des années plus tôt et qui semble bien silencieux ce soir. Elle ne remarque pas qu'à quelques pas se trouve la suze, ni même l'être aimé. C'est ça les âmes sœurs, non ? Se rendre compte que même inconsciemment elles sont attirées l'une vers l'autre.

_________________
I feel like it's my fault
we're all standing with our backs against the wall, sooner or later. Trying to swim but you're sinking like a stone. Baby it's like we're walking on a wire through the fear, take my hand and we'll get there.
sooner or later we're gonna make it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phillip Jones
Admin | I'll be forever yours.
avatar
posts : 1003
avatar : NCW
crédits : wiise (sign)
multinicks : le psy déjanté
ɷ statut : Ex-futur marié, le mariage est tombé à l'eau, merci Robert. Depuis, il s'esquive. Ils n'ont toujours pas remis le sujet sur le tapis avec Evie. Ils devraient pourtant, vu qu'elle est enceinte.
✎ métier : Prof de Self-Defense (09/2016), depuis le 12 juillet, il bosse peu; avant il était un flic dans une unité anti-terroriste (2002-2016), et encore avant adjoint du Shérif de Monterey (1995-2001)
✌ age : 44 années de presque sagesse, car oui, tout est dans le "presque"

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: RDV chez le psy à 14h, je prends mon aprèm ensuite. le diner est pour moi ce soir. vélo sorti => suze jalouse.
relationship:

MessageSujet: Re: PHEVIE | - 5 . 0 0 AM -   Ven 8 Sep - 18:34

5.00 AM. - Tenue« Je ne t’accompagnerai pas, désolé. » Une phrase simple prononcée en début de soirée. Evelyn s’est préparée en vue de se rendre à la soirée commémorative organisée par des habitants de la ville. La soirée du renouveau comme quelques-uns aiment à la surnommer. Même s’il comprend l’intention, Phillip refuse de se prêter au jeu. Il ne se sent pas apte à participer à cette mascarade, encore moins à plaquer un sourire sur son visage, et on n’évoque même pas le fait des croiser certains regards. L’attitude qu’il adopte n’est guère la plus adaptée, mais il l’assume. Ou plutôt il se défile. Depuis presque deux mois, il s’est révélé un roc pour Evelyn, pourtant plus les jours défilent et plus lui-même se défile à l’intérieur de son propre couple. Il n’a plus abordé le sujet du mariage depuis le drame. Les cadeaux ont été pour la plupart renvoyés. Ceux qui restent sont entreposés dans le garage de la maison sur pilotis. C’est comme si l’évènement n’a jamais existé. Evelyn a tenté une fois d’aborder le sujet, en vain. En retour, il n’y a eu que silence, puis quand elle a tenté d’insister, il a coupé court à la discussion, répondant beaucoup trop sèchement. Depuis, le terme tabou est devenu le quotidien du couple. Ils continuent à vivre, sans vraiment vivre. Bien trop souvent, chacun pèse ses mots. Même les discussions tournant autour de leur future progéniture sont crispées. Il craint de ne pas trouver les bons mots, mais surtout de ne pas agir comme il est censé le faire, ni même au mieux. Alors il fuit, sa compagne le confortant dans son comportement. Elle, en général si curieuse et persuasive, n’insiste pas face au refus de Phillip. Le sujet est clos. Elle s’en va de son côté. Quelques minutes s’écoulent à peine que l’ancien membre des forces de l’ordre ne tient déjà plus en place. Il a besoin de respirer, il manque une nouvelle fois d’air. Dans les minutes qui suivent le départ d’Evelyn, le moteur de la Suzuki rugit, une fois de plus.

La vitesse est une échappatoire. Les limites sont beaucoup trop souvent franchies depuis plusieurs semaines. Le pire, c’est que Phillip en a conscience. Il sait qu’il ne peut continuer ainsi. A trop jouer avec le feu, on finit par se brûler. Lui aura un accident s’il continue sur cette pente, s’il persiste à appuyer sur l’accélérateur davantage qu’il ne le devrait. Seulement, il ne peut s’en empêcher. C’est comme si c’est le seul instant durant lequel il se sent vivant. Quand il s’en rend compte, comme à chaque fois, ses pensées se tournent vers Clarke et Octavia. Puis vers le maire de Monterey, ainsi que vers cette employée municipale. Sa conduite connait alors un moment de flottement, propice à un accident. Il n’aura pas lieu durant cette nuit-là. Ayant emprunté la route panoramique longeant la côte, il s’arrête aussitôt, quand ses pensées sont telles qu’il a l’impression que son cœur va être broyé. La Suzuki est garée sur le bas-côté. Ne tenant plus en place, il l’abandonne un moment dans ce lieu pour marcher. Sans but, le regard perdu sur l’océan pacifique qui s’étend à perte de vue à quelques centaines de mètres de lui.

Seul dans son monde, son esprit s’apaise au son des bruits alentours. Il marche un long moment, incapable de donner une durée, encore moins une heure. Son téléphone est pourtant dans sa poche. Tous les appels sont refusés automatiquement. Un seul numéro échappe à sa liste noire de la soirée. Il n’en demeure pas moins que la sonnerie ne retentit pas et que le téléphone reste silencieux. La pénombre est installée depuis longtemps quand il se décide à rejoindre l’emplacement où il a garé son véhicule. Ce n’est qu’à cet instant qu’il se décide à jeter un œil à son portable. Il n’est pas loin de cinq heures du matin. Bientôt les premiers rayons du soleil apparaîtront et lui ne sera pas rentré de la nuit, sans qu’Evelyn n’appelle, morte d’inquiétude. Bizarrement, le silence de sa compagne l’étonne autant qu’il ne le soulage. Il appuie pourtant sur une touche, composant le numéro de son aimée. La sonnerie ne doit pas avoir le temps de débuter que déjà il coupe l’appel. Elle doit dormir. Elle a besoin de repos, surtout à la vue de tout ce qui s’est passé. Il se rassure en se disant que Morphée est plus clément avec elle, qu’il ne lui fait pas défaut. Egalement en se disant qu’en cas d’urgence, elle l’aurait appelé. Alors, il grimpe sur son bolide sans le démarrer. Ses yeux se perdent sur l’océan un instant. Au point où il en est, il se dit qu’il n’est plus à quelques minutes près pour rentrer. Il attend, le casque accroché au guidon, ses mains posées sur le réservoir de la moto. Après tout, il respecte la loi cette fois. La route n’est praticable que du lever au coucher du soleil. Perdu dans ses pensées, il ne remarque pas qu’il n’est pas seul, qu’à seulement quelques mètres de là, Evelyn se tient également sur cette falaise. Son esprit est pourtant tourné vers elle, vers cette culpabilité qu’il ressent de n’avoir pas pu sauver ses proches, ainsi que vers cette défaillance de sa part, de ne plus être le roc de leur couple. Il s’effrite, ne réussit pas à arrêter l’hémorragie. Et d’avoir conscience d’entraîner celle qu’il aime dans sa chute intérieure, il se sent encore plus mal. C’est une boucle sans fin, et il n’a pas encore trouvé la solution pour la briser et en sortir.
© 2981 12289 0

_________________
what about now, what about today
« What if you're making me all that I was meant to be ? What if our love never went away ? What if it's lost behind words we could never find ? Baby, before it's too late, What about now ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evie Rhodes
∞ tous les chemins mènent à tes yeux
avatar
posts : 1089
avatar : Gemma Arterton
crédits : la signature est de lion's tears, l'avatar est d'#AJL.
multinicks : rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier elise owen, l'agneau aux dents de loup.
ɷ statut : amoureusement dévouée à l'homme de sa vie : Phillip Jones. Future maman discrète sur le sujet, elle met tout en oeuvre afin de cacher son petit ventre.
✎ métier : propriétaire et gérante du Rosine's café.
✌ age : 29 années d'insouciance volontaire.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: PHEVIE | - 5 . 0 0 AM -   Ven 8 Sep - 19:59


Le bruit des vagues se heurtant aux pieds de la falaise la berce, elle se laisse aller quelques secondes dans un oubli total d'elle-même, là, dans la nuit et le silence de ce quartier de luxe. La lune ne va pas tarder à disparaître et c'est essuyant ses larmes qu'elle se demande si Phillip est rentré à la maison, dans un nouveau sanglot qu'elle réprime Evelyn vient coincer sa pochette sous son bras, elle reprend son souffle doucement et contrôle sa respiration afin de se calmer un petit peu. Il a eut tort, se dit-elle, je n'aurais pas dû m'y rendre, pas sans lui. Cette simple pensée déforme ses lèvres qui se mette à frémir. Dieu que les crises de larmes la lassent, elle n'en peut plus de ce perpétuel blues qui l'habite depuis des semaines et le comportement de Lip ne l'aide en rien, mais elle fait face. Pleure à l'intérieur, comme une championne ! qu'elle se dit souvent. La gorge serrée elle déglutit et finit par sortir son téléphone portable de son petit sac, elle déverrouille l'écran et constate qu'il n'a pas cherché à la joindre. Il n'est pas rentré. elle le sait parce qu'il aurait certainement tenté de la joindre si cela avait été le cas. Non ? Machinalement elle le range et croise ses bras contre sa poitrine alors que la fatigue qui la gagne lui fait ressentir la fraîcheur de cette matinée, celle de la brise qui soulève ses cheveux bruns et lui fouette le visage.

Elle frissonne et essuie sa joue contre son épaule, là son regard capte un mouvement non-loin, elle cesse et maintient cette position inconfortable et ridicule un instant. Alors elle se redresse et tourne le dos à la vue que lui offre 17 Miles Drive pour reporter son attention complète vers cette silhouette, étrangement elle espère que les larmes qu'elle a versées ne seront pas perceptibles parce qu'elle ne veut pas qu'il sache qu'elle a pleuré, encore une fois. Qu'est-il donc advenu de la pétillante Evie Rhodes, celle qui s'amusait d'un rien, qui s'émerveillait de tout, la curieuse petite brune ? Elle n'est que l'ombre d'elle même; pire que ça, elle est l'ombre de son chien. Elle ne se reconnait plus et se languit de redevenir la femme qu'elle a été il n'y a pas si longtemps que ça. Peut-être est-elle finalement en sucre, elle a mentit. Ses pieds la font horriblement souffrir pourtant elle s'avance vers un Phillip qui semble bien mélancolique, trop, ces derniers temps.

"Je pensais que tu avais des projets pour ce soir." qu'elle dit d'une voix forte en passant ses cheveux derrière ses oreilles, c'est que la météo et surtout le vent les empêchaient de tenir en place et donc, discipliner cette tignasse n'était pas chose aisée pour la jeune femme. La jolie brune se trouve attristée de réaliser que les projets de ce dernier n'étaient autres que d'aller s'isoler, parce qu'elle le savait, mais qu'elle espérait au plus profond d'elle même qu'il irait se défouler en compagnie de son frère aîné ou avec des amis, ce qui, malheureusement ne fut pas le cas. Evie referme son manteau de fourrure et coince habilement le tout sous ses bras qu'elle finit par croiser contre sa poitrine. "Ne me dis pas que tu as passé la nuit ici..." s'en sont, sans en être : des reproches. Elle a le sentiment de passer son temps à lui reprocher son isolement parce que bien souvent et surtout en ce moment, quand elle s'adresse à lui ce n'est que pour formuler ce genre de propos. Elle est inquiète, c'est plus fort qu'elle.

_________________
I feel like it's my fault
we're all standing with our backs against the wall, sooner or later. Trying to swim but you're sinking like a stone. Baby it's like we're walking on a wire through the fear, take my hand and we'll get there.
sooner or later we're gonna make it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phillip Jones
Admin | I'll be forever yours.
avatar
posts : 1003
avatar : NCW
crédits : wiise (sign)
multinicks : le psy déjanté
ɷ statut : Ex-futur marié, le mariage est tombé à l'eau, merci Robert. Depuis, il s'esquive. Ils n'ont toujours pas remis le sujet sur le tapis avec Evie. Ils devraient pourtant, vu qu'elle est enceinte.
✎ métier : Prof de Self-Defense (09/2016), depuis le 12 juillet, il bosse peu; avant il était un flic dans une unité anti-terroriste (2002-2016), et encore avant adjoint du Shérif de Monterey (1995-2001)
✌ age : 44 années de presque sagesse, car oui, tout est dans le "presque"

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: RDV chez le psy à 14h, je prends mon aprèm ensuite. le diner est pour moi ce soir. vélo sorti => suze jalouse.
relationship:

MessageSujet: Re: PHEVIE | - 5 . 0 0 AM -   Ven 8 Sep - 22:25

5.00 AM. - Tenue – Le vent est léger mais également frais. Sa mélodie douce est rythmée par le bruit de la nature qui se laisse aller, suivant ce souffle. Tout semble si simple vu ainsi. Il se redresse légèrement, étirant son dos. Cette position, sans qu’il n’y ait le moindre mouvement de la machine, n'est guère confortable. Sa main droite glisse sur la carrosserie. Son regard se porte sur le bracelet qu’il porte, sur cette petite ancre identique à celle qu’il a offert à Evelyn pour leurs fiançailles. L’objet a-t-il encore du sens aujourd’hui ? Il rejette cette question, ou plutôt la réponse qui se révèle dérangeante. L’amour qu’il ressent n’est pas remis en cause, c’est uniquement tout ce qui se trouve à côté. Tout ce qu’il fait qu’il est touché. Il se remémore l’arrivée d’Octavia dans la chambre alors qu’il se préparait pour le mariage. Elle a débarqué en plein milieu d’un conflit, et sans chercher à comprendre, elle a tenté de faire au mieux pour que tout se poursuive. Mais lui, qu’a-t-il fait pour elle ? Ses prunelles restent accrochées sur le bracelet. Rien. C’est le seul mot qui lui vient à l’esprit, car depuis presque deux mois qu’elle se trouve à l’hôpital, il n’a pas encore trouvé le courage de lui rendre une visite. Il ne saurait pas quoi dire de toute manière, si ce n’est lui présenter des excuses qu’elle n’est pas en mesure d’accepter.  

Une voix s’élève, sortant Phillip de son monde de réflexion. L’étonnement traverse son visage, car il reconnait la propriétaire de cette voix, et il doit bien avouer qu’il ne s’attendait pas à l’entendre. Non à cette heure de la nuit, ou du matin plutôt, et encore moins dans ce lieu. « J’ai eu envie de faire une p’tite virée. » Comme d’habitude. Comme de plus en plus régulièrement. La Suzuki est devenue sa meilleure amie, ce n’est pas plus malsain qu’une personne décidant de s’acheter une poupée gonflable et de se trimballer tout le temps avec. Ça l’est même moins. Ses prunelles se posent sur Evelyn. Il note sa tenue qui est la même que celle qu’elle portait quand ils se sont quittés la veille. Il suppose alors qu’elle n’est pas rentrée chez eux de la nuit. En temps normal, cela l’aurait inquiété, mais là, ils en sont arrivés au point où ce n’est plus une aberration de se comporter ainsi. Sa main pianote sur le réservoir alors qu’elle réajuste son manteau. Ils ont l’air d’être en préparatif, comme s’ils ne vont guère tarder à lancer les hostilités. Ce n’est pas ce qu’ils souhaitent, et pourtant c’est en général ce qui se produit. Derrière l’inquiétude, il le note, ce léger soupçon de reproche. Ses doigts s’arrêtent. D’un geste du pied, il remet la béquille de la moto.

« Ne me dis pas que tu as déambulé toute la nuit à pieds jusqu’ici… » Il ne le souhaite pas, et pourtant c’est plus fort que lui. Cela résonne comme une réponse du tac au tac. Elle le cherche, elle le trouve. La réalité, c’est qu’il ne ressent que de l’inquiétude, une crainte qu’elle ait vraiment erré toute la nuit. Qu’il le fasse, c’est presque normal. Mais elle… Alors qu’elle est enceinte… Ce n’est que pure folie même si un peu de marche n’a jamais fait de mal durant une grossesse. Seulement l’asthme, les crises d’angoisse… Il soupire en quittant sa position, descendant de sa moto pour faire face à Evelyn. Il s’approche de quelques pas. « Il est interdit de rouler de nuit sur cette route donc… » Donc c’est une excuse comme une autre, justifiant le fait qu’il ait passé la nuit dans ce lieu, seul et isolé Monterey. Il se rapproche encore un peu. Son humour n’est pas au rendez-vous. Ces mots qu’il prononce, avant le douze juillet, ils auraient eu une pointe d’humour. Celle-ci se serait entendu dans sa voix. Un sourire au coin des lèvres les aurait accompagnés. Mais là rien, c’est le néant. Un puit sans fond. Il n’est pourtant pas complètement fermé. Son bras se tend vers sa compagne, sa main gauche se pose sur sa joue. Un geste de tendresse qui demeure bien que les mots ne soient plus au rendez-vous. « ça a été ta soirée ? » La question franchit ses lèvres. Il n’est pas complètement certain de vouloir connaître la réponse. La partie qui la concerne l’intéresse, pour ce qui est de tout le reste, c’est plus délicat. Et pourtant, il la pose cette question car malgré l’échec de la cérémonie de leur mariage, malgré tout ce qui a pu se produire ce jour-là, Evelyn compte plus que tout pour lui. Elle, ainsi que ce petite être qui grandit en elle.
© 2981 12289 0

_________________
what about now, what about today
« What if you're making me all that I was meant to be ? What if our love never went away ? What if it's lost behind words we could never find ? Baby, before it's too late, What about now ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evie Rhodes
∞ tous les chemins mènent à tes yeux
avatar
posts : 1089
avatar : Gemma Arterton
crédits : la signature est de lion's tears, l'avatar est d'#AJL.
multinicks : rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier elise owen, l'agneau aux dents de loup.
ɷ statut : amoureusement dévouée à l'homme de sa vie : Phillip Jones. Future maman discrète sur le sujet, elle met tout en oeuvre afin de cacher son petit ventre.
✎ métier : propriétaire et gérante du Rosine's café.
✌ age : 29 années d'insouciance volontaire.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: PHEVIE | - 5 . 0 0 AM -   Ven 8 Sep - 23:23


La réflexion de Phillip à son égard lui arrache un léger soupir d’aberration, elle n'apprécie pas qu'il tente un retournement de situation, il semblerait qu'il soit en passe de devenir maître en la matière et pourtant Evie en était la maîtresse avant lui. Elle se sent faible, mais aussi impuissante et ça l'agace. Cette tension là, qui n'a pas lieue d'être. Elle a le sentiment qu'ils se rendent coupable mutuellement de quelque chose qu'ils n'ont pas commit, c'est pourtant le cas, ils ont assistés à un drame, mais n'en sont pas les instigateurs, pas directement en tout cas. "Parce que tu trouves ça normal d'abandonner ta fem... De me laisser aller seule à une fête de village pour courir les routes sur ton tas de ferrailles, mais je n'ai pas le droit de marcher ?" elle exagère elle le sait, il le sait. Elle n'a pas seulement parcouru un petit kilomètre, elle a traversé pratiquement tout Monterey, longeant la côte perchée sur de vertigineuses échasses qui pourraient lui tordre une cheville à tout moment, seule qui plus est, elle aurait parfaitement pu se faire agresser ou bien pire, cela s'est déjà produit par le passé. Elle monte sur ses grands chevaux, bien trop rapidement en fait, mais la fatigue, les hormones et le cumul des événements de ces dernières semaines ne l'aident pas à garder la tête froide.

Il se justifie ensuite, elle connait cette route et n'apprécie pas qu'il la prenne pour une idiote ouvertement, elle a vécu ici elle le sait. Elle pourrait lui faire remarquer qu'à l'heure où elle a quitté la maison cette route allait fermer, parce que la ville en a décidé ainsi, peut-être est-ce là une façon de préserver la tranquillité des riches résidents de Monterey, qui sait. Le regard de la jolie brune reste sévère, quand bien même il vient déposer une douce caresse sur sa joue, elle reste de marbre, mais ce n'est qu'une façade. Il la fait toujours autant fondre, ce geste la réchauffe presque instantanément et une esquisse de sourire se dessine sur ses lèvres alors que ses paupières se ferment un instant. J'nous reconnais plus. elle y pense même au Rosine's, là où elle tâche de faire bonne figure y compris quand ses habitués la prennent en pitié, mais le temps passe et il lui est de plus en plus difficile de se contenir, c'est simple, si elle continue de la sorte elle risque de se faire un ulcère. Non, Evelyn n'est pas douée pour intériorisé, elle est le genre de femme qui joue cartes sur table histoire que les choses soient mises au clair le plus rapidement possible.

"J'ai fais mon vœu et lancé une loupiote, comme 99,9% des habitants de la ville." qu'elle rétorque plus froidement en venant saisir la main de Lip pour l'emprisonner entre ses doigts. Ils étaient tous présents et endeuillés, certains ont formulé des condoléances, d'autres ont enfoncé le clou en lui demandant où se trouvait son aimé. Lip fait partie des "0,1%" des gens qui ne s'y sont pas pointés, pour ne pas dire qu'il représente peut-être à lui seul cette tranche du graphique dont Evie vient de parler et à sa manière le lui reprocher, encore. Elle eut envie de lui dire que c'était de la merde, sentant une crise que panique la gagner elle a décidé d'aller marché et prise d'une frénésie sortie tout droit des méandres de l'univers elle ne s'était pas arrêté, bien évidemment elle était passée par la maison, mais ne l'y trouvant pas ne s'y est pas attardée. "Ce n'est facile pour personne, j'aurais aimé que tu sois là." Elle les voit encore, ces nigauds plein d'espoirs faussement touchés par cette tragédie et qui se disent solidaires, ils n'ont aucune idée de ce que ça a été et ce que c'est que de devoir vivre avec ça. D'avoir perdu une cousine, d'avoir mit en péril la vie de sa famille, de son Homme, de ses proches... Ses doigts se défont de sa main alors elle se permet de se lover contre lui un moment, respirant son parfum, profitant de sa chaleur en glissant ses mains jusqu'à ses omoplates. Elle le sert si fort qu'elle se demande si elle ne l'empêche pas de respirer. "Je ne veux plus que tu te défiles, tu m'entends ? Ça ne te ressemble pas." ce n'est pas un reproche, elle espère le faire réagir en le piquant là où ça fait mal. Qu'il ne se méprenne pas, ça ne l'amuse en rien de devoir lui mettre un coup de pied au cul verbal de cette manière, mais puisqu'il semblerait qu'elle soit obligée de porter leur foyer à bout de bras, elle le fait ; consciente qu'il n'est pas forcément aisé de réussir à gérer une telle situation.

_________________
I feel like it's my fault
we're all standing with our backs against the wall, sooner or later. Trying to swim but you're sinking like a stone. Baby it's like we're walking on a wire through the fear, take my hand and we'll get there.
sooner or later we're gonna make it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phillip Jones
Admin | I'll be forever yours.
avatar
posts : 1003
avatar : NCW
crédits : wiise (sign)
multinicks : le psy déjanté
ɷ statut : Ex-futur marié, le mariage est tombé à l'eau, merci Robert. Depuis, il s'esquive. Ils n'ont toujours pas remis le sujet sur le tapis avec Evie. Ils devraient pourtant, vu qu'elle est enceinte.
✎ métier : Prof de Self-Defense (09/2016), depuis le 12 juillet, il bosse peu; avant il était un flic dans une unité anti-terroriste (2002-2016), et encore avant adjoint du Shérif de Monterey (1995-2001)
✌ age : 44 années de presque sagesse, car oui, tout est dans le "presque"

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: RDV chez le psy à 14h, je prends mon aprèm ensuite. le diner est pour moi ce soir. vélo sorti => suze jalouse.
relationship:

MessageSujet: Re: PHEVIE | - 5 . 0 0 AM -   Sam 9 Sep - 19:13

5.00 AM. - Tenue – Il fronce légèrement les sourcils. Son tas de ferraille, ainsi elle ose nommer sa moto. Doit-il évoquer sa boite de conserve sur quatre roues, à la couleur beaucoup trop aguichante, qui semble réclamer qu’on vienne la percuter. Il peut une nouvelle fois renvoyer la balle vers l’expéditeur, sauf qu’il prend sur lui et ne le fait pas. Une nuit blanche n’est pas un bon allié, que cela soit pour Evelyn ou pour lui. Les mots risquent de dépasser leurs pensées, une dispute va éclater – même si elle gronde déjà dans le lointain – et ce n’est pas ce qu’il souhaite. Elle non plus, il en est persuadé. Ils laissent mutuellement des forces l’un contre l’autre, des pertes d’énergie inutiles alors qu’ils sont supposés faire front commun. Il n’est pas très doué avec les mots ces derniers temps, la preuve lui est une nouvelle fois donnée alors qu’elle reste de marbre. Mauvais choix, mauvaise phrase, une fois de plus. Si les mots ne sont plus capables de faire mouche dans le bon sens, il ne reste que les gestes, une main qui glisse sur la joue de la jeune femme. Il renoue, retisse un contact qui menace de se rompre. Et encore une fois, il fait une erreur, celle de l’interroger. Mal lui en prend, la réponse lui est retournée en plein visage, et elle résonne comme un reproche. Comme s’il est le seul être à ne pas s’être rendu à cette soirée.

Il détache les doigts de son visage, est sur le point de laisser retomber sa main. Il ne répondra rien aux propos de son aimée. Il ne rentrera pas dans ce jeu malsain de s’attaquer indirectement. Ils valent mieux que ces bassesses. Ils ont quelque chose à préserver, non à détruire. Il s’apprête à s’éloigner mais elle saisit sa main, emprisonne ses doigts des siens. Le devine-t-elle qu’il est sur le point de faire machine arrière, de mettre en route son bolide en lui demandant de monter derrière lui, interrompant ainsi une discussion qui ne mènera à rien. Phillip ne sait pas ce qui traverse l’esprit de sa compagne. Auparavant, il avait du mal à la suivre, avec le drame cela a empiré. Elle reprend la parole et les mots résonnent une fois de plus comme des reproches à ses oreilles. « Je suis là tous les jours Evie. » Elle semble l’oublier. Il n’est pas parti. Il n’a pas versé une seule larme. Il ne s’est jamais effondré. Il se contente d’encaisser, encore et toujours, de rester debout alors que la culpabilité s’acharne, appuie douloureusement sur ses épaules et lui souffle de céder, qu’il se sentira mieux ensuite. Il n’y croit pas une seconde à ce réconfort alors il ne cède pas, s’entête à faire comme s’il a oublié le drame de leur mariage.

Il soupire légèrement, bien trop conscient qu’il n’est pas dans son état normal. Dans le passé, ses supérieurs l’obligeaient à voir un psychologue de temps en temps. Pour s’assurer que son mental ne flanche pas, sa vie étant une mission permanente à l’étranger. Cela ne l’a pas empêché de vivre, de découvrir les pays dans lesquels il a vécu, de créer quelques liens qui n’ont pas duré. Au milieu de tout ceci, il acceptait de parler, rarement à un professionnel. C’est peut-être ce dont il a besoin aujourd’hui. Evelyn également. Ils tentent de faire face mais ce n’est pas un grand succès jusque présent. Seuls leurs gestes restent les mêmes. Les bras de Phillip se referment autour d’elle alors qu’elle vient se coller contre lui. Il sent ses mains qui se glissent sous son pull, remontant dans son dos. Sa joue se cale contre la tête de celle qui aurait dû être sa femme. Même s’il refuse d’aborder le sujet, elle reste la seule, celle que son cœur a élu. Il ferme les yeux alors qu’elle l’incite à faire face. Une plainte sourde le traverse. Il ne se défile pas. Evie le pique dans son égo. « Je ne me défile pas » grogne-t-il à moitié. Il ne lui donne pas raison. Il ne rentre pas non plus dans une longue tirade pour lui donner tort. « Pour le bébé et toi, je serai toujours là. » Il offre ses bras pour la réconforter, une épaule sur laquelle pleurer. Il insiste pour être présent à chaque rendez-vous médical. Alors non, il ne se défile pas, que ça soit dans son rôle de compagnon, ni dans celui de futur père. « Pour le reste, je ne souhaite pas y participer. Ma présence n’aurait rien changé. Je n’ai pas envie de les entendre, ni de voir leurs regards. » Eux, ces gens qui n’ont pas dû manquer de fixer sa compagne comme si elle était une bête de foire, un centre d’attention dont elle se serait bien passée. « Tu vas me dire que tu as supporté d’être là-bas ? Si c’est le cas, que fais-tu ici au lieu de dormir chez nous… »  D’eux deux, il est persuadé que sa soirée et sa nuit ont été plus reposantes mentalement que celles d’Evelyn. Et qu’elle ne lui affirme pas le contraire, il ne la croira pas.
© 2981 12289 0

_________________
what about now, what about today
« What if you're making me all that I was meant to be ? What if our love never went away ? What if it's lost behind words we could never find ? Baby, before it's too late, What about now ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evie Rhodes
∞ tous les chemins mènent à tes yeux
avatar
posts : 1089
avatar : Gemma Arterton
crédits : la signature est de lion's tears, l'avatar est d'#AJL.
multinicks : rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier elise owen, l'agneau aux dents de loup.
ɷ statut : amoureusement dévouée à l'homme de sa vie : Phillip Jones. Future maman discrète sur le sujet, elle met tout en oeuvre afin de cacher son petit ventre.
✎ métier : propriétaire et gérante du Rosine's café.
✌ age : 29 années d'insouciance volontaire.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: PHEVIE | - 5 . 0 0 AM -   Sam 9 Sep - 21:16


Pourquoi éprouve t-elle le besoin d'analyser chaque mot qu'il prononce et pourquoi est-ce qu'elle trouve toujours quelque chose de négatif à redire ? Que lui arrive t-il ? Un détail, stupide et idiot. Le bébé passe en premier, certes il est sa chair et son sang, mais elle n'apprécie pas de passer au second plan. Il n'est pas encore là qu'il prend déjà une place considérable et l'efface presque de l'équation. Voilà ce qu'elle est alors ? Un ventre, plus d'âme, seulement un utérus confortable et potentiellement hostile finalement. Et pourquoi survole t-il le sujet. Il est là tous les jours et pourtant il la fait se sentir seule en s'isolant, il ne lui dit pas tout et son manque de communication la rend folle. Pourquoi le blâmer et comment, elle-même évite le sujet par peur de provoquer sa colère ou pire, d'être envoyée sur les roses. Trop compliqué à gérer. Personne ne lui a dit que c'était facile, mais personne ne l'a prévenue que ça serait si difficile. Pour une raison qu'elle ne s'explique pas elle a l'impression d'être repoussante, de ne plus l'intéresser. Elle est bien consciente que cette cérémonie leur a mit une belle gifle, mais elle ne s'attendait pas à ça.

Elle se demande si il se rend compte du poids qu'elle a l'impression de porter sur les épaules en plus des deuils qu'elle a à gérer, mais se dit aussi qu'elle est égoïste de ne penser qu'à elle, qu'à sa peine. Elle n'en peut plus de ces habitants persuadés qu'elle est une petit chose fragile quand bien même si le mental a du mal à suivre, elle n'a pas besoin de ça. Bien sur qu'elle considère la peine que peut éprouver Phillip, elle sait qu'ils ont tous deux une façon différente de gérer leurs émotions. Pourtant, la brune habituellement si excessive se montre silencieuse par peur de fatiguer d'avantage le moral fragile de son compagnon. Elle ne pense pas à elle, ni même au bébé dans ces cas là, elle pense à lui et se persuade qu'en ne laissant paraître ni ses larmes, ni même son chagrin, elle l'aidera à aller mieux, à surmonter ça. Le problème étant que se terrer dans le silence n'aide en rien les choses et elle a le sentiment de s'éloigner de lui, du moins, que lui s'éloigne d'elle. C'est atroce, déchirant et insupportable. Non, elle n'a pas supporté de s'y rendre.

Elle se détache lentement de lui et dans un soupir, alors qu'elle replace une mèche de cheveux derrière son oreille elle dit : "Tu n'y étais pas, chez nous." Evelyn relève le menton afin de planter son regard dans celui de Phillip. Son intention première était d'aller promener Oscar, mais elle l'a abandonné là-bas et a préféré marcher seule. Elle est sincère, il lui est difficile de rester seule, elle était résignée ce soir, elle n'a pas eu le choix. "Je suis fatiguée de me coucher dans un lit froid à me demander à quelle heure tu me rejoindras, quand est-ce que tu rentreras et si tu vas rentrer." la paranoïa l'avait gagner, sa prise d'otage lui avait ouvrir les yeux sur le fait que rien n'est éternel et que tout peut arriver. Le quadra préférait passer son temps à bord de son bolide à observer les paysages défiler plutôt que de rester avec Evie. Elle aussi s'était isolée, à sa manière et reprenait peu à peu un semblant de vie normale et active. Lui avait diminué la cadences des cours de self défense qu'il donnait et s'évadait à la moindre occasion. "Je comprends pas, qu'est-ce qui nous arrive ?" qu'elle lui demande, désemparée. Elle enfoui son visage déformé par la peine sous ses mains, retournant lentement contre lui, retenant avec force ses sanglots, mais en vain.

_________________
I feel like it's my fault
we're all standing with our backs against the wall, sooner or later. Trying to swim but you're sinking like a stone. Baby it's like we're walking on a wire through the fear, take my hand and we'll get there.
sooner or later we're gonna make it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phillip Jones
Admin | I'll be forever yours.
avatar
posts : 1003
avatar : NCW
crédits : wiise (sign)
multinicks : le psy déjanté
ɷ statut : Ex-futur marié, le mariage est tombé à l'eau, merci Robert. Depuis, il s'esquive. Ils n'ont toujours pas remis le sujet sur le tapis avec Evie. Ils devraient pourtant, vu qu'elle est enceinte.
✎ métier : Prof de Self-Defense (09/2016), depuis le 12 juillet, il bosse peu; avant il était un flic dans une unité anti-terroriste (2002-2016), et encore avant adjoint du Shérif de Monterey (1995-2001)
✌ age : 44 années de presque sagesse, car oui, tout est dans le "presque"

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: RDV chez le psy à 14h, je prends mon aprèm ensuite. le diner est pour moi ce soir. vélo sorti => suze jalouse.
relationship:

MessageSujet: Re: PHEVIE | - 5 . 0 0 AM -   Sam 9 Sep - 23:40

5.00 AM. - Tenue – Il veut être present pour elle tout en refusant d’affronter le reste. Ou plutôt en l’affrontant à sa manière. Ce n’est pas compatible, ou du moins, ça ne le sera pas éternellement. Evelyn ne se satisfera pas ad vitam aeternam de cette situation. La preuve en est que les reproches à demi-mots sont de plus en plus fréquents. Une fois de plus, une simple phrase de Phillip est retournée contre lui. Non, il n’était pas chez eux. Non, il n’est pas celui qui s’est couché le premier pour réchauffer les draps. Non, il n’attendait pas sagement son retour à la maison, avec Oscar couché à ses pieds. Peut-être va-t-il se décider à s’excuser de ne pas être l’homme parfait, ou du moins celui qu’elle voudrait qu’il soit. Evelyn lui coupe l’herbe sous le pied, le devançant une fois de plus. Il déglutit, prenant alors conscience que derrière tous les reproches qu’elle peut lui faire, il y a cette inquiétude, celle qu’il finisse un jour par ne plus rentrer. C’est bien l’unique chose qui ne lui a pas traversé l’esprit depuis presque deux mois. Partir pour ne plus revenir. Car même s’il s’éloigne, même s’il ne parle aucunement de ce qu’il ressent, il restera. Il l’aime, envers et contre tout.

« Je suis désolé. » Il s’excuse de ce sentiment de solitude qu’il lui inflige, de passer beaucoup trop de temps avec une maîtresse à deux roues. Il ne la trompe pas, mais c’est presque tout comme. Son regard arrête un instant d’être fuyant et c’est là qu’il les remarque, malgré la pénombre. Ces larmes qui ont laissé des traces sur le visage de son aimée. Son cœur se serre aussitôt, il se sent responsable une fois de plus. Lui non plus ne comprend pas. L’écho de la phrase de la jeune femme résonne dans sa tête. Les mots se refusent à sortir, il n’y arrive pas. Evie finit par craquer, revenant contre lui, tentant de lui cacher ses larmes. La main gauche de Phillip se pose sur la nuque de sa compagne. « On traverse une salle période mon ange mais on va s’en sortir. » Il ne peut en être autrement. Il n’envisage pas d’autre option. Il faut juste que chacun trouve la clé qui leur fait défaut jusque présent. Ils la trouveront et ils devront le faire avant que leur bébé ne naisse. Il ne sera pas accueilli avec des parents déprimés, il en est hors de question.

Ses doigts caressent la nuque de sa compagne. Son visage reste près du sien. Ses lèvres effleurent même sa chevelure. « Je sais que tu aimerais que je me confie à toi mais je n’y arrive pas. Je bloque depuis ce jour et… et je fais face comme je peux. » Ce qui n’est pas très concluant jusque présent. Ils parlent à peine, quelques sujets sont tabous, et il donne l’impression de préférer une machine à sa femme. « Je ferai des efforts, je rentrerai plus tôt. » Et non plus à point d’heures comme il s’évertue à le faire depuis plusieurs semaines. Sauf que rentrer tard, c’est presque s’assurer qu’elle dorme. C’est réussir à gagner le lit conjugal sans que des questions ne soient posées, ni ressentir cette gêne qui revient trop souvent entre eux. Il s’écarte légèrement, pour détacher les mains d’Evie de son visage. Il n’y a pas de sourire rassurant sur le sien comme en temps habituel. Seul son regard exprime ce qu’il ressent. Ses lèvres se déposent sur son front, l’effleurant d’un baiser. Elles descendent pour en déposer un autre près de son œil, goûtant cette peau humide et légèrement salée. « Je vais faire le nécessaire. » Il ne sait pas très bien en quoi ça consiste mais il le fera. Ou plutôt une idée traverse son esprit. Il ne l’aime pas forcément mais s’il doit s’y plier pour sauver son couple, il le fera. Comme du temps où il était dans l’anti-terrorisme. Il prendra un rendez-vous chez un psychologue. Lequel, peu importe, du moment qu’il tente.
© 2981 12289 0

_________________
what about now, what about today
« What if you're making me all that I was meant to be ? What if our love never went away ? What if it's lost behind words we could never find ? Baby, before it's too late, What about now ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evie Rhodes
∞ tous les chemins mènent à tes yeux
avatar
posts : 1089
avatar : Gemma Arterton
crédits : la signature est de lion's tears, l'avatar est d'#AJL.
multinicks : rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier elise owen, l'agneau aux dents de loup.
ɷ statut : amoureusement dévouée à l'homme de sa vie : Phillip Jones. Future maman discrète sur le sujet, elle met tout en oeuvre afin de cacher son petit ventre.
✎ métier : propriétaire et gérante du Rosine's café.
✌ age : 29 années d'insouciance volontaire.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: PHEVIE | - 5 . 0 0 AM -   Dim 10 Sep - 22:29


On va s'en sortir. Peut-être est-ce simplement parce qu'il a prononcé ses mots, peut-être est-ce parce qu'il reconnaît qu'ils sont en chute libre, mais l'entendre formuler des excuses cela lui fait du bien. Cela l'apaise un peu, pas seulement parce qu'il le reconnaît, mais aussi parce qu'il formule le désir de s'en sortir. Elle les sait forts, son couple ne date pas de la création de Rome et pourtant il est bel et bien solide. Quoi qu'il arrive, il semble prêt à se battre tout comme elle serait prête à tout par amour pour lui. Elle les avait entendu grincer des dents ces braves gens, persuadé qu'ils allaient trop vite et après tout peut-être était-ce le cas, mais il lui prouvait qu'il était prêt à faire face. Nul besoin de jurer face au maire qu'il affrontera la santé et la maladie, la richesse et la pauvreté, non. Un sourire se dessine timidement sur ses lèvres, c'est bref et imperceptible, mais c'est un sourire. L'envie n'avait pas manqué pourtant ces dernières semaines, de sourire à pleines dents, pourtant voir son visage fermé et le sentir aussi tourmenté l'en avait empêchée. Impossible de sourire, pas seulement parce qu'elle devait gérer l'avortement de son mariage et le massacre qu'il a été, mais parce qu'elle savait que Phillip n'allait pas bien.

Difficile d'en vouloir à l'être aimé d'être incapable de se confier dans de telles circonstances, ce n'est pas simple de confier ses pensées intimes et son ressentis suite à de tels événements. Suffisait peut-être qu'il le dise, parce qu'elle lui en a voulu de se fermer comme il l'a fait l'obligeant à son tour à taire son ressentis, ses craintes et ses angoisses. Elle s'était pourtant promis de ne plus lui cacher quoi que ce soit et Evelyn eut comme l'impression de trahir sa promesse en se murant dans le silence, mais elle a laissé faire. Laissé passer ça. Entre deux sanglots qu'elle calme de son mieux de nouveau un fin sourire étire ses lèvres, parce que l'espoir la pousse à croire aux promesses que Lip lui fait en cette fraîche matinée. Elle réalise qu'il a conscience de la "négliger" ou du moins, de l'avoir laissée de côté. Elle, le bébé. Elle se laisse faire, se laisse embrasser docilement, fuyant son regard pour finir par le plonger dans ses prunelles qui laissent transparaître sa sincérité. "Merci..." qu'elle chuchote presque en essuyant les larmes qui roulent sur ses joues. Ils ne laisseront rien tomber.

"Tu n'es pas obligé de te confier à moi, je..." elle prend une profonde inspiration sans le lâcher du regard, ajustant nerveusement l'ourlet du pullover marine qu'il porte. Lasse des reproches qui lui échappent bien trop souvent ces temps-ci elle souhaite faire un effort, faire preuve de bonne foi. "J'ai pensé que tu pourrais discuter avec un spécialiste, enfin, peut-être... Peut-être que ça te ferait du bien !" la plupart des gens, Evie y compris n'aiment pas l'idée de se faire suivre par quelqu'un, tout simplement par ce que dans les esprits de chacun, voir un spécialiste sous entend avoir de graves troubles psychologiques ingérables. C'est seulement maintenant qu'elle se dit que Phillip devrait en consulter un qu'elle réalise qu'il n'y a pas que de grands malades qui consultent, mais également d'honnêtes gens introvertis incapables de se confier à leur entourage proche. "Ne te méprends pas, je n'insinue rien mon coeur, mais puisque tu refuses de me parler à moi, c'est une éventualité qu'on se doit d'étudier." si elle n'avait pas eu de bébé dans le ventre, elle serait en train de noyer sa peine dans la tequila en dépensant l'intégralité de sa paie dans des vêtements de luxes, une nouvelle voiture et passerait ses nuits dehors à danser. "Je veux que tu le fasses pour toi, tu comprends ?" ce qu'elle entend par là c'est qu'il doit être prêt à vider son sac et pas seulement s'y rendre pour visser son cul sur un fauteuil hors de prix et regarder les mouches voler une heure entière pour apaiser Evie. Non, ce serait une perte d'argent inutile. Elle se demande alors si un des psychologues de Monterey, oui, un en particulier se fait suivre lui aussi. Lloyd Kane, la pire ordure qui puisse être. Un frisson la parcours alors qu'elle chasse l'image de celui-ci aussi rapidement qu'elle le peut.

_________________
I feel like it's my fault
we're all standing with our backs against the wall, sooner or later. Trying to swim but you're sinking like a stone. Baby it's like we're walking on a wire through the fear, take my hand and we'll get there.
sooner or later we're gonna make it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phillip Jones
Admin | I'll be forever yours.
avatar
posts : 1003
avatar : NCW
crédits : wiise (sign)
multinicks : le psy déjanté
ɷ statut : Ex-futur marié, le mariage est tombé à l'eau, merci Robert. Depuis, il s'esquive. Ils n'ont toujours pas remis le sujet sur le tapis avec Evie. Ils devraient pourtant, vu qu'elle est enceinte.
✎ métier : Prof de Self-Defense (09/2016), depuis le 12 juillet, il bosse peu; avant il était un flic dans une unité anti-terroriste (2002-2016), et encore avant adjoint du Shérif de Monterey (1995-2001)
✌ age : 44 années de presque sagesse, car oui, tout est dans le "presque"

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: RDV chez le psy à 14h, je prends mon aprèm ensuite. le diner est pour moi ce soir. vélo sorti => suze jalouse.
relationship:

MessageSujet: Re: PHEVIE | - 5 . 0 0 AM -   Lun 11 Sep - 16:57

5.00 AM. - Tenue – Ses doigts glissent sur le visage de la jeune femme, l’aidant à essuyer ses larmes. Elle le remercie, alors qu’il n’y a pas du tout à le remercier. C’est lui qui part en vrille. C’est encore lui qui fuit leur foyer. Et c’est toujours lui qui s’isole, ne se sentant pas apte à affronter les habitants de Monterey. Bien évidemment qu’il le fait dans le cadre de son travail car il n’a pas le choix. Il est hors de question pour lui de se défiler pour un rendez-vous professionnel. Mais depuis combien de temps n’est-il pas retourné au Rosine’s juste pour lui faire un petit coucou ou l’attendre à la fermeture et rentrer avec elle ? Depuis leur tentative de se marier pour être exact. Evelyn voit défiler le regard des gens à longueur de journée dans son café, elle n’a pas le choix, c’est son gagne-pain. Quant à lui… Non, il n’y a pas de remerciement à lui faire quand il promet de faire un effort. Cela est censé être la normal, sauf que ça ne l’est plus. Alors oui, il va faire le nécessaire, trouver une personne neutre à qui parler. Car effectivement, comme elle le confirme, il n’est pas obligé de se confier à elle. Il n’y arrive pas de toute manière. C’est triste mais c’est ainsi. Autant il est habitué à porter la peine de ses proches sans se démonter, autant quand il s’agit de la sienne, il refuse de la faire sortir. Cela le ronge de l’intérieur, et s’il ne fait pas attention, il finira avec un ulcère à l’estomac.

Les cheminements de leurs pensées ont l’air de se rejoindre car elle évoque un spécialiste. « Un psychologue tu veux dire ? » Autant mettre le mot exact dessus, il n’y a pas de tare à en voir un, du moins il ne lui semble pas. Ceci, il l’a bien compris avec son parcours professionnel. Il n’y a pas besoin d’être aliéné pour avoir besoin de consulter. Parfois, on en a juste trop gros sur la patate et une oreille neutre permet de vider son sac. L’avantage d’un psychologue par rapport à un quelconque inconnu, c’est que celui-ci est tenu au secret professionnel. S’il déballe la moindre petite phrase, il s’expose à un procès en bonne et due forme. Phillip en est déjà là de ses réflexions quand Evie reprend la parole. Elle semble croire qu’il se méprend sur ses intentions, ce qui n’est pas du tout le cas. « Non, mais j’ai bien compris que tu me penses fou. » Il lui jette un regard faussement sévère. Il y a pourtant cette petite fossette qui se creuse alors que ses lèvres s’étirent très légèrement. Un sourire. L’ombre d’un sourire apparait enfin sur son visage. Un des premiers depuis le douze juillet et ce, malgré la fatigue de la nuit blanche. « Je vais le faire pour moi, mais également pour nous. » Car au-delà de sa propre personne et de son état mental, leur couple le préoccupe tout autant. Il déconne, depuis un an qu’ils sont ensemble, il ne l’a pas habitué à ceci, et il est hors de question qu’il la perde en prenant trop de temps pour regagner son état normal. Ceci dit, il attire la jeune femme contre lui pour la serrer dans ses bras. « ça va aller toi ? Tu sais que tu peux me parler même si je ne le fais pas en retour. Sinon, on peut toujours demander un tarif de couple. » Il y a bien des thérapies de couple. En suivre une, en allant à des rendez-vous différents, cela doit bien être possible également. C’est peut-être une idée à creuser, il ne sait pas. Il n’a même pas connaissance du point où en est Evie actuellement, surtout vis-à-vis du décès de sa cousine et le coma d’Octavia. Mais il n’arrive pas à lui poser la question, il bloque et craint de faire couler une nouvelle fois les larmes le long de ses joues. Alors il change de discussion. « Est-ce que je t’ai dit que l’on m’obligeait à voir un psy de temps en temps dans l’antiterrorisme ? Pour évacuer un peu la pression. » Le dernier qu’il a vu, ce fut juste avant son retour aux États-Unis, après sa blessure par balle. Vu qu’ensuite il a décidé de démissionner, il n’y a pas eu de suivi, pour savoir comment il se remettait de sa blessure.
© 2981 12289 0

_________________
what about now, what about today
« What if you're making me all that I was meant to be ? What if our love never went away ? What if it's lost behind words we could never find ? Baby, before it's too late, What about now ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evie Rhodes
∞ tous les chemins mènent à tes yeux
avatar
posts : 1089
avatar : Gemma Arterton
crédits : la signature est de lion's tears, l'avatar est d'#AJL.
multinicks : rhett brown, l'homme loup au cœur d'acier elise owen, l'agneau aux dents de loup.
ɷ statut : amoureusement dévouée à l'homme de sa vie : Phillip Jones. Future maman discrète sur le sujet, elle met tout en oeuvre afin de cacher son petit ventre.
✎ métier : propriétaire et gérante du Rosine's café.
✌ age : 29 années d'insouciance volontaire.

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo:
relationship:

MessageSujet: Re: PHEVIE | - 5 . 0 0 AM -   Mer 13 Sep - 0:33


c'est sans doute stupide, mais quand Evelyn comprend qu'ils pensent à la même chose et surtout que Phillip ne s'offusque pas de sa proposition elle sent le vent du changement, la roue semble enfin se mettre doucement à tourner. Son regard se perd dans celui de son amant, d'un bleu profond et d'une sévérité qui ne lui va pas, un moment elle se demande s'il plaisante avant qu'un faible rictus ne se dessine sur les lèvres de l'intéressé, enfin un. Elle pourrait compter sur ses doigts le nombre de fois où, depuis le drame, il a sourit elle aurait pu être amenée à penser qu'elle ne l'amusait plus, dieu merci ce n'est pas le cas. C'est idiot de constater comme quelques mots peuvent tout changer, la jolie brune en oublierait presque les larmes qu'elle a versées plus tôt. L'espoir balaye tous les sentiments négatifs qu'elle a pu éprouver jusque là, parce qu'il se comporte enfin comme il aurait dû le faire depuis le début, parce qu'elle sent qu'il veut se battre pour eux, qu'il veut se battre pour elle, pour eux. Quelle belle preuve d'amour que de prendre le diable par les cornes ( réinvente ton expression ) afin de reprendre le contrôle des choses, comme l'homme de la situation qu'il a toujours été. Une thérapie, pour lui, pour eux. Ce qu'elle aime l'entendre dire ça.

comment dire à l'homme que l'on aime qu'on comprend qu'il ait tant de mal à gérer sa peine qu'il nous est impossible de lui faire part de la notre ? C'est une question qu'Evie s'est souvent posée, jusqu'à il y a peu à vrai dire. Il allait si mal et tout semblait mal tourner, la simple idée de lui faire part de ses angoisses en plus d'avoir ses larmes a gérer, n'était-ce pas là trop lui demander ? Il était arrivé à Evelyn, du temps où elle menait un train de vie complètement différent, d'avoir a gérer en plus de ses tracas quotidiens et ses peines de cœurs les soucis de ses proches, parce qu'elle mettait un point d'honneur à aider sa famille urbaine et considérait que leurs problèmes étaient aussi les siens si bien qu'elle s'est perdue à mi-chemin entre la folie et la dépression, incapable de gérer toutes ces émotions. Non, elle refusait que Phillip en arrive à ce stade. Serrée tout contre lui elle sourit plus nettement. Ça va ? alors elle lève le nez vers lui, espérant que dans sa petite tête de poussin quadragénaire il ne s'imagine pas qu'elle souhaite elle aussi entamer une thérapie. "Je n'ai besoin de personne et j'ai couché avec un des psy du cabinet de Monterey, je refuse d'y mettre les pieds." elle se rend compte bien trop tard que sa réponse - du tac au tac - semble sèche et sévère alors elle se mord les lèvres, comme pour se punir, cherchant un moyen de racheter ses horribles paroles. Merci les hormones. Mais rien ne vient. Elle refuse de se confier à un soit disant professionnel de toute façon, pourtant elle donnerait du bien du travail à quiconque s'occuperait de son cas. Elle secoue la tête quand elle l'entend évoquer sa carrière dans l'anti-terrorisme, non, elle n'en savait rien, pour la simple et bonne raison qu'il est tenu au secret et qu'il lui avait bien fait comprendre, par le passé, qu'en parlé était délicat. "Tu es peut-être un petit peu fou finalement." qu'elle balance sur le ton de l'humour en se serrant d'avantage contre lui.

Sans doute n'est-elle jamais aller creuser dans le passé de Phillip à l'époque parce qu'elle craignait qu'il tente d'en faire de même et elle n'était pas fière de lui parler de sa carrière. Remuer la merde n'est pas une chose qu'Evelyn aime faire, ho, elle est douée pour quand elle s'y met, mais pas avec lui. "Je ne crois pas que tu m'aies jamais tellement parlé de ta carrière, mais je n'ai pas souvenirs de t'avoir posé des questions non plus..." elle frotte doucement son nez contre le sweat marine de son amant en fermant un bref instant les yeux, comme pour s'imprégner de son odeur. "J'avais trop peur que tu me questionnes sur ma carrière passée et je n'avais pas envie de te mentir." en ne divulguant rien de cette période de sa vie elle estimait ne pas lui mentir, pas vraiment. S'il ne posait pas de questions, il n'y avait donc pas de mensonges à formuler. "J'ai toujours cru que cette période de ta vie pouvait raviver de douloureux souvenirs..." son regarde se dressa vers la cicatrice sur son épaule qu'avait laissée une balle quelques mois plus tôt. "Je serais ravie que tu m'en parles, si tu en as envie." mais elle clos l'idée de se confier à lui pour l'instant, en déviant le sujet.

_________________
I feel like it's my fault
we're all standing with our backs against the wall, sooner or later. Trying to swim but you're sinking like a stone. Baby it's like we're walking on a wire through the fear, take my hand and we'll get there.
sooner or later we're gonna make it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phillip Jones
Admin | I'll be forever yours.
avatar
posts : 1003
avatar : NCW
crédits : wiise (sign)
multinicks : le psy déjanté
ɷ statut : Ex-futur marié, le mariage est tombé à l'eau, merci Robert. Depuis, il s'esquive. Ils n'ont toujours pas remis le sujet sur le tapis avec Evie. Ils devraient pourtant, vu qu'elle est enceinte.
✎ métier : Prof de Self-Defense (09/2016), depuis le 12 juillet, il bosse peu; avant il était un flic dans une unité anti-terroriste (2002-2016), et encore avant adjoint du Shérif de Monterey (1995-2001)
✌ age : 44 années de presque sagesse, car oui, tout est dans le "presque"

SECRET GARDEN
post-it sur le frigo: RDV chez le psy à 14h, je prends mon aprèm ensuite. le diner est pour moi ce soir. vélo sorti => suze jalouse.
relationship:

MessageSujet: Re: PHEVIE | - 5 . 0 0 AM -   Mer 27 Sep - 21:19

5.00 AM. - Tenue – Une décision est prise, et même si elle se révèle matinale, Phillip ait persuade qu’ils font le bon choix. Il ouvrira la porte pour laisser entrer un psychologue dans sa tête et ceci, même s’il n’est pas forcément à l’aise avec cette idée. Ceci fait, son inquiétude se reporte sur sa compagne. Il s’interroge, se demande si elle désire également consulter un professionnel. Si cela peut l’aider lui, peut-être que ça sera également le cas pour Evelyn. Il ne la quitte pas du regard, toute serrée contre lui qu’elle ne l’est. Quand elle bouge, c’est pour relever la tête dans sa direction. La réponse de la jeune femme résonne comme une douche froide sous laquelle on l’oblige à se glisser. Il retient tant bien que mal une grimace. Qu’elle ait couché avec un des psychologues de la ville est un détail qu’il ne souhaitait pas connaître. Il ne désire pas apprendre les noms de ses conquêtes. Ce qu’il sait du passé d’Evelyn lui suffit, les détails qui peuvent y être apportés, ce sont comme des petites piqures qu’on lui enfonce. Le passé ne peut être changé, mais rien ne sert non plus de le remuer. Alors il change de sujet, évoque l’antiterrorisme. Il ouvre une petite fenêtre, aidant à comprendre pourquoi il n’exerce pas de réticence à vouloir consulter un psychologue.

Puis il sourit à la supposition qu’il soit fou. Elle n’a pas idée à quel point il l’est. Sauf que c’est d’amour pour elle. « En fait, je pourrais être un tueur psychopathe que tu ne te poserais pas la question. » Comme cela est plaisant, l’espace de quelques minutes de pouvoir discuter sur un ton plus léger. C’est à croire qu’ils sont loin de Monterey, qu’ils tournent le dos à ce qui s’est produit, à leurs peines respectives, à leurs difficultés pour les surmonter. Ils oublient quelques minutes le poids qui pèsent sur leurs épaules, évoquant un passé qui lui appartient et qui n’est pourtant pas si lointain. « De douloureux souvenirs, je ne crois pas que j’en ai. » Il songe à son mental, non à son physique. Une blessure, ce n’est rien sur une carrière d’une dizaine d’années. Certes il suffit d’une fois pour mettre un terme à une vie, sauf qu’il a eu la chance d’y échapper. « Sans cette blessure, je ne t’aurais pas rencontrée, elle était bénéfique, non douloureuse. » Un an en arrière, à la question de savoir comment il se verrait un an plus tard, la réponse aurait été simple. Toujours à l’étranger, toujours dans l’antiterrorisme. Non tenant dans ses bras une femme qu’il aime éperdument, n’imaginant pas que d’ici quelques mois, ils ne seront plus deux mais trois.

« Je t’en parlerai. Un jour… Quand j’aurai 80 ans, que je perdrai la tête et que je ne me souviendrai plus que je suis tenu au secret sur plusieurs sujets. Oui, je pense que je me déciderai à ce moment-là à ressortir le nom de toutes mes conquêtes, tu sais, juste pour faire travailler ma mémoire. » Il mêle le sérieux à la plaisanterie. Il n’a pas eu tant de conquêtes qu’il ne le laisse supposer. Il se contente de taquiner un peu Evelyn, un juste retour non accusateur en référence à son psychologue. Il se demande bien qui c’est, pourtant il ne demandera pas son nom. « Et si on rentrait se reposer un peu ? Le casque est pour toi, et je roulerai doucement, parole de scout. » Il n’a jamais été scout mais qu’importe. S’il dépasse les limites de vitesse seul, il n’est pas fou au point de risquer la vie de sa femme et de son enfant. Car même s’il ne s’amuse plus à la nommer sa femme, ou encore future madame Jones, au fond de lui, Phillip considère toujours Evie comme tel. C’est quelque chose qui n’a pas changé même si les mots ne sortent plus sur le sujet. Et ça ne changera pas de sitôt.
©️ 2981 12289 0

_________________
what about now, what about today
« What if you're making me all that I was meant to be ? What if our love never went away ? What if it's lost behind words we could never find ? Baby, before it's too late, What about now ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: PHEVIE | - 5 . 0 0 AM -   

Revenir en haut Aller en bas
 
PHEVIE | - 5 . 0 0 AM -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» PHEVIE | - 5 . 0 0 AM -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: bury the evidence. :: archives rp-
Sauter vers: